Jump to content

Recommended Posts

Publié le 07 août 2009

 

Des citoyens en ont marre du bruit

 

Éric Clément

La Presse

 

Des citoyens de Montréal sont habitués aux bruits de la ville, mais pour ceux qui vivent à proximité des spectacles extérieurs ou des bars, la fête des autres peut devenir un enfer.

 

Dans le secteur du Quartier des spectacles, les résidants en ont pris leur parti. Ils sont conscients qu'ils résident dans une zone où le bruit fait partie du paysage. Et à partir du quartier de la Place des Arts, avec ses grands immeubles, le son se propage moins loin que pour une aire ouverte, comme au parc Jean-Drapeau, par exemple. Chez Spectra, la porte-parole Marie-Ève Boisvert dit que le système de son du Festival international de jazz ou des FrancoFolies commence à baisser après 100 pieds. De plus, si les haut-parleurs sont plus puissants qu'il y a 20 ans, leur grosseur et leur nombre ont été réduits. Du coup, les spectacles ne sont pas plus bruyants qu'avant, selon elle, et le son est mieux dispersé.

 

Mais dans le quartier gai, la situation est différente. Des citoyens ont même formé un comité pour se plaindre du bruit des bars de la rue Sainte-Catherine et des spectacles du parc Émilie-Gamelin. «Ce n'est plus une, mais deux longues fins de semaine de festivités gaies qu'il nous faut endurer, dit par exemple Pierre Wroblewski, résidant de la rue Panet. Durant ce temps, ma maison est inhabitable. Je dis bien INHABITABLE ! On peut mesurer le bruit dans mes murs sur l'échelle de Richter. Depuis quatre ans, j'appelle des amis et je vis chez eux pendant six jours, le temps que ça passe.»

 

«C'est un problème de santé publique dans le quartier», ajoute Geneviève Rollin, une autre résidante.

 

Depuis l'an dernier, un règlement sur le bruit a été adopté par Ville-Marie. «On essaie de faire appliquer le règlement sans grand succès, dit Gérard Paquette, citoyen de l'arrondissement. Le commandant Gagnon du PDQ 22 refuse d'appliquer ce règlement car il est favorable à une certaine tolérance.» Invité à commenter, le Service de police n'a pas rappelé.

 

Patrick Leclerc a fondé le Regroupement québécois contre le bruit il y a trois ans. Plus de 1000 personnes en sont membres. Selon lui, les citoyens sont plus irrités qu'avant par le bruit. «Il a augmenté partout, dit-il. Dans les rues et dans les commerces. Dans les cinémas, le bruit atteint 100 décibels. C'est beaucoup trop fort.»

 

Le bruit a des effets sur la santé, dit Patrick Leclerc. «Les gens deviennent pratiquement sourds et on augmente le volume. Si on faisait un sondage sur le nombre de personnes dérangées par la pollution sonore, on serait surpris du résultat. Il faut une réglementation sur la quantité de décibels permis pendant les spectacles. Il y a un problème de calibrage des aigus et des basses extrêmes. Il faut que Québec légifère là-dessus.»

 

Politique du bruit

 

Une politique sur le bruit pourrait voir le jour. Réagissant à l'inquiétude des citoyens et des membres du corps médical, l'ex-ministre de la Santé, Philippe Couillard, a demandé, il y a trois ans, un avis à l'Institut national de la santé publique. L'avis sera transmis au nouveau ministre cet automne, dit le Dr Maurice Poulin, responsable de l'unité santé au travail à l'Institut national de santé publique.

 

«L'avis dira s'il est pertinent d'avoir une politique sur le bruit, dit le Dr Poulin. On est en train de développer ça. On a des difficultés car, sur le bruit, il n'y a pas beaucoup de ressources au Québec. L'avis aura plusieurs chapitres sur la définition du bruit, les mesures, ses effets sur la santé et le portrait législatif. On regarde également si on peut chiffrer les coûts engendrés par la pollution sonore. Des recommandations seront faites au ministre.»

Link to comment
Share on other sites

Autant je ne comprendrais pas des résidents du QDS (là où la grande majorité des appartements sont très récents) de se plaindre du bruit, autant je peux comprendre des résidents du centre-sud d'être énervé par le bruit. Il est très possible que certains d'entre eux vivent dans ce quartier depuis des décénnies : ils ont le droit (ça devrai être un droit pour tous dans le contexte du centre-sud puisque c'est essenteilement un quartier résidentiel -à part pour la rue Sainte-Catherine) d'exiger 365 jours de paix.

Je ne comprend absolument pas vos réactions : elles manquent totalement d'empathie. Vous êtes complètement incapables de vous mettre dans la peau des autres.

Link to comment
Share on other sites

Autant je ne comprendrais pas des résidents du QDS (là où la grande majorité des appartements sont très récents) de se plaindre du bruit, autant je peux comprendre des résidents du centre-sud d'être énervé par le bruit. Il est très possible que certains d'entre eux vivent dans ce quartier depuis des décénnies : ils ont le droit (ça devrai être un droit pour tous dans le contexte du centre-sud puisque c'est essenteilement un quartier résidentiel -à part pour la rue Sainte-Catherine) d'exiger 365 jours de paix.

Je ne comprend absolument pas vos réactions : elles manquent totalement d'empathie. Vous êtes complètement incapables de vous mettre dans la peau des autres.

 

Non mais là.. si tu vis en ville, tu t'attends à du bruit.

 

Crime, je suis à Longueuil et JE n'ai pas 365 jours de paix! Construction, garderie en face de chez nous, voisins qui fêtent l'été, etc.

Link to comment
Share on other sites

Qu'ils déménagent en banlieue ;)

 

Moi qui suis en banlieue je ne peux trouver la tranquilité. Le matin c'est le festival des tondeuses, une après l'autre de 9hrs à midi sans aucune coordination, ensuite les enfants dans les piscines, le soir venu les gens dans leurs cours (on ne peut les voirs mais on les entends),avec des invités,écoutent de la musique jusqu'aux petites heures de la nuit et enfin les jeunes adultes font crispés leurs pneus de petites voitures sports dès qu'ils reviennent du club de nuit.

 

Et je ne parle pas des nombreux vendeurs ou colporteurs qui font sonnés mon téléphone ou ma porte pour me vendre du chocolat, une balayeuse, un nettoyage de cheminée, un service de jardinage, une nouvelle religion, des billets pour un spectacle de jeunes du coin, un service téléphonique, un revetement de toiture, un service de conseil pour savoir comment entretenir la piscine.

 

Pourtant en ville cela m'arrivait beaucoup moins.

 

Mais en ce qui a trait aux plaignants je crois que certains ont raison. Il y a le bruit de la ville avec les voitures, les bus, les vidangeurs etc.... mais ce bruit dont les gens semblent se plaindre dépasse de loin le bruit auquel on peut s'attendre en ville. Parfois c'est du vacarme.

 

Sur Crescent, dans le QDS, sur St-laurent d'accord pour du bruit au delà de la limite mais dans des quartiers ou une forte proportion de résidence sont établies il faut respecter et faire de bons accomodements !!!

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...