Jump to content

Quand on se compare, on se console, La Presse


Philippe
 Share

Recommended Posts

Quand on se compare, on se console

 

Archives La Presse

Martin Croteau

 

La Presse

 

Les critiques dirigées ces derniers jours contre l'administration Tremblay font croire que les Montréalais vivent une situation unique. Mais est-ce le cas? Notre bureaucratie est-elle si lourde? Nos taxes si élevées? Nos services si mauvais? Une tournée de 10 villes d'Amérique du Nord et d'Europe de grandeur comparable à Montréal montre que l'herbe n'est pas plus verte chez le voisin.

 

Services inefficaces, gaspillage des fonds publics, indifférence à l'égard du secteur culturel, taxation inutile! Non ces critiques virulentes ne sont pas adressées à Gérald Tremblay. Plutôt à son homologue de Toronto.

 

Dans une chronique assassine, le 29 mai dernier, Margaret Wente, du Globe and Mail, y allait d'une charge en règle contre le maire de la Ville reine, David Miller. «Personne en politique municipale n'a le leadership et la vision pour définir ce que Toronto pourrait devenir, ou même convaincre quiconque de s'y établir.»

 

Le maire, accusait-elle, ne fait rien pour contrer le déclin de la plus grande ville du Canada. David Miller? Celui-là même qui tente de nous ravir le Grand Prix? Celui qui flirte avec Juste pour rire? Celui qui veut faire de sa ville la « capitale des festivals «?

 

Il faut croire que les Montréalais qui se désolent de l'administration Tremblay peuvent se consoler en se comparant! Car si la métropole a ses défauts, les experts font valoir qu'il fait bon y vivre.

 

«Il faut se garder de faire des comparaisons trop globales», prévient Mario Polèse, chercheur en économie urbaine à l'Institut national de recherche scientifique. Certaines villes sont bien gérées, d'autres offrent de belles conditions de vie, mais toutes ont des défauts. «La ville modèle n'existe pas.»

 

Il y a deux ans, les finances de Philadelphie étaient si mauvaises que l'État de la Pennsylvanie a dû prendre en charge le système scolaire. Barcelone vit un conflit perpétuel avec sa rivale Madrid, et les Catalans n'en peuvent plus de ces touristes qui font gonfler les prix. Bruxelles peine à gérer sa défusion, 20 ans plus tard. Quand on y regarde de plus près, chaque grande ville a son lot de défis et de problèmes.

 

«En fait de qualité de vie, de vigueur du centre-ville, de sécurité, Montréal se classe très, très bien», fait valoir Mario Polèse. L'économie se porte bien et le taux de chômage est à la baisse. Mais en fait de bureaucratie, poursuit le chercheur, «c'est un gâchis»!

 

Alors les critiques à l'égard du maire Tremblay sont-elles justifiées? D'ordinaire, les médias montréalais font peu de cas de la politique municipale, n'y consacrant que 0,4% de leur couverture, selon Influence Communication. Mais depuis un an, cette proportion a triplé : 1,2%. «Vers la fin d'une administration, les médias accordent toujours plus d'attention à la politique municipale, explique son président Jean-François Dumas. Et on lui casse toujours du sucre sur le dos.»

 

 

 

Dublin

 

 

 

Ville culturelle et universitaire irlandaise en pleine expansion économique avec ses entreprises informatiques.

 

Fondation: Au IXe siècle, par les Vikings.

 

Population: Ville : un demi-million. Agglomération: 1,5 million.

 

Efficacité: En Irlande, c'est le Parlement qui détient le pouvoir. Les quatre conseils municipaux qui se partagent la région de Dublin depuis 1994 demeurent peu influents. «Leur rôle principal est sûrement le recyclage», indique Christopher Barrington, professeur de politique à l'Université de Dublin.

 

Problèmes et solutions : Le transport. La ville ressemble à un «stationnement géant chaque jour», selon M. Barrington. L'affluence des régions crée des bouchons monstres tous les jours depuis une quinzaine d'années. Le système de transports en commun est désuet. Un réseau de tramway a été introduit en 2004 et on parle de construire un métro, mais le gouvernement central finance ces projets au compte-gouttes.

 

Ambiance : Les Dublinois sont frustrés contre le Parlement qui freine, selon eux, leurs initiatives. Ils demandent depuis des lustres une plus grande indépendance du gouvernement central qui tient les cordons de la bourse. Pas facile de progresser dans ces circonstances.

 

 

 

Salt Lake City

 

 

 

Capitale de l'Utah, ville hôte des Jeux olympiques d'hiver de 2002.

 

Fondation: 1847, par un groupe de pionniers mormons.

 

Population: Ville : 180 000.

