Jump to content

begratto
 Share

Recommended Posts

Wednesday, September 26, 2007

 

Feast on Montreal's wonderful charm

 

Erica Johnston / Washington Post

 

I've been captivated by Montreal since my first trip there almost 20 years ago, drawn in by two things in particular: the bowls of hot chocolate offered at the city's many cafes -- hey, why settle for a measly cup? -- and the people who packed the streets in July and August, soaking in the two-month party they call summer. It seemed as busy as midtown Manhattan at rush hour, but these people were smiling.

 

So when my oldest and best friend and I realized that our 40th "anniversary" was approaching, I managed to talk her into a celebratory trip over a long weekend. To Montreal, of course.

 

When I arrived on a summer-like fall afternoon, a day before Kathy, I hit the streets. It had been eight years since my last visit. Had I exaggerated the city's charms?

 

From our hotel downtown, I walked a mile or so, past the edge of Chinatown and through the Latin Quarter to the Plateau, the neighborhood where my affection for the city first took root.

 

Along the leafy side streets, spiral staircases wind their way up the outsides of cozy rowhouses. Somehow, it seemed that if I knocked on a few doors, I'd find someone I knew. A few blocks away, Mount Royal, the modest mountain and majestic park on the neighborhood's western flank, rises over the city, offering a constant compass and an instant refuge to anyone who needs one.

 

In a bakery, a boy of about 4 offered me his friendliest "Allo!" I did my best to respond in kind: "Allo."

 

"Oh," he responded. His smile never broke. "Hello!"

 

And that seems to sum up the language issue -- for tourists, anyway. It's far more complicated for residents -- in the place generally acknowledged to be the world's second-biggest French-speaking city. French? English? Whatever. We can work with you.

 

Nearly everyone who crossed our path was unrelentingly friendly. Even the illuminated "man" in the crossing signals has a spring in his step; check it out. Along Rue St. Denis, a beautifully dressed woman stepped out of an elegant bakery with an elaborately wrapped sandwich and handed it with a smile to a homeless stranger. By the time a Metro toll taker wished us a good life -- and seemed to mean it -- we weren't especially impressed.

 

We walked along the lovely Rue Laurier from east to west, from a low-key weekend street market to the decidedly upmarket blocks of fancy shops west of Rue St. Laurent. That street, also called "The Main," has historically served as the unofficial line separating the city's French culture from its English-speaking stronghold.

 

Today's Montreal is often a wonderful jumble, with strong strands of distinct cultures living amongst one another. It's been called a salad bowl -- the concept of Canadian diversity as separate components complementing each other, as compared with the American ideal of the melting pot.

 

In few places is this more true than in Mile End, a historically Jewish enclave that was one of my favorite discoveries of the trip.

 

Mile End, the boyhood home of the late novelist Mordechai Richler (along with his famous protagonist, Duddy Kravitz), is gentrifying rapidly. But though the challenge of change in the neighborhood just north of the swanky part of Rue Laurier riles some, others revel in it.

 

To the outsider, the place offers a kaleidoscopic array: The Asian teenager with an Orthodox Jew's side locks ambles along Rue St. Viateur. At a street corner, black-clad Goth girls check out South American pan flutists. Butcher shops of seemingly every Eastern European persuasion line the streets.

 

Here's where you get your Montreal bagels, smaller, denser and sweeter than their American counterparts. Their supporters insist that these rounds, boiled in honeyed water before baking, are the real deal; the recipe allegedly was brought over by Romanian Jews in the early 1900s.

 

From there, we continued on a mile or so north, to the Little Italy neighborhood and -- more to the point -- the Jean-Talon Market, a huge, year-round public market for regionally grown meats, cheeses, fruits and vegetables. Such spots often serve as my museums, telling me more about a place than most collections of art or artifacts ever could.

 

It was a Saturday, and the joint was jammed with more than 100 stalls and thousands of Montrealers, all pondering the same age-old question: What's for dinner?

 

On Sunday night, as our time wound down, we followed our trip to its logical conclusion: dinner at Au Pied de Cochon, a boisterous bistro that offers an unabashed homage to all creatures fat and fowl, a cuisine that is profoundly, jubilantly Quebecois. Chef Martin Picard, a darling of the back-to-the-land school of cooking, looks like a lumberjack, and kind of cooks like one, too. On the menu: "The Big Happy Pig's Chop," "the Pig's Foot" and steak that tends to be venison, when it's in season. If forced to choose, I'd say our favorite meal was at La Montee de Lait, a smallish refuge tucked into a quiet corner of the Plateau that offers a fixed-price parade of exquisite small plates.

