Jump to content

outremont Campus MIL (Nouvel Outremont) - 7(?) étages


mtlurb

Recommended Posts

Pinned posts
  • Administrator

Campus MIL

Campus MIL.jpg

campusmil1.jpegcampusmil2.jpeg

Citation

Lien vers le projet global:

Emplacement: Gare de triage Outremont
Hauteur en étages: 
Hauteur en mètres: 
Coût du projet: 
Promoteur: 
Architecte: msdl
Entrepreneur général: 
Début de construction: Réhabilitation de la gare de triage a commencé en 2012
Fin de construction: 2019
Site internet: http://campusmil.umontreal.ca/
Lien webcam: https://www.devisubox.com/dv/dv.php5?pgl=Project%2Finterface&sRef=1UM00GUSZ
Autres images: 
campusmil.jpeg
Vidéo promotionnelle: 
Rumeurs: 
Autres informations: Multiples pavillons pour l'UdeM, situé dans un nouveau quartier multifonctionnel

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 10 years later...
  • Administrator

Nom: Campus Outremont - Université de Montréal

Hauteur: Plusieurs bâtiments

Coût du projet: 1,6 millard $

Vocations du projet : institutionnelle et résidentielle

 

Promoteur: Université de Montréal

Partenaires: Ville de Montréal, Gouvernement du Québec et Gouvernement du Canada

Architectes: Groupe IBI-CHBA | Provencher Roy + Associés Architectes

Emplacement: Arrondissement d'Outremont - ancienne cours de triage du Canadien Pacifique

 

Début de construction: 2012

Horizon de fin de redéveloppement du site: 2025

 

Site internet: http://www.siteoutremont.umontreal.ca/

monctezuma a dit :

 

[ATTACH=CONFIG]6462[/ATTACH]

 

[ATTACH=CONFIG]6461[/ATTACH]

 

Ancienne version :

 

monctezuma a dit :
3888392144_2001d6fdd7_b.jpg
Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...
  • Administrator

These renders are just an artists' vision and not the actual thing:

 

udemoutremontdb1.jpg

 

 

Québec accorde 30 millions à l’UdeM

Marie Allard

La Presse

L’Université de Montréal reçoit 30 millions de Québec - le quart de la somme nécessaire - pour aménager le terrain de la gare de triage d’Outremont. La Ville de Montréal doit allonger 60 millions et 30 autres millions sont attendus du gouvernement fédéral. Cela permettra de décontaminer le sol, de déplacer la voie ferrée et de construire un viaduc «dès le printemps» espère Luc Vinet, recteur de l’Université de Montréal.

 

Un vaste projet d’une valeur d’un milliard doit être construit à la gare de triage d’Outremont, comprenant 19 pavillons universitaires, des résidences étudiantes accueillant de 800 à 1000 élèves et des appartements privés. Des consultations publiques auront lieu en janvier ou février, a indiqué le recteur.

 

«Ce projet d’agrandissement de l’Université consolidera la position de la ville de Montréal comme deuxième ville du savoir en Amérique du nord», a souligné Jean-Marc Fournier, ministre de l’Éducation, de passage au campus principal de l’UdeM avec son collègue Raymond Bachand, ministre du Développement économique.

 

Gare_triage.jpg

 

 

Vue aérienne des deux pôles

 

vue_aerienne1.jpg

Autre vue aérienne des deux pôles

 

vue_aerienne2.jpg

Maquette du futur pôle de la gare de triage

 

maquette1.jpg

 

 

Autre maquette du futur pôle de la gare de triage

 

maquette2.jpg

 

293672470_cee7c8ac1b_o.jpg

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
  • Administrator

LE DÉFICIT DE TROIS MILLIONS N'ARRÊTERA PAS L'EXPANSION

HEC veut un nouveau pavillon

Marie Allard

La Presse

 

L'appétit d'espace des universités n'est pas calmé: c'est au tour de HEC-Montréal de vouloir un nouveau pavillon d'ici quatre ans. «C'est un projet majeur des prochaines années: on doit trouver de l'espace», a dit hier à La Presse Michel Patry, nouveau directeur de HEC.

 

Un déficit budgétaire record de trois millions est prévu cette année à HEC. Cette perte va «doubler l'an prochain», s'il n'y a pas dégel des droits de scolarité ou subventions supplémentaires, a averti M. Patry. Il planifie malgré cela l'expansion de son école, quitte à avoir recours aux campagnes de financement et au sponsoring. «Quand nous prendrons une option, le financement va être sécurisé», a-t-il assuré.