 

Agglomération: 1,2 million.

 

Efficacité: Fait plutôt inusité, la ville n'est presque pas engagée financièrement dans le projet de revitalisation (voir plus bas).

C'est la division immobilière de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours (l'Église mormone), en partenariat avec d'autres investisseurs privés, qui est maître d'oeuvre du projet.

 

Problème et solutions: malgré un boom économique provoqué par la tenue des Jeux olympiques, les commerces et les logements du centre-ville se vident peu à peu au profit de la banlieue, dotée de centres commerciaux modernes et plus attirants. Un immense projet de revitalisation du centre-ville, qui s'échelonnera jusqu'en 2011, a donc été lancé. Le coût des rénovations du City Creek Center, un complexe doté d'un train léger sur rails, devrait dépasser le milliard de dollars.

 

Ambiance: Doug Smeath, chroniqueur municipal au Deseret News, estime qu'il n'y a pas vraiment de résistance de la part des citoyens. «Les gens font la différence entre l'Église mormone et sa division immobilière. Ils ne craignent pas que l'Église se mêle des affaires citoyennes.» Certaines critiques doutent cependant des prétentions de l'Église mormone, lorsqu'elle affirme que l'argent provenant de la dîme ne servira aucunement à financer le projet.

 

 

 

Milan

 

 

 

Ville industrielle du nord de l'Italie. Très prospère, elle est le siège de la célèbre Bourse du même nom.

 

Fondation: 400 ans avant J.-C.

 

Population: Ville : 1,3 million. Agglomération: 3,5 millions.

 

Efficacité: «L'Italie est un des pays qui gaspille le plus dans sa bureaucratie», lance Enzo Mingione, professeur de sociologie spécialisé en urbanisme et en économie à l'Université de Milan-Bicocca. Et Milan ne fait pas exception. La ville est divisée en une dizaine de zones qui détiennent un pouvoir uniquement consultatif, ce qui est «cher et inefficace».

 

Problèmes et solutions : La pollution constitue un des problèmes majeurs de Milan. La Ville envisage toutefois d'imposer une taxe aux automobilistes se rendant au centre afin de financer les transports en commun, lents et désuets

 

Ambiance: Depuis une dizaine d'années, la communauté chinoise s'est imposée au centre de Milan, ce qui est à l'origine de nombreuses frictions avec la Ville. En avril, les forces de l'ordre et des centaines d'Asiatiques se sont affrontés violemment, après qu'une Chinoise eut été arrêtée par la police. Elle avait critiqué une amende reçue pour mauvais stationnement.

 

 

 

Phoenix

 

 

 

Capitale de l'Arizona, sise dans le désert, Phoenix est la ville la plus chaude aux États-Unis. Elle a récemment pris la place de Philadelphie comme cinquième ville au pays.

 

Fondation: 1881.

 

Population : Ville : 1,5 million. Agglomération: 4 millions.

 

Efficacité: Les politiciens municipaux ne sont rattachés à aucun parti politique. Le maire, Phil Gordon, est entouré de huit conseillers élus. Chacun des huit districts est géré par un «council manager», un gestionnaire engagé par le conseil municipal. «L'avantage, selon certains, c'est que ça enlève un peu de petite politique dans le processus décisionnel», explique Casey Newton, journaliste politique au Arizona Republic.

 

Problèmes et solutions : Phoenix roule sur l'or. Le marché immobilier est en effervescence et la valeur des propriétés monte en flèche. Résultat : les coffres de la Ville se sont remplis sans même que l'administration ait à hausser les taxes. Mais les citoyens sont irrités par l'immigration illégale, la criminalité en hausse et le développement économique sauvage. L'an dernier, l'administration Gordon a soulevé l'ire des électeurs en octroyant à un promoteur une subvention de 100 millions pour la construction d'un immense centre d'achats.

 

Ambiance: Depuis 20 ans, le soleil brille sur Phoenix! La population a doublé. L'économie se porte à merveille. «Des masses de personnes déménagent ici en provenance du Midwest et ils ne veulent pas vivre dans un endroit où il pleut six mois par année!» lance Casey Newton.

 

 

 

Barcelone

 

 

 

Capitale de la Catalogne, en Espagne. L'industrie y est quasi absente, mais le secteur tertiaire explose.

 

Fondation: À la fin du Ier siècle, avant J.-C.

 

Population: Ville: 1,6 million. Agglomération: 5,3 millions.

 

Efficacité: Le pouvoir se divise en deux paliers. Le conseil municipal central, qui prend toutes les décisions importantes, et les 10 conseils de district. Ces derniers octroient certains permis, mais demeurent peu influents, voire décoratifs, selon Maria Favà, journaliste de la section municipale au quotidien Avui.

