• Similar Content

    • By ScarletCoral
      Alexander Appartements (Tour no 7 du Square Children) 

      Reçu par courriel : Début des locations au Alexander Appartements : https://alexanderappartements.com/newsletter/2019-10-15-13929/index.html
      Bizarrement, Devimco pense que c'est dans Griffintown  --> https://devimco.com/appartements/montreal/griffintown/alexander
       
    • By IluvMTL
      http://www.tourisme-montreal.org/Decouvrez-montreal/luminotherapie-ludique-dans-le-quartier-des-spectacles?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=ongoing
       
       
      21 décembre 2011 – Pour une deuxième année consécutive, le Quartier des spectacles éblouit les Montréalais avec sa Luminothérapie ludique conçue pour faire oublier la grisaille de l’hiver. Cet événement grand public composé de trois œuvres lumineuses interactives est en cours jusqu’au 26 février.
       
      Nuage de givre – place des Festivals
      Cette création de Jean Beaudoin et d’Erick Villeneuve invite les gens à déambuler sous un immense nuage de givre surréaliste composé de 100 000 particules d’eau regroupées en 5 500 grappes suspendues au-dessus de la place des Festivals. Le jour, les particules d’eau glacée réfractent la lumière naturelle et renvoient les rayons au sol pour animer la place. Le soir, la magie perdure grâce aux mouvements des passants devenant source de lueurs colorées évoquant nos aurores boréales. Depuis son installation, l’éclairage du Nuage de givre s’est progressivement transformé pour passer du bleu au rouge et marquer l’arrivée de la nouvelle année. Une œuvre conçue pour égayer l’hiver au plus grand bonheur de tous.
       
      Éclats de verre – place Émilie-Gamelin (à l’angle des rues Saint-Hubert et Sainte-Catherine)
      Cette installation interactive invite les passants à déambuler dans un labyrinthe composé d’immenses panneaux de verre colorés et à devenir partie intégrante d’une œuvre vivante animée par les ombres en mouvement et les réflexions polychromes produites par la lumière du jour. À la tombée de la nuit, une projection vidéo monumentale illumine l’Hôtel des Gouverneurs et la Place Dupuis pour compléter ce tableau grandiose. Totalement interactive, cette présentation offre aux visiteurs la possibilité de transformer l’espace en modifiant les images vidéo, l’éclairage et le son. Une conception originale de Félix Dagenais, de Louis-Xavier Gagnon-Lebrun et d’Éric Gautron d’ATOMIC3.ca.
       
      Forêt Forêt – station de métro Saint-Laurent
      Un paysage d’hiver semblant tout droit sorti d’un rêve métamorphose les abords de la station de métro Saint-Laurent. Les passants qui s'attardent dans cette forêt de bouleaux fantasmagorique sont invités à parler au creux d’un arbre et à découvrir que l’écho de leur voix anime les arbres lumineux. Cette création ludique est l’œuvre d’Amandine Guillard, d’Albane Guy, d’Anik Poirier et de TagTeam Studio.
    • By IluvMTL
      Announcé lors de la séance de l'arrondissement Ville-Marie le 13 avril 2011
       
      Après le Programme particulier d'urbanisme (PPU) du Quartier des grands jardins et celui de Sainte-Marie, c'est au tour du Quartier des spectacles de faire l'objet d'une telle démarche. Les membres du conseil ont en effet mandaté l'arrondissement pour initier une démarche de planification avec tous les services corporatifs concernés.
       
