Jump to content

Recommended Posts

La pire récession depuis 1929?

 

Jean-François Barbe, Les Affaires

08:56

 

La crise actuelle serait pire que la Grande crise de 1929, selon un professeur d'économie à la Stern School of Business de l'Université de New York. Photo: Bloomberg

 

Attachez vos ceintures, l'atterrissage sera brutal, car les États-Unis se dirigent droit vers leur pire récession depuis la grande crise de 1929 sous l'effet de l'effondrement du système financier avec des pertes qui pourraient dépasser le cap des 2 000 milliards de dollars.

 

Tel est l'avertissement, à en glacer le sang, lancé par un économiste de renom, Nouriel Roubini, professeur d'économie et de commerce international à la Stern School of Business de l'Université de New York.

 

Voici les conclusions de son analyse, publiée par sa société-conseil, RGE Monitor.

 

- Des centaines de petites banques américaines feront faillite à cause de leur exposition aux crédits immobiliers de mauvaise qualité (la petite banque américaine type détient 67 % de ses actifs dans l'immobilier) et quelques douzaines de banques régionales et nationales connaîtront le même sort.

 

- Les firmes de courtage indépendantes disparaîtront du paysage financier en raison de la fin de leur modèle d'affaires, c'est-à-dire la titrisation et le transfert du risque.

 

- La Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC), l'organisme qui assure les dépôts bancaires des épargnants, a déjà canalisé 10 % de ses fonds dans le sauvetage d’Indy Mac et nécessitera de nouvelles injections d'argent frais.

 

- La crise des crédits immobiliers de mauvaise qualité contamine la totalité du secteur des crédits de mauvaise qualité dans lesquels se trouvent évidemment des crédits à la consommation (cartes de crédit, prêts étudiants, prêts automobiles), mais aussi les prêts octroyés aux prises de contrôle par emprunts (LBO), ainsi qu'une partie des obligations municipales et des obligations d'entreprises.

 

- Le consommateur américain est épuisé et, cet été, l'effet des baisses de taxes devient nul.

 

- Le prix des actions américaines continuera de chuter, d'au moins 40 % par rapport au sommet de l'année dernière. La descente n'en est donc qu'à la moitié de son parcours.

 

Conséquemment, la récession durera de 12 à 18 mois, et non 6 comme initialement prévu. Les pertes futures du système financier, que les pessimistes évaluaient à 1 000 milliards de dollars, atteindront jusqu'à 2 000 milliards de dollars.

 

Et la récession, sévère, ne se limitera pas qu'au territoire de l'Oncle Sam, mais frappera de plein fouet une quinzaine de pays, affirme l'économiste qui avait prédit, il y a deux ans, l'éclatement de la bulle immobilière et l'entrée du pays dans la crise financière et la récession. « Il s'agit d'une crise financière systémique, sans fin », soutient-il.

 

Une chose est certaine : plus de 130 milliards de dollars ont d'ores et déjà été engloutis par le système bancaire américain sans que la santé générale des banques étatsuniennes s'en porte mieux. Au contraire, d'autres injections seront nécessaires.

 

Un total de 5000 milliards de dollars en prêts hypothécaires sont maintenant à risque, a récemment déclaré Bill Gross, responsable des investissements de Pacific Investment Management (PIMCO). Et le resserrement du crédit se fait de plus en plus sentir, non seulement auprès des ménages, mais aussi des entreprises et plus particulièrement encore, des PME. Tous les secteurs sont touchés, et une expression revient de plus en plus, « crash rampant ».

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...