 

Problèmes et solutions: Le plus grand problème? «Les touristes, répond sans hésitation Mme Favà. Barcelone est devenue une ville de services et a expulsé ses industries.» Les vacanciers remplissent les transports en commun, salissent la ville et font grimper les prix. «Nos jeunes ne sont même plus capables de se payer un logement», déplore la journaliste. La Ville fait peu pour régler le problème. Normal, les 15 millions de touristes annuels rapportent beaucoup.

 

Ambiance: Un sentiment d'impuissance. La participation citoyenne n'a jamais été aussi basse. Les citoyens crient et protestent aux réunions de district, mais les dirigeants municipaux changent rarement leurs décisions.

 

 

 

Nashville

 

 

 

Capitale du Tennessee. Bien connue pour son festival de musique country, Nashville la ville est aussi une plaque tournante importante du transport routier, ferroviaire et aérien.

 

Fondation: 1779.

 

Population: Ville : 595 000.

 

Agglomération: 1,5 million.

 

Efficacité: Grâce à son emplacement géographique central au États-Unis, Nashville a su attirer ces dernières années huit sièges sociaux de grandes entreprises, dont celui de Nissan. Les emplois créés ont généré une forte croissance immobilière.

 

Problème et solutions: Les niveaux de taxation sont insuffisants pour maintenir ce boom démographique. Les citoyens demandent plus d'investissements dans les écoles et les services, alors que l'administration veut financer en priorité les nouvelles infrastructures. Des élections municipales auront lieu le 2 août. «Le problème, c'est qu'aucun des cinq candidats à la mairie ne s'est vraiment prononcé sur ce problème de taxation», affirme Ken Whitehouse, chroniqueur au Nashville Post.

 

Ambiance: Un projet de construction d'une tour à logements de 65 étages The Signature Tower amène inévitablement des comparaisons alarmistes avec Atlanta, la seule ville comparable à posséder une telle construction. Pour calmer les esprits, le maire sortant, Bill Purcell, a récemment déclaré: «Propagez la bonne nouvelle. Nashville, ce n'est pas Atlanta, et nous ne voulons surtout pas qu'elle le devienne.»

 

 

 

Bruxelles

 

 

 

Capitale de la Belgique. Siège de plusieurs institutions de l'Europe, elle est également surnommée «capitale de l'Union européenne».

 

Fondation: 979.

 

Population: Ville : 150 000. Agglomération: 1,35 million.

 

Efficacité: C'est compliqué La région de Bruxelles est divisée en 19 communes de taille et de population différentes. C'est la cause de bien des maux de tête pour les entreprises, taxées à des niveaux qui varient selon leur emplacement dans la ville. «Le taux d'imposition peut doubler d'un coin de rue à l'autre», explique François Robert, journaliste municipal au Soir.

 

Autres problèmes et solutions: En plus des entreprises qui menacent de déserter la ville, de plus en plus de citadins bien nantis préfèrent la tranquillité des banlieues, même s'ils travaillent au centre. Cela signifie une baisse de revenus pour la région urbaine, qui souffre «d'un sous-financement chronique», selon M. Robert.

 

Ambiance: Tendue. Les relations entre les Belges d'origine et ceux issus de l'immigration sont parfois difficiles. Cependant, les communes sont très proches de leurs citoyens, comme en témoignent les hauts taux de participation aux élections communales.

 

 

 

Houston

 

 

 

Ville portuaire du Texas avec une importante industrie pétrochimique. Quatrième en importance aux États-Unis.

 

Fondation: 1836.

 

Population: Ville: 2 millions. Agglomération: 5,2 millions.

 

Efficacité: On ne se casse pas la tête. C'est le maire qui décide tout. Son conseil de neuf membres contrôle les routes, les services, l'eau, les travaux publics, les permis... «Il décide des priorités de Houston de À à Z», note Gregory R. Weiher, directeur du département de science politique de l'Université de Houston.

 

Problèmes et solutions: Il y en a beaucoup, justement à cause du pouvoir du maire. Les fusions, d'abord. Le conseil municipal a le pouvoir d'annexer les comtés des banlieues sans l'autorisation des représentants de ces dernières. Et il le fait. Le territoire de Kingwood a été fusionné en 1996, et Houston a un oeil sur le riche comté de Woodlands. Au grand désespoir des banlieusards impuissants, qui craignent une hausse de la criminalité dans leur patelin.

 

Ambiance: Conflictuelle entre le centre et les banlieues. À cause des fusions, mais également en raison de l'approvisionnement en eau, presque entièrement contrôlé par la ville centre.

