Jump to content

Recommended Posts

Comment encourager le covoiturage a montreal?

 

D'apres moi ca passe par la construction de voies réservées au co-voiturage, les axes de la 10 jusqu'a st-jean, la 20 au moins jusqu'à l'échangeur st-pierre, la 40 vers l'est, en plus de la 15 vers le nord.

 

En quoi cela augmenterais l'achalandage? Et bien, si les gens on un incitatif en temps a covoiturer, ils vont etre plus intéressé, en plus cela aiderais a la fluidité du traffic hors pointe, puisque l'ajout de voies augmenterais la capacité de notre réseau routier.

 

Et, on pourrais en profiter pour promouvoir l'achat de voitures hybrides, en leur offrant l'acces a ses voies réservées meme si le conducteur est seul, comme c'est présentement le cas en californie.

 

Qu'en pensez vous?

Link to post
Share on other sites
  • 8 months later...

Il me semble qu'il y avait un autre thread sur le fait que le Québec fera comme la Californie, mais bon...

 

 

...de theWatusi (SSP) : E.P.A. Says 17 States Can’t Set Emission Rules for Cars

wtf? seems like a state's rights issue to me.

 

WASHINGTON — The Environmental Protection Agency on Wednesday denied California and 16 other states the right to set their own standards for carbon dioxide emissions from automobiles.

 

The E.P.A. administrator, Stephen L. Johnson, said the proposed California rules were pre-empted by federal authority and made moot by the energy bill signed into law by President Bush on Wednesday. Mr. Johnson said California had failed to make a compelling case that it needed authority to write its own standards for greenhouse gas emissions from cars and trucks to help curb global warming.

 

The decision immediately provoked a heated debate over its scientific basis and whether political pressure was applied by the automobile industry to help it escape the proposed California regulations. Officials from the states and numerous environmental groups vowed to sue to overturn the edict.

 

In an evening conference call with reporters, Mr. Johnson defended his agency’s decision.

 

“The Bush administration is moving forward with a clear national solution, not a confusing patchwork of state rules,” he said. “I believe this is a better approach than if individual states were to act alone.”

 

The 17 states — including New York, New Jersey and Connecticut — had waited two years for the Bush administration to issue a ruling on an application to set stricter air quality standards than those adopted by the federal government. The decision, technically known as a Clean Air Act waiver, was the first time California was refused permission to impose its own pollution rules; the federal government had previously granted the state more than 50 waivers.

 

The emissions standards California proposed in 2004 — but never approved by the federal government — would have forced automakers to cut greenhouse gas emissions by 30 percent in new cars and light trucks by 2016, with the cutbacks to begin in 2009 models.

 

That would have translated into roughly 43 miles per gallon for cars and some light trucks and about 27 miles per gallon for heavier trucks and sport utility vehicles.

 

The new federal law will require automakers to meet a 35-mile-per-gallon fleetwide standard for cars and trucks sold in the United States by 2020. It does not address carbon dioxide emissions, but such emissions would be reduced as cars were forced to become more fuel efficient.

 

California’s proposed rules had sought to address the impact of carbon dioxide and other pollutants from cars and trucks that scientists say contribute to the warming of the planet.

 

Gov. Arnold Schwarzenegger of California said the states would go to federal court to reverse the E.P.A. decision.

 

“It is disappointing that the federal government is standing in our way and ignoring the will of tens of millions of people across the nation,” Mr. Schwarzenegger said. “We will continue to fight this battle.”

 

He added, “California sued to compel the agency to act on our waiver, and now we will sue to overturn today’s decision and allow Californians to protect our environment.”

 

Twelve other states — New York, New Jersey, Connecticut, Maine, Maryland, Massachusetts, New Mexico, Oregon, Pennsylvania, Rhode Island, Vermont and Washington — had proposed standards like California’s, and the governors of Arizona, Colorado, Florida and Utah said they would do the same.

 

If the waiver had been granted and the 16 other states had adopted the California standard, it would have covered at least half of all vehicles sold in the United States.

 

Automakers praised the decision. “We commend E.P.A. for protecting a national, 50-state program,” said David McCurdy, president of the Alliance of Automobile Manufacturers. “Enhancing energy security and improving fuel economy are priorities to all automakers, but a patchwork quilt of inconsistent and competing fuel economy programs at the state level would only have created confusion, inefficiency and uncertainty for automakers and consumers.”

 

Industry analysts and environmental groups said the E.P.A. decision had the appearance of a reward to the industry, in return for dropping its opposition to the energy legislation. Auto industry leaders issued statements supporting the new energy law, which gives them more time to improve fuel economy than California would have.

