Sign in to follow this  
mtlurb

Pour une économie de 60 000$, on se prive de retombées de 45 millions $

Recommended Posts

Pour une économie de 60 000$, on se prive de retombées de 45 millions $

Une bonne affaire ? C’est nous prendre pour des imbéciles !

Martin Lambert

Le Soleil

lundi 16 juillet 2007

 

 

 

rien.gifJ’ai pris quelques jours de réflexion avant de me décider à répondre aux allégations des conservateurs. Quelques jours pour voir si j’étais seul à croire que ce gouvernement n’avait rien compris et qu’ils se moquaient de la population et des citoyens.

 

La semaine dernière, le syndicat représentant les employés de Prévost Car organisait une conférence de presse pour dénoncer le fait que le gouvernement conservateur de Stephen Harper avait décidé d’octroyer un contrat de fabrication de 30 autocars à une firme allemande. Le message envoyé par le syndicat n’était pas teinté de chauvinisme : nous ne réclamons pas de droit ce contrat, mais nous soulignions que, dans le contexte de la crise qui sévit dans le secteur manufacturier tant au Québec qu’au Canada (240 000 emplois perdus en 4 ans !), le minimum acceptable aurait été que le gouvernement accorde ce contrat à l’un des deux manufacturiers canadiens d’autocars.

 

Mais non ! Pour une simple question de coût, notre bon gouvernement se fera livrer ses autocars par bateau de l’Allemagne ! Sans aucune retombée économique pour le Canada. Même pas pour l’entretien de ses véhicules !

 

Une décision odieuse, irrespectueuse

 

Déjà que la décision est à mon avis odieuse et irrespectueuse pour les contribuables canadiens, les explications fournies par le député conservateur de Lévis/Bellechasse et par le ministre des Travaux publics sont scandaleuses.

 

Reprenons-les une à une. M. Blaney mentionne que le gouvernement a bien agi car les règles ont été suivies à la lettre en choisissant le plus bas soumissionnaire. Il ajoute que de toute façon, Prévost Car n’aurait pas eu le contrat, car il existe un écart de 25 000$ entre le prix de Prévost et le prix du plus bas soumissionnaire, soit celui de SETRA, la firme allemande.

 

M. Blaney, le syndicat n’a jamais dit que les règles n’avaient pas été suivies à la lettre.... Nous affirmons que cette règle n’a aucun sens ! Qu’elle n’aurait jamais dû s’appliquer si votre gouvernement avait eu à coeur l’intérêt des Canadiens et des Québécois. De plus, nous ne réclamons pas le contrat (pour nous-mêmes), nous réclamons que les biens fournis pour le gouvernement canadien soient de fabrication canadienne afin d’encourager les entreprises et les salariés qui paient des impôts !

 

Une bonne affaire ? C’est nous prendre pour des imbéciles !

 

Comme si ces déclarations n’étaient pas suffisantes, le ministre des Travaux publics, Michaël Fortier, en a ajouté en disant : « C’est une bonne affaire ! ». M. Fortier, allez répéter cela aux salariés de MCI à Winnipeg ! Ce manufacturier n’avait que 2000$ d’écart par véhicule dans cette soumission ! Dites aux Canadiens et aux Canadiennes que, pour une différence de 60 000$ sur un contrat de 15 millions $, ils ont fait une bonne affaire ! C’est carrément nous prendre pour des imbéciles !

Vous n’êtes pas sans savoir qu’un dollar investi dans un emploi manufacturier donne une injection indirecte de trois dollars dans l’économie. Comment pouvez-vous qualifier de « bonne affaire » le fait de priver l’économie canadienne de 45 millions $ en retombées économiques !

 

J’ajouterais que pour considérer que cette décision était une bonne affaire, il faut regarder plus que le prix et les retombées économiques. Il faut prendre en considération le produit que l’on achète de même que le service que nous aurons après notre achat.

