Jump to content

ErickMontreal
 Share

Recommended Posts

Cinq fois l’or... et zéro cenne !

 

Photo La Presse

Réjean Tremblay

La Presse

 

Cinq médailles d’or! Si Chantal Petitclerc avait été assise dans un canot ou un kayak pour mériter ses médailles, elle aurait touché 100 000 $ du COC, le comité olympique canadien, en revenant à Montréal.

 

Mais assise dans un fauteuil roulant, c’est un gros zéro cenne noire qui l’attend au pays à son retour. C’est comme ça qu’on fête les triomphes des athlètes souffrant d’un handicap au Canada.

 

Quand on pose des questions, tout le monde trouve une raison quelconque. Hier, on m’a expliqué que le COC et le CPC, le comité paralympique canadien, sont deux entités distinctes. Le COC a un gros budget et le CPC a moins d’argent. Les médaillées du COC touchent 20 000 $ pour une médaille d’or tandis qu’une grande championne, une héroïne comme Chantal Peticlerc, ne reçoit rien.

 

«Le programme de récompenses du COC pour les médaillés de Pékin va coûter plus d’un demi-million. Malheureusement, il ne comprend pas les athlètes souffrant d’un handicap qui dépendent plutôt du CPC», a confirmé hier Bianelle Legros, responsable du bureau de Montréal pour le programme.

 

Ce que confirme Brian McPherson, PDG du Comité paralympique canadien. «Malheureusement, notre budget annuel de 2,1 millions ne nous permet pas de récompenser nos athlètes. Mais au moins, le triomphe extraordinaire de Chantal Petitclerc va contribuer à attirer l’attention des compagnies et de leurs dirigeants sur nos athlètes. Ils vont réaliser qu’ils peuvent en tirer une visualité très bonne pour leurs entreprises», de dire M. MacPherson.

 

Soit dit en passant, le CPC aurait pu donner le ton en confiant le drapeau du Canada à Chantal Petitclerc pour les cérémonies de clôture des Jeux.

Télé et commanditaires

 

Chantal Petitclerc a mérité cinq médailles d’or aux Jeux paralympiques de Pékin. Et c’est un gros zéro cenne noire qui l’attend au pays à son retour. (Photo PC)

Agrandir l'image

 

Chantal Petitclerc a mérité cinq médailles d’or aux Jeux paralympiques de Pékin. Et c’est un gros zéro cenne noire qui l’attend au pays à son retour.

Photo PC

 

Le budget du Comité olympique canadien joue entre 20 et 25 millions par année. L’argent coule à flots dans les coffres du COC, dont le financement est assuré pour 67% par l’entreprise privée. Normal qu’il y ait du cash puisqu’il y a de la télévision. Qui dit télé dit visibilité. Et qui dit visibilité dit commanditaires.

 

Les athlètes paralympiques ne passent pas à la télé et les dirigeants des compagnies se disent qu’ils gaspilleraient leurs précieux dollars en investissant dans le courage et la performance de formidables athlètes. Et de formidables individus.

 

Le budget très modeste du Comité paralympique est comblé à 50% par le gouvernement fédéral. Mme Josée Vermer, l’ineffable ministre du Patrimoine, verse environ 1 million pour les athlètes handicapés.

 

Dans une société civilisée, le gouvernement sert justement à compenser pour les injustices liées à la bonne ou la mauvaise fortune des citoyens. Ceux qui peuvent courir sont déjà bénis du simple fait qu’ils peuvent courir. En plus, leur comité olympique canadien leur verse 20 000 $ s’ils gagnent une médaille d’or. Ceux qui sont handicapés et qui sont confinés à un fauteuil roulant sont déjà gravement pénalisés par la vie. Même s’ils se battent avec acharnement pour s’épanouir dans la pratique du sport et atteignent l’excellence, ils sont encore plus pénalisés en n’ayant pas droit aux mêmes récompenses. C’est une double injustice.

 

Une jeune femme extraordinaire

 

Par ailleurs, Chantal Petitclerc a fait la une des journaux du Québec, hier. Et de certains journaux canadiens. Avec sa camisole rouge et la feuille d’érable emblème du Canada. Ce pays qui a tellement abusé de son drapeau et de ses couleurs n’est même pas foutu de donner à une héroïne comme Chantal Petitclerc les récompenses que d’autres privilégiés recevront en portant les mêmes couleurs et en défendant les mêmes valeurs. Avec moins d’excellence.

 

Chantal Petitclerc n’est pas une dangereuse poète ou une artiste perverse comme semble les détester Mme Vermer. C’est une brillante athlète et surtout une jeune femme extraordinaire qui sert d’inspiration à tous les handicapés du pays. Ce même pays, qui a des programmes visant à dénoncer la discrimination et qui même favorise la discrimination positive en faveur des minorités et des défavorisés, n’est même pas foutu de contribuer à empêcher cette injustice fondamentale. Une médaille d’or en trampoline vaut 20 000 $, cinq médailles d’or dans un fauteuil roulant ne valent rien! Zéro comme dans Ouellet. Il se gaspille tellement d’argent pour encourager les petits amis du pouvoir, il s’est dépensé tellement d’argent pour connaître les dessous de bobette de Julie Couillard et de Maxime Bernier, qu’on pourrait au moins faire un effort. Ce gouvernement que nous finançons tous avec nos impôts et nos taxes, ne pourrait pas agir et offrir la récompense du peuple à ces méritants?

 

Pour une fois qu’on saurait que nos dollars vont aux bonnes personnes…

Link to comment
Share on other sites

Chantal Petitclerc est l'athlète Olympique Québécoise probablement la plus "rentable" à l'exeption d'Alexandre Despatie.

 

Tout le monde connait son nom, je dirai qu'elle est assez jolie et en plus elle a de la gueule pour dire ce qu'elle pense sur n'importe quelle tribune. Je sais qu'elle à montré des boules pour loto Québec (excusez pour la blague, j'ai dit qu'elle était jolie non?). Même chose pour le Nageur Benoit Huot (que je trouve vraiment moins mignon :) ) qui lui aussi à une bonne présence.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...