Jump to content

La loi 101 ne sera pas appliquée aux entreprises fédérales du Québec


ErickMontreal
 Share

Recommended Posts

Publié le 03 juin 2009 à 18h44 | Mis à jour à 18h46

La loi 101 ne sera pas appliquée aux entreprises fédérales du Québec

 

Marie Vastel

La Presse Canadienne

Ottawa

 

Une majorité de députés fédéraux s'est prononcée mercredi contre un projet de loi du Bloc québécois, qui proposait l'application de la loi 101 aux entreprises fédérales du Québec régies par le Code canadien du travail.

 

Comme l'avaient laissé pressentir mardi le chef libéral, Michael Ignatieff, et son lieutenant québécois, Denis Coderre, les députés libéraux présents lors du vote se sont prononcés à l'unanimité contre le projet de loi C-307, déposé aux Communes en février dernier par le leader parlementaire du Bloc, Pierre Paquette.

 

Les conservateurs, qui s'étaient déjà opposés à la proposition des bloquistes lorsque ceux-ci ont présenté un premier projet de loi similaire en 2007, ont réitéré leur position mercredi après-midi.

 

Comme il s'agissait d'un projet de loi privé, les députés n'étaient pas tenus de respecter la ligne de parti. Mais les votes cumulés des libéraux et des conservateurs, qui sont tous demeurés fidèles à la prise de position de leurs chefs, ont bloqué le projet de loi des bloquistes.

 

Les élus du Nouveau Parti démocratique ont de leur côté, comme la première fois, appuyé l'initiative du Bloc.

 

Le chef bloquiste, Gilles Duceppe, a déploré l'issue du vote et reproché aux conservateurs et libéraux, dont les deux chefs étaient par ailleurs absents en Chambre, de dire une chose et de faire son contraire.

 

«Ca démontre que les conservateurs et les libéraux, quand ils reconnaissent la nation québécoise, ce n'est que symbolique. Mais dès que l'on propose des choses concrètes à cette reconnaissance, comme la langue - on ne peut pas reconnaître une nation sans reconnaître sa langue - ils sont contre», a-t-il scandé à sa sortie des Communes.

 

Les libéraux se contredisent également, selon M. Duceppe, puisqu'ils affirment appuyer la loi 101, mais s'opposent à son application dans les institutions fédérales.

 

Le porte-parole du Parti libéral en matière de Langues officielles, Pablo Rodriguez, a cependant rétorqué qu'une telle application de la loi serait tout d'abord anticonstitutionnelle, puisqu'une loi provinciale - comme la loi 101 - ne peut pas avoir préséance sur la loi fédérale qui ordonne le respect des deux langues officielles.

 

«Ce projet de loi-là, en plus de brimer les droits de la minorité anglophone (du Québec), vient ouvrir la porte et permettre aux autres provinces de dire qu'elles aussi ne veulent plus offrir de services en français. (...) Et à cause de cela, on risque de ne pas avoir plus de français, au contraire, on risque d'avoir moins de français à travers le Canada. Et c'est pour cela qu'on s'y oppose», a-t-il justifié.

 

Mais le chef bloquiste a rejeté cette explication.

 

«La loi 101 n'empêche d'aucune façon qu'il y ait des services en anglais. Mais elle dit que la langue officielle, la langue de travail, doit être le français. Dans les hôpitaux et les CLSC il y a aussi des services en anglais, mais la langue de service est le français», a-t-il détaillé.

 

Puisque des banques, des aéroports ou même Poste Canada ne sont pas assujettis à la loi 101, leurs employés peuvent, par exemple, se faire imposer des réunions en anglais. Cette situation toucherait entre 200 000 et 250 000 travailleurs de la province, selon le Bloc.

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 20
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Non seulement le Parti libéral et le Parti conservateur sont contre cette loi mais les chefs Harper et Ignatieff ne se sont meme pas présentés pour voter, ce qui démontre leur total désintéressement dans cette cause. Il n'en ont que foutre de la nation québécoise, de la langue française, de ses besoins et de ses valeurs.

 

Comme dirait Jean Cournoyer: Plus ça change, plus c'est pareil !!!

Link to comment
Share on other sites

Bof, je suis un séparatiste (un soft speratist) mais un séparatiste quand même, et même moi je peux comprendre pourquoi cette loi ne ferait aucun sens. Le canada est supposément bilingue. Si ils adoptent cette loi ils ne pourront plus faire semblant d'être un pays bilingue!