 

HEC a besoin de 20000 mètres carrés supplémentaire pour loger ses 12000 étudiants, 33% de plus qu'il y a 10 ans. L'édifice moderne du chemin de la Côte-Sainte-Catherine est plein à craquer, si bien que l'école a repris son ancien pavillon, angle Decelles et Queen-Mary. «Ça nous prend encore un autre pavillon Decelles», a illustré Kathleen Grant, directrice des communications de HEC.

 

 

 

 

L'école «regarde systématiquement» les terrains disponibles, a indiqué M. Patry. «Je ne peux rien vous dire de précis, c'est exploratoire», a-t-il dit. HEC pourrait s'installer à la gare de triage d'Outremont avec l'Université de Montréal ou reprendre un pavillon libéré par cette dernière. «Ça fait partie des options, a dit M. Patry. Chose certaine, il faut que dans les 24 prochains mois, on ait une tête assez faite. Parce qu'après, ça va prendre un autre 24 mois avant de réaliser (le projet).»

 

Cri d'alarme pourun meilleur financement

 

Avec 35 étudiants à temps plein pour un professeur, contre 21 pour un en moyenne au Québec, HEC manque aussi de personnel. Deux professeurs ont quitté HEC depuis l'entrée en poste de M. Patry, en septembre. «Jusqu'à il y a trois ou quatre ans, les Européens étaient moins compétitifs, mais maintenant on perd des gens», a-t-il constaté.

HEC ne peut pas égaler les offres salariales de ses concurrents. «Il faut lancer un cri d'alarme: toutes les universités québécoises sont sous-financées, mais le secteur de l'administration est le plus pauvre», a dit le directeur. Il attend avec un «optimisme modéré» un éventuel financement d'Ottawa et salue l'initiative de Québec, qui a promis 240 millions d'ici 2009.

Dégeler les droits de scolarité, «en bonifiant le régime de prêts et bourses», lui paraît inévitable. «Aujourd'hui au Québec, ça coûte moins cher d'envoyer son enfant à l'université qu'à la garderie à sept dollars, fait-il valoir. Il y a quelque chose qui cloche.»

Mieux financer l'accueil d'étudiants étrangers et les programmes d'échange est aussi urgent, selon M. Patry. Au baccalauréat, HEC compte 30% d'étudiants internationaux. Ils paient des droits de scolarité élevés (10000$) qui sont perçus par Québec, même si HEC engage des frais pour les accueillir.

L'Université Laval vient de réduire le financement accordé aux stages et séjours d'études à l'étranger, faute de budget. «Faire cela (à HEC) serait un désastre, a estimé le directeur. Comme le Québec a une petite économie, développer des compétences chez les gestionnaires pour pénétrer les marchés étrangers, c'est une question de vie ou de mort.»

Link to comment
Share on other sites

  • Administrator

plus d'informations ici : http://www.umontreal.ca/gare/documents_communiques.html

 

Portes ouvertes sur le projet d’aménagement du site de la gare de triage d’Outremont

 

L’Université de Montréal vous invite à venir prendre connaissance du projet, échanger avec ses professionnels et poser des questions.

Le jeudi 8 février 2007

de 11h à 21h

au Centre communautaire intergénérationnel d’Outremont

999, avenue McEachran, salle 225.1, Outremont

Annonce pdf des Portes ouvertes

Link to comment
Share on other sites

  • Administrator

Un projet de 1 milliard pour l'UdeM

Charles Côté

La Presse

 

 

Les universités ont beau manquer d'argent, elles ne manquent pas pour autant de projets. L'Université de Montréal a présenté hier aux citoyens d'Outremont son projet de pavillon des sciences sur le terrain de la gare de triage, acheté l'an dernier pour 18 millions de dollars.

 

À terme, d'ici 20 ans, les disciplines scientifiques comme la physique ou la chimie seront toutes déménagées du pavillon principal vers ce nouveau pavillon. Composé de bâtiments verts, le projet coûtera 1 milliard, plus environ 250 millions pour les équipements comme les appareils et laboratoires. Il augmentera du tiers la superficie totale des locaux de l'institution.

