Jump to content

Recommended Posts

Une maison de l'OSM en bois?

 

Yves Chartrand, Le Journal de Montréal, 11/12/2007 06h38

 

Si Québec est sérieux dans son intention d'imposer dorénavant un contenu minimal en bois dans les structures des futurs bâtiments industriels, commerciaux et institutionnels, il pourrait commencer par donner l'exemple en faisant de la future maison de l'Orchestre symphonique de Montréal la vitrine de notre savoir-faire dans le domaine du bois.

 

Occasion unique

Alors que le gouvernement s'apprête à accorder à trois consortiums le mandat de proposer chacun un concept architectural pour la future salle de concert, plusieurs intervenants du milieu forestier québécois estiment que le projet de l'OSM est «une occasion unique» de prendre un virage significatif autant d'un point de vue architectural qu'environnemental.

 

«Ce serait une extraordinaire nouvelle et surtout ce serait faire preuve d'une grande cohérence pour le développement durable», dit Frédérick Verreault, de l'entreprise Chantiers Chibougamau.

 

Cette compagnie sait de quoi elle parle: c'est elle qui a construit le magnifique pavillon de bois de la faculté de foresterie de l'Université Laval. Et qui empile de multiples projets institutionnels et industriels en bois à haute valeur ajoutée.

 

Solution écologique

«Chaque mètre cube de bois emprisonne une tonne de gaz à effet de serre, dit Frédérick Verreault. Pour faire une poutre en métal de portée équivalente que le bois, il faut 60 fois plus d'énergie.»

 

Robert Beauregard, doyen de la faculté de foresterie de l'Université Laval, abonde dans le même sens. «Il n'y a aucune raison pour que la future maison de l'OSM ne soit pas le début du virage que nous devons prendre dans le domaine de la transformation du bois. C'est une occasion unique de démontrer notre savoir-faire.»

 

Pays scandinaves

Dans les pays scandinaves, ce virage architectural a été pris depuis longtemps, dit Beauregard. «J'ai visité le Sibelius Hall, Congress Concert Centre, à Lahti, en Finlande. C'est de toute beauté. Ils ont construit cela avec le bois de leurs forêts et c'est maintenant une vitrine de leur savoir-faire et un objet de grande fierté. Pourquoi pas nous?».

 

On sait que le ministre des Ressources naturelles Claude Béchard s'apprête à sortir un Livre vert sur la forêt dans lequel il annoncerait son intention d'imposer un contenu minimal de bois dans la construction des bâtiments non résidentiels.

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 1.2k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

iamthewalrus : ce n'est tout de même pas tous les jours qu'un édifice en bois flambe. Pratiquement toute la ville de Montréal est construite en bois. Je ne parle du centre-ville ou de tours d'habitations mais songe que toutes les maisons de trois étages ou moins (Plateau, Hochelaga, Maisonneuve, Rosemont, Villeray, Verdun,etc...) sont en bois. Tous les bungalows de banlieue sont en bois également.

A propos, cette salle, le Sibelius Hall est magnifique.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrator

la beauté d'un gouvernement minoritaire...

 

---------------------------------------------------

 

Secteur forestier

Béchard touche du bois

 

071130bechard-bowater_n.jpg

Claude Béchard (archives)

 

Le Sommet sur l'avenir du secteur forestier québécois s'est ouvert, lundi, à Québec, et se poursuit jusqu'à mercredi.

 

Lors d'une allocution prononcée lundi en soirée, le ministre des Ressources naturelles du Québec, Claude Béchard, a fait part de sa volonté de déposer une politique visant à favoriser l'utilisation du bois lors de la construction d'édifices publics, dans le but de venir en aide à l'industrie de la province.

 

Le ministre a reconnu que l'utilisation du bois pouvait parfois s'avérer plus coûteuse, mais a vanté la grande beauté d'édifices publics récemment construits en bois. Il a en outre souligné qu'à « moyen ou long terme, on récupère les sommes en efficacité énergétique ou autrement. Il y a moyen de faire plus avec du bois, dans des coûts qui sont très raisonnables ».

 

Les grandes lignes de cette nouvelle politique du gouvernement Charest seront dévoilées d'ici la mi-janvier.

