Jump to content

La confiance des consommateurs à un niveau de récession


mtlurb
 Share

Recommended Posts

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Similar Content

    • By loulou123
      (PRESSE)Trente milliards de dollards devront étre investis a montréal au cours des deux prochaines décennies pour la mise a niveau des infrastructures, souterraines et de transport en commun.A l instar du fonds de l eau,qui permettra d autofinanacerles travaux d infranstructures dans le réseau souterrain a partir de 2013, l administration Tremblay-Zampino envisage la mise sur pied d un fonds similaire,celui ci dédié aux infrastructures routiéres.C est qu a révélé le président du comité exécutif de la ville de Montréal ,Frank Zampino,en entrevue avec Montreal Express.(ce fonds pour les infrastructures routiéres permettrait de mettre a niveau non ponts,viaducs et l ensemble du réseau artériel.Nous nous sommes engagés a investir 500millions dollard dans nos infratructures routiéres,notament pour corriger le probléme des nids-de-poules, mais cette somme n est pas suffisante pour la remise a niveau de toutes les rues )explique M.Zampino.Selon lui montréal nécessitera des investissements de 30 milliards au cours des 20 prochaines années,soit 10milliards pour les infrastructures routiéreset 10 milliards pour les infranstructures de transport en commun.Les deux autres paliers de gouvernement seront appelés a contribuer ,comme c est notament le cas du fédéral avec la taxe d accise sur l essence et du gouvernement du Québec pour le métro de montréal .Mais Montréal n en reste pas la et réclame également des pouvoirs habilitants en matiére fiscale et administrative pour continuer son dévloppement.(Nous dépendons de l impot foncier qui représente environ70pour100 de nos revenus sur un budget de 4 milliards dollard , poursuit M.Zampino .Nous voulons obtenir une partie de la croissance générée a Montréal.Chaque fois qu un milliard est investi ici,les gouvernements supérieurs retirent chcun 150millons .On demande a Québec et a Ottawa de partagerla moitiéde ces retombées avec nous)(Si le gouvernement n accorde pas d attention a sa métropole,elle qui crée plus de la moitié de la richesse au Québec , nous serons toujours en retard par rapport a Toronto et aux autres grandes villes du monde.Ajourd hui ,la compétition se fait entre les grandes villes ,pas entre les pays)soutient le président du comité exécutif.Le maire Gérald Tremblay et Frank Zampino doivent rencontrer sous peu le chef du parti québéquois et celui de l Action démocratique su Québec pour les sensibiliser aux besoins de Montréal.
    • By ouaouaron
      Du site de BBC News - 2 articles sur la conférence à McGill en fin de semaine, in "the Canadian city of Montreal" - lol
       
      Forum tackles genocide prevention
      Local people in front of burnt out buildings in Darfur
      Delegates said atrocities continued to this day in Darfur
      A conference in the Canadian city of Montreal has been discussing ways to try to prevent genocide.
       
      Delegates heard from survivors of the Nazi Holocaust, as well as genocidal campaigns in Rwanda and Cambodia.
       
      Many delegates referred to the current crisis in Darfur, Sudan, which has been described as "genocide in slow motion".
       
      "It seems that for the most part the vow of 'never again' was not taken seriously," Payam Akhavan, the conference chair, told AFP news agency.
       
      Esther Mujawayo, a Rwandan woman who lost her mother, father and husband in the 1994 genocide, said she was sceptical about the world's willingness to prevent atrocities.
       
      "Don't tell me you didn't know. The world did know. The world looked away. You knew but did not have the will," said Mrs Mujawayo.
       
      "When the people were evacuating, the French, the Belgians, the Americans, all the expatriates, they even evacuated their dogs and their cats," while Rwandans were left behind, she said.
       
      'Arm opponents'
       
      Much of the discussion at the conference, sponsored by McGill University's law faculty, has centred on how to prevent common aspects of genocides, like media outlets demonising potential victims and foreign bureaucratic inertia preventing intervention.
       
      But a controversial thesis was also presented by the French scholar, Gerard Prunier.
       
      He said the only way to stop government sponsored mass killings was to give military backing to opponents of that government.
       
      "If we decide that in fact what is going to happen is of a genocidal dimension, we have to support, including militarily, the people who are fighting against it," he said.
       
      He told the BBC that would mean arming and assisting the rebels fighting against government-backed militia in Darfur.
       
