Sign in to follow this  
mtlurb

De passage à Davos, Jean Charest promet des mesures pour soutenir l'emploi, quitte à

Recommended Posts

De passage au Forum économique de Davos, le premier ministre Jean Charest dit prévoir de nouvelles mesures pour «soutenir l'emploi» dans le budget de mars prochain, quitte à plonger le Québec en déficit.

 

Pour en lire plus...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By IluvMTL
      https://www.lobby.gouv.qc.ca/servicespublic/consultation/ConsultationCitoyen.aspx
      Registre des lobbyistes
      Brookline   Mandat : Période couverte par le mandat : du2018-08-01au2018-12-31   Contrepartie reçue ou à recevoir : de 50 000 $ à 100 000 $   Objet des activités : Proposition législative ou réglementaire, résolution, orientation, programme ou plan d'action   Renseignements utiles : Le mandat consiste à représenter le client auprès de l’arrondissement Ville-Marie pour obtenir les approbations nécessaires à la réalisation d’un projet mixte (commerce de détail et résidentiel) sur les lots 1 066 111, 1 066 112, 1 066 113, 1 066 149, 1 066153, 1 066 154 et 1 066155 situé à l’angle de la rue Pierce et de la rue Saint-Catherine Ouest. Les activités auprès de l’arrondissement englobent principalement une demande d’étude préliminaire auprès de la division d’urbanisme, patrimoine et services aux entreprises et une demande de projet particulier de construction, de modification ou d'occupation d'un immeuble, en vertu du règlement CA-24-011 pour faire approuver une densité et une hauteur de bâtiment plus élevée des normes prévues au règlement d’urbanisme #01-282 qui sera précisé dans le cadre du travail de conception en cours. Par exemple une densité autorisée de 3.0 au règlement d’urbanisme #01-282 pour atteindre 6.0 tel que permis au plan d'urbanisme et une hauteur maximale de 14 m à 35 m tel que permis au plan d'urbanisme.
    • By Cataclaw
      Le dernier meet m'a fait réaliser qu'on n'a même pas de fil pour se présenter.
      Un aspect des "meet" que j'aime c'est de pouvoir associer un visage et une personalité au pseudonyme qui va avec.
      Pourquoi ne pas faire ça ici?
       
      Je vais mettre ce fil en "sticky" au dessus de la page. Présentez-vous, chers membres!
       
      --------------------------------------------------------------------------------------
       
      Nom: Cataclaw
      Vrai nom: Luis
      Age: 34 ans (2018)
      Ville: Longueuil (arr. Vieux-Longueuil)
      Nationalité: Né à Montréal, au pied de la montagne, de deux parents portugais
      Langues: Anglais, français, portugais, espagnol, russe (en cours d'apprentissage)
      Occupation: Étudiant à l'unversité Concordia et officier CIC (réserviste, aviation, Forces Canadiennes)
      Comment j'ai connu mtlurb: j'ai connu le forum dès sa création lorsque Malek et une bonne gang de gens sur SSP (Skyscraperpage) ont décidé de quitter pour diverses raisons
      Gratte-ciel Montréalais préféré: 1000 de la Gauchetière pour des raisons sentimentales, mais le 1250 René-Lévesque est impressionant
      Autres intérêts: Musique, informatique, vélo (cyclo-tourisme), soccer, hockey, politique
       
      Photo:

    • By mtlurb
      Voici le top30 des membres les plus bavards sur mtlurb
       
      Habsfan 11 278
      Malek 8 698
      monctezuma 8 289
      IluvMTL 7 172
      acpnc 7 106
      Cataclaw 5 954
      yarabundi 5 349
      jesseps 5 263
      MtlMan 5 194
      Rocco 4 590
      mtlurb 4 317
      Memphis 22 3 924
      WestAust 3 900
      mark_ac 3 438
      LindbergMTL 3 370
      ToxiK 2 878
      steve_36 2 857
      cjb 2 855
      UrbMtl 2 749
      ErickMontreal 2 570
      JFrosty 2 416
      denpanosekai 2 184
      Davidbourque 2 079
      ScarletCoral 2 012
      Gbx 1 990
      franktko 1 966
      nephersir7 1 947
      MartinMtl 1 944
      Cyrus 1 925
      ProposMontréal 1888
    • By loulou123
      BLADES OF GLORY
      Le STADE COMME DÉCOR. Qui eût cru qu'en 2007 le Stade olympique de Montréal serait en vedette dans un film hollywoodien! C'est le cas dans Blades of Glory, une nouvelle comédie avec Will Ferrell où Montréal est à l'honneur.
       