Link to comment
Share on other sites

Bof, je suis un séparatiste (un soft speratist) mais un séparatiste quand même, et même moi je peux comprendre pourquoi cette loi ne ferait aucun sens. Le canada est supposément bilingue. Si ils adoptent cette loi ils ne pourront plus faire semblant d'être un pays bilingue!

 

Il n'y a pas de loi de ce genre dans les autres provinces comme en Alberta, Ontario ou BC.....est-ce que tu crois que quelqu'un pourrait travailler qu'en français là-bas ?

 

Non, pas du tout...alors nous devons en conclure que le Canada n'est bilingue qu'au Québec.....alors deux poids deux mesures ?

 

De plus, dans cette proposition rien n'empeche les gens de parler ou de travailler en anglais, comme dans l'ensemble des organismes gouvernementaux les services sont offerts dans les deux langues et les gens peuvent travailler dans les deux langues avec une nette prédominance pour le français au Québec et bien évidemment la prédominance est à l'anglais pour le ROC. Cette proposition force le gouvernement fédéral et ses institutions à respecter le droit de ses employés à travailler d'abord en français sur le territoire du Québec. Au Québec il est important que le français soit prioritaire ce qui n'empeche pas l'utilisation de l'anglais.

 

Du coté du ROC, ils n'ont pas besoin de lois car ils sont majoritaire, ils bénéficient du pouvoir d'attraction de la langue prédominante mondiale et ils sont cote à cote avec les États-Unis, un pays de 300 000 de locuteurs principalement anglophones alors tant mieux pour eux mas au Québec nous ne bénéficiont pas du meme pouvoir donc il faut agir autrement et c'est avec des lois.

 

Si on veut respecter la nation québécoise il faut aussi respecter ses valeurs et ses besoins. D'imposer le français comme langue de travail sur son territoire est justement un de ces besoins pour renforcer et ensuite stabiliser le fragile équilibre entre le français en amérique du nord et la langue dominante.

 

On n'a pas besoin d'etre séparatiste, indépendantiste, souverainiste, fédéraliste, montréaliste, socialiste, communiste ou marxiste pour comprendre ça. Il ne faut qu'un peu de bonne volonté et de réalisme.

 

Après tout on ne va pas mettre un lion et un lapin dans la meme cage !!!

Link to comment
Share on other sites

Dans le fédéral, il y a des régions bilingues aux fins de la langue de travail.

 

Région de la Capitale nationale

La province du Nouveau-Brunswick

La région bilingue de Montréal (Longueuil non inclus, Nord de Laval non inclus)

Les régions bilingues des autres parties du Québec (ex. compté Sherbrooke, Lennoxville, Brome etc.)

La région bilingue de l'est de l'Ontario (compté Prescott, Stormont, Glengarry, Russel)

La région bilingue du nord de l'Ontario (compté Timiskaming, Sudbury etc.)

 

Le reste du Canada et unilingue anglophone, mais le reste du Québec est unilingue francophone.

Link to comment
Share on other sites

Le Francais est deja la langue principale au Quebec pour tout les services federaux. Avons nous vraiment besoin d'une autre loi?

 

Le Francais demeurent la langue principale de plus de 80% des Quebecois.. alors on se calme avec la propagande anti-federale / anti-Canada.

 

Oui des compagnies comme Bell, les banques, etc qui sont de chartes fédérales peuvent travailler en anglais exclusivement au québec.... je crois que c'est un problème et un manque de respect pour les employés.

Link to comment
Share on other sites

Le Francais est deja la langue principale au Quebec pour tout les services federaux. Avons nous vraiment besoin d'une autre loi?

 

Le Francais demeurent la langue principale de plus de 80% des Quebecois.. alors on se calme avec la propagande anti-federale / anti-Canada.

 

On se calme on se calme.......il n'y a pas de propagande ni d'un coté ni de l'autre....à moins qu'il y en ai des deux cotés !!!

 

Ça ne serait pas une autre loi mais plutot l'extension et l'application d'une loi déjà existante.

 

80% de québécois ont comme langue principale le français, comme tu dis. Et tu as tout à fait raison. Mais c'est justement là le problème. Malgré ce fait il existe toujours des problèmes avec le droit et surtout la possibilité de travailler en français. La question ici n'est pas de savoir combien de personne ont le francais comme langue au Québec mais combien de ces personnes peuvent-ils travailler librement et sans contrainte en framcais au Québec ?

