Jump to content

Recommended Posts

Les réserves d'eau douce du Canada pourraient s'épuiser

 

bilde?Site=CP&Date=20080820&Category=CPENVIRONNEMENT&ArtNo=80820237&Ref=AR&Profile=6108&MaxW=700

Le Canada compte un cinquième de l'approvisionnement mondial en eau douce. (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

 

Presse Canadienne

Ottawa

 

Un rapport interne d'Environnement Canada paru récemment met le gouvernement en garde contre des pénuries d'eau douce qui pourraient menacer l'économie canadienne et créer des conflits entre les provinces.

 

Le rapport, rédigé au mois de décembre dernier, prévient que les changements climatiques et l'augmentation de la population vont mener à l'épuisement des ressources.

 

La Presse Canadienne a obtenu copie du document de 21 pages en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

 

Le rapport suggère au gouvernement fédéral d'adopter un rôle plus direct quant à sa gestion de l'eau douce au pays, qui est présentement en grande partie sous le contrôle des provinces. Ottawa exploite néanmoins la majorité de l'eau douce provenant des régions du nord, par le biais de régies des eaux.

 

Le Canada compte un cinquième de l'approvisionnement mondial en eau douce. Seulement sept pour cent de cette quantité est renouvelable, tandis que le reste provient de glaciers de la période glaciaire et de sources d'eau souterraine. Les précipitations permettent quant à elles de renouveler un pour cent de l'approvisionnement en eau du pays, selon le rapport.

 

Les conservateurs avaient promis un plan de stratégie nationale de l'eau lors du discours du trône, l'automne dernier, mais l'opposition leur reproche depuis d'annoncer des projets fragmentaires.

Les conservateurs, tout comme le gouvernement libéral qui les a précédé, tardent à publier les rapports annuels requis par la loi qui font état de la façon dont sont utilisés et entretenus les réserves d'eau.

 

Le dernier rapport publié sur le site internet d'Environnement Canada date de 2005-2006.

 

Le nouveau rapport du ministère établit qu'Ottawa ne connaît pas suffisamment le dossier pour bien gérer la ressource.

 

«Un plan de prévision nationale sur la disponibilité en eau au pays n'a jamais été élaboré parce que, traditionnellement, nous considérions que notre utilisation de la ressources était illimitée», indique le rapport, intitulé A Federal Perspective on Water Quantity Issues.

 

Les données que possède le gouvernement fédéral sur les réserves d'eau souterraine du pays sont considérées comme «rares et souvent inadéquates» par Environnement Canada.

 

Le Canada partage des réserves d'eau souterraine avec son voisin du sud et le rapport indique que «notre manque de données place le Canada dans une situation de désavantage stratégique quant aux négociations bilatérales avec les États-Unis».

 

Le document prévoit également des périodes de sécheresse dans les Prairies et des pénuries d'eau souterraine en Colombie-Britannique et dans le bassin Grands Lacs-Saint-Laurent.

 

Le lac Supérieur a atteint son niveau le plus bas, au mois de septembre. Les niveaux d'eau des lacs Michigan et Huron étaient quant à eux inférieurs de 50 centimètres par rapport aux moyennes de l'automne dernier.

 

Le rapport indique qu'une diminution du niveau d'eau de 0,08 à 1,18 mètres, dans les Grands Lacs, engendrerait des coûts de 240 millions $ à 350 millions $ par année à l'industrie hydro-électrique.

 

Le rapport avise également d'un «risque accru» d'épreuves de force entre les provinces, ainsi qu'entre le Canada et les États-Unis, si l'approvisionnement en eau diminue trop.

 

Le Canada insiste que ses réserves d'eau ne sont pas à vendre, mais son voisin du sud pourrait bien faire pression pour se faire envoyer de l'eau si ses réserves se tarissent.

 

Personne n'était disponible au ministère de l'Environnement, mercredi, pour commenter le rapport.

 

Le porte-parole du Parti libéral sur la question de l'eau, Francis Scarpaleggia, a affirmé quant à lui qu'Ottawa devait se doter d'un ministre de l'eau de second rang qui puisse se concentrer sur cet enjeu.

Link to comment
Share on other sites

Avec l'été qu'on a eu autant au Québec qu'en Ontario c'est étonnant d'apprendre que le niveau des Grands Lacs a baissé!

 

Je crois que c'est de la bull shit. Impossible. Avec les quantitées records de pluie que nous avons reçu, j'ai ben d'la misère a croire que les réserves d'eau douce soit si basse!

Link to comment
Share on other sites

Il a beau pleuvoir, si les États-Uniens qui sont à un bout de la source du fleuve (les Grands Lacs) siphonnet tout l'eau pour arroser leurs pelouses, il ne reste plus grand chose pour nous.

C'est parce que les nord-américains croient être assis sur une réserve d'eau inépuisable qu'ils (nous) consomment sans restriction. Nous sommes en train de faire avec les réserves d'eau potables ce que nous avons déjà fait avec les réserves pélagiques et les réserves forestières.

Vous vous souvenez du film Armageddon ? On a voulu se débarrasser ses extra-terrestres pas parce qu'ils voulaient prendre toutes nos réserves naturelles mais parce qu'ils le faisaient plus vite que nous.

Link to comment
Share on other sites

Je crois qu'il parlait de Independance Day!

 

Dans Independance Day, on s'est débarassé des extra-terrestres parce qu'ils voulaient se débarasser de nous avant de prendre toutes nos ressources, pas parce qu'ils prenaient les ressources plus vite que nous.

Link to comment
Share on other sites

On matière de consommation non responsable, nous autres canadiens ne sommes certainement pas plus des modèles de responsabilité que les américains! J'aurais même tendance à croire le contraire. La "gratuité" de l'eau est une catastrophe tant écologique qu'économique.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...