      Le territoire de ce nouveau PPU englobe le Quartier latin et différentes institutions qui contribuent au dynamisme culturel du Quartier des spectacles, notamment la Grande Bibliothèque, l'Université du Québec à Montréal, la Cinémathèque québécoise, le cégep du Vieux-Montréal, le Théâtre Saint-Denis et la Salle Pierre-Mercure. Le quartier comporte également plusieurs noyaux résidentiels, le plus visible étant les Habitations Jeanne-Mance qui regroupent 788 logements répartis dans 28 immeubles.
       
      http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,42657625&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=16270&ret=http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/url/page/prt_vdm_fr/rep_annonces_ville/rep_communiques/communiques
    • By IluvMTL
      Dans le Quartier Sainte-Marie
      Description: Le projet
      • Démolition complète du bâtiment situé au 2225, rue Parthenais et construction d’un bâtiment résidentiel dont le volume le plus haut s’élève à 5 étage (16 m hors tout)
      – 42 logements locatifs dont 5 studios, 9 unités (1 c.c) (21 %), 17 unités (2 c.c)(41 %) et 11 unités (3 c.c)(26 %) pour une clientèle variée soit des familles, personnes seules, des couples, des personnes retraitées et des personnes à mobilité réduite
      – 18 unités de stationnement souterrain, dont 2 unités équipées de bornes de recharge électrique
      – 43 unités de stationnement pour vélo ainsi que 43 unités de rangements
      – Aménagement d’une cour intérieure communicante avec la ruelle verte Larivière


      2225_PARTHENAIS_PPCMOI_APC_23_OCT2019.PDF.PDF
    • By ScarletCoral
      https://www.lapresse.ca/actualites/201911/04/01-5248378-montreal-aura-son-refettorio.php
      Montréal aura son Refettorio
      L’idée a été semée en 2016, au moment du passage de Massimo Bottura à Montréal.
      Publié le 05 novembre 2019 à 6h00
      MARIE-CLAUDE LORTIE
      LA PRESSE
      Le chef italien était alors ici pour parler, entre autres choses, de son projet devenu documentaire : le Refettorio Ambrosiano.
      Alors qu’il expliquait comment il avait monté cette table pour les démunis à Milan, où de grands chefs étoilés venaient cuisiner avec des ingrédients invendus voués aux poubelles, la question est apparue : pourquoi ne pas faire la même chose ici, à Montréal ? 
      Le maire de l’époque, Denis Coderre, l’avait entendue. Jean-François Archambault, de la Tablée des chefs, s’était emparé de l’idée.
      Trois ans plus tard, nonobstant le changement à la mairie, le projet est annoncé.
      Montréal aura son Refettorio.
      Il sera à l’église Saint-Georges, au centre-ville, près de là où la rue Peel croise l’avenue des Canadiens-de-Montréal.

      PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE
      Le Refettorio, qui devrait ouvrir ses portes à l’automne 2020, sera à l’église Saint-Georges, au centre-ville, près de là où la rue Peel croise l’avenue des Canadiens-de-Montréal.
       
      L’équipe de Valérie Plante donne son appui, tout comme une liste de commanditaires incluant la fondation d’Air Canada, Sobeys et la Banque Nationale, appelée à s’allonger. 
      Il y aura de la place pour 90 convives deux fois par jour, cinq jours par semaine, et une cuisine permettant de cuisiner des repas à distribuer en plus.
      Le surplus d’invendus le permet, assure Jean-François Archambault, fondateur de la Tablée des chefs, partenaire du projet, qui a annoncé la mise en marche du Refettorio lundi soir à son évènement de financement annuel, où se trouvaient près de 575 personnes.
      Aux yeux de Massimo Bottura, qui suit le projet montréalais depuis le début, il était temps que ça bouge.
      « Ce n’est plus le temps de parler ou de tourner en rond », a-t-il confié dans un court message texte. « On agit. »
      Lundi soir, le chef italien a diffusé une vidéo annonçant la nouvelle de la venue du Refettorio à Montréal, en indiquant que la Tablée était le partenaire idéal. Était sur place Jill Conklin, la responsable du développement stratégique de Food for Soul, l’organisme fondé par Massimo Bottura et sa femme, Lara Gilmore, pour chapeauter la multiplication des Refettorio dans le monde. Il y en a maintenant à Rio, à Londres, à Paris et, si tout se passe comme prévu, il y en aura deux aux États-Unis en 2020, à San Francisco et à Harlem. 