 

D'ici là, l'Université de Montréal devra trouver environ 50 millions par année pour le mener à bien. «Comme tous nos projets, le financement proviendra de trois sources : les fonds publics, les donations et les partenariats», a affirmé hier le vice-recteur adjoint, Alexandre Chabot.

 

t.gif

 

 

Le pavillon aura au moins le mérite de résoudre un épineux problème. «Si ça peut nous débarrasser de la gare de triage, tant mieux», a dit hier Gilles Paquin, rencontré sur place. Membre du comité de citoyens formé par l'Université de Montréal, M. Paquin s'est déclaré généralement favorable au projet.

 

L'Université de Montréal avait pris une option d'achat sur le terrain en 2003. Elle a décidé d'aller de l'avant avec son projet d'expansion, même sans le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM), que le gouvernement a décidé de construire au centre-ville plutôt qu'à Outremont. «Notre campus sur la montagne est saturé», explique M. Chabot.

 

À l'université, le projet demeure controversé. «On a demandé un processus plus ouvert à l'assemblée universitaire», dit Louis Dumont, président du Syndicat général des professeurs de l'Université de Montréal. Il craint que se répète le scénario de l'UQAM, qui a vécu des dépassements de coûts et doit revoir son ambitieux projet de l'îlot Voyageur.

 

Selon M. Chabot, l'Université de Montréal a fait ses preuves au cours des dernières années. «On a construit pour 300 millions de bâtiments neufs depuis cinq ans et tout s'est fait dans les coûts et dans les délais», dit-il. Par ailleurs, l'institution a coupé court à la rénovation de l'édifice des Soeurs des Saints Noms de Jésus et de Marie, un projet qui s'annonçait plus coûteux que prévu.

 

Si le projet est approuvé et financé, la construction de la première phase commencera en 2008. Cette phase inclura des salles de cours et des résidences étudiantes, qui devraient être accessibles en 2010 ou 2011. Une fois les laboratoires déménagés, le pavillon principal accueillera des salles de classe et des bureaux. Le projet sera soumis à l'Office de consultation publique de Montréal.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...
  • Administrator

Projet de l'Université de Montréal à la gare de triage d'Outremont - La première séance d'information se tient ce soir

 

MONTREAL, le 27 fév. /CNW Telbec/ - C'est ce soir que l'Office de

consultation publique de Montréal tient la première séance d'information

publique sur le projet d'implantation d'un campus de l'Université de Montréal

sur le site de la gare de triage Outremont. Rappelons que ce site, situé dans

l'arrondissement d'Outremont, se trouve aux limites des arrondissements de

Villeray- Saint-Michel-Parc-Extension et de Rosemont-Petite-Patrie et de la

Ville de Mont-Royal.

Ce projet prévoit l'installation d'un vaste campus universitaire

comprenant des bâtiments pour des fins d'enseignements, de recherche occupant

une surface d'environ 275 000 mètres carrés ainsi que des résidences

universitaires pour plus de mille étudiants. De plus s'y ajoute un

développement domiciliaire qui devrait permettre la construction de plus de

800 logements, dont une proportion prévue de 30% pour du logement social et

abordable. On y prévoit le démantèlement des voies de triage et la

relocalisation du corridor ferroviaire au nord du site. Les plans comprennent

aussi une vaste esplanade verte sur le site ainsi que l'aménagement d'une

nouvelle gare permettant l'accès au train de banlieue et d'une passerelle pour

cyclistes et piétons permettant un accès facile à la station de métro Acadie.

La rencontre de ce soir se tiendra au Centre communautaire

intergénérationnel d'Outremont au 999 av. Mc Eachran. Une autre rencontre

mercredi le 28 février à 19h au même endroit et une dernière jeudi le 1er

mars, toujours à 19h au complexe William-Hingston, 419 rue Saint-Roch. A cette

occasion les représentants de l'Université de Montréal présenteront leur

projet alors que ceux de la ville et de l'arrondissement d'Outremont

expliqueront le projet de règlement qui rendra possible cet aménagement. Les

citoyens pourront alors poser toutes les questions d'éclaircissement qu'ils

souhaitent.

Des ateliers seront par la suite tenus pour examiner plus à fond

certaines problématiques du dossier les 14, 15 mars, 19 et 20 mars. Ces

ateliers se veulent un lieu d'échange et de discussion entre la commission,

les personnes-ressources et le public dans le but d'approfondir les principaux

enjeux du projet à l'étude. Cet exercice veut surtout permettre aux

participants de mieux comprendre ces enjeux et de faciliter la présentation de

leur réflexion lors de la période d'audition des opinions qui se tiendra à

compter du 3 avril.

