Recommended Posts

Les taux d'intérêt des prêts interbancaires aux États-Unis et en Europe ont à nouveau baissé mercredi, alors que les banques centrales continuent d'injecter des liquidités pour tenter de débloquer les crédits.

 

Pour en lire plus...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By Davidbourque
      Géothermie: Hydro-Québec vise une centrale-pilote
       
      Jean-François Cliche
      Le Soleil
       
      (Sherbrooke) Il n'y a pas que l'industrie des gaz de schiste qui a un oeil sur le sous-sol du sud de la province. Hydro-Québec aussi lorgne de ce côté, mais pour des raisons autrement plus «vertes» : c'est là, en effet, que la géothermie offre les potentiels les plus intéressants pour d'éventuelles centrales électriques. La société d'État vise même la construction d'une centrale-pilote pour 2015.
       
      C'est ce qu'il a été possible d'apprendre lors d'une conférence prononcée mardi au 79e congrès de l'Acfas, à Sherbrooke, par Vasile Minea, chercheur et ingénieur pour la société d'État. M. Minea y a principalement présenté l'évaluation qu'il a faite du potentiel géothermique québécois pour la production d'électricité.
       
      Intuitivement, on est porté à croire que la température est plus faible sous terre qu'à la surface, mais ce n'est vrai que jusqu'à une certaine profondeur - relativement faible, d'ailleurs - , sous laquelle la chaleur augmente. Après tout, on estime que la température du noyau de la Terre atteint 4000 °C, et celle de son «manteau» (couche d'environ 3000 km d'épaisseur située entre le noyau et la «croûte», la couche externe de 30 km), environ 1000 °C.
       
      À partir de données provenant de 980 forages pétroliers et gaziers creusés principalement entre Québec et Montréal, mais qui incluent un certain nombre de «trous» en Ontario et dans les Maritimes, Vasile Minea a colligé pas moins de 25 000 lectures de température à des profondeurs allant jusqu'à 4,4 km. Il a ainsi pu calculer qu'à 6 km, la température moyenne est de 120 °C dans le sud du Québec et d'environ 113 °C en Gaspésie et dans le golfe du Saint-Laurent. Mais il s'agit là d'une moyenne, la chaleur remontant mieux en certains endroits.
       
      Sans gaz à effet de serre
       
      Si l'on pouvait «récolter» seulement 2 % de cette énergie thermique, puis amener seulement 10 % de cette «récolte» jusqu'à la surface, puis transformer 13 % de la chaleur remontée en électricité, il y aurait moyen de produire ainsi 40 000 mégawatts (MW) de courant - soit l'équivalent de la capacité actuelle totale de production d'Hydro-Québec. Le tout, évidemment, sans gaz à effet de serre ni grandes étendues inondées.
       
      Il y a déjà quelques centrales électriques dans le monde qui génèrent de l'électricité de cette manière. Le principe, explique M. Minea, consiste à injecter de l'eau sous haute pression à grande profondeur.
       
      La pression du liquide crée ou agrandit alors des crevasses qui permettent à l'eau de circuler, et donc de recueillir la chaleur de la roche.
       
      Un second forage est percé à quelques centaines de mètres pour permettre à l'eau chaude de remonter - ce qu'elle fait à cause de la pression - , puis on en tire de la vapeur qui fait tourner une turbine.
       
      Si tout se passe bien, dit M. Minea, c'est-à-dire si d'autres études confirment l'intérêt de l'entreprise, Hydro-Québec pourrait construire une centrale géothermique dès 2015 pour tester la technologie. Mais dans tous les cas, on ne verra pas de sitôt d'exploitation à grande échelle, nuance-t-il.
       
      Projet stratégique
       
      «À Hydro-Québec, c'est vu comme un projet stratégique, projet à long terme. On vise une application pour l'horizon 2030 à 2050», dit M. Minea.
       
      Et pour cause : les coûts de pareilles centrales sont encore très loin d'être compétitifs. Construire une centrale moyenne, a calculé l'ingénieur, coûterait environ 26 millions $ sans compter les imprévus, ce qui donnerait environ 10 400 $ par kilowatt installé; par comparaison, le projet de La Romaine, sur la Basse-Côte-Nord, coûtera environ 5000 $/kW.
       
