Jump to content

loulou123
 Share

Recommended Posts

La Presse Le lundi 07 mai 2007

 

À partir d'aujourd'hui, quatre palmiers de près de 15 mètres trôneront au coin des rues Sainte-Catherine et Amherst, en plein centre du Village gai.

 

Ces arbres gigantesques seront la pièce maîtresse d'un arrangement végétal le long des deux artères pendant tout l'été.

 

Ils ont fait leur entrée hier dans le centre-ville de Montréal sur la plateforme d'un long camion en provenance de la Floride. Une demi-douzaine d'hommes et de femmes ont mis plusieurs heures à les décharger, sous le regard amusé des passants.

 

L'initiative vient de la Société de développement commercial du Village (SDC), qui investira 50 000 $ dans le projet. Chaque arbre vaut 2500 $. «C'est une question de se démarquer et d'embellir le quartier», a confié le directeur général de la SDC, Bernard Plante.

 

«C'est aussi pour créer un sentiment d'appartenance, a-t-il ajouté. Quand tu arrives, tu vois tout de suite le décor et tu sais que tu es dans le Village. Tu sais que c'est différent, tu sais que c'est particulier.»

 

Annuelles et palmiers de Noël

 

En plus de ces quatre palmiers qui ne manqueront pas d'attirer les regards, une centaine de pots de fleurs seront disposés dans les deux rues, avec... des palmiers de Noël à l'intérieur. Cette variété mesure environ un mètre et sera plantée dans un pot d'un mètre de hauteur également. Des annuelles orneront le bord de ces larges contenants, descendant parfois en cascade jaune ou rose fluorescent contre les rebords.

 

L'idée d'orner ainsi le quartier s'est matérialisée l'an dernier, durant les Outgames. Hibiscus, ficus et autres lauriers avaient été disposés rue Sainte-Catherine. «Cette année, on voulait quelque chose d'encore plus gros et original», a indiqué le concepteur du projet, Matthew Calderisi, lui-même propriétaire de la boutique Jean de Fleurette.

 

Une assurance de trois millions de dollars a été contractée pour garantir les installations. Bernard Plante ignore ce qu'il adviendra des palmiers l'hiver prochain. «Je suis sur le point d'appeler le Jardin botanique pour savoir s'ils en veulent!» a-t-il lancé en riant.

 

Le budget de la SDC du Village provient des cotisations de ses membres, a-t-il aussi souligné. Récemment, l'organisme a installé des affiches faisant la promotion du Village sur les lampadaires du quartier.

bilde?Site=CP&Date=20070507&Category=CPACTUALITES&ArtNo=705070447&Ref=AR&Profile=6048&MaxW=700

Link to comment
Share on other sites

bof..... le résultat est un peu artificiel avec tous les cables qui les retiennent... 10 000$ de fleurs dans le quartier aurait eu un effet plus frappant, mais bon... c'est une idée accrocheuse quand même...

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Le Journal de Montréal

13/06/2007

 

Les palmiers du Village gai ont eu froid et les marchands ont eu des sueurs froides.

 

Les palmiers du Village gai passeront-ils l’été comme prévu, rue Sainte-Catherine?

 

Ils ont beaucoup souffert du refroidissement de la température au mois de mai, ce qui a donné des sueurs froides aux marchands, et ces palmiers ont maintenant très mauvaise mine.

 

Bernard Plante, porte-parole des commerçants du Village gai, a indiqué au Journal que des spécialistes ont procédé hier à la coupe des branches mortes.

 

«On va leur sauver la vie. On voit déjà beaucoup de nouvelles branches qui poussent», a dit le directeur général de la Société de développement commercial (SDC) du Village gai.

Faire parler du Village

 

«Mais notre objectif a été atteint. Nous voulions que les médias parlent du Village gai et nous avons frappé dans le mille avec cette idée originale», dit-il.

 

«Nous voulions en parler un peu plus que d’habitude parce qu’on entend dire que le taux de suicide des jeunes gais est élevé dans les régions et nous voulions qu’ils sachent qu’ils sont bienvenus chez eux dans le village», a commenté Bernard Plante.

 

Le Village a fait planter 120 petits palmiers des deux côtés de la rue Sainte-Catherine, entre Amherst et Papineau, et quatre «spéciaux» pas mal plus gros à l’intersection Sainte-Catherine et Amherst, hauts de 15 mètres.

 

Bernard Plante admet que les palmiers ont eu de la misère mais il assure que le producteur floridien n’a aucune inquiétude au sujet de leur survie. Les palmiers royaux ont coûté 1500 $ chacun et les 120 petits palmiers ont coûté 50 $ chacun pour une facture totale de 12 000 $, mais le projet dans son ensemble est évalué à 50 000 $.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value