Jump to content

L'économie du Québec patauge en eau trouble


ErickMontreal
 Share

Recommended Posts

L'économie du Québec patauge en eau trouble

28 août 2008 - 06h54

La Presse

Rudy Le Cours

 

Un pas en avant, un pas en arrière. Telle est la marche titubante de l'économie québécoise depuis le début de l'année. Au point où on ne sait trop si elle avance ou recule au bout du compte.

 

En mai, le produit intérieur brut (PIB) réel s'est replié de 0,5%, effaçant en bonne partie le bond encourageant de 0,8% d'avril, a fait savoir l'Institut de la statistique du Québec (ISQ), hier.

 

Il s'agit du troisième recul mensuel en 2008 et le huitième depuis un an. Mesurée depuis mai 2007, l'économie du Québec s'est en fait contractée de 0,2%, mais après cinq mois cette année, elle a pris une faible avance de 1,2% sur les cinq premiers mois de 2007.

 

Le recul de 1,6% de la production de biens porte à 4,5% l'ampleur de la récession dans ce secteur qui inclut l'agriculture, l'extraction minière, les services publics, la construction et la fabrication.

 

Au cours du mois, les avancées de l'extraction minière et de la construction n'ont pu compenser les forts replis ailleurs.

 

«Les industries productrices de biens se dirigent vers un quatrième trimestre d'affilée de décroissance», écrivent les économistes Réjean Aubé et Bertrand Gagnon de l'ISQ dans leur présentation des données.

 

La production en usines, de loin la plus importante du secteur des biens avec près de 60% de la valeur, s'est repliée de 2,3% au cours du mois. La baisse est généralisée puisque 14 des 20 industries ont reculé avec, en tête, le matériel de transport (à l'exclusion de l'aéronautique) et la première transformation des métaux. La production forestière (papier et bois d'oeuvre) poursuit sa léthargie bien que les matériaux de construction éprouvent des difficultés plus importantes en raison de la crise immobilière aux États-Unis.

 

De mai à mai, la fabrication a chuté de 7,1% et après cinq mois cette année, elle accuse un retard de 4,4% sur la période de janvier à mai 2007.

 

Pour la deuxième fois cette année, le secteur des services qui représente 70% de la taille de l'économie n'a pu compenser les déboires de la production de biens. Sa production est restée stable. Les services financiers se sont maintenus tandis que l'avancée du commerce de détail n'a pu compenser la baisse d'activités des grossistes.

 

Il faut nous souhaiter que cette panne soit de courte durée. La croissance du Québec repose cette année comme l'an dernier sur les services, sur le commerce de gros et de détail en particulier.

 

Au premier trimestre, l'économie de la société distincte avait refoulé de 0,8% sur une base annualisée. C'était un premier pas dans une récession technique, définie au Canada comme deux trimestres de croissance négative d'affilée. Mai nous rapproche-il du pas fatal?

 

«L'acquis de croissance du deuxième trimestre reste néanmoins positif, soit de 0,6% à rythme annuel, s'encourage Hélène Bégin, économiste senior chez Desjardins. L'évolution du secteur manufacturier sera cependant déterminante.»

 

Mme Bégin calcule que juin devra s'avérer pire que mai pour que le fil de l'épée de Damoclès dressée sur le Québec soit rompu. La volatilité des variations du PIB cette année rend la chose bien possible cependant.

 

On saura d'ailleurs demain si le Canada dans son ensemble aura ou non échappé à la récession grâce aux données des variations du PIB du deuxième trimestre sur une base de comptes nationaux qui tient compte de la balance commerciale. Au premier trimestre, l'économie s'est contractée de 0,3% d'un océan à l'autre en raison surtout d'une baisse importante et surprise du niveau des stocks.

 

Pour le Québec, il faudra surtout scruter l'évolution du PIB calculé par industrie pour le mois de juin. S'il fallait que la production manufacturière ait reculé dans son ensemble, plutôt que seulement dans des zones ontariennes comme l'automobile, alors il y a fort à parier que l'économie québécoise s'est bel et bien enlisée. Restera à savoir pendant combien de temps encore.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...