      Some two million people have been displaced and at least 200,000 have died during the four-year conflict in western Sudan.
       
       
       
       
      Can the world stop genocide?
       
      Can the world stop genocide?
       
      A conference in the Canadian city of Montreal has been discussing ways to prevent genocide. BBC world affairs correspondent Mark Doyle, attending the meeting, asks whether this can be done.
       
      Remains of victims of the Rwandan genocide laid to rest at the Murambi Genocide Memorial.
      Some 800,000 Rwandans were slaughtered in 100 days in 1994
      The 75-year-old woman sat on stage in front of hundreds of United Nations officials, legal experts and academics.
       
      The day before, Marika Nene had travelled from Hungary to Canada - the first plane she had ever taken on her first journey outside Hungary.
       
      She was not intimidated by the gathering. Her long hair was lit up by a stage light and her facial features were strong.
       
      But the strongest thing about Marika Nene, a Roma - or Gypsy - woman who was trapped in the anti-Gypsy pogroms during World War II, was her determination to tell her story.
       
      "I had no choice. I had to give myself up to the soldiers," Marika Nene said through a translator.
       
      "I was a very pretty little gypsy woman and of course the soldiers took me very often to the room with a bed in it where they violated me. I still have nightmares about it".
       
      Many members of Marika Nene's Roma family died in the work camps and the ghettos.
       
      She had travelled to Montreal to give a reality check to the experts and UN officials at the "Global Conference on the Prevention of Genocide".
       
       
      We do not need to have a legal finding that genocide has been committed in order to take preventive action
      Payam Akhavan
      Former war crimes prosecutor
      She was joined by other survivors - from Rwanda, Cambodia and the Jewish holocaust. They all told their horrific stories bravely.
       
      But there was something especially extraordinary about the elderly Roma who had transported herself from a village in eastern Hungary into the glare of an international conference in one of the most modern cities in the world.
       
      It was an example of what Nigerian Nobel Prize-winning author Wole Soyinka would later describe to me as one of those points where people meet each other in a spirit of "egalitarian awareness".
       
      Six million Jews or one million Tutsis are just numbers. But this strong Roma woman was a human being who was not ashamed to tell her story.
       
      Betrayal
       
      The Montreal conference drew personalities from the UN, academia and the legal profession.
       
      Romeo Dallaire
      Romeo Dallaire could do little to prevent the Rwandan genocide
      The general aim was to build pressure on politicians to take mass killings - even in far-off places about which we know little and sometimes care less - far more seriously.
       
      If that sounds like a fuzzy and vague ambition, Canadian Gen Romeo Dallaire, who commanded a UN peacekeeping force in Rwanda during the 1994 genocide, begged to differ.
       
      Gen Dallaire led a force in Rwanda which was betrayed by UN headquarters in New York - his mission was starved of resources and so forced to observe genocide rather than stop it.
       
      Since that failed mission, he has made a career out of lobbying politicians to do better on issues like peacekeeping, abolishing the use of child soldiers and nuclear disarmament.
       
      "This conference is aimed especially at young people," said Gen Dallaire from a hotel surrounded by the campus buildings of McGill University, which organised the conference.
       
      "If these young people became politically active," he continued, "they could dictate a whole new concept of what national interest should be and what humanity should be."
       
      What is genocide?
       
      Payam Akhavan, professor of international law at McGill and a former prosecutor at the UN war crimes tribunals for the former Yugoslavia and Rwanda, said defining genocide mattered from a legal point of view - but that analysing how it could be prevented was the real point.
       
      Pol Pot in the 1970s, and shortly before his death in the 1990s
      Pol Pot, who led Cambodia's Khmer Rouge, was never brought to justice
      "The legal definition of genocide is contained in the 1948 Genocide convention," he told me.
       
      "In simple terms, it is the intentional, collective destruction of an entire human group based on national, racial, religious or ethnic identity."
       
      "But the key point", Mr Akhavan continued, "is that we do not need to have a legal finding that genocide has been committed in order to take preventive action."
       
      That is because, of course, by the time the lawyers have decided a mass killing fits their definition, it is usually too late to act.
       
      The Iranian-born professor said it was necessary to think about the ingredients of genocide, which he listed as:
       
      * incitement to ethnic hatred
      * demonisation of the target group
      * radicalisation along ethnic or religious lines
      * distribution of weapons to extremist groups
      * preparation of lists of those to be exterminated
       
      Similarities
       
      As someone who personally witnessed and reported on the Rwandan genocide, I found it quite disturbing to read about other mass killings.
       