 

And then, sadly, the time came to put down our forks and back away slowly. The air had turned seasonably chilly, and we marveled at the Montrealers sitting at sidewalk cafes. For us, it was freezing, and unthinkable. But they were enjoying it while they could, knowing that everything -- even the temperature -- is relative. And the bowls of hot chocolate couldn't have hurt, either.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Similar Content

    • By mtlurb
      REM de l'est
      Je propose de créer un nouveau fil pour ce projet sorti de nulle part cet après-midi.
      http://journalmetro.com/actualites/montreal/1655839/quebec-allonge-15m-pour-etudier-de-grands-projets-de-transport-collectif/
      "de même que l’extension du Réseau express métropolitain (REM) dans l’emprise du train de l’Est."
    • By ChrisDVD
      Réseau express métropolitain (REM) phase 1

      26 stations / 67 km
      Liens utiles :
      http://www.rem.info/ http://www.nouvlr.com/ https://surlesrails.ca/ https://www.devisubox.com/dv/dv.php5?pgl=Project/interface&dv_pjv_sPjvName=Reseau Express Metropolitain https://www.youtube.com/channel/UCRulWJrtFo8KNxr-2FgILhQ https://twitter.com/REMgrandmtl https://www.instagram.com/rem_metro/ https://www.facebook.com/REMgrandmtl/
      TRAINS
      Voiture de type métro léger, électrique Flotte de 212 voitures Alstom Metropolis Rame de 4 voitures en heure de pointe; rame de 2 voitures en hors pointe Capacité de 150 passagers par voiture (assis et debout) Configuration entre deux voitures de type "boa" Alimentation électrique par caténaire Systèmes et conduite automatisée des trains Vitesse maximale de 100 km/h STATIONS / GARES
      Quais d'environ 80 m de long Portes palières sur les quais Accessibles à pied, vélo, par autobus et en voiture Accès universel Ascenseurs, escaliers mécaniques et supports à vélo Wi-Fi offert sur toute la ligne Préposés circulant dans les rames et stations pour information et contrôle ---
      Fil de discussion pour les prolongements hypothétiques:
      https://mtlurb.com/index.php?/topic/15107-rem-expansion-future/
       
       
       
    • By mtlurb
      Dans LaPresse+
       
      CHICS CONDOS DANS AHUNTSIC
       
       
      DANIELLE BONNEAU
      LA PRESSE
       
      NOM DU PROJET
       
      Terrasse Laverdure
       
      OÙ ?
       
      Le projet se trouve près de la station de métro Henri-Bourassa.
       
      EN TOUT
       
      32 condos et 6 maisons en rangée dans un immeuble en forme de L. Les condos prendront place dans un édifice de cinq étages, qui longera le boulevard Henri-Bourassa. Les maisons en rangée, de deux étages, borderont la rue Laverdure.
       
      APERÇU
       
      Le complexe est construit à la place d’un immeuble qui a déjà abrité un restaurant bien apprécié des résidants du quartier, « La vieille école », et est devenu un lieu de culte par la suite. Le projet a pu aller de l’avant après la tenue d’une consultation publique.
       
      Le Groupe Julmat veut se distinguer en construisant un complexe haut de gamme avec des appartements spacieux et une structure de béton. Pour ce faire, il a fait appel à l’architecte Karl Fischer. Il aura aussi recours à des matériaux de qualité, dont des fenêtres oscillo-battantes en aluminium de la compagnie Alumilex. Tous les stationnements seront souterrains, même ceux des propriétaires des maisons en rangée. C’est pourquoi aucune porte de garage ne sera visible, en façade.
       
      AUTRE PARTICULARITÉ
       
      Une vaste cour intérieure de 4000 pi2 sera aménagée à l’intention de tous les copropriétaires. Celle-ci sera adossée à la cour de la résidence pour personnes âgées voisine, amplifiant l’impression de se trouver dans une oasis de verdure. Le promoteur prend également soin de préserver le plus d’arbres sur le terrain.
       
      Aucune autre aire commune n’est prévue. En l’absence d’une salle d’exercice ou d’une piscine, les charges de copropriétés seront relativement moins élevées.
       
      POUR QUI ?
       
      Une clientèle qui vend sa maison à Ahuntsic ou ailleurs et aime être près de la rivière des Prairies. Plusieurs, avec de grands enfants qui étudient au cégep ou à l’université, apprécient aussi la proximité d’une station de métro.
       
      COMBIEN (TAXES INCLUSES) ?
       
