Sign in to follow this  
LindbergMTL

Les prix et les ventes de résidences continuent de chuter au pays mais au Québec…

Recommended Posts

March 17, 2009 by Deyanira Bautista

Filed under Marche Immobilier

 

(ces chers journalistes qui mettent encore une fois le Québec dans le même panier que le reste du Canada !)

 

Le prix de vente moyen a chuté de 9,2 % au pays en février, à 281 972 $.

Ottawa — Les prix et les ventes de résidences ont continué de chuter au Canada le mois dernier, comparativement à la même période il y a un an, mais l’activité du secteur était en hausse pour la première fois depuis septembre, a rapporté hier l’Association canadienne de l’immeuble (ACI).

 

Le prix de vente moyen a chuté de 9,2 % au pays en février, à 281 972 $, a indiqué l’ACI. Les ventes ont diminué de 31 % et atteint 25 373 unités le mois dernier, soit le recul le moins important, d’une année à l’autre, à avoir été constaté depuis octobre 2008. Les ventes désaisonnalisées ont diminué de 26,8 %.

 

Le nombre de propriétés vendues par le biais des systèmes MLS des chambres immobilières canadiennes a par ailleurs été de 8,6 % supérieur aux niveaux de ventes désaisonnalisées en janvier, a indiqué l’association.

 

Selon l’ACI, le prix moyen des résidences a diminué en février en grande partie à cause de la baisse des ventes observée en Colombie-Britannique, en Alberta et en Ontario, «où les résidences sont plus chères et la demande s’est affaiblie le plus».

 

Les ventes de février ont baissé le plus en Colombie-Britannique par rapport à l’an dernier, ayant chuté de 46,5 %, à 3653 unités, devant celles enregistrées en Saskatchewan, 32,1 %, à 628 unités, et celles rapportées en Alberta, qui ont reculé de 29,8 % pour s’établir à 3231 unités. Les ventes en Ontario, province qui constitue le plus important marché immobilier au pays, ont diminué de 29,2 % en février, par rapport au même mois il y a un an, et ont atteint 9861 unités. Au Québec, le recul a été de 24,7 %, pour un total de 6042 unités.

 

Les prix ont également chuté le plus en Colombie-Britannique, ayant atteint une moyenne de 421 023 $, en baisse de 12 %.

 

Au Québec, les prix ont grimpé de 1,6 % en moyenne en février par rapport au même mois l’an dernier, pour atteindre 207 927 $.

 

 

Source: La Presse canadienne | Édition du mardi 17 mars 2009

Courtesy of: McGill Immobilier Team

 

http://montrealrealestateblog.com/les-prix-et-les-ventes-de-residences-continuent-de-chuter-au-pays-mais-au-quebec/

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je trouve ces statistiques sur le Québec surprenantes, je connais plein de gens qui refusent de vendre leur maison présentement car le prix offert ( prix du marché) est beaucoup trop bas.

 

Les prix ont baissé aussi au Québec, mais les gens sont moins tentés de vendre.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je trouve ces statistiques sur le Québec surprenantes, je connais plein de gens qui refusent de vendre leur maison présentement car le prix offert ( prix du marché) est beaucoup trop bas.

 

Les prix ont baissé aussi au Québec, mais les gens sont moins tentés de vendre.

 