      Mais comme la technologie des forages de grandes profondeurs coûte de moins en moins cher, on peut imaginer que cette source d'énergie pourrait devenir rentable dans, disons, un «avenir envisageable».
       
       
      lien: http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/environnement/201105/12/01-4398731-geothermie-hydro-quebec-vise-une-centrale-pilote.php
    • By monctezuma
      Ce n'est pas un secret : SNC-Lavalin veut depuis un moment évincer ce locataire qui fait grimper leur prime d'assurance. Voici un projet par Lemay pour le déménagement du consulat.
       
      Au coin de Longueuil et Saint-Paul dans le Vieux-Montréal.
       
      Merci à MTLskyline sur SSP.
       
      Option 1
       

       

       
      Option 2
       

       

       
      http://www.lemayonline.com/fr/lab/u-s-consulate
       
      J'ignore cependant si ce projet est toujours actif ou si c'est abandonné ... ?
    • By monctezuma
      À la lumière de ce document daté de novembre 2013 et déposé à l'OCPM, la petite tour (à construire ?) sur la portion bureaux du Centre Bell serait toujours dans les plans de CF :
       
      http://ocpm.qc.ca/sites/ocpm.qc.ca/files/pdf/P72/3b.pdf
       
      14 étages, 140 unités résidentielles
    • By acpnc
      http://www.ledevoir.com/politique/montreal/434231/tarifs-2015-bixi-montreal-mise-sur-les-utilisateurs-sporadiques
       
      TARIFS 2015
      Bixi Montréal mise sur les utilisateurs sporadiques
      12 mars 2015 |Karl Rettino-Parazelli | Montréal
      Le Devoir
       
      Les tarifs de courte durée sont revus à la baisse pour 2015.
       
      Bixi veut reconquérir la clientèle des usagers occasionnels et prend les moyens d’y parvenir. Le comité exécutif de la Ville de Montréal a adopté mercredi la nouvelle grille tarifaire du service de vélo en libre-service, qui prévoit une diminution des tarifs de courte durée. Les utilisateurs réguliers constateront toutefois une légère augmentation du prix de l’abonnement annuel.
       
      Le prix de l’accès 24 heures passera cet été de 7 à 5 $ et celui de l’accès 72 heures, de 15 à 12 $. Bixi Montréal introduit également un nouveau tarif « aller simple » à 2,75 $, moins dispendieux qu’un billet de métro ou d’autobus.
       
      Ces ajustements ont été effectués pour répondre à l’importante baisse des revenus liés à la clientèle occasionnelle au cours des dernières années. Ceux-ci ont diminué de près de 40 % depuis 2012.
       
      « BIXI veut maximiser et accroître l’usage de son réseau, qui fait partie de l’offre de transport collectif », a expliqué par voie de communiqué la présidente du conseil d’administration de Bixi Montréal, Marie Elaine Farley.
       
      Pour ce qui est des abonnements, les membres annuels devront débourser 85 $ cet été, comparativement à 82,50 $ l’an dernier. L’abonnement pour 30 jours passe de 31,25 $ à 30 $, tandis que l’abonnement demi-saison, d’août à novembre, s’élève à 55 $. Pour la première fois cette année, les utilisateurs qui le désirent pourront également profiter d’un abonnement demi-saison s’échelonnant d’avril à juillet.
       
      Utilisation en baisse
       
      Les Bixi devraient faire leur apparition dans les 460 stations installées dans les rues de Montréal à partir du 23 mars, mais la saison ne débutera officiellement que le 15 avril prochain.
       
      De manière générale, Bixi Montréal a dénombré 33 216 membres actifs en 2014, contre 35 548 en 2013, une baisse de 6,5 %. Les 3,2 millions de déplacements enregistrés en 2014 constituaient par ailleurs une baisse de 4 % par rapport à la moyenne des résultats des cinq années précédentes.
       
      Le maire de Montréal, Denis Coderre, a assuré la survie des vélos en libre-service en acceptant en novembre dernier de verser une aide financière annuelle de 2,9 millions de dollars pendant cinq ans à Bixi Montréal.
       
    • By nephersir7
      Ajout d'un étage résidentiel et transformation de la façade
       
      Présentation
      http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/PAGE/ARROND_SOU_FR/MEDIA/DOCUMENTS/2360_NOTRE_DAMEO_22-06-15_PRESENTATION.PDF
       
      Avant:
       

       
      Après: