Jump to content

mtlurb
 Share

Recommended Posts

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Similar Content

    • By iamthewalrus
      1902

      1903

      1902

      1902

      1895

      1895

      1902

      1880

      1902

      1902

      1902

      1887

      1902- ce à quoi Montréal devait ressemnbler 25 ans plus tard

      1902- une enseigne au ciel

      1902- Montréal de l'avenir

      1902- l'image en bas au milieu représente un déménagement du futur, par le ciel

    • By mtlurb
      Montréal, Hollywood en moins vulgaire
       
      Lorsque Next, le magazine du quotidien Libération, se penche sur "ceux qui aujourd'hui dessinent notre futur", il s'arrête à Montréal, où fleurit l'industrie du jeu vidéo, nourrie aux programmes d'aide gouvernementale et aux bonnes tables de la ville.
       
      "Depuis une dizaine d'années, Montréal est devenue l'une des places fortes du multimédia et notamment du jeu vidéo. Les plus grands éditeurs y possèdent leurs studios, des cursus universitaires forment les professionnels de demain et il ne se passe pas une semaine sans qu'un Français, un Anglais ou un Américain ne pose ses valises à Montréal pour y travailler. Montréal, c'est la nouvelle Hollywood avec quelques dizaines de degrés de moins en hiver et sans les limousines vulgaires de la côte ouest. Et, le soir, tout ce bon monde se croise dans les bars à néons de la rue Sainte-Catherine, dans les concerts d'Arcad Fire et de Malajube ou dans les lounges hypes du boulevard Saint-Laurent. Sans oublier le Pied de cochon [rue Duluth], mais pas tous les soirs", s’extasie Next dans un reportage dans cet Éden ludique, de la bringue et des univers virtuels.
       
      "Et pourtant, ce n'était pas gagné d'avance", poursuit Next. "En 1998, le premier ministre du Québec, Lucien Bouchard, lance la Cité du multimédia, un programme visant avant tout à redynamiser le Faubourg des Récollets, quartier d'usines et d'entrepôts tout près du centre-ville qui, depuis les années 1960, avait salement souffert des délocalisations et de l'extinction de certaines branches industrielles. Les immeubles sont réhabilités, rendus aptes à l'activité tertiaire et, surtout, le gouvernement offre un joli cadeau aux investisseurs étrangers sous forme d'un crédit d'impôts. Concrètement, il s'engage à rembourser à hauteur de 40 % des salaires à concurrence de 15 000 dollars canadiens par salarié. Cela prend la forme d'un crédit d'impôts remboursable égal à 40 % de chaque personne travaillant dans le secteur du multimédia. Et pour faire bonne mesure, le gouvernement s'engage à ce que cette incitation soit renouvelée jusqu'en décembre 2010. Pas besoin d'en rajouter, toute l'industrie a pigé l'aubaine. D'autant que c'est exactement le moment où le jeu vidéo cesse d'être une affaire de bricoleurs dans des garages et commence à se structurer en grands éditeurs capables de mettre plusieurs centaines de milliers de dollars sur la table pour créer un jeu. En quelques mois, les demandes affluent et les structures gouvernementales de Montréal n'hésitent pas à lancer des invitations aux studios américains, français ou anglais. Les fonderies du début du XXe siècle au nom pittoresque, Darling Brothers ou Ives & Allen, sont désormais les locaux des Microïd, TeamSoft, DotCom ou Cryo."
       
      Pour Next, c'est comme si le clinquant du jeu vidéo avait dépoussiéré la ville. "Du coup, en l'espace de dix ans, Montréal a changé de visage. Ville jeune, moderne et plutôt branchée. Sans toutefois effacer totalement les réminiscences un peu provinciales de certains quartiers. Le long du boulevard Saint-Laurent, à deux pas des studios Ubisoft, les grandes bâtisses de brique, vestiges de l'industrie textile démantelée dans les années 1970, les boutiques qui n'ont pas bougé d'un pouce depuis les années 1950, ont encore un charme vieillot qui s'acclimate bien de la floraison des bars à DJ où de jolies filles servent des cocktails cubains ou brésiliens."
       
