Sign in to follow this  
Malek

1985-2008 Salaires: augmentations zéro

Recommended Posts

Salaires: augmentations zéro

 

9 décembre 2008 - 06h00

 

La Presse

 

Claude Picher

 

Un travailleur québécois qui gagnait 30 000 $ en 1985 en empoche aujourd'hui 52 903 $ si ses augmentations salariales, au fil des années, ont été identiques à la moyenne. En 23 ans, son salaire a donc augmenté de 76%, ce qui paraît fort impressionnant.

 

Ces chiffres, et ceux qui vont suivre, sont calculés à partir de données publiées hier par le ministère du Travail et l'Institut de la statistique du Québec.

 

Or, ces montants ne tiennent pas compte de l'inflation. C'est ce que les experts appellent des chiffres nominaux. Ils ne reflètent donc pas la réalité, puisque l'inflation, année après année, vient gruger les augmentations salariales. Si vous obtenez 2% d'augmentation, mais que les prix à la consommation grimpent également de 2%, votre pouvoir d'achat demeure inchangé.

 

En soustrayant la croissance de l'inflation de la croissance salariale nominale, on obtient un portrait fidèle de la situation. Par exemple, en 1986, les augmentations salariales moyennes au Québec ont atteint 3,7%. Cette année-la, par contre, l'indice des prix à la consommation a grimpé de 4,7%. En termes réels, le pouvoir d'achat des travailleurs, en dépit de leurs hausses salariales, a donc diminué en moyenne de 1%.

 

Et voici maintenant ce qui s'est passé, en termes réels, entre 1985 et 2008. Le salaire moyen, au Québec, a augmenté d'à peine un dixième de un pour cent ! Cela signifie qu'en tenant compte de la hausse des prix à la consommation, le salarié qui gagnait 30 000$ en 1985 en gagne aujourd'hui 30 033$. Autrement dit, les travailleurs québécois ont réussi à préserver leur pouvoir d'achat, ce qui est bien, mais ils ne se sont pas enrichis, ou si peu.

 

La nouvelle n'est pourtant pas aussi sombre qu'il n'y paraît.

 

Les montants que nous venons de voir sont exprimés avant impôts. Depuis 1985, Québec et Ottawa ont annoncé d'importantes baisses d'impôts, en grande partie ciblées sur les ménages à revenus faibles ou moyens. Pour les contribuables dont les revenus sont inférieurs à 50 000$, le revenu personnel disponible (l'ensemble des revenus de toutes provenances, moins les ponctions fiscales et contributions sociales de toutes sortes) a donc augmenté, ce que confirment d'autres études.

 

Au Québec, les baisses d'impôts étaient particulièrement axées sur les familles. Un jeune couple à revenus moyens, avec deux ou trois enfants, a donc toutes les chances d'avoir augmenté son pouvoir d'achat même si l'inflation est venue gruger ses augmentations salariales. En revanche, un cadre célibataire qui gagne 75 000$ a très probablement un pouvoir d'achat inférieur à celui de 1985.

 

Comme le montre clairement le tableau dans la page, la croissance salariale en termes réels est demeurée négligeable, et parfois même négative, pendant toute la période étudiée.

 

Au début des années 80, alors que l'inflation dépassait les 4%, les hausses salariales ne parvenaient pas à rattraper les hausses de prix. Ainsi, un salaire de 30 000$ en 1985 se situait en moyenne à 35 230$ quatre ans plus tard; mais sous l'effet de l'inflation, ce montant ne valait en réalité que 29 788$. Ainsi, malgré des hausses salariales de 17% en quatre ans, les travailleurs se sont légèrement appauvris à cette époque.

 

Pendant toute la période, 1994 ressort comme la meilleure année, alors que les 30 000$ de 1985 valaient en termes réels 30 650$. Mais ce chiffre est un leurre qui camoufle une mauvaise nouvelle. Cette année-là, l'économie québécoise a connu une période de déflation, c'est-à-dire que les prix, au lieu de monter, descendaient. Ainsi, les augmentations sala riales moyennes de 1994 se situaient en moyenne à 0,4%, mais comme les prix à la consommation ont reculé de 1,4% à la même époque, le pouvoir d'achat des salariés a augmenté de 1,8%.

 

Au premier coup d'oeil, on peut se dire que c'est bien agréable de voir les prix descendre, mais en réalité, la déflation est un véritable fléau, pire que l'inflation. En période de déflation, tout le monde (consommateurs, entreprises) reporte ses achats à plus tard en espérant que les prix vont continuer à chuter. Les stocks invendus s'accumulent . Les entreprises ferment, l'économie est paralysée.

 

À travers toutes ces variations, ce qu'il importe de retenir, c'est qu'en 2008, les salaires, à quelques poussières près, sont en termes réels au même niveau que 23 ans auparavant.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By Fortier
      On parle beaucoup du Montréal souterrain ces temps-ci. J'ai donc créer un fil.
       
    • By loulou123
      13/08/2007 Un nouveau lien routier entre Montréal et Laval pourrait être construit grâce au prolongement de l'autoroute 440.
      Le tracé passerait par Sainte-Dorothée, traverserait la rivière des Prairies et se rendrait à l'autoroute 40 via l'Île-Bizard, Pierrefonds et Kirkland.
       
      Ce sont les travaux de prolongement des autoroutes 25 et 30 qui ont ravivé cette vieille idée. Le projet avait déjà été présenté une première fois il y a 35 ans, mais il avait été mis sur la glace après le moratoire de 1977.
       