 

Créé par la Charte de la Ville de Montréal, l'OCPM a, depuis sa création

en 2002, géré une soixantaine de consultations et tenu près de 250 séances

publiques qui ont réuni plus de 15 000 citoyens. Vous êtes invités à consulter

le site de l'OCPM, http://www.ocpm.qc.ca, pour une information complète sur l'Office.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

23 mars 2007 Les consultations publiques au sujet de l’aménagement d’un campus dans la gare de triage se sont poursuivies lundi soir au Centre communautaire intergénérationnel. Alors que l’Université de Montréal a tenté de se faire rassurante quant à l’impact de son projet sur la circulation automobile, plusieurs résidants ont fait part de leurs inquiétudes.

C’est dans une salle bondée que s’est déroulé ce troisième atelier thématique dirigé par l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM), qui portait cette fois sur le transport et la circulation. L’objectif est «d’enrichir et d’approfondir la réflexion» en vue du dépôt des mémoires, qui doit se faire au plus tard le 29 mars, a expliqué le commissaire Jacques Beauchamp, en guise d’introduction.

 

Le vice-recteur adjoint de l’Université de Montréal, Alexandre Chabot, a d’abord mentionné que des mesures d’apaisement du trafic, comme l’ajout de feux de circulation et un nombre limité de places de stationnement (1000), sont prévues pour favoriser les déplacements à pied, à vélo, en métro, en train ou en autobus.

 

«Le projet est tourné vers le transport actif et le transport en commun. […] C’est sûr qu’on peut faire davantage en ce qui concerne le stationnement. Notre premier choix aurait été qu’il n’y ait aucune rue véhiculaire qui traverse le campus», a-t-il mentionné, estimant que l’université est toutefois parvenue à trouver un certain «équilibre», en accord avec la Ville de Montréal et l’arrondissement.

 

M. Chabot a en outre indiqué que 56% des étudiants qui fréquentent actuellement l’Université de Montréal utilisent le transport en commun, et que 6,5% d’entre eux choisissent la bicyclette ou la marche pour se rendre à leurs cours.

 

Par ailleurs, selon une simulation présentée au public lundi par l’établissement d’enseignement, la réalisation du projet n’augmenterait pas la circulation sur les avenues McEachran, Davaar et Van Horne, grâce entre autres au prolongement de certaines rues, ce qui permettra la «diffusion» des véhicules. Sur l’avenue Ducharme, les automobiles y seraient même moins nombreuses.

 

Invitée à prendre la parole, Florence Junca-Adenot, professeure au département d’études urbaines et touristiques de l’UQAM, s’est étonnée que ce qui est projeté concernant l’utilisation du transport en commun s’aligne sur la situation actuelle. «Pourquoi ne pas avoir fixé la barre plus haut pour le transport en commun?» a-t-elle demandé.

Un campus sans voiture

Durant la période réservée aux commentaires du public, Jean-Marc Corbeil, un résidant d’Outremont, a proposé «un scénario moins coûteux», qui consisterait à aménager un «campus sans voiture». «Je ne comprends pas qu’un tel scénario ne soit pas à l’ordre du jour, ne soit pas étudiable et étudié, et qu’on ne fasse que prolonger la trame urbaine», a-t-il déploré.

 

D’autres Outremontais ont fait des observations allant dans le sens de celle de M. Corbeil. Marc Poulin, entre autres, a fait réagir le public en mettant en doute l’importance accordée au vélo comme moyen de transport, à cause de l’hiver.

Hugues Bélanger, qui demeure sur l’avenue Outremont, s’est quant à lui dit inquiet d’un afflux de voitures dans son quartier, où sont déjà localisées trois garderies, la piscine Kennedy et l’école Lajoie. «Je suis stressé», a-t-il avoué.

 

Enfin, un autre Outremontais, du nom de Jean Larin, a cité une étude de la Société de l’assurance automobile du Québec révélant que le nombre d’automobiles dans la province a augmenté de 62% entre 1985 et 2005. «Votre [simulation] de la circulation ne semble pas tenir compte de la hausse, a-t-il lancé au micro. L’augmentation naturelle des prochaines années risque de nous amener dans un capharnaüm indescriptible, alors imaginez si on ajoute votre projet.»