      «On a eu tellement de plaisir à tourner à Montréal qu'on aurait aimé y tourner tout le film», dit le plus sérieusement du monde Will Ferrell, en entrevue à Los Angeles la semaine dernière.
       
      Blades of Glory est une satire du milieu du patinage artistique dans laquelle Will Ferrell campe un champion déchu.
       
      Ceux qui iront au cinéma à partir du 30 mars n'auront pas qu'un air de déjà-vu, le film est une vraie carte postale touristique de la ville !
      Tournées l'hiver dernier pendant deux semaines, les scènes du film ont comme décors le Vieux-Montréal, le canal de Lachine, l'Usine Five Roses, l'intérieur et l'extérieur du Palais des congrès et, bien sûr, le Stade olympique où se déroule la finale de patinage artistique.
       
      «C'est assez rare que Montréal fasse partie du scénario. Ça ne s'est fait qu'à deux ou trois reprises, comme dans The Score, avec De Niro (2001), et Taking Lives, avec Angelina Jolie (2003)», précise Adrian Knight, directeur montréalais des lieux de tournage.
       
      Mis à part le facteur économique, ce qui a séduit les deux réalisateurs du film est l'architecture des années 70.
       
      «On aime Montréal, on est fans de l'architecture de la période olympique avec le Stade et Habitat 67, même s'il y en a plusieurs là-bas qui détestent ça !» ont déclaré Josh Gordon et Will Speck, également en entrevue la semaine dernière à Los Angeles.
       
      Ces derniers ont aussi été attirés par les canaux fluviaux de la ville où ils ont pu tourner une course en patins.
       
      Ils ont toutefois eu des petits pépins avec le bassin Bonsecours qui n'était pas tout à fait gelé en mars, ce qui a eu pour effet de repousser les délais de tournage de deux semaines.
       
      Non seulement ils ont tourné une partie du film dans la métropole, mais les spectateurs seront surpris d'entendre quelques figurants s'exprimer en «québécois».
       
      Rémy Girard
       
      Il y a même Rémy Girard qui fait une courte apparition en homme d'Église au début du film.
       
      «Normalement, les équipes qui tournent dans une ville font semblant que ça se déroule ailleurs. Nous, on a mis Montréal partout: sur les sacs, les chaussures, les manteaux», ajoute un des réalisateurs.
       
      De fait, sur les objets promotionnels et affiches du film, le nom de Montréal est bien en évidence.
       
      À Montréal, on se réjouit d'une telle visibilité.
       
      «Ce film sera vu par des millions de personnes dans une soixantaine de pays. Aucune campagne de pub ne peut acheter ce niveau d'exposure», dit Hans Fraikin, du Bureau du cinéma et de la télévision du Québec.
       
      «Les retombées économiques d'un tel tournage sont importantes», affirme Adrian Knight, directeur des lieux de tournage, précisant que chaque lieu de tournage bénéficie par le fait même d'un cachet.
       
      Blades of Glory (Les Rois du patin) sort en salle le 30 mars.
       
      Le film 300, qui bat des records au box-office en ce moment, a été entièrement tourné à Montréal dans les studios Mel's, et ce sont trois sociétés montréalaises qui ont produit les effets visuels.
    • By mtl_yul
      Pas de train haute vitesse entre Montréal et New York
      12 octobre 2007 - 07h09
      Presse Canadienne
       
      Au moment où il lance un grand chantier de renouvellement des infrastructures, le gouvernement du Québec renonce au projet de train rapide entre Montréal et New York, un méga-projet d'au moins 4 milliards $.
       