 

 

 

Stockholm

 

 

 

Capitale suédoise. Bâtie sur 14 îles, là où le lac Mälaren s'ouvre sur la mer Baltique. On l'a baptisée la Venise du Nord.

 

Fondation: 1255.

 

Population: Ville: 700 000. Agglomération: 1,9 million.

 

Efficacité: On retrouve dans l'administration de Stockholm le «pragmatisme» caractéristique de la politique suédoise. Mais la structure est lourde. «Depuis la décentralisation il y a 10 ans, c'est inefficace, juge Lars Ryding, ancien journaliste municipal au Svenska Dagbladet. Les comtés sont trop grands: ils ne créent pas un réel sentiment de voisinage entre les citoyens.»

 

Autres problèmes et solutions: Le trafic. Mais ce sera bientôt chose du passé. À partir du mois d'août, la Ville imposera un péage aux automobilistes circulant dans le centre, une décision avalisée par un référendum où le «oui» l'a emporté à 51%.

 

Ambiance: Les finances de la Ville sont saines et Stockholm est prospère. L'administration au pouvoir et l'opposition travaillent de concert. Les affaires municipales sont «ouvertes et transparentes», selon M. Ryding. Seule ombre au tableau, les entreprises appréhendent la hausse des frais que le péage engendrera pour elles à partir du mois d'août.

 

 

 

Philadelphie

 

 

 

Ancienne capitale américaine. Centre historique. Ville de savoir hébergeant 80 collèges et universités. C'est la sixième ville aux États-Unis.

 

Fondation : 1682.

 

Population : Ville : 1,4 million. Agglomération : 5,8 millions.

 

Efficacité : Jusqu'à tout récemment, remarquable pour les proches du maire John Street. Il y a deux ans, le FBI a mis à jour un important scandale de favoritisme. Le frère aîné du maire a été arrêté après avoir collecté des millions en pots-de-vin, en échange de lucratifs contrats municipaux.

 

Autres problèmes et solutions: Depuis deux ans, la «Ville de l'amour fraternel» est aux prises avec une hausse sans précédent du taux de criminalité. En 2006, 406 meurtres ont été commis, le plus grand nombre depuis 10 ans. Les finances se portent bien, depuis que l'État de la Pennsylvanie a pris le système scolaire en charge. Mais l'équilibre est précaire: car Philadelphie négociera bientôt de nouvelles ententes collectives avec une fonction publique vieillissante. «Il y a une grande inquiétude à propos des cinq à sept prochaines années», explique Marcia Gelbart, reporter aux affaires municipales du Philadelphia Inquirer.

 

Ambiance: Cynique. Entaché par le scandale, le maire Street est sur son départ. En novembre, il tirera sa révérence après deux mandats. Or, l'hôtel de ville est démocrate depuis 1952. Les électeurs se tourneront-ils vers les républicains? Chose est certaine, «il y a un grand mécontentement», dit Marcia Gelbart.

Link to comment
Share on other sites

J ai jamais penséé qu a Montreal on vit une situation unique ,c est vrai qu il faut comparer Montreal a des villes de méme tailles mais aussi il faut voir les villes de méme taille mais qui sont mieu que nous ,comme c est écrit il n ya pas une ville sans défaut, ca c est vrai ,mais aussi moin qu une ville a de défaut mieu qu elle sera bien ,il faut toujours avancer ,améliorer ,s inspirer ..et ne pas se contenter car il ya des villes de méme taille qui ont eux aussi des problémes et des défauts comme nous.

Link to comment
Share on other sites

J ai jamais penséé qu a Montreal on vit une situation unique ,c est vrai qu il faut comparer Montreal a des villes de méme tailles mais aussi il faut voir les villes de méme taille mais qui sont mieu que nous ,comme c est écrit il n ya pas une ville sans défaut, ca c est vrai ,mais aussi moin qu une ville a de défaut mieu qu elle sera bien ,il faut toujours avancer ,améliorer ,s inspirer ..et ne pas se contenter car il ya des villes de méme taille qui ont eux aussi des problémes et des défauts comme nous.

 

 

Bravo loulou, je suis d'Accord avec toi. autre point que j'aierais apporter. la plupart des villes retenue par LaPresse, ne sont pas comparables à Montréal.

 

Je suis d'accord qu'ils aient utiliser Phoenix, Barcelone, Milan et même Philadelphie, mais j'aurais rajouter Boston, Seattle, Melbourne, San Diego (tous des villes qui ont à peu près la même population que Montréal.)

 

je suis sûr que si LaPresse avait utilisé ces villes au lieu de Houston, Nashville, Dublin et Salt Lake City, la situation à Montréal aurait été un peu moin rose!

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value