Jump to content

Petro-Canada: projet de 1 milliard compromis à Montréal


ErickMontreal
 Share

Recommended Posts

Petro-Canada: projet de 1 milliard compromis à Montréal

 

25 juillet 2008 - 06h21

La Presse

Martin Vallières

 

Le lancement d’un investissement de 1 milliard de dollars à la raffinerie de Petro-Canada dans l’est de Montréal est compromis en raison du conflit de travail qui y perdure depuis huit mois.

 

Les dirigeants de la société pétrolière dirigée de Calgary ont confirmé le sort inquiétant qui guette désormais l’un des plus gros projets de pétrochimie au Québec depuis des années, hier, lors de leur énoncé des résultats trimestriels.

 

«La décision d’investissement dans un cokeur (raffinage de pétrole plus lourd) à la raffinerie de Montréal est reportée jusqu’à un règlement du conflit de travail», lit-on dans le communiqué de résultats trimestriels de Petro-Canada, publié tôt hier matin.

 

Ensuite, lors de la discussion avec les analystes financiers, le président et chef de la direction de Petro-Canada, Ron Brenneman, a indiqué que «nous avons besoin des bonnes conditions au niveau des relations de travail pour aller de l’avant avec ce projet».

 

«Tant que ces conditions ne seront pas en place, nous avons décidé de mettre ce projet en attente.»

 

En préparation depuis deux ans, le projet d’investissement de Petro-Canada comprend surtout l’installation d’équipements de pointe pour augmenter la capacité de traitement de pétrole lourd, moins cher sur le marché.

 

La pétrolière cible un ajout de capacité de l’ordre de 25 000 barils par jour en hydrocarbures lourds afin d’en extraire davantage de carburants comme l’essence et le diesel.

 

Petro-Canada achève d’ailleurs un projet comparable mais de plus grande capacité à sa raffinerie d’Edmonton, en Alberta, afin de traiter davantage de pétrole provenant des sables bitumineux.

 

Toutefois, ce projet s’est avéré beaucoup plus coûteux que prévu. Son budget d’origine, prévu à 1,6 milliard, a gonflé à 2,3 milliards, puis encore à 2,5 milliards récemment, ont confirmé hier les dirigeants de Petro-Canada.

 

«La principale cause de ce surcoût est une ingénierie de mauvaise qualité et une gestion de projet insatisfaisante», a admis Ron Brenneman.

 

À la raffinerie de Montréal-Est, le conflit de travail des 265 opérateurs et employés d’entretien syndiqués perdure depuis novembre 2007.

 

Le principal point en litige est une revendication des syndiqués d’une parité de gains salariaux avec ceux de la raffinerie d’Edmonton.

 

Leur plus récente convention contient des hausses salariales de 5% et 4,5% par année, mais dans une économie albertaine beaucoup plus inflationniste que celle de la région de Montréal.

 

Par ailleurs, les employés syndiqués de Petro-Canada à Montréal-Est sont aussi en litige au sujet de l’usage de travailleurs de remplacement, ou «scabs» disent-ils, depuis qu’ils ont été mis en lock-out il y a huit mois.

 

Les prochaines rencontres des deux parties devant un conciliateur gouvernemental sont prévues les 19 et 20 août prochains.

 

Mais dans l’immédiat, le principal représentant syndical des salariés de Petro-Canada, Jacques Vanier, a dit douter de l’impact du conflit de travail sur la suite du projet d’investissement à la raffinerie.

 

«Nous avons déjà proposé une convention de six ans à Petro-Canada, avec ajustement salarial après trois ans, dans le but justement de lui donner une période suffisante pour réaliser ce projet», a soutenu M. Vanier.

 

«Pourtant, Petro-Canada continue de refuser notre offre depuis des mois. Et ce conflit de travail, c’est l’entreprise qui l’a provoqué en nous mettant en lock-out et en embauchant des «scabs» pour continuer d’exploiter la raffinerie, malgré les risques que ça comporte.»

 

Entre-temps, Petro-Canada a encore divulgué hier des résultats trimestriels qui témoignent de l’entrain sans précédent de l’industrie pétrolière canadienne.

 

Ses revenus bruts de 7,64 milliards pour le trimestre terminé le 30 juin étaient en hausse de 39% par rapport à la même période un an plus tôt.

 

Le bénéfice net du deuxième trimestre de 2008 était encore plus fort: en hausse de 77%, à 1,49 milliard de dollars, incluant un gain spécial de revente d’actifs.

 

Petro-Canada a aussi profité de ses résultats records pour rehausser son dividende trimestriel de 53%, à 20 cents l’action, comparativement à 13 cents précédemment.

 

À la Bourse de Toronto, les investisseurs ont apprécié les résultats de Petro-Canada alors qu’ils se préoccupent du recul des cours pétroliers sur la Bourse canadienne.

 

Ils ont soutenu ses actions, qui ont connu une baisse modérée de 1,2%, à 46,04$, pendant que l’indice de marché S&P/TSX, très influencée par les ressources naturelles, basculait de 2,2% en fin de séance. N’empêche, avec ce recul, même modeste, la valeur boursière de Petro-Canada s’éloigne encore plus de son sommet de 61,85$ l’action atteint le 22 mai dernier.

 

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/article/20080725/LAINFORMER/807250704/5891/LAINFORMER01/?utm_source=Fils&utm_medium=RSS&utm_campaign=LPA_S_INFORMER

 

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...