       
      Genocides can only be stopped by the people directly involved
      Gerard Prunier
       
      It was not the details which I found shocking, but the spooky similarities that kept cropping up across the world.
       
      The lists prepared by the Hutu extremists in Rwanda, for example, were mirrored by the obsessive recording of the details of victims by the Khmer Rouge in Cambodia.
       
      The yellow identity stars Jews were forced to wear in World War II were the equivalent of the ethnic identity cards every Rwandan had to carry.
       
      This is the grim opposite of Wole Soyinka's "egalitarian awareness". It is the social science of genocide, which appears to have common features across history.
       
      The conference aimed to isolate and analyse Mr Akhavan's "early warning" factors to raise awareness.
       
      But what to do with the information?
       
      As speaker after speaker reminded the Montreal conference, the US government, among others, has asserted that genocide is being committed right now in the Darfur region of Sudan.
       
      It was continuing even as we sipped our coffee in softly carpeted rooms and nibbled our Canadian canapes.
       
      Everyone has known about it for several years but virtually nothing had been done to stop it.
       
      A dissident voice
       
      So all the talk about "early warnings" and "United Nations peacekeeping forces" and "the will of the international community" could be said to amount to little.
       
      Local people in front of burnt out buildings in Darfur
      The US and others have said a genocide is unfolding in Darfur
      At this point, a controversial scholar intervened with comments which challenged the entire conference.
       
      French author Gerard Prunier, like the proverbial ghost at a wedding, said genocides could not be prevented by the international community.
       
      "When you see a dictatorial regime heating up, everyone starts talking, talking, talking ... and by the time the talking stops, either matters have quietened down or they have happened."
       
      And that is the crux of the matter, according to Mr Prunier - it is difficult for politicians or the military to intervene in a situation that has not yet evolved into a crisis.
       
      Give war a chance?
       
      So what is Mr Prunier's solution?
       
      "Genocides can only be stopped by the people directly involved - and usually that means people involved in the war that accompanies most mass killings."
       
      And if it is the government committing the genocide, the solution is "arm the rebels", he says.
       
      "It won't be clean - it will be messy," the French author said, "but it is more likely to stop the mass killing than international intervention."
       
      To a large extent, Mr Prunier has history on his side. The Holocaust only ended when the allies destroyed Hitler's regime.
       
      The killing fields of Cambodia's Khmer Rouge were only stopped when the Vietnamese army moved in. And the genocide in Rwanda only ended when the Tutsi rebels overthrew the extremist Hutu regime.
       
      Against this, it could be argued that some interventions have worked - for example the Nigerian intervention in Liberia, which was followed up by a UN peacekeeping mission.
       
      It seems that resolving dramatic human rights abuses may require some of the diplomacy and the "international good will" that flowed so freely in Montreal.
       
      But as well as what Winston Churchill called "Jaw Jaw", some situations, it seems, may only be resolved by "War War".
    • By loulou123
      14/12/2007 La presse française s'arrête cette semaine sur le Québec avec un mélange de nostalgie et d'orgueil. Étrange tableau, entre le vide spirituel laissé par la désertion des églises et l'irruption de saoulards anglophones sur le Plateau Mont-Royal.
      «Le Québec n'a jamais été vraiment "libre"» avertit le quotidien catholique La Croix avant de poursuivre avec regret «mais il a été catholique. Il y a encore soixante ans, l'Église était partout: des consciences villageoises aux stratégies politiques, des syndicats aux hôpitaux. La Belle Province fut un modèle de chrétienté où l'Église régnait en maître, non par contrainte [sic], mais par une suite de liens historiques tissés à partir de la matrice catholique et française. Cet âge d'or - ou obscur, selon certains - vécut son apogée au cours des années 1950. Aujourd'hui, à peine un demi-siècle plus tard, c'est la panne de transmission.»
       
      Le crépuscule guette même l'église québécoise, car «dans cinq ans, 80% des prêtres actifs de la province de Québec seront à la retraite. Le taux de pratique dominicale oscille entre 5 et 10 % selon les régions.»
       
      La désolation règne selon Marc Pelchat, prêtre du diocèse de Québec et pourfendeur du mythe de la grande noirceur terminée par «une» - comme l'écrit La Croix - révolution tranquille. «La révolution ne s'est pas faite contre l'Église, affirme-t-il mais par l'économie qui s'est américanisée dès les années 1960.»
       