Probablement parce que le marché du Québec est lui-même hétérogène... dans le sens que les maisons dans des quartiers branchés ou les condos ont probablement plus de chance, en temps de récession, de voir leur valeur baisser... puisqu'ils ont été les premiers à monter en flèche.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By IluvMTL
      http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,42657624&_dad=portal&_schema=PORTAL
      Projet de règlement sur l'offre de logement social, abordable et familial
      Pourquoi la Ville de Montréal élabore-t-elle un règlement sur l’offre de logements?
      En 2005, la Ville de Montréal a adopté la Stratégie d’inclusion de logements abordables dans les projets résidentiels. Cette Stratégie vise à stimuler un développement résidentiel mixte et à soutenir la production de logements abordables, autant privés que sociaux et communautaires.
      Reposant sur des mécanismes incitatifs, cette Stratégie s’applique lorsqu’un projet requiert une modification règlementaire majeure (à l’usage, à la densité ou à la hauteur). Au début de l’année 2018, elle avait généré un potentiel d’environ 6750 logements sociaux et communautaires et autant de logements abordables, auxquels s’ajoutent environ 16 M$ en contributions financières. Les sommes ainsi recueillies servent à favoriser la réalisation de logements sociaux et communautaires et de logements privés abordables ou pour familles.
      En juin 2017, le gouvernement du Québec a adopté une modification à la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme afin de permettre à toutes les municipalités de la province d’assujettir l’émission de permis de construction résidentielle à la conclusion d’une entente sur l’offre de logement social, abordable et familial. Pour utiliser ce nouveau pouvoir, la Ville de Montréal doit adopter un règlement et modifier son Plan d’urbanisme. Ce travail est en cours et il est prévu qu’un projet de règlement et de modification du Plan d’urbanisme soit présenté pour adoption en avril 2019.
      Quelle est la différence entre la Stratégie d’inclusion et le Règlement?
      Le Règlement pourra s’appuyer sur l’expérience de la Stratégie d’inclusion de logements abordables. Il s’agit toutefois d’un outil nouveau dont la conception, la mise en œuvre et les retombées seront nécessairement distinctes de ceux de la Stratégie.
      Stratégie Règlement Incitative Obligatoire Ne s’applique pas aux projets de plein droit. Peut s’appliquer à tout permis de construction résidentielle. Vise essentiellement le logement social et abordable. Vise le logement social et abordable et familial. Pose des principes laissant place à la négociation. Peut revêtir un caractère discrétionnaire. Crée un cadre règlementaire normatif, transparent, harmonisé et applicable à tous. Quand le Règlement sera-t-il adopté?
      La Ville de Montréal a mis en place une démarche rigoureuse reposant sur des analyses et sur la consultation des acteurs concernés. Il est prévu que le Règlement et la modification du Plan d’urbanisme soient adoptés à la fin de l'année 2019.
      Y aura-t-il des consultations?
      Des consultations publiques sur le projet de Règlement et sur les orientations qui le sous-tendent sont prévues au printemps 2019. L’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) sera mandaté pour mener ces consultations.
      Par ailleurs, des groupes d’experts provenant du développement immobilier social et privé ont été rassemblés en mai et en août 2018 pour partager leurs connaissances, analyses et idées, en amont de l’élaboration du règlement.
      Quel effet aura le Règlement sur le marché de l’habitation?
      Le Règlement doit avoir un effet structurant sur le marché de l’habitation, en stimulant la construction de logements sociaux, abordables et familiaux, sans compromettre par ailleurs la vitalité et l’abordabilité du marché résidentiel dans son ensemble.
      L’élaboration du Règlement exige donc une compréhension fine de ses impacts possibles sur le marché de l’habitation. C’est pourquoi la Ville de Montréal a choisi de mener une étude économique en deux volets, portant sur les impacts anticipés du règlement sur les projets immobiliers et sur ses effets sur le marché de l’habitation dans son ensemble. Trois consultants externes spécialisés et un panel d’experts accompagnent la Ville dans la réalisation de ces analyses. Les résultats de l’étude seront rendus publics lors des consultations publiques de l’OCPM.
      Échéancier
      Cliquez pour agrandir  
    • By mtlurb
      350 Maisonneuve
       
      Architectes: Menkès, Shooner, Dagenais, Letourneux
      Fin de la construction:2009
      Utilisation: Hôtel/Résidentiel
      Promoteur: SacresaCanada, Iber Management ( Espagne).
      Emplacement: Quartier des Spectacles, Montréal
      98 mètres (296 pieds) - 28 étages
      Description:
      - Le complexe en «L», comprendra environ 300 unités.

      Plus d'infos et d'images: http://www2.ville.montreal.qc.ca/ldvdm/jsp/ocpm/ocpm.jsp?laPage=projet14.jsp
      1b1.pdf
    • By steve_36
      Voici deux articles intéressants sur la situation de Vancouver présentement. L'une en rapport avec les nombreux condos non vendus du Village Olympique qui commencent à peser lourd sur les épaules de la ville et l'autre sur le tourisme qui n'est pas à la hauteur espéré surtout en période post olympique.
       
      Je post les articles en questions pour démontrer qu'ailleurs aussi on peut faire des erreurs et qu'il y a des problèmes, meme si cela peut paraitre relatif. Montréal, (et le Québec), malgré les ''méchants séparatistes'' et malgré plusieurs problèmes dans l'administration, n'a pas le monopole de la mauvaise gestion et des mauvaises prévisions.
       
      Imaginons un peu les commentaires des ''antis'' si cela se produisait à Montréal ?
       
       
    • By Cataclaw
      Le dernier meet m'a fait réaliser qu'on n'a même pas de fil pour se présenter.
      Un aspect des "meet" que j'aime c'est de pouvoir associer un visage et une personalité au pseudonyme qui va avec.
      Pourquoi ne pas faire ça ici?
       
      Je vais mettre ce fil en "sticky" au dessus de la page. Présentez-vous, chers membres!
       
      --------------------------------------------------------------------------------------
       
      Nom: Cataclaw
      Vrai nom: Luis
      Age: 34 ans (2018)
      Ville: Longueuil (arr. Vieux-Longueuil)
      Nationalité: Né à Montréal, au pied de la montagne, de deux parents portugais
      Langues: Anglais, français, portugais, espagnol, russe (en cours d'apprentissage)
      Occupation: Étudiant à l'unversité Concordia et officier CIC (réserviste, aviation, Forces Canadiennes)
      Comment j'ai connu mtlurb: j'ai connu le forum dès sa création lorsque Malek et une bonne gang de gens sur SSP (Skyscraperpage) ont décidé de quitter pour diverses raisons
      Gratte-ciel Montréalais préféré: 1000 de la Gauchetière pour des raisons sentimentales, mais le 1250 René-Lévesque est impressionant
      Autres intérêts: Musique, informatique, vélo (cyclo-tourisme), soccer, hockey, politique
       