 

Un quatrième atelier, concernant les équipements collectifs et les nouveaux besoins, a eu lieu mardi soir. Les séances d’audition des mémoires sont à l’horaire le 3 avril, au Centre communautaire intergénérationnel (999, avenue McEachran) et le 4 avril au Complexe William-Hingston (419, rue Saint-Roch), à 19h.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

10 avril 2007 Le 4 avril, François Purcell, conseiller de Saint-Édouard, a présenté un mémoire sur le projet d’implantation d’un campus de l’Université de Montréal sur le site de la gare d’Outremont. Un projet positif pour Rosemont–La Petite-Patrie, estime-t-il, mais «trop refermé sur lui-même.»

Dans un communiqué émis le 5 avril, François Purcell expose que Montréal rate une occasion «d'unifier physiquement et socialement les quartiers limitrophes au projet.»

 

Devant les commissaires de l’Office de consultation publique de Montréal, il a regardé, point par point, l'impact qu'aura ce nouveau voisin dans son patelin. Sa conclusion? Le projet doit s’intégrer davantage avec le secteur ouest de la Petite-Patrie, tant sur le plan social, économique que physique (bâtiments, parcs, liens piétonniers).

La liste

Le chef de Vision Montréal a en main une longue liste: ajout d'un parc à l’intersection de la rue Beaubien et de l’avenue du Parc, un aménagement plus sécuritaire à l'intersection de la rue Beaubien et de l’avenue du Parc, des mesures afin de contrer une éventuelle flambée de la valeur foncière dans les secteurs environnants et un diagnostic complet sur la revitalisation des commerces voisins, exercice assorti d'un plan d’action.

Dans son élan, il demande que soit mieux pensé le réseau vert comme la desserte en transport collectif. «Dans cette perspective, il est impératif de prolonger le trajet de l’autobus no 18 de la rue Beaubien vers le site du nouveau campus», dit-il.

André Lavallée persiste et signe

En tant qu'élu de Rosemont-La Petite-Patrie et responsable du transport collectif et de l'aménagement urbain pour la Ville de Montréal, André Lavallée maintient suivre attentivement l'évolution du dossier et, par ses fonctions, être aux premières loges afin de suivre ce qui se passe dans la cour du voisin.

Le maire Lavallée demeure fidèle à ses convictions et croit toujours que le quadrilatère compris entre le viaduc Van Horne, les rues Bellechasse, Saint-Denis et le boulevard Saint-Laurent fait face à une chance unique de revitaliser tout un secteur industriel en perte de vitesse.

 

En ce sens, il rappelle qu'un compte-rendu des discussions entre les fonctionnaires de l'arrondissement RPP, l'arrondissement d'Outremont et l'Université de Montréal sera bientôt disponible.

 

Les questions en lien avec les aménagements routiers et les impacts dans le secteur Alexandra-Marconi, par exemple, seront examinées, souligne André Lavallée.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

05/06/2007Le projet d’aménagement de l’Université de Montréal sur le site de l’ancienne gare de triage d’Outremont reçoit le prix d’excellence dans la catégorie «design urbain» décerné par l’Institut canadien des urbanistes. Ce prix, le seul accordé au Québec parmi les douze remis cette année, souligne la grande qualité du projet d’aménagement de l’UdeM à Outremont conçu par le Groupe Cardinal Hardy, en collaboration avec le Groupe Provencher & Roy architectes.

Les critères d’innovation, de créativité, de contribution au développement durable et d’amélioration de la qualité de vie urbaine ont guidé le choix du jury. Le prix est remis aujourd’hui à Québec dans le cadre du Congrès conjoint de l’Institut canadien des urbanistes et de l’Ordre des urbanistes du Québec sous le thème «Vision d’avenir: l’urbanisme face aux grands changements».

 

Le projet de développement de l’Université de Montréal à Outremont se veut une réponse aux besoins actuels et futurs d’espace de l’Université. Il comprend des pavillons et des résidences universitaires, des logements résidentiels et des espaces verts. Sa réalisation se fera par phases, en collaboration avec les différents paliers de gouvernement. On peut consulter le plan d’aménagement proposé ainsi que l’ensemble des études techniques à l’adresse: http://www.siteoutremont.umontreal.ca

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value