      Condos (il en reste 17 à vendre) :
       
      À partir de 229 000 $, 1 chambre, 769 pi2
       
      À partir de 360 000, 2 chambres, 960 pi2
       
      À partir de 411 000 $, 3 chambres, 1286 pi2
       
      Charges mensuelles de copropriété : environ 19 cents par pied carré
       
      Maisons en rangée (il en reste 3 à vendre)
       
      À partir de 625 000 $, 3 chambres, 2 salles de bains, cour privée donnant sur la cour intérieure, 2539 pi2
       
      Charges mensuelles : 225 $ (pour l’assurance, l’entretien, le déneigement ; chacun est responsable de sa maison)
       
      DANS LE VOISINAGE
       
      Le parc Nicolas-Viel et ses 9 terrains de tennis, traversé par la piste cyclable de la route verte numéro 1, tout près du bord de l’eau. La rue Fleury, avec ses commerces et restaurants, se trouve non loin. La station de métro Henri-Bourassa est à trois coins de rue.
       
      CONSTRUCTION
       
      Elle a débuté. Les copropriétaires devraient commencer à emménager en décembre 2015.
       
      ON AIME ?
       
      Le complexe mettra en valeur le terrain, situé dans un beau quartier. L’ancien stationnement fait place à une grande cour paysagée.
       
      ON AIME MOINS ?
       
      Le boulevard Henri-Bourassa est très passant et manque de charme. Un acousticien veillera à la qualité de l’insonorisation.
       

       

       

       

       

       

       

    • By mtlurb
      Rue Saint-Denis : une longue terrasse pour minimiser l'impact des travaux
       
      Mise à jour le mercredi 10 juin 2015 à 20 h 10 HAE
       
      La Ville de Montréal aménagera une terrasse sur la rue Saint-Denis entre les rues Duluth et Marie-Anne afin de maintenir la vie commerciale de la zone touchée par des travaux de réfection majeurs.
       
      La « Grande Terrasse Rouge » sera déployée dès cet été, mais les travaux ne commenceront qu'en septembre 2015 et devraient se terminer en novembre 2016.
       
      D'autres installations « décoratives » et « festives » seront aménagées, notamment en utilisant les fameux cônes orange. Des banderoles seront aussi suspendues dans les airs pour mettre en valeur les commerces de cette rue.
       
      Les espaces de stationnement seront par ailleurs relocalisés et le chantier sera nettoyé quotidiennement. Des passerelles permettront aussi aux piétons de se déplacer entre les commerces et restaurants.
       
      Les travaux permettront de changer le mobilier d'éclairage, de changer les conduites d'aqueduc et d'égout et de reconstruire les trottoirs.
      Le coût total de ces travaux est évalué à 14,4 millions de dollars, dont 4 millions pour les mesures de mitigation.
       
      Cette initiative fait partie du nouveau programme d'aide financière pour réduire les nuisances sur les artères commerciales lors de chantiers de construction dans la métropole.
       
      « Dans le passé, on a entendu qu'il n'y avait pas d'effort de la part de la Ville de Montréal pour aider les commerçants », a expliqué le responsable des Infrastructures de la Ville de Montréal, Lionel Perez.
       
      Il souligne que la plus grande partie des travaux aura lieu en 2016, et qu'en 2015 « ce sera tolérable ».
       
      Des commerçants mitigés
       
      Certains commerçants accueillent positivement ces travaux et croient que les mesures de mitigation seront efficaces. Ce n'est toutefois pas le cas de tous.
       
      « Oui la période des travaux sera difficile, oui ça va être le bordel quelque part sur la rue, ce sera des travaux majeurs, mais avec les mesures de mitigation et dès 2017, ça va être l'occasion de faire renaître cette rue majeure de Montréal », a affirmé le directeur du marketing des ventes des Guides de voyage Ulysse, Olivier Gougeon.
       
      « Je ne sais pas si ça peut permettre de sécuriser le périmètre de chantier, ce n'est pas si pire. Mais je ne pense vraiment pas que ça sera attractif pour les gens. Je pense qu'ils vont encore plus magasiner ailleurs », a répondu Julie Peneau, une vendeuse de la boutique Paris pas cher.
       
      M. Perez affirme de son côté que les commerçants ont été consultés à plus de neuf reprises concernant les travaux et leurs revendications. Selon lui, ils sont « très contents » de voir que la Ville de Montréal s'investit pour attirer des piétons, des clients, mais ils demandent à être rassurés en ce qui concerne le stationnement.
       

       
       

      Vue aérienne de la rue Saint-Denis, où on peut voir la « Grande Terrasse Rouge » qui sera aménagée cet été. Photo : Ville de Montréal
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value