 

Un autocar, c’est comme une voiture ! Plus on veut de qualité et de fiabilité, plus il faut payer ! Vous ne trouverez jamais une Chrysler 300 au prix d’un Avéo. Avez-vous vraiment regardé cela en choisissant votre fournisseur M. Fortier ? Avez-vous considéré qu’un Prévost est la crème des autocars et que vos soldats méritent bien de se promener dans ce qu’il y a de mieux ? Lorsque vos autocars briseront, M. Fortier, où irez-vous les faire réparer ? Lorsque vous aurez besoin d’une pièce de remplacement, y aura-t-il un avion nolisé du gouvernement pour vous livrer cette pièce en provenance d’Allemagne ?

 

Nous sommes plus de 1400 travailleurs et travailleuses à Sainte-Claire dans le comté de M. Blaney et je peux vous garantir que plusieurs se souviendront que le Parti conservateur a exporté nos emplois et ceux des gens de Winnipeg. Que votre gouvernement préfère faire des chômeurs plutôt des que travailleurs et travailleuses fiers de vivre ici !

***

Martin Lambert

Président du syndicat usine TCA 911

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sorry but I don't agree. ça sent le chauvinisme syndical. SI ils voulaient la job, il n'avaient qu'a soumissionner un meilleur prix!

 

On dirait qu'ils pensent qu'ils méritent la job, même si ils étaient les plus cher!! Bande de lâche!

 

Drôle comment ils ne mentionnent pas que pour chaque job perdu dans l'industrie manifacturière, il y en a une dans un autre domaine qui la remplace!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Habsfan, j'aime pas les syndicaleux aussi, mais là c'est pas une question de syndicalisme.

 

C'est pas le syndicat qui soumet un prix, mais bien Prévost la compagnie!

 

Tu t'imagines que pour 2000$ de moins par bus, les différents palliers de gouvernements vont perdre beaucoup plus en impôts sur les salaires et profits faits par la compagnie?

 

Tandis que le bus en Allemagne, et bien la compagnie paira ses impôts là bas, et rien ici... une perte sèche pour le Canada.

 

Pour avoir travaillé un peu avec le système de soumissions au gouvernement du québec, je peux te dire que le plus bas prix n'est pas toujours le "meilleur deal" au bout du compte.

Share this post


Link to post
Share on other sites

German company gets defence deal

JOE FRIESEN

July 17, 2007

WINNIPEG -- Workers at a Winnipeg bus plant are furious after the Conservative government chose a German company for a $14-million Defence Department contract.

Winnipeg's Motor Coach Industries lost the contract to Setra, a German-based subsidiary of DaimlerChrysler, after the rival company submitted a slightly lower bid.

"Our concern is that the Feds should be buying Canadian, especially when we're talking about a minimal difference between these two bids," said Brian Short, spokesman for Local 1953 of the International Association of Machinists and Aerospace Workers.

Motor Coach Industries was told the difference between the two bids was less than $2,000 a unit on a contract to build 30 buses at a cost of nearly $500,000 each.

Pat Martin, the MP for Winnipeg Centre, said he can't believe the government doesn't have a "made in Canada" procurement policy for defence contracts, particularly given the billions of dollars in spending that have been promised over the next few years.

"We're sending the message that if you want a good bus for your country's armed forces, do what we do, buy German," Mr. Martin said.

"[stephen] Harper's been dining out on the falsehood that all this military procurement will be good for the Canadian economy. ... Well, how do you explain this?"

The contract was awarded by the Ministry of Public Works and Government Services. A spokeswoman said in an e-mail that the government supports the Canadian manufacturing sector, but chose the bid that offered the best value to the Canadian taxpayer.

The government's Canadian content policy applies only when there are three qualified Canadian bidders, she said. In this case, only two bidders had manufacturing plants in Canada, Motor Coach Industries and Quebec-based Prevost, so the bidding was opened up.

The Department of Defence already operates 13 of Motor Coach Industries' J-Model buses. The department will now have to buy parts and supply technical and maintenance support for another brand of vehicle, and will lose the tax dollars and related spending on Canadian supplies for the manufacturer, the company said.