 

Plusieurs organismes fédéraux au Québec fonctionnent presqu"exclusivement en anglais. Mon père a fait 34 ans au ministère des anciens combattants et son bureau était sur Cote-des-Neiges. Et bien c'était presque toujours en anglais à part avec les secrétaires. Tout les documents qu'ils recevaient et 90% des communications provenant d'Ottawa étaient en anglais seulement et je ne parle pas lorsqu'il y avait des réunions avec des confrères du ROC ou la présence du ministre ou du sous-ministre !!!

 

Meme avec la loi 101 il y a un fragile équilibre au Québec, il faut le reconnaitre. Légiférer de cette facon n'est jamais plaisant mais parfois c'est utile et nécessaire.

 

Pourquoi les québécois (principalement les francos) sentent le besoin de se protéger de cette facon et d'imposer une loi ?

 

J"ai hate au jour ou les anglophones vont embarquer avec les francophone pour en faire leur bataille aussi.

Link to comment
Share on other sites

Dans le fédéral, il y a des régions bilingues aux fins de la langue de travail.

 

Région de la Capitale nationale

La province du Nouveau-Brunswick

La région bilingue de Montréal (Longueuil non inclus, Nord de Laval non inclus)

Les régions bilingues des autres parties du Québec (ex. compté Sherbrooke, Lennoxville, Brome etc.)

La région bilingue de l'est de l'Ontario (compté Prescott, Stormont, Glengarry, Russel)

La région bilingue du nord de l'Ontario (compté Timiskaming, Sudbury etc.)

 

Le reste du Canada et unilingue anglophone, mais le reste du Québec est unilingue francophone.

 

Il y a bel et bien des régions bilingues mais dans les faits ce sont presque toujours les francos qui doivent etre bilingues.

 

Dans la capitale nationale aussitot qu'on a affaire avec un anglophone c'est uniquement en anglais que ca se passe et il ne faut meme pas parler du Nouveau-Brunswick car les français, tout en étant constamment en déclin, n'est offert que par des acadiens.

 

Le reste du Québec, bien que largement francophone, n'est pas unilingue français. Il ne faut pas oublier le Pontiac ou le français est bafoué, des coins de la Cote-Nord et de la Gaspésie ou l'on ne parle qu'en anglais et ou les services, bien qu'officiellement en français sur papier, sont donnés en anglais sans aucun problème.

 

Le nord du Québec est mi anglais et mi langue autochtone. Plusieurs régions près de la frontière américaine sont aussi très bilingues.

 

Tout ça pour dire que meme dans les régions considérés comme bilingue, au fédéral, les services en français ne sont pas assurés et s'il y en a ils sont donnés que par des francos alors que dans les régions considérés comme unilingue française, au Québec, la plupart de ces endroits donnent un service en anglais.

 

Dans ce cas-ci la réalité doit etre prise en compte beaucoup plus que ce qui est sur papier !!!

Link to comment
Share on other sites

Et il suffit de se promener quelques instants au centre-ville à l'heure du midi pour s'apercevoir que le nombre de personne qui parle anglais est assez surprenant, et ce même s'il n'y a pas 50% d'anglophones à Montréal!

 

Je travailles à la Place Ville-Marie, et laissez moi vous dire que, de tous les employés de la Banque Royale que je croise et avec qui j'ai à faire affaire, peu maîtrisent une base en français, même les gens au comptoir ont de la difficulté. C'est un peu désolant.

 

C'est bien normal que la réunion de la RBC qui regroupent les VP de tout le Canada se déroule en anglais si la majorité sont anglophones. Mais qu'un directeur à Montréal n'aie aucune notion de français alors que plusieurs de ces employés sont francophones, c'est grave!

Link to comment
Share on other sites

Bof vous savez toujours que la plupart des compagnies multinationales au Quebec font leur business en Anglais anyway.... ca change quoi?

 

Nous pouvons pas echaper la realite de l'anglais, et imposer des lois, fera pas grands choses pour notre economie "immobile".

 

Ben justement, si l'anglais est utilisé par l'ensemble des multinationales il est un devoir d'etre vigilant et tenter de trouver le meilleur équilibre possible entre la réalité nord américaine/business qui est anglophone et notre situation à nous autre qui est de protéger notre différence dans notre petit coin de pays.

 

Pourquoi est-ce si difficle à comprendre ? Pourquoi certains anglophones sont si réfractaires et ne veulent jamais participer à tout ce qui touche à la protection et la promotion de la langue française ?

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share




×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value