Jump to content

Recommended Posts

MONTREAL, le 17 sept. /CNW Telbec/ - Monsieur Benoit Labonté, maire de

l'arrondissement de Ville-Marie et membre du comité exécutif responsable de la

Culture, du Patrimoine, et du Design, et monsieur Karim Boulos, maire

suppléant et conseiller d'arrondissement du district de Peter-McGill, vous

convient à une conférence de presse au sujet de leurs démissions.

Link to comment
Share on other sites

oufffffffff!!!! comme tu dis... Benoît Labonté a beaucoup fait au point où on se demandait si ce n'était pas lui le maire de Montréal... Je ne sais que penser... mais on le sentait un peu venir la semaine passée quand Tremblay a annoncé le projet d'une place des festival alors que Labonté était en voyage.

Link to comment
Share on other sites

Le maire de l'arrondissement Ville-Marie démissionne

 

Le maire de l'arrondissement de Ville-Marie, Benoit Labonté, démissionne et siégera à titre d'indépendant. Le conseiller municipal Karim Boulos démissionne également. Benoit Labonté quitte ainsi ses fonctions au comité exécutif, mais conserve son poste de maire d'arrondissement.

Le parti du maire Gérald Tremblay perd ainsi la majorité au conseil d'arrondissement de Ville-Marie.

 

Récemment, Gérald Tremblay avait rétrogradé Benoit Labonté en lui retirant ses responsabilités du centre-ville.

Link to comment
Share on other sites

il est temps que les choses brasse dans l'administration a Montreal.

 

trop de discussion - pas assez d'action.

 

Pour ce qui en est pour la démission du maire d'arrondissement - bien BRAVO! - il avait pourtant les moyens de forcer les commercants de faire le ménage devant leurs commerce - comme dans la plupart des villes d'europe - et pourtant la ville demeure aussi laide et plein de déchets.

 

L'autre soir je suis passé sur Ste-Cath vers 11 h du soir - les poubelles pleine a craqué - débordante sur le trottoir - plein de graffitis. Fait pas grand chose ce maire tant qu'a moi.

Link to comment
Share on other sites

Le maire de Montréal commente la démission de M. Benoit Labonté

 

 

 

Montréal, le 17 septembre 2007 - Le maire de Montréal, monsieur Gérald Tremblay, a commenté la démission de M. Benoît Labonté.

 

« En 2005 j'ai confié des responsabilités importantes à M. Labonté dont les dossiers du centre-ville. À cette époque, il devait proposer un plan de gestion du centre-ville, deux ans plus tard, nous attendons toujours ce plan. J'avais également confié à M. Labonté le mandat du sommet de la culture. Donc, lorsque M. Labonté dit qu'il chérit la culture, je suis surpris. Il abandonne le milieu culturel à un moment crucial pour l'avenir de Montréal », a déclaré le maire de Montréal.

 

« Cette décision de M. Labonté de quitter notre formation politique met finalement un terme à son double discours. Il y a à peine 2 semaines, M. Labonté a confirmait qu'il ferait équipe avec moi aux prochaines élections.»

 

« Je comprends que ma décision de reprendre la responsabilité des grands dossiers que j'avais confié à M. Labonté dérange. Toutefois le temps est venu de donner toute l'impulsion nécessaire à ceux-ci », a ajouté le M. Tremblay.

 

« Nous allons continuer à respecter nos engagements et à accélérer les dossiers prioritaires de notre administration. Je suis convaincu que notre équipe possède toute l'expérience nécessaire pour continuer à défendre avec succès les intérêts des Montréalaises et des Montréalais pendant les six prochaines années », a conclu le maire Tremblay.

Link to comment
Share on other sites

Benoit Labonté se plaint du manque de leadership du Maire Tremblay. Je pensais comme lui avant mais j'ai changé d'idée suite à l'effondrement de la dalle de béton sur De Maisonneuve (et la façon dpnt le maire a géré la crise) et lorsque Tremblay a personnellement prit en charge les grands projets que Labonté avait en main. Pour Labonté, c'est probablement cette dernière décision qui lui a fait "découvrir" le manque de leadership du maire.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

La Presse

Le vendredi 16 novembre 2007

Gérald Tremblay prend les grands moyens pour se défaire du maire de l'arrondissement de Ville-Marie, Benoit Labonté. Il vient de demander à Québec de lui donner le pouvoir d'être lui-même maire de cet arrondissement du centre-ville.