Share this post


Link to post
Share on other sites
On dirait qu'ils pensent qu'ils méritent la job, même si ils étaient les plus cher!! Bande de lâche!

 

Drôle comment ils ne mentionnent pas que pour chaque job perdu dans l'industrie manifacturière, il y en a une dans un autre domaine qui la remplace!

 

Lache? Non... Les gens qui travaille dans l'industrie manifacturière sont sujet a des baisses de salaires et d'avantages. Ils ne sont pas laches, ils veulent juste manger comme tout le monde.

 

Bien sur on créer des emplois, mais de quels sorte? Commis au Wal-Mart? C'est pas le genre de job que c'est personnes veulent ou on de besoin. L'emploi est en hausse au Québec c'est vrai mais c'est job de deux de pic. C'est pas avec ca que l'on va vivre.

Share this post


Link to post
Share on other sites

écoutes, ça prends toutes sortes de jobs pour toutes sortes de personnes. Une job a temps partielle chez Wal-Marde, c'est parfait pour un étudiant ou une personne qui est semi-retraitée. Veux ou veux-pas, il va toujours y avoir des étudiants et des personnes semi-retraitées qui auront besoins de ce type de job!

 

CE qui me chicotte dans cette histoire c'est qu'ils ont perdu le "bid", "fair and square" pi ils osent chialer comme des p'tites filles. Si ils voulaient vraiment avoir la job, et bien ils n'avaient qu'a bidder un prix moins élevé! Comme les allemands ont faits!

Share this post


Link to post
Share on other sites

ben non, pas vrai ca que les jobs sont remplaces par des jobs a 8$ l'heure.

 

FAUX FAUX FAUX ! :)

 

juste en regardant la moyenne des salaires hebdomadaires de stat can, on s'apercoit que les salaires n'ont qu'augmenter...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By MARTY
      http://www.lesaffaires.com/
       
      Une deuxième «Tour des Canadiens» en vente dès l’automne
      Hugo Joncas . les affaires.com . 02-04-2013 (modifié le 02-04-2013 à 16:11)
       
      La Tour des Canadiens. Photo: Canderel
      Sa Tour des Canadiens est vendue à 100%, et Cadillac Fairview veut mettre en marché un deuxième immeuble de condos d’envergure comparable dès cet automne, au sud du Centre Bell.
       
      La seconde tour de copropriétés « sera en grande partie semblable » à la Tour des Canadiens, dit Wayne Barwise, vice-président directeur, Aménagement, chez Cadillac Fairview. « Elle est toujours sur la table à dessin » a-t-il ajouté, en marge de la cérémonie de la première pelletée de terre de la Tour Deloitte, un autre projet de la filiale immobilière du Régime de retraite des enseignants de l’Ontario dans le quadrilatère.
       
      «Le site précis n'est pas encore choisi, mais l'immeuble sera situé sur nos terrains au sud du Centre Belle, rue Saint-Antoine, dit Sal Iacono, vice-président principal, Développement et gestion immobilière, Est du Canada, chez Cadillac Fairview. Les dimensions précises de la nouvelle tour restent également à préciser. «On est en train d’étudier ça présentement. On va faire quelque chose à l’échelle de ce que le marché nous permettra de faire.»
       
      Sal Iacono précise que le nouveau gratte-ciel pourrait être aussi grand que la Tour des Canadiens, qui compte 50 étages et 552 unités, et qu’il aura lui aussi un accès direct au métro. «Selon nous, non, le marché ne ralentira pas pour ce type de projet», dit-il.
       
      Cadillac Fairview et son partenaire constructeur Canderel mise sur des unités de luxe et mousse leur vente avec un marketing intense. La Tour des Canadiens, par exemple, a développé tout un plan d’avantages en collaboration avec les Canadiens de Montréal pour mousser la vente de ses copropriétés, comme du temps de glace au Centre Bell, un accès à des billets en prévente et des tirages pour des places en loge ou directement derrière le banc des joueurs.
       