 

The California attorney general, Edmund G. Brown Jr., called the decision “absurd.” He said the decision ignored a long history of waivers granted California to deal with its special topographical, climate and transportation circumstances, which require tougher air quality standards than those set nationally.

 

Mr. Brown noted that federal courts in California and Vermont upheld the California standards this year against challenges by the auto industry.

 

Senator Dianne Feinstein, the California Democrat, said: “I find this disgraceful. The passage of the energy bill does not give the E.P.A a green light to shirk its responsibility to protect the health and safety of the American people from air pollution.”

 

Representative Henry A. Waxman, Democrat of California and chairman of the House Oversight and Government Reform Committee, said the E.P.A. decision defied law, science and common sense. He said his committee would investigate how the decision had been made and would seek to reverse it.

 

Richard Blumenthal, the attorney general of Connecticut, called the ruling a “mockery of law and sound public policy.”

 

Andrew M. Cuomo, the New York attorney general, said the state would challenge the decision.

 

Mr. Johnson, the E.P.A. administrator, cited federal law, not science, as the underpinning of his decision. “Climate change affects everyone regardless of where greenhouse gases occur, so California is not exclusive,” he said.

 

Mary Nichols, the head of the California Air Resources Board, which had geared up to enforce the proposed emissions rules on 2009-model cars, said the reasoning was flawed. “Thirty-five miles per gallon is not the same thing as a comprehensive program for reducing greenhouse gases,” Ms. Nichols said.

 

David Doniger, a lawyer for the Natural Resources Defense Council, said that since 1984, the agency has not distinguished between local, national and international air pollution.

 

“All the smog problems that California has are shared with other states, just like the global warming problems they have are shared with other states,” he said.

 

 

Danny Hakim and Micheline Maynard contributed reporting.

 

http://www.nytimes.com/2007/12/20/washington/20epa.html?em&ex=1198299600&en=3374f6deadedfb89&ei=5087%0A

Link to post
Share on other sites

Je crois quie ce serait une bone idée. Je sais que si j'étais pris dans le traffique et qu'il y avait une voie réservée pour le co-voiturage, et que je voyais que ça vallait la peine(en terme de temps sauvé) je m'organiserais pour me trouver un co-voitureur.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By Fortier
      On parle beaucoup du Montréal souterrain ces temps-ci. J'ai donc créer un fil.
       
    • By amos404
      J’aimerais vous partager cette vision d’un transport en commun lourd dans les Quartiers industriels de Montréal. Saint-Laurent est le deuxième plus important employeur du grand Montréal avec plus de 200 000 emplois pourtant contrairement au centre-ville qui est desservi par 3 lignes de métro, 6 lignes de train de banlieue et bientôt le REM, Saint-Laurent n’a aucun projet de transport lourd. Devant cette situation il est normal que le transport en commun ne soit pas une option populaire pour se rendre dans ce secteur. Pourtant, s’il y a un seul secteur dans le grand Montréal qui est le plus successible de produire un important transport modal c’est bien ce quartier industriel!
      En effet, le secteur est lourdement congestionner, car la majorité des gens si rendre en auto solo. Donc un système de transport plus rapide deviendrait très intéressant pour les travailleurs. Pour être une réussite, le transport en commun doit être rapide, fréquent et flexible en raison des horaires atypiques en usine.
      C’est pourquoi je propose ici l’idée d’une ligne de rem logeant l’autoroute 13 de la 640 jusqu’à Lachine. La position de la plupart des stations est assez approximative, car je ne veux pas que l’on se penche là-dessus c’est plus pour suscité la discussion.
      L’idée est d’offrir une alternative crédible à l’auto solo pour les travailleurs de la rive nord, de Laval et de l’ouest de l’île (grâce à une correspondance avec le REM 1 et la ligne de train Vaudreuil). La ligne pourrait aussi être avantageuse pour les résidents de Lachine et du centre de Montréal qui voudraient se rendre dans ce coin.  Je suis au courant que les distances de marche sont importantes et c’est pourquoi les usines pourraient offrir un service de navette vers la gare la plus proche à la fin des quarts de travail.
      J’ai inclus le classique prolongement de la ligne orange jusqu’à Bois-Franc (pour faciliter les correspondances)  et une version allonger de la ligne bleue qui inclurait une station supplémentaire dans les quartiers résidentiels d’Anjou et une autre dans le quartier industriel (pour les mêmes raisons que ma ligne rouge de REM)
      J’aimerais vous entendre là-dessus, devrait-on desservir les quartiers industriels? Sinon pourquoi? Et si vous n’aimez pas mon idée que proposeriez-vous à la place? (en restant dans le thème de la desserte des quartiers industriels)