 

Nouveau régime d'ici un an

 

070404travail-forestier-foret_n.jpg

Le ministre Béchard a également qu'un nouveau régime forestier serait adopté d'ici la fin 2008, « si tout va bien ». Le régime actuel subit les contrecoups du ralentissement du marché américain et doit composer avec la force du huard.

 

Voulant peut-être modérer les attentes, M. Béchard a toutefois prévenu l'auditoire que le gouvernement ne pouvait à lui seul venir à bout de la crise qui secoue l'industrie. « Nous n'avons pas d'influence sur les cours du dollar ou du pétrole », a-t-il lancé.

 

À la recherche de solutions

 

Le sommet réunit quelque 400 intervenants issus du milieu politique, des communautés autochtones, des syndicats, des autorités régionales, des groupes environnementalistes et du secteur du tourisme tenteront de trouver des solutions concrètes à la crise que vit le secteur forestier en ce moment.

 

071210briere-denis_n.jpg Denis Brière, président du Sommet

 

Conservation, mise en valeur et utilisation des ressources forestières, travail, formation professionnelle et éducation: les sujets importants liés à la forêt, élément névralgique de la santé économique de plusieurs régions, doivent tous être abordés.

 

Le président du Sommet, le recteur de l'Université Laval, Denis Brière, estime qu'il s'agit d'une initiative différente de ce qui s'est fait jusqu'à présent. « Habituellement, un sommet, c'est organisé par le gouvernement. Cette fois-ci, les gens se sont pris en main. C'est ça qui fait la valeur du Sommet. Les gens, au lieu de s'asseoir et de se mettre en mode revendication, se sont mis en mode solution », a-t-il expliqué.

 

Le président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Alban D'Amours, assume la présidence d'honneur de l'événement.

 

Crise importante, solutions multiples

 

En mars 2005, dans la foulée du rapport de la commission Coulombe, le gouvernement a adopté la loi 71 qui réduit de 20 % la possibilité forestière, pour certaines essences d'arbres, de 2005 à 2008. En décembre 2006, le forestier en chef Pierre Levac a ajouté encore 3,8 % à la réduction de la possibilité de récolte de résineux, et baissé de 15 % la possibilité pour les feuillus, moins importants au plan économique.

 

En octobre 2006, Québec avait annoncé son plan de soutien au secteur forestier, des mesures d'aide totalisant 722 millions de dollars en quatre ans. En décembre suivant, la loi 49 était adoptée sous le bâillon. Les droits de coupe ne sont ainsi plus la propriété des usines, mais plutôt des entreprises qui peuvent maintenant transférer le bois récolté dans une région vers d'autres usines du Québec.

 

En mai dernier, le premier ministre Jean Charest déclarait que l'industrie forestière avait un besoin urgent de restructuration, parce qu'elle comptait un trop grand nombre d'entreprises pour les besoins du marché. Le président du Conseil de l'industrie forestière, l'ancien ministre Guy Chevrette, convenait que le Québec comptait une scierie de trop sur cinq.

En juillet, le ministre des Ressources naturelles et de la Faune, Claude Béchard, a annoncé une série de mesures pour réduire les coûts administratifs de la production forestière. Ainsi, la récolte de bois devrait coûter 2 $ de moins le mètre cube.

 

Jusqu'à maintenant, la crise du secteur forestier a entraîné la fermeture d'au moins 130 entreprises et la perte de quelque 12 000 emplois au Québec.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

22/12/2007 QUÉBEC | Après avoir promis de prendre le virage bois pour la future maison de l'OSM, Québec laissera construire la future salle en béton et en acier, et non en bois de structure. «Ce virage ne repose pas sur l'OSM», a tranché hier le PDG de l'Agence des partenariats public-privé, qui pilote le projet.

 

Au moment où il s'apprête à remettre le cahier de charge aux trois consortiums intéressés à construire la maison de l'Orchestre symphonique de Montréal, Pierre Lefèbvre a mis fin aux espoirs de celles et ceux qui voulaient faire de la maison de l'OSM un exemple du savoir-faire québécois en matière de bois d'ingénierie.

 

«Il faut se marier avec un environnement particulier, a argumenté Lefèbvre. Si on construit une symphonie au bois, ça va être particulièrement difficile de le marier au sein du Quartier des spectacles» au centre-ville de Montréal.