      Des Gaulois résistent sur le Plateau Mont-Royal «En 2006, les francophones sont, pour la première fois, devenus minoritaires à Montréal. Ils ne représentent plus que 49,8% de la population», écrit Le Figaro après la publication des données du recensement 2006.
       
      Toute la ville s'anglicise? Non car «Il existe des exceptions à Montréal. Outre le riche quartier d'Outremont, le très branché Plateau Mont-Royal, village d'Astérix de 50 000 habitants, est surnommé "le quartier des Français" par les Québécois.»
       
      Cet îlot de résistance toute française survit grâce à des «bistrots [qui] servent des expressos». Voilà pour la potion magique. Voire, ces Gaulois d'Amérique et pas d'Armorique ont transmis leurs traditions aux Montréalais qui «ont troqué le pain de ménage pour les baguettes de boulangeries très parisiennes.»
       
      L'apport de la civilisation française ne s'arrête pas là. Le Figaro explique encore que «L'influence du Plateau sur le mode de vie du reste du Canada a été considérable. Le quartier compte 8% d'artistes. Cela n'a pas échappé aux Canadiens anglais et aux Américains, qui vantent régulièrement ce quartier bohème si frenchy.»
       
      Cet oasis est néanmoins menacé, non parce que le français recule, mais par l'invasion de soudards venus de l'autre côté du grand fossé. «La nuit, les rues du quartier ont perdu leur calme. Des hordes de jeunes anglophones souvent saouls hurlent à qui mieux mieux.» Horreur!
    • By Habsfan
      Le jeudi 17 janvier 2008
       
       
      Legault a refusé de présenter un match de la NFL à Montréal
       
      Les Patriots à Montréal? Cela n'est pas impossible.
       
      Réjean Tremblay
      La Presse
       
      Les rêves des fans de la NFL de voir du football de la Ligue nationale à Montréal ne sont pas si utopiques qu’on pourrait le croire.
       
      En fait, même si les nids-de-poule et les menaces des cols bleus font partie du quotidien des citoyens de la ville et font le désespoir de plusieurs, des entrepreneurs dignes de confiance sont souvent pressentis dans le but de réaliser des événements d’envergure dans la métropole à Gérald.
       
      Ainsi, en février dernier, la NFL a offert à Normand Legault d’organiser en octobre un match au Stade olympique. Il a refusé pour diverses raisons. Mais si M. Legault change d’idée, s’il décide finalement d’aller de l’avant, « la porte est encore ouverte », a-t-il expliqué hier lors d’une entrevue.
       
      La lettre que la NFL a fait parvenir à Legault est très précise. On parle de deux matchs de la saison régulière. Encore bien plus, le 2 février, vers midi, Legault a discuté des différents aspects du projet avec Jay Sweeney, vice-président de NFL-Canada. C’est là qu’il a appris qu’on pourrait s’entendre sur une visite des Colts d’Indianapolis « ou d’une équipe de l’Est des États-Unis » qui n’excluait pas les Patriots de la Nouvelle-Angleterre.
       
      Normand Legault a étudié le volumineux et très détaillé cahier des charges fourni par la NFL et avait jusqu’au 30 avril pour donner sa réponse. Il a préféré décliner l’offre de la NFL.
       
      IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII
       
      Mais pourquoi refuser un match du circuit professionnel le plus prestigieux en Amérique du Nord ?
       
      « Plusieurs raisons ont motivé ma décision, a expliqué M. Legault. Il faut savoir, que je reçois de nombreuses offres d’affaires dans une année. Il n’y a que 24 heures dans une journée et on ne peut pas tout faire. Et l’offre de la NFL était une très grosse affaire à organiser. Le cahier de charges est énorme. C’est une grosse production à monter, une très grosse promotion que de juste répondre aux exigences de la NFL sur le plan organisationnel. Un match régulier de la NFL, juste pour accueillir les gens des diverses divisions de la ligue, pour préparer les vestiaires et les quartiers pour les joueurs, pour recevoir et fournir les services requis aux télévisions impliquées et aux médias qui suivent le gros cirque, c’est beaucoup, beaucoup de travail », a dit M. Legault.
       
