Jump to content

Recommended Posts

Une hausse alarmante

 

Mise à jour le lundi 20 octobre 2008 à 16 h 19

 

Les dépenses des provinces pour la santé augmentent à un rythme supérieur à celui des recettes publiques. C'est ce que révèle une étude publiée par l'Institut Fraser, et intitulée Paying More, Getting Less: 2008 Report.

 

Selon cette étude, six des dix provinces consacreront plus de 50 % de leurs revenus disponibles aux soins de santé d'ici 2036.

urgence-hopital

 

Nombre d'années avant que les provinces atteignent le seuil de 50 %:

 

* Nouveau-Brunswick: 11 ans

* Manitoba: 12 ans

* Terre-Neuve-et-Labrador: 17 ans

* Nouvelle-Écosse: 19 ans

* Saskatchewan: 25 ans

* Ontario: 28 ans

* Colombie-Britannique: 31 ans

 

L'étude montre aussi qu'il faudra 61 ans à l'Île-du-Prince-Édouard et 86 ans au Québec avant de consacrer 50 % de leurs revenus à la santé. L'Alberta est la seule province où les recettes totales ont augmenté au même rythme que les dépenses en santé au cours des dix dernières années.

 

Paying More, Getting Less: 2008 Report est la cinquième étude annuelle de l'Institut Fraser, un organisme favorable au libre-marché et à un interventionnisme limité, sur la viabilité financière des systèmes d'assurance maladie des provinces. Elle se fonde sur les données de Statistique Canada des dix dernières années afin de prédire les tendances de croissance des dépenses publiques en santé par rapport aux recettes totales.

 

L'étude conclut que l'actuel système public d'assurance maladie au Canada n'est pas financièrement viable si on a uniquement recours à des fonds publics et propose une réforme en cinq points:

 

* demander aux patients d'effectuer un copaiement chaque fois qu'ils ont besoin d'un bien ou d'un service médical financé par le secteur public;

* enlever une partie de la pression financière reposant sur l'assurance maladie en permettant aux patients de payer de leur poche ou grâce à une assurance pour tous les types de biens et services médicaux, comme c'est le cas pour les médicaments sur ordonnance;

* autoriser les fournisseurs de soins à recevoir un remboursement pour leurs services de n'importe quel assureur;

* déplacer le fardeau de la hausse des prix médicaux vers le secteur privé en permettant aux fournisseurs de facturer des frais aux patients en surplus du taux de remboursement de l'assurance maladie publique;

* établir des incitations devant mener à des améliorations des coûts et de la qualité en permettant à des fournisseurs à but lucratif ou non de se concurrencer pour la prestation de services de santé assurés par le régime public.

 

L'Institut Fraser propose que le Canada suive l'exemple de la Suisse et des Pays-Bas. Dans ces pays européens, le gouvernement ne défraie pas les coûts pour les soins de santé ou pour l'assurance médicaments. Les citoyens doivent se procurer une assurance maladie complète dans un marché privé pluraliste et réglementé. Toutefois, le gouvernement aide les particuliers à faible revenu afin qu'ils puissent avoir une couverture médicale adéquate.

 

http://www.fraserinstitute.org/researchandpublications/publications/6262.aspx

 

Link to comment
Share on other sites

Si je comprends bien Québec est dans une meilleure position que la plus part des provinces!??! Ça c'est toute une bonne nouvelle!

 

On parle des provinces qui consacrent au dessus de 50% de leurs revenus a la sante. Au Quebec on finance plus de programmes et on collecte plus de taxes au niveau provincial qu'ailleurs au Canada, c'est donc normal que la sante represente une part moins importante dans notre budget.

Link to comment
Share on other sites

Oui je suis au courant de ça, c'est que cette étude tiens compte aussi de l'augmentation du revenue du gouvernement et des frais de santés...

 

c'est quand même une très bonne nouvelle pour le québec, est-ce que ça veut dire que les autres provinces seront obligés de monter leur impots à moyen terme... possible.

Link to comment
Share on other sites

Le rapport mentionne que 86 vont passer avant qu'on atteint 50% du budget provincial.

 

Dans 86 ans les baby boomers seront déjà disparus depuis longtemps, en réalité dans 20 à 40 ans, le nombre de baby boomer aura diminiué beaucoup mettant donc moins de stress sur le système.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...