Jump to content

Recommended Posts

La Presse 17 avril 2007 Une dose de boisson énergisante pourrait-elle requinquer les joueurs du Canadien?

 

La question mérite d'être posée à la suite de la publication d'un article dans un quotidien autrichien selon lequel le créateur et copropriétaire de Red Bull, Dietrich Mateschitz, serait intéressé par le Canadien de Montréal.

 

Mateschitz recevrait, ces jours-ci à Salzbourg, une délégation du Canadien pour des «négociations secrètes» visant la vente du club, selon un article du Kronen Zeitung, le tabloïd le plus lu d'Autriche, tel que résumé par le site Internet sportnet.at.

 

Mis au parfum, le Canadien a formellement nié cette information, la jugeant sans fondement.

 

«C'est la première fois qu'on entend parler de cette histoire. Il n'y a absolument aucun fondement à ça parce que le Canadien n'est pas à vendre», a affirmé le vice-président aux communications du Canadien, Donald Beauchamp, lundi après-midi.Red Bull Canada a offert le même démenti. «Ce ne sont vraiment que des rumeurs et de la spéculation, rien de plus», a tranché Lubor Keliar, responsable des communications.

 

Peu d'informations ont filtré dans la dépêche de sportnet.at, sinon que Mateschitz aurait visité le Centre Bell à deux reprises au cours de la dernière saison et qu'il aurait aimé l'atmosphère qui y régnait.

 

L'été dernier, Mateschitz, 62 ans, avait déjà exprimé son intérêt pour le hockey professionnel en Amérique du Nord, affirmant avoir entrepris un travail exploratoire en ce sens.

 

Lancée en 1987, Red Bull est une boisson dite «énergisante» qui a rapidement inondé le marché. En 2006, plus de trois milliards de canettes ont été vendues dans plus de 130 pays. Mateschitz détient 49 % de la compagnie.

 

Red Bull s'est démarquée grâce à un marketing original et agressif, principalement axé sur le sport. Les sports extrêmes et motorisés ont été les principales cibles. Ainsi, Red Bull commandite de nombreux pilotes et riders.

 

Récemment, Red Bull s'est lancée dans les propriétés sportives comme les écuries Red Bull Racing et Toro Rosso en Formule 1. En 2005, le géant de la boisson à la caféine a aussi acheté le club de soccer de Salzbourg pour le renommer le Red Bull, qui évolue dans la Bundesliga autrichienne. Idem pour le club de hockey de Salzbourg.

 

En Amérique du Nord, Mateschitz a mis la main sur les MetroStars du New Jersey de la MLS avant de les renommer Red Bull de New York. Cette année, il commandite également deux voitures de NASCAR propulsées par des moteurs Toyota.

 

Au Québec, mis à part la commandite personnelle du skieur Erik Guay, Red Bull a fait parler d'elle avec la deuxième présentation de son Crashed Ice, le mois dernier, dans la Vieille Capitale. La course à obstacles sur patins a attiré quelque 75 000 spectateurs dans le Vieux-Québec.

 

Le Canadien est propriété de l'homme d'affaires George Gillett (80,1 %) et de Molson Coors (19,9 %). Le brasseur détient un droit de préemption (droit de premier refus) sur une vente éventuelle du Canadien.

Link to comment
Share on other sites

Quoique le Centre RedBull sa sonne pas si mal que ca :D

 

pour faire la transition, la premiere année ca va etre le Centre RedBell -> pour ensuite etre RedBull

 

Apres the keg et the phone booth ca serait quoi le nouveau surnom donné par Jack Todd, the bullring ?

Link to comment
Share on other sites

Hockey players drinking ... red bull during a game ... not sure if that would be good for their health.

 

One thing for sure Red Bull a power house now, I wonder what they will buy up next ... hmm Heineken (?sp)

Link to comment
Share on other sites

au moins avec du red bull les joueurs seraient peut être un peu plus ''hyper'' durant les games....la valeur du canadien peut difficlement être plus haute....ils ont un bon contrat télévisé avec RDS + quelques matchs sur d'aurtes postes....le centre bell est toujours plein+ la marchandise se vend très bien (je ne me souviens pas d'avoir vu autant de chandails du Canadien depuis 1993)....+ les spectacles du groupe Gillet sont extrêmement rentables.....

Link to comment
Share on other sites

La Presse18 avril 2007 Red Bull qui achète le Canadien? Dans les bureaux de la compagnie autrichienne, on trouve que l'histoire est un peu farfelue.

 

Tina Sponer, l'assistante de Dietrich Mateschitz, le grand manitou de la compagnie Red Bull, a fait savoir, mardi, que la rumeur qui envoie M.Mateschitz à la tête du Canadien est pure fiction.

 

Lors d'un échange de courriels avec La Presse, mardi, Tina Sponer a vivement démenti les propos du tabloïd autrichien Kronen Zeitung, qui laissait récemment entendre que le fondateur de Red Bull était intéressé à acheter le Canadien.

 

«L'article du Kronen Zeitung n'est rien de bien valable, et il ne s'agit que de rumeurs, a tenu à préciser Tina Sponer par courriel. Tout ça est sans fondement.»

 

Ce démenti s'ajoute à celui du Canadien. Le département des communications de l'équipe a fait savoir, lundi, qu'il n'y avait aucun élément de vérité dans l'article du Kronen Zeitung et que le Canadien n'est pas à vendre.Cependant, les rumeurs d'une éventuelle association entre le patron de Red Bull et George Gillett, le propriétaire du Canadien, circulent depuis un moment déjà.

 

Les deux hommes auraient eu plusieurs discussions au cours des derniers mois.

 

Ils ont tous deux un intérêt marqué pour la course automobile et on chuchote qu'ils aimeraient joindre leurs efforts dans l'aventure NASCAR. Les visées de George Gillett dans ce domaine ne sont plus un secret pour personne.

 

De son côté, Dietrich Mateschitz, qui est déjà propriétaire d'une équipe de hockey en Autriche, n'est certes pas un inconnu dans les cercles de la LNH.

 

Il est un très bon ami de Philip Anschutz, le propriétaire des Kings de Los Angeles. Les Kings doivent d'ailleurs se rendre en Autriche avant l'ouverture de la prochaine saison, afin d'y disputer un match préparatoire contre l'équipe de Mateschitz.

 

Selon un article paru sur le site Internet autrichien sportnet.at, Mateschitz aurait été vu deux fois au Centre Bell au cours de la dernière saison.

 

Mais selon son assistante, cela est très loin de la vérité. «En fait, M.Mateschitz n'a pas mis les pieds au Canada depuis plusieurs années, a-t-elle répondu. Alors je peux vous dire qu'il ne s'est définitivement pas présenté à Montréal au cours de la saison de hockey pour y voir une partie.»

 

Autre élément qui lie les deux hommes d'affaires: un intérêt commun pour le soccer. Dietrich Mateschitz a son équipe de la MLS à New York, et George Gillett a son équipe en Championnat d'Angleterre, à Liverpool.

 

Les deux hommes viseraient-ils une association? Encore là, jure Tina Sponer, il n'y a rien à rapporter. «Non, il n'y a vraiment aucun projet de ce côté, je peux vous l'assurer», a-t-elle ajouté.

 

L'été dernier, le patron de Red Bull avait fait savoir que l'aventure de la LNH allait peut-être finir par l'intéresser. Il avait même évoqué la possibilité du retour du hockey professionnel à Québec, sans toutefois aller plus loin.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value