      Évidemment qu’un match des Colts ou des Patriots un lundi soir au Monday Night Football (on parlait de la semaine de l’Action de grâces) comme en parlait Jay Sweenay lors de ses discussions avec Legault, c’est très bon pour une ville et une province. « Je n’ai pas sondé ni la Ville ni la RIO. Dans ce genre d’affaires, le simple fait d’en parler pour obtenir des informations aurait fini par faire les manchettes. J’aurais été plus tenté de m’embarquer à fond dans le projet si quelqu’un ou une institution avait partagé le risque financier.
       
      « La NFL ne précise pas dans son cahier de charges combien de millions elle exige pour un match de saison régulière. C’est très habile : si elle a 4 millions en tête et que le promoteur offre 5 millions, elle rafle un million de plus au passage. Et s’il offre en offre trois, elle se contente de dire non merci, ce n’est pas assez. Il faut savoir que les équipes visiteuses reçoivent 40 % des recettes d’un match. C’est un exemple seulement mais je présume que les Colts doivent toucher 2 millions pour un match et le club visiteur quelque chose comme 1,5 million. Plus les résultats des ventes faites dans le stade. Ça donne une idée de ce que j’aurais dû payer pour aller plus loin. »
       
      IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII
       
      Il y a d’autres raisons à ce refus. Normand Legault n’est pas un ami personnel de Bob Wetenhall, le propriétaire des Alouettes, mais il le connaît suffisamment pour éviter de jouer dans ses platebandes. « Je pense que j’aurais pu vendre les 60 000 billets pour le match. Quant aux commanditaires intéressés à s’afficher dans un match vu par une quinzaine de millions de téléspectateurs, que ce soit le Canada ou le Québec par exemple, on aurait pu leur offrir un plan intéressant. Mais je présume qu’on serait allé dans le réservoir des entreprises intéressées à s’associer au football, donc aux Alouettes. Je respecte assez M. Wetenhall et j’aime assez Larry Smith pour éviter d’envahir leur marché pour un seul match. »
       
      Il y a encore plus. Dans le fond, ce que la NFL faisait en sondant Legault, c’était se payer une étude de marché faite par un promoteur expérimenté. Il ne faut pas se leurrer, si le match avait été un succès colossal tant pour Montréal, pour le promoteur et pour la NFL, ce n’est pas Normand Legault qui aurait eu la possibilité de faire des démarches pour obtenir une concession. C’est une affaire pour les milliardaires qui se payent des jouets à profits. La NFL ne veut pas de groupes ou de consortiums.
       
      Et puis, dernier point, il est évident que Normand Legault en a déjà plein les baskets de ses éternelles négociations avec les politiciens et les fonctionnaires de l’hôtel de ville. S’embarquer dans une promotion aussi complexe et dispendieuse dans le contexte actuel, c’était trop.
       
      Quand même, on ferme les yeux, le Stade olympique rempli, Peyton Manning à la ligne de mêlée…
       
      En attendant, les Bills de Buffalo vont disputer un match à Toronto l’an prochain…
       
       
      J'écoutais CKAC Sports ce matin, et Réjean Tremblay était un des invités. Ils parlaitent justement de cet article de Tremblay. Apparament que le communauté d'affaire de Montréal ne s'est pas lancée dans ce projet. La reception était plutôt tiède. Autre point décevant, c'est vrai que Legault doit être écoeurer d'être obliger de négocier avec la ville qui plus que souvent, reste intransigeante ou difficile lors de négociations.
       
      Tout ça pour nous prouver encore une fois comment que nous sommes une belle gang de colonisé qui ne peuvent pas penser en grand. Réalisez vous? LA NFL NOUS A APPROCHÉ POUR PRÉSENTER PAS UN, MAIS DEUX MATCHES DE LA NFL!!! Pi on a dit NON!!! Belle bande de cave!
       
      Pendant se temps là, Toronto SAUTE sur la chance de présenter 2 matches des Bills(qui sont poches) tandis que nous refusons la chance de voir Tom Brady ou Peyton Manning! Calisse qu'on est poche! :banghead:
    • By yarabundi
      Avant d'ouvrir le lien sachez que la Désencyclopédie est une parodie de Wikipédia et que l'ambiance générale flotte dans l'irrévérence.
      Cela étant dit, et l'ayant parcouru en biais, je me suis arrêté sur la rubrique ayant pour objet Montréal. Allez-y voir et j'aimerais bien avoir vos opinions sur le sujet. Pas seulement et pas nécéssairement sur Montréal soit dit en passant.
       
      le lien direct sur Montréal :
       
      http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Montr%C3%A9al
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value