Jump to content

Challenges (France): Les français déchantent au Québec


mtlurb
 Share

Recommended Posts

  • Administrator

Les français déchantent au Québec

Magazine Challenges | 04.10.2007 | Réagir à cet article

 

 

Canada : Le taux de chômage des étrangers atteint 11,5%, contre 4,9% pour les nationaux.

 

Le Canada ne serait-il pas l'eldorado que l'on imaginait pour les immigrants ? Selon les chiffres publiés pour la première fois par Statistique Canada, l'équivalent de l'Insee, le taux de chômage des étrangers au Canada atteint en effet 11,5% après cinq ans de résidence dans le pays, alors qu'il est seulement de 4,9% chez les Canadiens de souche.

 

Lire aussi

Pour les 250000 personnes qui émigrent au Canada chaque année, les désillusions sont parfois fortes. Notamment au Québec, la province où 90% des Français émigrent. D'abord, avant d'obtenir un visa de résident permanent, il faut remplir les critères de la politique d'immigration sélective mise en place par le gouvernement d'Ottawa, composée d'objectifs économiques, démographiques et humanitaires. Sommairement, il faut entrer dans une des quatre catégories d'immigrants suivantes : travailleurs qualifiés, investisseurs, réfugiés, ou immigrants au titre du regroupement familial.

 

Une fois arrivés sur le sol québécois, les nouveaux venus découvrent que la Belle Province est régie par une quarantaine d'ordres professionnels et que, sans un diplôme national, pas question d'exercer son métier d'origine. C'est le cas des infirmières, des médecins ou des ingénieurs français. Ils sont obligés de reprendre des études, de changer de boulot ou de travailler clandestinement. Comme ce jeune ingénieur mécanicien arrivé à Montréal il y a deux ans : «Mon diplôme n'est pas reconnu par l'ordre des ingénieurs du Québec. Tous les employés de notre cabinet sont dans ma situation, mais cela ne nous empêche pas de travailler... avec un statut de consultants.» D'autres, moins chanceux, sont obligés de repartir.

 

50% de retour

Les difficultés des Français ne sont pas que professionnelles. Outre les couacs réguliers dans la communauté francophone où les Français sont souvent considérés comme arrogants, nos concitoyens déchantent aussi dès lors qu'il s'agit de se faire soigner, alors que le système de santé canadien est classé au trentième rang mondial par l'Organisation mondiale de la Santé.

 

Assez discret sur le nombre exact d'immigrants français au Canada - entre 120 000 et 130 000 -, le consulat de France à Montréal estime qu'environ un Français sur deux retourne dans l'Hexagone après quelques années.

Le ministère québécois de l'Immigration, lui, a toujours refusé de donner des chiffres sur le taux d'échec des Français. André Clémence, 55 ans, chef d'entreprise, tempère : «Beaucoup de Français souhaitent que la vie soit comme en France. Ils ont seulement des difficultés d'adaptation.»

 

 

 

par Ludovic Hirtzmann

Link to comment
Share on other sites

Que mes compatriotes sont donc naifs... Je suis désespéré de voir une telle invasion chez vous, amis québécois et je suis encore plus désespéré par leur comportement. Pardonnez les, ils ne savent pas ce qu'ils font. La plupart arrivent encore comme dans une colonie et se croient plus malin que tout le monde. Oui, ils vous méprisent car vous ne parlez pas un "bon" français. Je crois que le plus gros problème est que presque aucun ne s'intégre vraiment, comme le dit la fin de l'article. Ils restent entres eux et continuent de penser par clichés. Et ce ton négativiste que je ne supporte plus, comme dans cet article. Repoussons l'invasion! Des quotas! Des quotas! :P

Link to comment
Share on other sites

  • Administrator

hahahaha ben non :)

 

Greg, c'est pas grave, c'est un pays libre.

 

Ils viennent, ils aiment tant mieux, bienvenue! On veut des gens comme ça!

 

Ils aiment pas? Et bien tant pis, la vie continue, qu'ils retournent chez eux!

 

On ne peux pas plaire à tout le monde.

Link to comment
Share on other sites

Haha, je plaisante bien sûr pour les quotas et j'espère que beaucoup d'autres français pourront bénéficier de la remarquable expérience que j'ai reçu du Québec.

 

Toutefois, je dois constater que l'intégration est rendue beaucoup plus difficle pour les français qui arrivent aujourd'hui qu'elle ne l'était il y a quelques années et pour les raisons qui suivent.

 

Mais d'abord j'aimerais effectuer un petit rappel pour nos amis Canadiens qui ne l'auraient pas encore remarqué: nous souffrons communément de le beau pays qui est le notre d'une maladie appelée le Gallo-centrisme aigu (ou G-difficile :D ) . Cette maladie trouve son origine même aux racines de la culture française et se transmet par un lavage de cerveau quotidien et incessant par les médias et à l'école. Les symptômes sont l'autoglorification de notre soi disant modèle universel (HAHA), laique (HAHA), juste, solidaire et équitable (HAHA). On m'a rabâché les oreilles depuis ma plus tendre enfance "qu'en France on a le meilleur système d'éducation / santé / culturel / etc du monde". Rien que ça. Pour le Français de base (je parle ici d'une caricature, mais pas si loin que ça de la réalité) le québécois est un homme inculte et arriéré et vous prendra pour un fou si vous lui parlez d'indépendance du Québec car il pense au fond de lui même que "jamais les Québécois pourront s'en sortir sans les anglophones" (sic, citation entendue de nombreuses fois par des français étudiants au québec grâce à vos contribuables). Le Français de base ne voyage pas pour découvrir d'autres cultures mais pour se rassurer sur la supériorité du modèle national. Il cherche en permanence à s'expliquer les éléments qui lui sont étrangers par rapport à sa propre culture, bref à "franciser" ce qu'il ne comprend pas.