      Photo:

    • By IluvMTL
      https://renx.ca/quebec-forum-tackles-students-seniors-mixed-use-housing-issues/
      Quebec forum tackles rental housing challenges
      Danny Kucharsky | Property Biz Canada | 2018-03-01 An influx of affluent international students in Montreal is providing new opportunities to developers and forcing managers of student housing to up their game, says Jean-Marc Bélanger, vice-president of operations at Cogir Real Estate.
      The Humaniti development in Montreal, by Cogir Immobilier, includes a hotel, condos, multi-res housing, office and retail. (Rendering courtesy Cogir Immobilier)
      He was among the speakers at a session on trends in student housing, seniors housing and mixed-use developments at the recent Quebec Apartment Investment Conference in Montreal.
      “In the last few years, we’ve noticed a major change in the student clientele and their needs,” Bélanger says. Cogir manages about $3.5 billion in real estate, including several student residences in Montreal.
      Although Americans are still the No. 1 source for foreign students, “China is assuming its place in the sun in Montreal,” with a 187 per cent increase in the last few years at Cogir’s student residences.
      More international students
      Roger Côté, vice-president of services at Concordia University in Montreal, says there has been a dramatic increase in American and other international students in the last year to Canada and he attributes the increase to the election of Donald Trump as U.S. president.
      Wealthy students from China as well as the Middle East are increasingly seeking value-added amenities such as games rooms, gyms and yoga spaces, Bélanger says.
      Last year, Cogir installed a beehive at one of its residences serving McGill University students. Residents received training on the importance of bees and harvested and distributed the honey.
      “It’s a small gesture” but it provided a feeling of community, he says. “People really appreciated it.”
      While there are huge growth opportunities in a growing student market, there is a major short-term problem in the Montreal market, he says: Many owners of traditional multi-residential buildings have been offering promotions such as three months free rent to tenants. This has provided some developers with fewer incentives to build new student housing.
      Bélanger says international students are good at paying their rent. For the most part, it’s their parents who pay the rent and students undergo exhaustive credit checks before being accepted as tenants. 
      In addition, Concordia students have to pay their debts before they can graduate, Côté says.
      However, high vacancy rates and significant turnover are major challenges when it comes to housing international students. Bélanger notes there is a 30 to 50 per cent annual turnover rate in its downtown Montreal student residences. 
      That turnover does have benefits, though. It gives Cogir the opportunity to conduct major renovations, primarily during the summer, and to reposition its buildings.
      Seniors also seek more amenities
      It’s not only students who are seeking more when it comes to housing.
      “What we’re building now compared to what we built 10 years ago is greatly different,” notes Michel Bouchard, vice-president, real estate at Le Groupe Maurice, which develops and manages seniors housing in Quebec.
      Seniors want new housing, much larger common areas and better quality finishes, such as quartz countertops. They’re also more technologically adept than ever. A survey conducted by Le Groupe Maurice found 80 per cent of its residents aged 75 and over use tablets or smart phones.
      Demand for seniors housing will remain very strong, says Bouchard, noting there remains 15 to 20 years worth of development potential to accommodate aging baby boomers.
      Staffing an issue for seniors’ homes
      However, he cautions undisciplined developers have created an oversupply of seniors housing in certain markets. “It’s not good for the product, it’s not good for the product’s image, it’s not good for investors.”
      In addition, with unemployment rates currently low, it is a major challenge to find staff for seniors’ homes, he says.
      Given that labour is the largest single expense in seniors’ homes, minimum wage increases have a major impact on operating costs. Bouchard says the difference in minimum wages between Quebec ($11.25 an hour) and Ontario ($14) can make it more difficult for senior homes bordering Ontario to find employees.  
      One such seniors’ project, called L’Initial, is being built in Aylmer, Que., near Ottawa for delivery early next year. “How will we be able to find people and compete with Ottawa where salaries are higher? We’re looking for solutions.”
      Mixed-use projects “are the future”
      Bélanger says mixed-use projects “are the future” of development but bring with them problems both large and small that are not evident when they’re designed on paper.
      He gives the “banal” example of a condo owner’s dog that does its business outside a multi-residential building sandwiched with condos. The condo owner doesn’t scoop up the poop. “Who cleans up the mess?”
      While it’s the condo board’s responsibility, it ends up being cleaned by the janitor of the multi-residential building because “it’s our image” that’s at stake and it’s a common area. Small things like that put pressures on operating budgets.
      Another Cogir property has 250 housing units and a 24-hour gym in the lobby that offers popular cross-fit classes at all hours. While the classes are appreciated by most tenants, the noise from the music and dropped weights can be a nuisance to others. The key to handling such situations lies in being flexible, diplomatic and listening well, he says.
      Despite their complexity, mixed-use projects are well worth it and their benefits outweigh their negatives, Bélanger says. Cogir is co-developing the $200-million-plus Humaniti in downtown Montreal, which combines a hotel, condos, multi-residential housing, office space and retail.
      “We believe very much in them,” because they can satisfy people’s needs all under one roof. “There are other mixed-use projects coming to Montreal, and I’m certain they’ll be successful.”