      Chez Altus, l’évaluateur Mathieu Collette croit que les projets avec des vues dégagées, avec un accès direct au métro, comme la Tour des Canadiens, continueront de bien se vendre. «Au dernier trimestre de 2012, 64 % des unités en projet au centre-ville, dans le Vieux-Montréal et dans Griffintown étaient déjà vendues », signale-t-il.
       
      Deux tours de 500 000 pieds carrés
       
      À l’est du Centre Bell, Cadillac Fairview a déjà excavé l’équivalent des trois étages de stationnement que comptera son autre projet en cours, la Tour Deloitte, un gratte-ciel de bureaux de 26 étages et 495 000 pieds carrés, dont le cabinet de comptables sera locataire principal.
       
      Le promoteur a en outre donné peu de détails supplémentaires sur la deuxième tour de bureaux qu’il compte construire en face, de l’autre côté de la rue Saint-Antoine. Elle fera quelque 500 000 pieds carrés également, mais sera « différente » de la Tour Deloitte, dit Sal Iacono, qui n’a pas voulu donner plus de détails.
       
      Selon nos sources, les courtiers immobiliers reçoivent déjà des appels de Cadillac Fairview pour sonder l’intérêt de gros locataires potentiels pour son deuxième immeuble de bureaux. « La raison d’être d’un promoteur, c’est toujours de vendre le prochain projet », dit Sal Iacono.
    • By Cataclaw
      Le dernier meet m'a fait réaliser qu'on n'a même pas de fil pour se présenter.
      Un aspect des "meet" que j'aime c'est de pouvoir associer un visage et une personalité au pseudonyme qui va avec.
      Pourquoi ne pas faire ça ici?
       
      Je vais mettre ce fil en "sticky" au dessus de la page. Présentez-vous, chers membres!
       
      --------------------------------------------------------------------------------------
       
      Nom: Cataclaw
      Vrai nom: Luis
      Age: 34 ans (2018)
      Ville: Longueuil (arr. Vieux-Longueuil)
      Nationalité: Né à Montréal, au pied de la montagne, de deux parents portugais
      Langues: Anglais, français, portugais, espagnol, russe (en cours d'apprentissage)
      Occupation: Étudiant à l'unversité Concordia et officier CIC (réserviste, aviation, Forces Canadiennes)
      Comment j'ai connu mtlurb: j'ai connu le forum dès sa création lorsque Malek et une bonne gang de gens sur SSP (Skyscraperpage) ont décidé de quitter pour diverses raisons
      Gratte-ciel Montréalais préféré: 1000 de la Gauchetière pour des raisons sentimentales, mais le 1250 René-Lévesque est impressionant
      Autres intérêts: Musique, informatique, vélo (cyclo-tourisme), soccer, hockey, politique
       
      Photo:

    • By Flo
      Des femmes exclues d’un chantier à proximité d’une mosquée
      TVA Nouvelles | Publié le 12 décembre 2017 à 12:59 - Mis à jour le 12 décembre 2017 à 19:57
      Le propriétaire de deux mosquées a fait des pressions sur un entrepreneur pour qu’il n’y ait aucune femme sur des chantiers de construction à proximité de ses lieux de culte, le jour de la prière du vendredi.
      Celui qui possède notamment la mosquée Ahl-Ill Bait, située dans l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, à Montréal, a d’abord demandé à l’entrepreneur de ne pas faire de travaux le vendredi pour ne pas nuire au jour de la prière. Cette requête lui a été refusée en raison des retards qui en auraient résulté.
      Il a ensuite réclamé que les femmes ne soient pas visibles les vendredis sur les chantiers à proximité des deux mosquées. Cette clause est d’ailleurs écrite noir sur blanc dans le contrat signé par l'entrepreneur.
      La mesure vise cinq femmes, quatre signaleuses et une ingénieure, qui ont dû être réaffectées ailleurs, selon une information obtenue via le compte Facebook de TVA Nouvelles.
      «En retrait, juste un peu plus loin»
      «Aujourd’hui, dans la construction, on a beaucoup de femmes, parce qu’on a réussi à les faire rentrer [dans le milieu]», a indiqué Jean-Sébastien Samson, contremaître pour l'entreprise G-Tech, à TVA Nouvelles.
      M. Samson a mentionné qu’une travailleuse visée par la demande a «travaillé pareil», mais que sa présence a nécessité quelques accommodements.
      «Elle n’a pas manqué de travail parce qu’elle ne pouvait pas être là, sauf qu’on l’a mise juste en retrait, un peu plus loin», a-t-il expliqué.
      Pour sa part, le PDG de Map Signalisation n'a pris connaissance de cette exigence que lundi, car il était absent depuis deux semaines. «Je trouvais ça complètement inacceptable», a déclaré Marc-Alexandre Perreault à TVA Nouvelles.
      Malgré tout, il s'est senti obligé de donner son aval à cette demande. «On m'a dit qu'elle serait en danger si elle travaillait le vendredi. Une fois, elle a été obligée de travailler et elle devait être accompagnée d'un travailleur», a ajouté M. Perreault qui a évoqué des menaces et de l'intimidation.
      Il maintient que les femmes ont leur place sur les chantiers de construction. «Peu importe, le chantier, peu importe l'endroit, les femmes ont autant le droit de travailler sur n'importe quel chantier», a-t-il insisté.
      «Inacceptable»
      La porte-parole de l'opposition officielle en matière de condition féminine, Catherine Fournier, estime qu'il s'agit d'un cas de discrimination.
      «Ça va à l'encontre de la Charte des droits et libertés du Québec. Moi, je trouve ça totalement inacceptable que la religion serve de prétexte pour violer l'égalité entre les hommes et les femmes», a affirmé la députée Catherine Fournier.
      Les responsables des mosquées se défendent d'avoir demandé aux entreprises d'empêcher les femmes de travailler sur les chantiers le vendredi et parlent d'un coup monté. «Il y a quelqu'un qui est derrière ça, qui veut du mal à la mosquée. Je ne sais pas, moi», a affirmé l'un d'eux.
      Le chantier est actif depuis un peu plus d’un mois dans ce secteur de la ville. Les femmes qui y oeuvraient ont été déplacées du site il y a trois semaines.
      Les collègues des femmes visées songent à perturber la prière de vendredi en organisant une manifestation devant ces mosquées.
      *********************************************************************************************************************************************************************************
      The response of the protagonists when challenged by the female reporter @01:18 is epic. The fact of the matter is for sake of political correctness:
      women did accept being withdrawn working contracts for fear of not offending those pure believers employers did sign up for dire conditions imposed by way of threats and intimidation this is a harsh reality check depicting the kind of immigrants securing the Certificate de Sélection... though dunno how much of a "selection" was done to come up with such "Quebecois" who contemptibly reply in gibberish English in response to a question clearly formulated in French. So much for Montreal's cowardliness and hypocrisy for not taking a bold stance against obscurantism and legislating accordingly. For several reasons, it's starting to turn into a cocky city that's standing off from the rest of Quebec.
       


    • By IluvMTL
      Au conseil de mardi prochain
      Plus d'info dans les documents
       
      http://ville.montreal.qc.ca/documents/Adi_Public/CA_Vma/CA_Vma_ODJ_LP_ORDI_2013-12-10_19h00_FR.pdf
       
      Le projet
       
      La première phase du projet est constituée d’une tour résidentielle d’approximativement
      380 logements, avec un stationnement intérieur pouvant recevoir 230 automobiles et 86
      bicyclettes. Avec ses 37 étages, cette tour de 120 m présente une hauteur inférieure de 15
      m par rapport à la tour Deloitte en construction du côté opposé de la rue Saint-Antoine,
      ainsi qu’inférieur de 60 m par rapport à la tour des Canadiens, également en construction
      au coin de la rue de la Montagne et de l’avenue des Canadiens de Montréal. Les dérogations
      à l’étude pour cette première phase concernent la surhauteur de 120 m (au lieu de 65 m),
      la densité de 9 (au lieu de 6) et enfin la proportion du linéaire de façade qui respecte la
      hauteur maximale sur les rues Saint-Antoine et de la Montagne.
       