      Les maires de l'ouest de l'île préfèreraient un boulevard urbain, mais le maire de Laval Gilles Vaillancourt croit qu'une autoroute est la seule solution pour régler les problèmes de circulation.
       
       

    • By CFurtado
      Lors de la signature du traité de la Grande Paix de Montréal avec les nations amérindiennes il y a 309 ans, Montréal comptait à peine 1 200 habitants. Voilà le genre d’anecdotes qui parsèment le nouveau spectacle multimédia Signé Montréal, présenté lundi par le musée Pointe-à-Callière. Les visiteurs habitués à l’ancienne vidéo qui parcourt toute l’histoire montréalaise en 18 minutes seront charmés. La salle a été largement repensée, et sur un gigantesque écran en U de 270 degrés, les grands moments de la métropole défilent de façon dynamique.
       
      Au sol, les vestiges de fondations datant de l’époque des premiers colons retrouvent vie grâce à un ingénieux système de projection et d’éclairage. Dans le casque d’écoute, Montréal se raconte (bientôt en huit langues) de façon optimiste mais sans complaisance (on ne manque pas de parler du coût du Stade olympique, par exemple!).
       
      Les Iroquoiens et leurs maisons longues, les fondateurs De Maisonneuve et Jeanne Mance, l’invasion anglaise (1760), l’essor économique, l’arrivée des premiers triplex (1891), la mode du tramway (jusqu’à 54 lignes), l’Expo 67 et ses 50 millions de visiteurs : tout y passe. Le spectacle est «un beau cadeau pour que les touristes aient accès à l’histoire de Montréal rapidement», indique la directrice générale du musée, Francine Lelièvre.
       
      Le coût du projet s’élève à 2,5 M$, mais celui-ci durera dix ans, précise Mme Lelièvre. Il faut y ajouter 1 M$ pour le réaménagement de la salle de 185 places, qui comprend aussi une scène pouvant accueillir des évènements corporatif. Des jeux virtuels animent en outre le site internet du musée, et un magnifique ouvrage reprend les grandes lignes du spectacle ainsi que son iconographie.
       
      http://www.journalmetro.com/linfo/article/679501--montreal-vu-par-pointe-a-calliere
       
      Petit video:http://vimeo.com/16288680
    • By monctezuma
      Alta Condominiums
       
      Illustration fournie par Les Constructions G. Melatti.
       
      3. Alta Condominiums
       
      1900, boulevard Angrignon (à l'intersection du boulevard Newman)
      Environ 370 appartements répartis dans trois immeubles de 13 étages
      Promoteur et constructeur: Les Constructions G. Melatti Rak&Rak Architectes
      Superficie: de 700 à 1800 pieds carrés
      Prix: de 229 000$ à 875 000$ (taxes incluses)
      >Le bureau des ventes ouvrira au début du mois de janvier, mais le promoteur a commencé à prendre des réservations.
      La construction débutera aussi en janvier.
       
      Les Constructions G. Melatti, entreprise familiale très active à LaSalle depuis plus de 40 ans, s'apprête à construire les premières tours d'habitation en copropriété à LaSalle. Un défi qu'elle voulait relever depuis longtemps! Elle mise sur la proximité de la station de métro Angrignon, du parc et du Carrefour Angrignon et d'un mégacentre commercial pour attirer une clientèle variée. Aussi offre-t-elle un vaste choix d'unités, allant du studio à l'appartement-terrasse de type penthouse réparti sur deux paliers. Le premier immeuble comptera 90 appartements. Les unités surplombant les boulevards Newman et Angrignon auront de grandes fenêtres pour profiter des vues superbes sur le centre-ville et le mont Royal. Une salle d'exercice, un sauna ainsi qu'une salle de réception seront aménagés au rez-de-chaussée. Le stationnement souterrain sera réparti sur deux niveaux. Les copropriétaires devraient emménager au printemps 2012.
       
      http://montoit.cyberpresse.ca/habitation/immobilier/201011/17/01-4343631-onze-projets-a-lasalle.php
    • By WestAust
      Situé dans le magnifique quartier St-Henri, Le District Atwater est un magnifique projet de 4 étages avec ascenseur qui offre de nombreux espaces verts, la proximité du centre-ville et l’avantage de rouler à vélo ou pique-niquer sur le bord du Canal Lachine, faire l’achat de savoureux produits frais et locaux au Marché Atwater, déguster un bon repas dans l’un des nombreux restaurants de la rue Notre-Dame ainsi que la proximité de tous les services (épiceries, banques, SAQ, CLSC, gym et autres). Des condos bien pensés avec plusieurs avantages comme un balcon privé, des comptoirs de granit et un espace de rangement privé pour chaque unité. De plus, Samcon est le seul constructeur à offrir une garantie complète de 2 ans sur tous ses condos en plus de la garantie de 5 ans de l'APCHQ. Aussi, en achetant un condo Samcon, vous bénéficiez gratuitement des conseils de nos spécialistes en décoration intérieure qui vous guideront dans vos choix de couleurs et de finis lors de votre visite au Centre de Design Samcon, unique à Montréal. Notez que ce projet se qualifie pour le programme de subventions de la Ville de Montréal.
       
      http://www.samcon.ca/96-condos-a-vendre/Sud-Ouest-District-Atwater-Cliquez-ici-pour-plus-dinformation.html