 

Heureusement, la maladie n'est pas incurable et je connais bien des gens s'en étant "guéris". Je n'ai pourtant en tête qu'un seul traitement: un bain culturel prolongé à l'étranger. Mais lorsque je suis arrivé étudier aux HEC il y a 5 ans, nous étions à peine une petite trentaine à débarquer de la "Métropole". Pourtant j'ai déjà eu un mal fou à m'extraire de ce petit groupuscule pour enfin découvrir la société québécoise "de l'intérieur". Aujourd'hui, aux HEC c'est le tiers des étudiants qui débarquent du pays de Molière alors expliquer moi comment ces gens là pourront dans ces conditions s'intégrer un tant soit peu.

 

Vous avez la chance extraordinaire de naitre dans un pays qui ne se croit pas le nombril du monde, comme dirait Denise Bombardier et je ne sais pas si vous me comprenez. Moi quand je vois tous ces maudits français arrogants vous chier dessus alors qu'ils étudient grâce à vos taxes et ne font même pas l'effort de s'intégrer, en se comportant comme si ça leur était du, ça a le don de m'horripiler extraordinairement. Bravo si vous êtes capables de les supporter mais étant mes compatriotes j'ai parfois très honte d'afficher ma nationalité au Québec. (Au resto, on me demande tout le temps si je connais la règle des 15%... ;) ).

 

Haa je me sens beaucoup mieux après cette séance de french bashing lol. Vous devriez essayer, ça détend. Vive le Québec, voila!

Link to comment
Share on other sites

Mais oui! nombril du monde, autoglorification et blablabla... et puis on a tous un béret et une baguette de pain! Vive les clichés!! et avoir des clichés sur son propre pays c'est grave! T'es resté trop longtemps au Québec mec, il est temps de rentrer je crois...;-)

Link to comment
Share on other sites

Je te l'accorde de bon cœur Titoine, c'était une caricature un peu grossière en effet. Cependant je t'assure que j'adorerais que ce ne soit qu'un cliché mais malheureusement ça fait maintenant deux ans que j'ai quitté le Québec pour l'Asie, je travaille avec des français ici et je ne peux que constater le même genre de comportement de la part de mes compatriotes.

 

Je suis justement rentré en France 2 semaines pour les vacances cet été et c'est rebelotte la même soupe au lait surtout dès que j'allume la télévision et commence à lire le Monde... ça me fait sourire plus qu'autre chose.

 

Une anecdote: la première question qu'on m'a posée en rentrant était de savoir si les thailandais avaient suivi l'élection présidentielle française "puisque c'est la France quand même et c'est les anciennes colonies" (la thailande colonie française...).

 

Et lorsque je suis allé faire un échange Erasmus en Autriche, même combat... Encore une anecdote, dans la résidence pour étudiants internationaux où j'étais à Vienne, les français étaient le seul groupe (avec les chinois) à systématiquement se regrouper, c'était flagrant.

 

Bien sûr, et heureusement, il y a des tas français sympathiques et ouverts. Je ne blâme d'ailleurs aucun français. Je dis juste que notre culture nationale et pour le moins "encombrante" et qu'il est difficile de s'en distancier. Et puis si je ne permets cette petite critique, c'est parce que je fus moi meme très prétentieux sur la position de notre nation par le passé, cela tient peut être de mon milieu socioculturel (2 ans de classe préparatoire commerciale dans un "grand" lycée, ça ne contribue pas à vous rendre modeste :P ). Ma grande inquiétude et de savoir comment tous ces français au Québec vont pouvoir s'intégrer lorsque je les vois si nombreux à débarquer et connaissant le peu d'inclination qu'ils ont à s'ouvrir.

 

Discussion close. Ciao tout le monde! Allez donc vous prendre une pinte aux Dieux du Ciel au lieu de lire ces betises!

Link to comment
Share on other sites

nous les belges y a pas de soucis,car on est déja habitués au monde bilingue et on vient d un pays ou on est aussi minoritaires...c'est donc hyper facile de s intégrer au québec...par contre bizarrement il est plus facile de s intégrer en ...France ..assez incroyable,pourtant on est en principe si proches...les français sont très saoulants ,croient tout connaitre et tout savoir..ca devient fatiguant surtout quand on voit l état de l économie...et surtout les salaires en france pour les classes moyennes sont minables...je travaille à bxl j aurais moins 1000 euros brut par mois en France ça pas de bon sens ça....par contre en belgique on est champions du monde pour les taxes...

Link to comment
Share on other sites

nous les belges y a pas de soucis,car on est déja habitués au monde bilingue et on vient d un pays ou on est aussi minoritaires...c'est donc hyper facile de s intégrer au québec...par contre bizarrement il est plus facile de s intégrer en ...France ..assez incroyable,pourtant on est en principe si proches...les français sont très saoulants ,croient tout connaitre et tout savoir..ca devient fatiguant surtout quand on voit l état de l économie...et surtout les salaires en france pour les classes moyennes sont minables...je travaille à bxl j aurais moins 1000 euros brut par mois en France ça pas de bon sens ça....par contre en belgique on est champions du monde pour les taxes...

 

La Wallonie et le Québec se ressemblent sur plusieurs points, c'est flagrant.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value