 

En clair, le centre-ville de Montréal est condamné à construire en béton.

 

Selon un autre responsable du projet de l'OSM, M. Jean Roy, la future salle de spectacle ne peut pas être construite en bois de structure, comme cela se fait ailleurs, car les normes l'interdisent.

 

«Actuellement, le Code national du bâtiment ne permet pas l'utilisation du bois parce c'est un matériau qui est combustible», ajoutant ne pas savoir comment des pays européens, comme la Finlande, y parviennent. «Si on voulait changer ça avec une ossature de bois, on ne parle plus du même projet», ajoute Jean Roy.

Directive claire

 

Tous les gens de l'Agence des PPP s'entendent pour dire qu'il faudra une directive claire de Québec pour faire le virage bois souhaité et surtout pour modifier le Code du bâtiment en conséquence.

 

C'est pourtant ce que promet le ministre des Ressources naturelles, Claude Béchard, depuis deux mois. Ce dernier veut une charte du bois qui obligerait un contenu minimal de bois de structure dans les édifices institutionnels ainsi que dans les bâtiments industriels et commerciaux.

 

L'idée de faire de la maison de l'OSM un premier exemple du savoir-faire québécois dans le domaine du bois d'ingénierie a été soulignée avec beaucoup d'enthousiasme. Le premier ministre Jean Charest de même que Pauline Marois et Mario Dumont ont donné leur appui.

SOURCEhttp://www.canoe.com/infos/quebeccanada/archives/2007/12/20071222-092701.html

Link to comment
Share on other sites

Journal de Montréal

24/12/2007

Le chef du Parti Vert, Scott McKay, qualifie de «grossière erreur» le refus de l'Agence des PPP de permettre l'utilisation du bois dans la structure de la maison de l'OSM.

Le 21 décembre, le PDG de l'Agence des partenariats public-privé, Pierre Lefèbvre, chargé du projet de salle de spectacle pour l'OSM, tranchait la question: la structure sera faite de béton et d'acier.

La nouvelle a déçu ceux qui comptaient sur la promesse du ministre Béchard de faire de ce projet un exemple de savoir-faire en matière de bois de structure.

Parmi eux, Scott McKay s'est promis de contacter l'ensemble des participants au Sommet de la forêt «pour qu'ils rappellent au gouvernement Charest que l'avenir de la forêt québécoise ne repose plus sur la pâte à papier et les 2 par 4.»

Selon l'Agence des PPP, l'utilisation du bois dans la structure des bâtiments contrevient au Code national du bâtiment parce que c'est un matériau combustible.

«Qu'ils le changent, le code!», s'indigne Scott McKay. «C'est prouvé qu'une grosse poutre de bois résiste mieux et plus longtemps à un incendie que l'acier, qui fond, comme c'est arrivé au World Trade Center. Le chantier ne débutera pas avant 2009, ils ont en masse le temps de modifier le code. Ils n'ont pas hésité à changer les lois pour le projet Rabaska.»

Le ministre Claude Béchard promet depuis deux mois d'ériger une charte du bois qui imposerait que les bâtiments gouvernementaux soient constitués d'un minimum de bois de structure

SOURCEhttp://www.canoe.com/infos/quebeccanada/archives/2007/12/20071224-094706.html

Link to comment
Share on other sites

  • Administrator

Selon l'Agence des PPP, l'utilisation du bois dans la structure des bâtiments contrevient au Code national du bâtiment parce que c'est un matériau combustible.

«Qu'ils le changent, le code!», s'indigne Scott McKay. «C'est prouvé qu'une grosse poutre de bois résiste mieux et plus longtemps à un incendie que l'acier, qui fond,

 

hmmm le bois dure plus longtemps que l'acier dans un feu... l'acier fond, la poutre en bois disparait.

 

:awesome:

Link to comment
Share on other sites

L'autre jour a la télé, les pompiers disaient qu'ils préféraient les grosses poutres en bois aux poutres d'acier car l'acier à tendance à se tordre rapidement avec la chaleur, ce qui n'est pas le cas pour un bois très épais. Le bois brule certe, mais du bois haute densité se consumme très, très lentement. Ainsi les chances de voir la structure s'écrouler brutalement sont donc réduites.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



×
×
  • Create New...