Jump to content

Juste pour rire habitera l'esplanade de la PdA


ErickMontreal
 Share

Recommended Posts

Juste pour rire habitera l'esplanade de la PdA

Fabien Deglise

Édition du mardi 22 juillet 2008

 

Mots clés : Quartier latin, Place des Arts, festival Juste pour rire, Culture, Festival et fête, Montréal

 

Le festival Juste pour rire songe à déménager dès l'an prochain ses amuseurs de rue et ses spectacles en plein air sur l'esplanade de la Place des Arts (PdA), un terrain d'ordinaire occupé pendant l'été par le Festival international de jazz de Montréal et les Francofolies de Montréal. Ce déplacement, souhaité par la Ville, est qualifié de majeur pour la grand-messe de l'humour, qui a passé le plus clair de son existence dans le Quartier latin de la métropole, un endroit où elle aimerait d'ailleurs toujours garder un pied.

 

«Il va falloir regarder comment nous allons pouvoir faire vivre les animations de rue aux deux endroits en même temps sans perdre notre identité, a indiqué au Devoir Gilbert Rozon, fondateur du festival Juste pour rire. Nos équipes de production se penchent actuellement sur cette question et on espère trouver une solution avant la 27e édition du festival, l'an prochain.»

 

Ce changement de cadre urbain pour les activités gratuites de la fête du rire fait suite à une entente intervenue récemment entre Juste pour rire et la Place des Arts. Pendant cinq ans, le festival s'est engagé en effet à présenter à cet endroit la plupart de ses spectacles en salles. «Avec notre présence au Théâtre du Nouveau Monde (TNM), cela vient créer un pôle d'activité dans ce coin de la ville qui peut justifier la présentation de spectacles gratuits sur l'esplanade de la PdA», dit le grand manitou de l'humour au Québec.

 

Autre motivation: la Ville de Montréal souhaite concentrer dans ce secteur les grands festivals qui font vibrer la métropole. L'idée est ainsi de donner vie et de dynamiser le Quartier des spectacles, un concept dont la première phase de construction doit être complétée d'ici la fin de juin 2009. En théorie. Il s'agit de la Place des festivals qui s'apprête à émerger, dans les prochains mois, d'un terrain vague situé à l'ouest de la PDA.

 

Afin de planifier ce déménagement, une rencontre est d'ailleurs prévue la semaine prochaine entre le chef des clowns au Québec et Alain Simard, président de l'Équipe Spectra, l'entreprise qui pilote les festivals de jazz et de la chanson française et qui depuis près de 30 ans s'approprie l'esplanade de la PDA l'été. Dans la chronologie des événements culturels estivaux, Juste pour rire se retrouve entre les deux.

 

Les deux hommes devraient donc évaluer la possibilité de mettre en commun certains équipements techniques destinés à la présentation des spectacles de rue, spectacles qui, dans le cas de l'humour, pourraient bien voir leur forme changer radicalement.

 

«C'est un défi de contenu, indique André Pérusse, responsable de la programmation extérieure du festival Juste pour rire. Pour le moment, nous offrons beaucoup de performances d'artistes en mouvement dans la rue. Sur l'esplanade de la PDA, il va falloir plutôt penser à des rendez-vous fixes, comme nous l'avons fait par exemple cette année avec Caïus [une pièce de Shakespeare présentée dans la ruelle Joly pendant toute la durée du festival]. Il va falloir aussi trouver une façon de faire un lien entre les activités sur la rue Saint-Denis et la Place des Arts», deux secteurs séparés par une station de métro ainsi que par le grand secteur résidentiel du centre-ville, les habitations Jeanne-Mance. «Cela ne va pas être facile», convient M. Pérusse.

Une cuvée exceptionnelle

 

La cogitation liée à la refonte en profondeur des activités extérieures du festival Juste pour rire arrive alors que l'événement a complété, dimanche soir dernier, son 26e tour de piste avec la présentation du Grand Charivarir, un grand carnaval estival qui a attiré près de 50 000 personnes dans les rues de la métropole. «L'an dernier, nous avons offert à Montréal un des plus vieux carnavals du monde, celui de Nantes [en France], a indiqué Danielle Roy, la femme derrière ce projet. Cette année, c'est à la naissance du premier carnaval montréalais que nous avons assisté.»

 

Avec ce défilé urbain populaire dans lequel la multinationale du rire a injecté près d'un million de dollars, Juste pour rire espère par ailleurs poser les bases d'un rendez-vous annuel placé sous le signe de la procession divertissante à grand déploiement.

 

Au total, la cuvée 2008 du festival de l'humour a livré aux deux millions de personnes qui, depuis le 10 juillet dernier, y ont participé près de 78 spectacles en salles et 1200 représentations à l'extérieur, ont annoncé hier les organisateurs lors d'une conférence de presse bilan. Ils se sont également réjouis de plusieurs belles prises cette année, comme Les Correspondances de Groucho Marx, mettant sur scène les acteurs français Jean-Pierre Marielle et Pierre Vernier autour des délires épistolaires du comique américain, mais aussi la présentation du Malade imaginaire, de Molière, par la célèbre troupe de la Comédie-Française.

 

«Cette institution n'était pas venue au Québec depuis 25 ans, a résumé Manon McHugh, responsable de la programmation du festival du rire. Ç'a été une grande fierté pour nous de les recevoir dans le cadre du festival Juste pour rire.»

 

Par ailleurs, avec des recettes de 10 millions de dollars générées par la présence de 230 000 spectateurs -- principalement attirés par les galas, ces grandes compilations d'humour sur scène destinées à devenir des émissions de télévision ultrapopulaires le reste de l'année -- Juste pour rire s'est dit totalement satisfait par cette 26e édition de son festival, dont l'impact économique cette année n'a pas été encore calculé. «Toutefois, Tourisme Montréal confirme qu'en 2007 les retombées économiques que le festival a engendrées étaient de 100 millions de dollars, dont 65 millions en retombées touristiques», ont indiqué les organisateurs.

Link to comment
Share on other sites

Je comprends pas ce déménagement à l'esplanade de la PDA, c'est le site retenu pour la salle de l'OSM, ils vont devoir redéménager encore sur un autre site en prévision de chantier de la salle de concert?

Link to comment
Share on other sites

Je comprends pas ce déménagement à l'esplanade de la PDA, c'est le site retenu pour la salle de l'OSM, ils vont devoir redéménager encore sur un autre site en prévision de chantier de la salle de concert?

 

Peut être veulent-ils dire l'espace sur Ste-Catherine en face de la Place des Arts plutôt que le terrain de la future salle de l'OSM. Sinon, le festival pourra déménager à la Place des festival à un coin de rue de là.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value