      Il est également proposé de rattacher ce bâtiment au réseau protégé du centre-ville (RÉSO)
      par une passerelle aérienne au-dessus de la rue Saint-Antoine. Elle serait située à proximité
      de l’intersection avec la rue de la Montagne et présenterait un dégagement de plus de 9 m
      au-dessus de la chaussée. Bien que cette passerelle soit intimement liée au concept
      architectural proposé, son autorisation relève d’une procédure d’approbation distincte
      d’occupation du domaine public.
       
      La deuxième phase est constituée d’une tour mixte comprenant un rez-de-chaussée
      commercial, approximativement 220 logements, un hôtel de 230 chambres et un
      stationnement intérieur de 220 unités. Une partie de la façade de l’édifice situé au 1162,
      rue Saint-Antoine serait également intégrée au projet et son volume reconstruit sur une
      partie du site. Outre en ce qui regarde les paramètres de surhauteur et de densités, qui
      seraient les mêmes que pour la première phase, ainsi que de superficie et de localisation
      d’un café-terrasse, cette deuxième phase serait conforme au règlement d’urbanisme.
      L’autorisation demandée vise également la démolition de cinq bâtiments existants portant
      les numéros 1162, 1170, 1180 et 1240, rue Saint-Antoine Ouest, ainsi que 757, rue de la
      Montagne. Ces bâtiments sont tous vacants et avaient une occupation non résidentielle.
    • By Gilbert
      Nom: Tour des Canadiens
      Hauteur en étages: 50
      Hauteur en mètres: 167
      Coût du projet: 230 000 000,00$
       
      Promoteur: Cadillac Fairview / Canderel / Canadiens de Montréal / Fond de solidarité FTQ
      Architecte: IBI/CHA (Cardinal Hardy) / Martin Marcotte / Beinhaker
      Entrepreneur général:
      Emplacement: Site de la Place du Centenaire (Centre Bell)
       
      Début de construction: printemps 2013
      Fin de construction: 2016
       
      Site internet: Site Officiel Tour des Canadiens 2 | Condos a vendre Montreal
       
      Lien webcam: ICI
       
      Autres informations:
       
      * 552 appartements en copropriété à partir du 15ème étage
      * RDC commercial avec sports bar which will provide its clients with a unique and unparalleled experience
      * 13 étages de stationnements au dessus du RDC
      * 14ème étage pour services (spa, piscine, etc.)
      * Prix médian des condos : 550,00$/p2
      * Superficies des condos : 332 pi² - 2 000 pi² (Penthouse)
      * Lien piétonnier à l'intérieur de la tour vers la gare
      * A lightbox featuring Montreal and its lifestyle will be encased in the building podium
      * Mr. Molson indicated that the hockey statues as well as the bricks purchased by fans will be removed from Centennial Place and stored elsewhere in order to ensure their integrity and protect them for the duration of the construction period. These testimonials to the Canadiens' centennial will once again be accessible to the public at the end of construction within the environs of the new building.
      * Les propriétaires d’unités dans l’édifice recevront quelques avantages liés à l’équipe de hockey, dont une séance privée annuelle de patinage sur la glace ou les joueurs évoluent chaque saison.
      * L’extérieur de l’édifice sera constitué de vitres et de panneaux de ciment polis de deux tons différents
      * 100% vendu
       
      Rumeurs:
       
      Aperçu du projet:
       

      Photo : lake of the nations, sur Flickr
       
      Vidéo promotionnelle:
       
      Historique, informations générales et + sur ce projet : http://www.mtlurb.com/forums/en-construction-going-up/18863-tour-canadiens-50-etages-post114241.html#post114241