Jump to content

Les régions limitrophes de Montréal présentent un revenu par habitant élevé, mais...


mtlurb
 Share

Recommended Posts

  • Administrator

Les régions limitrophes de Montréal présentent un revenu par habitant élevé, mais un faible PIB par habitant

 

Québec, le 2 mai 2007 – En 2005, Laval, la Montérégie et les Laurentides présentent un revenu personnel par habitant supérieur à celui de Montréal. En revanche, cette dernière présente le PIB par habitant le plus élevé (et de loin) au Québec, ce qui témoigne d’une forte concentration des activités de production et des emplois dans ce territoire. À l’inverse, les régions limitrophes de Montréal font moins bonne figure, en affichant toutes un PIB par habitant inférieur à la moyenne québécoise. D’ailleurs, c’est dans Lanaudière qu’il est le plus faible au Québec.

 

C’est ce que révèle, entre autres choses, les bulletins statistiques régionaux que l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) diffuse ce matin sur son site Web. Il s’agit de la première parution de cette série avec sa nouvelle facture visuelle et analytique. Ainsi, 17 bulletins, soit un pour chaque région du Québec, permettent de suivre l’évolution de la situation socioéconomique de la région et des municipalités régionales de comté (MRC) qui la composent.

 

On y apprend également que le taux de chômage est le plus faible dans la région de la Capitale-Nationale et le plus élevé dans la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine; que l’Outaouais et l’Abitibi-Témiscamingue sont les régions qui ont connu la plus forte croissance de l’emploi en 2006; que six élèves sur sept au Saguenay–Lac-Saint-Jean termineront leurs études secondaires alors que, dans le Nord-du-Québec, près des deux tiers ne les achèveront pas; et que c’est à Montréal que le nombre de médecins par habitant est le plus élevé, tandis qu’il est le plus faible dans Lanaudière et les Laurentides.

 

À l’échelle des MRC, on apprend que ce sont les habitants de la Haute-Gaspésie et du Rocher-Percé qui dépendent le plus des transferts gouvernementaux comme source de revenu, tandis que ceux de Caniapiscau et de Lajemmerais sont les moins dépendants; que la proportion de familles en situation de faible revenu est la plus élevée dans Kativik et la Basse-Côte-Nord, et la plus réduite, dans La Jacques-Cartier et Lajemmerais.

 

Vous pouvez obtenir des informations supplémentaires (tableau détaillé, cartographie, définitions, méthodologies et classifications) sur ces données dans la Banque de données des statistiques officielles sur le Québec.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value