Au cours de son passage devant la commission parlementaire étudiant le projet de loi 22, Gérald Tremblay a exigé une révision en profondeur de la gouvernance du centre-ville de Montréal. Il a proposé une série de mesures qui illustrent sa volonté de prendre le contrôle de l'arrondissement.

 

Selon lui, le maire de la Ville devrait être «automatiquement» le maire de l'arrondissement de Ville-Marie. Par conséquent, Benoit Labonté ne pourrait plus occuper cette fonction.

 

Gérald Tremblay propose une quasi-fusion entre son administration et l'arrondissement de Ville-Marie. Il souhaite que le territoire de l'arrondissement soit divisé en trois districts électoraux - au lieu de cinq - où seraient élus trois conseillers de la Ville. Le maire de Montréal nommerait en plus trois conseillers supplémentaires pour siéger au conseil d'arrondissement. Il aurait donc la mainmise sur la gestion du centre-ville, puisque quatre membres de ce conseil sur sept - incluant lui-même - appartiendraient à son équipe.

 

Gérald Tremblay a également demandé que le directeur général de la Ville occupe le même poste à l'arrondissement de Ville-Marie. Les compétences de cet arrondissement ne seraient pas modifiées, a-t-il noté.

 

Gérald Tremblay souhaite que cette réforme de la gouvernance du centre-ville entre en vigueur dans la foulée des prochaines élections municipales prévues en novembre 2009.

 

Le maire de Montréal a causé toute une surprise en annonçant au beau milieu de son témoignage sur le projet de loi 22 sa volonté de faire main basse sur l'arrondissement de Ville-Marie.

 

«L'administration de Montréal souhaiterait obtenir du gouvernement des dispositions visant à s'assurer que la gestion du centre-ville soit revue afin de servir les intérêts de l'ensemble de la ville et non pas seulement des objectifs locaux définis en arrondissement», a affirmé M. Tremblay, qui était flanqué du président du comité exécutif, Frank Zampino, et du directeur général de la Ville, Claude Léger.

 

La ministre des Affaires municipales, Nathalie Normandeau, se dit prête à se pencher sur la proposition du maire.

 

«Je suis ouverte à ce qu'on regarde ça. Je ne ferme pas la porte, au contraire», a-t-elle indiqué. Mais elle hésite à inclure une réforme de la gouvernance du centre-ville dans son projet de loi 22.

 

«Est-ce qu'on insère ça dans le grand débat qui nous occupe actuellement concernant les pouvoirs habilitants et l'agglomération? On verra», a-t-elle affirmé.

 

Benoit Labonté, démissionnaire du parti de Gérald Tremblay, a refusé de commenter la sortie du maire. Son attaché politique, Jean-Yves Duthel, s'attend à «une levée de boucliers».

 

Selon Gérald Tremblay, M. Labonté s'est déjà dit en faveur d'une telle réforme.

 

«Même quand il était à la chambre de commerce de Montréal, il était d'accord pour que la gouvernance du centre-ville relève du maire de Montréal quel qu'il soit», a-t-il souligné.

 

La tension monte chaque jour un peu plus entre les deux hommes. En septembre, Benoit Labonté a démissionné du parti du maire Tremblay après avoir été rétrogradé au sein du comité exécutif. Il a entraîné avec lui deux autres conseillers municipaux, dont Karim Boulos, ce qui a fait perdre à l'équipe de M. Tremblay la majorité au conseil d'arrondissement de Ville-Marie.

 

Depuis, Gérald Tremblay a récupéré tous les dossiers pilotés par Benoit Labonté: la culture, le patrimoine, le design et le centre-ville. Les deux hommes s'affrontent dans plusieurs dossiers, notamment celui du Quartier des spectacles.

 

L'administration Tremblay-Zampino a déjà jonglé avec l'idée de faire main basse sur l'arrondissement de Ville-Marie. Des échanges ont déjà eu lieu avec le ministère des Affaires municipales en 2005.

Réforme de là gouvernance

 

> Le maire de Montréal devrait être automatiquement le maire de l'arrondissement de Ville-Marie.

> Le territoire de l'arrondissement serait divisé en trois districts électoraux, plutôt que cinq, où seraient élus trois conseillers de la ville.

> Lemaire de la Ville nommerait trois conseillers supplémentaires pour siéger au sein du conseil d'arrondissement qui compterait au total sept membres (incluant le maire).

> Le directeur général de la Ville devrait être automatiquement le directeur général de l'arrondissement.

> Les limites territoriales et les compétences de l'arrondissement ne seraient pas modifiées.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value