       
       
       
      21:39 Publié dans Amériques | Lien permanent | Commentaires (1) | Envoyer cette note | Tags : Québec, Montréal, multimédias
       
       
       
      Commentaires
       
      La cité des médias est superbe et il y a tant de choses à voir...
      Il y a aussi la CAE pour le training par vol simulé. Montréal est une ville très dynamique. Elle me fait penser en plus tranquille à New-York pour son cosmopolitisme et sa vie nocturne ou diurne intense. Le milieu de la mode est très dynamique, les restos, les concerts, et les belles longues ballades à vélo. Hummmmm, miam miam!!!
      Montréal est la ville où il fait bon vivre. Le bilinguisme sinon le tri, le 4, le 5 linguisme et plus, c'est passionnant. À chaque coin de rue et chez les montréalais, la joie de vivre et de s'éclater dominent.
      Son aspect francophone devra être préservé coûte que coûte car c'est ce qui fait son absolu charme. Montréal est la ville où il fait bon y être pour toujours.
      Merci de rappeler que Montréal est en pleine vibration/connection avec le monde entier.
      Ecrit par : Bibi | 15.11.2007
    • By Grumpy
      Laissez-moi vous presenter un des meillieurs villes belge : Bruges
       
      Location in Belgium
       

       
      Belfry and Market Square
       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       
      The Begijnhofm, still used to house nuns
       

       

       

       
      Some other pics (in no particular order)
       

       
      In the background you can see the modern Concertgebouw (Concert hall)
       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       
      .../
    • By ErickMontreal
      Le Canada fait dur à l'international
       
      (Corus Sports)- «Quand on est à l'international, on fait rire de nous. Les autres nous regardent et nous disent qu'on a l'air riche, mais qu'on fait dur en bout de compte.»
       
      Mercredi à Pékin, l'escrimeuse Canadienne Sherraine Schalm a retenu l'attention. Frustrée de subir l'élimination face à une Hongroise moins bien classée qu'elle, Schalm a été vulgaire envers son adversaire et son équipe à la fin du match.
       
      En entrevue quelques heures plus tard, Schalm a expliqué la raison de son débordement de frustration. C'est que la Canadienne doit s'entraîner en Hongrie à longueur d'année, faute d'infrastructures au Canada. Mais voilà qu'à quelques semaines des Jeux olympiques, les Hongrois l'ont expulsé de leur centre d'entraînement. Excuses faites à l'équipe hongroise, Schalm a soulevé un tout autre problème, celui du manque d'infrastructures au Canada.
       
      L'haltérophile à la retraite québécoise Maryse Turcotte comprend exactement la frustration de Schalm, allant même jusqu'à dire que le Canada n'est tout simplement pas équipé pour rivaliser sur la scène mondiale.
       
      «Je crois que c'est le cas pour plusieurs athlètes ici au Québec, au Canada. On a le talent, mais on n'a juste pas les mêmes moyens que les autres pays. Les autres ne nous battent pas parce qu'on n'a pas de coeur ou de talent, mais pas parce qu'il manque d'infrastructures.»
       
      «Faut aussi regarder ce qu'on réussit à faire avec nos moyens. Je comprends qu'on ne doit pas juste investir dans le sport non plus. On n’a pas totalement les mêmes valeurs que les Chinois ou les Américains.»
      Des paroles à proscrire
       
      Malgré tout, Turcotte ne cautionne pas les paroles incendiaires de Schalm, ni ses gestes à la fin du combat. L'escrimeuse a refusé de serrer la main de son adversaire, tout en lançant un «F*** you all» au clan hongrois.
       
      «Un athlète qui est rendu au niveau olympique, c'est parce qu'il a acquis la maturité d'y être. Le contrôle des émotions doit être parfait. Un athlète qui ne contrôle pas ses émotions à la base va avoir de la difficulté à se classer pour les Jeux et s'il réussit, il va se planter là-bas.»
       
      Frédéric Bhérer / Corus Sports
    • By ProposMontréal
      Bon, je vais m'amuser un peu ici et y placer des vidéos d'archive sur Montréal.
      Merci surtout à l'ONF et youtube
       
      Victoria Bridge, 8th wonder of the world.
      http://www.nfb.ca/film/victoria_bridge_the_8th_wonder
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value