      Cliquez pour en savoir plus : Transport ferroviaire | Chef de l'état | Jean Charest | Eliot Spitzer | Québec-New York
      Le projet, qui flotte dans l'air depuis des années, n'est plus dans les cartons du gouvernement et ne fera pas partie des échanges tenus vendredi, à New York, entre le premier ministre Jean Charest et le gouverneur de l'État de New York, Eliot Spitzer.
       
      Pourtant, en octobre 2005, à Albany, lors du dernier sommet Québec-New York, le gouverneur de l'époque, George Pataki, et le premier ministre Charest avaient clairement dit que l'idée d'un lien ferroviaire haute vitesse entre l'État de New York et le Québec était hissée au rang de «projet» à réaliser à court terme.
       
      Les deux hommes s'étaient engagés à tout mettre en oeuvre pour que le projet se réalise.
       
      Aux yeux de M. Charest, ce projet constituait un «symbole fort et puissant» des liens qui unissent les deux voisins, et un moyen de plus de réduire les émissions de gaz à effet de serre, par la promotion du transport en commun.
       
      Or, deux ans plus tard, le dossier n'a pas bougé.
       
      Dorénavant, au ministère des Transports, plus modestement, on mise plutôt sur l'amélioration des infrastructures actuelles, ont indiqué plusieurs sources gouvernementales au cours des derniers jours à La Presse Canadienne.
       
      Si ce projet était devenu réalité, les passagers auraient pu faire le trajet Montréal-New York en quatre heures à peine, au lieu de 10 actuellement.
       
      Certaines évaluations fixaient à 500 000, voire 700 000, le nombre additionnel de voyageurs intéressés à faire la navette entre les deux villes, si un tel train à haute vitesse avait vu le jour.
       
      En 2004, une étude de préfaisabilité, menée par le New York State Department of Transportation et Transports Québec, avait fixé à 4 milliards $ US le coût de réalisation du projet, uniquement pour la construction des voies ferrées sur 613 kilomètres, dont seulement 77 au Québec.
       
      Les Américains auraient donc dû assumer la plus grande partie de la facture, soit au moins 4 milliards $, sans compter les wagons et locomotives.
       
      Le train de passagers, qui aurait roulé à 240 km/h, nécessitait la construction de plusieurs ponts et tunnels dans les Adirondacks, d'où un coût élevé.
       
      Pour Québec, la facture des voies ferrées était évaluée à 110 M$.
       
      À l'époque, en 2005, le ministre fédéral des Transports, Jean Lapierre, s'était montré prêt à envisager un financement d'Ottawa pour la portion canadienne du trajet. Mais à l'automne 2006, Ottawa avait refroidi les ardeurs de Québec, alors que le ministre Lawrence Cannon jugeait que le projet n'était pas rentable.
       
      Électricité à vendre
       
      Vendredi, à New York, après avoir prononcé une allocution devant 400 gens d'affaires, le premier ministre Charest rencontrera pour la première fois le nouveau gouverneur de l'État, Eliot Spitzer.
       
      Au cours des derniers mois, M. Spitzer a rendu publiques ses priorités en matière de transport, mais le train rapide New York-Montréal n'en fait pas partie.
       
      Même si plusieurs sujets sont à l'ordre du jour de la rencontre, il est clair que la vente d'hydroélectricité au voisin du sud arrive au premier rang des priorités du Québec dans ses relations avec New York.
       
      «Nous, on peut faire de l'argent et en même temps on aide l'environnement», a résumé le ministre du Développement économique, Raymond Bachand, lors d'un entretien téléphonique jeudi.
       
      Québec plaidera aussi pour assurer la fluidité du corridor de commerce entre les deux États.
       
      Les dossiers d'environnement et de sécurité seront aussi à l'agenda, de même que la tenue souhaitée d'un quatrième sommet Québec-New York. Les trois premiers ont eu lieu en 2002, 2004 et 2005.
       
      L'État de New York est le principal partenaire commercial du Québec aux États-Unis. En 2006, la valeur totale des échanges commerciaux a atteint 10,2 milliards $.
       
      Un sommet avait été atteint en 2000, avec 14,1 milliards $ d'échanges.