Jump to content

mtlurb
 Share

Recommended Posts

  • Administrator

Mulroney: un Québécois blessé

 

 

08/09/2007 10h38 e-journaldequebec.gif

Oubliez les savantes analyses sur «la vengeance de l’Irlandais» et sur le désir de Brian Mulroney de dépasser Pierre Elliott Trudeau dans les livres d’histoire. L’histoire est plus simple: «le petit gars de Baie-Comeau», Québécois dans ses tripes, espérait réconcilier ses «chums» de l’université Laval de Québec, avec son Canada. Malheur à ceux qui se sont mis sur son chemin!

 

 

La question – qui fut le meilleur premier ministre? – des professeurs d’université en ont déjà disposé: le bilan de Mulroney fut, et de loin, meilleur que celui de son rival.

 

Mais ses amis québécois lui avaient parlé de «la nuit des longs couteaux» et des cicatrices que cela avait laissées.

 

C’est tout de même bien Lucien Bouchard, entre autres, qui lui avait fait dire, à Sept-Îles le 6 août 1984: «Il y a au Québec des blessures à guérir, des inquiétudes à dissiper, de l’enthousiasme à recréer et des liens de confiance à rétablir (…) Nous modifierons la Constitution pour que le Québec puisse signer – avec dignité et fierté – le document qu’il a rejeté en 1981…»

 

On peut dire que, le 30 avril 1987, Brian Mulroney avait tenu parole: il avait amené ses dix collègues des provinces à signer un document constitutionnel remplissant les conditions posées par Robert Bourassa pour signer la Constitution d’avril 1982. Ce sont deux Québécois, Pierre Trudeau le 27 mai suivant, et Lucien Bouchard le samedi 19 mai 1990, qui ont torpillé l’opération et ont certainement privé Brian Mulroney d’une place importante dans les livres d’Histoire du Canada.

 

D’ailleurs, beaucoup de premiers ministres de l’époque, comme Peter Lougheed de l’Alberta et David Peterson de l’Ontario, ont regretté par la suite que l’Accord du lac Meech ait été rejeté – par Clyde Wells de Terre-Neuve. Ils jugent que c’eût été un bien petit prix à payer pour acheter la paix constitutionnelle et éviter surtout le référendum d’octobre 1995.

 

Contrairement à ce que disaient les dirigeants du Parti libéral du Canada cette semaine, ce n’est pas seulement le Parti conservateur qui a payé cher cette crise politique.

 

Il faut rappeler qu’après le départ de Brian Mulroney, le Bloc a fait élire 54 députés au Québec et Lucien Bouchard est devenu chef de l’Opposition aux Communes, tandis que le Parti réformiste de Preston Manning arrivait à Ottawa avec 52 députés de l’Ouest. Ah oui, Jean Chrétien devenait premier ministre, mais seulement avec l’appui de l’Ontario et des Maritimes. Ce n’est pas tout à fait le Canada ça!

 

Brian Mulroney règle-t-il ses comptes avec l’auguste Pierre Elliott Trudeau? Bien sûr. Un peu… Mais si le premier tient des propos très durs dans ses Mémoires, il faut se souvenir des insultes du second dans La Presse et le Toronto Star du 27 mai 1987. Le rédacteur en chef du quotidien de la rue Saint-Jacques aurait souhaité modifier des passages, la conclusion en particulier, qui accusait Brian Mulroney d’être un «pleutre» et les premiers ministres des provinces des«eunuques». «J’ai signalé à Monsieur Trudeau que certains passages de son texte allaient un peu loin», m’avait confié Michel Roy. Mais l’homme avait refusé de changer quoi que ce soit.

 

Quant à la «trahison» de Lucien Bouchard, elle a peut-être fait encore plus mal car elle confirme que Brian Mulroney fut bien imprudent de «flirter» avec des nationalistes québécois. Les signes avant-coureurs de la démission de Bouchard n’ont pas manqué. Déjà en décembre 1988, lorsque la Cour suprême avait voulu empêcher Québec d’interdire l’affichage commercial en anglais, Bouchard s’était rangé du côté de Robert Bourassa. Contre Brian Mulroney. Ce fut la première rupture entre les deux copains de la Faculté de droit de l’université Laval.

 

Puis en février 1990, Lucien Bouchard m’avait quasiment annoncé sa démission. Ministre de l’Environnement, il multipliait les mises en garde au Canada anglais au point où le Bureau de Brian Mulroney exigeait de voir ses discours avant qu’il ne les prononce. Mais les bureaucrates n’avaient pas assisté à l’entretien de deux heures que nous avons eu ensemble, assis sur le bord de mon lit, dans un hôtel de Chicoutimi. Il m’expliquait les raisons de son engagement avec le Parti conservateur à Ottawa…

 

«On peut pas continuer comme ça: il faut qu’ils nous acceptent comme on est, me dit Bouchard le 9 février 1990. Mulroney, c’est quelqu’un qui est allé à Ottawa à la tête d’une délégation de nationalistes, pas des agressifs, pas des fanatiques mais des gens de bon sens… Mulroney, c’est celui qui a été porté au pouvoir par le Québec pour aller tenter de façonner le visage du fédéralisme d’une façon telle que ce soit un peu plus hospitalier pour nous… Ce que René Lévesque lui-même n’aura pas pu expliquer au Canada anglais, les francophones du Québec ont pensé que Mulroney, lui qui parle bien l’anglais, qui est un anglophone lui-même, pourrait l’expliquer… Le pire, c’est que Mulroney non plus, ça marche pas…»

 

Pourquoi Lucien Bouchard n’a-t-il pas quitté le gouvernement du Canada alors ? Il était jeune marié. Il venait d’être père pour la première fois de sa vie, à 52 ans. Il était fauché, presque ruiné par un récent divorce. Il avait besoin d’argent, et ce n’étaient pas ses amis du Parti québécois – Bernard Landry et Jacques Parizeau en particulier – qui pourraient l’aider avec une nomination politique: eux aussi étaient dans l’opposition.

Qui, de Brian Mulroney ou de Lucien Bouchard a trahi l’autre? Curieux retour de l’histoire, la une du Journal de Montréal, cette semaine, ressemblait beaucoup à celle du Journal de Québec du 6 novembre 1981, après la «nuit des longs couteaux». Un mot en particulier ressort en grosses lettres: «trahi»! [Cette première page du Journal de Québec, avec la photographie de Pierre Trudeau et de Jean Chrétien, hilares, et le gros titre: «Le Québec est trahi!», Lucien Bouchard va la brandir le 25 octobre 1995, en direct sur tous les réseaux de télévision du pays…] Voilà bien la seule chose sur laquelle Lucien Bouchard et Brian Mulroney se rejoignent encore aujourd’hui: dans la nuit du 4 au 5 novembre 1981, Pierre Trudeau et Jean Chrétien ont «trahi» le Québec. Cela n’empêche pas le Canada anglais de dormir. Et au Québec, la blessure n’est toujours pas cicatrisée…

Link to comment
Share on other sites

Je n'ai aucune difficulté à croire qu'il soit blessé mais il ne faudrait pas qu'il perde de vue que lui aussi en a blessé beaucoup de gens!

 

C'est ça, faire de la politique — c'est un jeu où les susceptibilités peuvent être passablement malmenées.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value