      PHOTO FOURNIE PAR MARIE-CLAUDE LORTIE
      Le Refettorio Gastromotiva de Rio
      Est-ce que Montréal arrivera en premier en Amérique du Nord en 2020 aussi ? « Impossible de le dire pour le moment », a répondu hier Mme Conklin, qui veille sur les trois projets. Chose certaine, le Refettorio de Montréal sera le premier au Canada. Chose certaine aussi, il poursuivra la mission d’aider l’inclusion sociale par la voie de la lutte contre le gaspillage alimentaire.
      Comme chaque fois, le projet inclura un élément artistique, a expliqué Jean-François Archambault, qui est déjà allé chercher l’appui du Musée d’art contemporain. Les salles à manger des réfectoires ne sont jamais banales, décorées d’œuvres d’art et de pièces de design. La beauté fait aussi partie des choses auxquelles les démunis ont droit, croit le chef Bottura.
      Le designer Jean-Pierre Viau a aussi manifesté son appui pour le projet, assure M. Archambault. Celui-ci aimerait pouvoir utiliser le bois des milliers de frênes qui devront être coupés. L’organisme MU a aussi été appelé à l’aide pour une grande œuvre murale. 
      Les salles à manger mises en place aident toutes sortes de populations, que ce soit des personnes en situation d’itinérance, des gens âgés isolés ayant peu de revenus ou des enfants issus de milieux où les repas à la maison ne sont pas garantis.
      Les Refettorio se distinguent aussi par la participation de chefs professionnels qui viennent donner le ton au projet, à la cuisine.
      Quand le projet a d’abord été lancé à Milan, des chefs aussi renommés que René Redzepi et Alain Ducasse sont venus cuisiner pour les démunis. 

      PHOTO FOURNIE PAR MARIE-CLAUDE LORTIE
      Le Refettorio de Milan
      À Montréal, Jean-François Archambault assure que David McMillan et Fred Morin ont signalé leur enthousiasme face au projet, tout comme Patrice Demers, Marc-André Jetté, Stefano Faita ou Marie-Fleur St-Pierre. John Winter Russell, du restaurant Candide, coordonnera le tout.
      Croisée hier au lancement de son livre, Dyan Solomon, d’Olive & gourmando, a aussi fait part de son intérêt à contribuer à un tel projet. 
      Le Refettorio, qui devrait ouvrir à l’automne 2020, peut en outre compter sur l’appui d’autres chefs canadiens, comme Jeremy Charles, de Terre-Neuve, David Hawksworth, de Vancouver, et Grant van Gameren, de Toronto. 
      Mais tous ceux qui souhaitent aider pourront le faire puisque le bénévolat est encouragé, tant pour la cuisine que pour le service. 
      Le programme en cuisine des Refettorio comprend aussi un volet de formation. En plus des prestigieux chefs invités, des professeurs de cuisine utilisent cette plateforme pour aider à la formation de futurs chefs souvent issus de milieux difficiles. 
      Nathalie Goulet, élue de Projet Montréal qui porte les dossiers liés à l’itinérance, était à l’évènement de la Tablée lundi soir et a salué l’arrive du Refettorio dans la métropole. Cela cadre tout à fait avec la volonté de la Ville de lutter contre le gaspillage et d’aller vers une réalité sans déchets, a-t-elle indiqué. Elle a parlé du « leadership visionnaire » de la Tablée à cet égard.
      Il faut dire que l’organisme fondé par Jean-François Archambault redistribue aux jeunes en difficulté des invendus alimentaires provenant d’hôtels de Montréal depuis 2002 et a depuis multiplié ses champs d’action, notamment grâce à des programmes de formation culinaire destinés aux jeunes issus de milieux difficiles. 
      Où s’approvisionnera le Refettorio Montréal ? Chez les épiciers. Sobeys a donné son appui au projet. Chez les transformateurs, Saputo fait partie des supporteurs de la Tablée. Chez les producteurs, petits et grands.
      « On a besoin de la passion de tous », a lancé hier Massimo Bottura à la foule dans sa vidéo. « S’il vous plaît, venez nous aider. Cuisiner est un acte d’amour. »