    • By iamthewalrus
      voici quelques fotos du village de longue pointe qui fut détruit pour permettre la construction du tunnel louis hyppolite lafontaine. J'ai posté un article de La Presse à propos du tunnel sur SSP, vous pouvez aller y jeter un coup d'oeil si ce n'est déjà fait. regarder la dernière en particulier, regarder la date, c'est fou ! voici le site pour voir les autres photos: http://bibnum2.banq.qc.ca/bna/massic/ml2197.htm
       

       

       

       

       

       

    • By loulou123
      (PRESSE)Trente milliards de dollards devront étre investis a montréal au cours des deux prochaines décennies pour la mise a niveau des infrastructures, souterraines et de transport en commun.A l instar du fonds de l eau,qui permettra d autofinanacerles travaux d infranstructures dans le réseau souterrain a partir de 2013, l administration Tremblay-Zampino envisage la mise sur pied d un fonds similaire,celui ci dédié aux infrastructures routiéres.C est qu a révélé le président du comité exécutif de la ville de Montréal ,Frank Zampino,en entrevue avec Montreal Express.(ce fonds pour les infrastructures routiéres permettrait de mettre a niveau non ponts,viaducs et l ensemble du réseau artériel.Nous nous sommes engagés a investir 500millions dollard dans nos infratructures routiéres,notament pour corriger le probléme des nids-de-poules, mais cette somme n est pas suffisante pour la remise a niveau de toutes les rues )explique M.Zampino.Selon lui montréal nécessitera des investissements de 30 milliards au cours des 20 prochaines années,soit 10milliards pour les infrastructures routiéreset 10 milliards pour les infranstructures de transport en commun.Les deux autres paliers de gouvernement seront appelés a contribuer ,comme c est notament le cas du fédéral avec la taxe d accise sur l essence et du gouvernement du Québec pour le métro de montréal .Mais Montréal n en reste pas la et réclame également des pouvoirs habilitants en matiére fiscale et administrative pour continuer son dévloppement.(Nous dépendons de l impot foncier qui représente environ70pour100 de nos revenus sur un budget de 4 milliards dollard , poursuit M.Zampino .Nous voulons obtenir une partie de la croissance générée a Montréal.Chaque fois qu un milliard est investi ici,les gouvernements supérieurs retirent chcun 150millons .On demande a Québec et a Ottawa de partagerla moitiéde ces retombées avec nous)(Si le gouvernement n accorde pas d attention a sa métropole,elle qui crée plus de la moitié de la richesse au Québec , nous serons toujours en retard par rapport a Toronto et aux autres grandes villes du monde.Ajourd hui ,la compétition se fait entre les grandes villes ,pas entre les pays)soutient le président du comité exécutif.Le maire Gérald Tremblay et Frank Zampino doivent rencontrer sous peu le chef du parti québéquois et celui de l Action démocratique su Québec pour les sensibiliser aux besoins de Montréal.
    • By mtlurb
      Autoroute Ville-Marie: deux autres voies fermées

      Photo archives La Presse
       
       
       
      Ariane Lacoursière
      La Presse
      Dès aujourd'hui, se rendre au centre-ville de Montréal sera plus pénible qu'à l'habitude pour les automobilistes. D'importants travaux de réparation entraînent la fermeture de deux voies de l'autoroute Ville-Marie pour une durée indéterminée.
       
       

      «Lors de nos inspections, nous avons découvert des défauts sous la structure de l'autoroute 720. Nous devons tout d'abord poursuivre certaines inspections. Nous commencerons ensuite à effectuer les premiers travaux dans les prochains jours. Par mesure de prévention, on doit toutefois fermer des voies», explique Claude Paquette, chef de projet pour Transports Québec à Montréal.
       
      En analysant la structure suspendue de l'autoroute Ville-Marie, les inspecteurs de Transports Québec ont noté que le béton est dans un état avancé de dégradation à plusieurs endroits. «Dans certains coins, l'acier des armatures n'est pas recouvert. C'est ce qui préoccupe nos ingénieurs. Nous allons remettre du béton là-dessus», assure M. Paquette.
       
      Deux voies sont donc retranchées sur l'autoroute Ville-Marie, l'une des principales voies d'accès au centre-ville. En direction est, la voie de gauche est fermée de la sortie Atwater jusqu'à la rue Guy. En direction ouest, la même voie est interdite à la circulation de la rue Panet à la rue Saint-Jacques.
       
      Comme si ce n'était pas assez, les deux voies de l'autoroute qui sont déjà fermées à la sortie du tunnel Ville-Marie en direction ouest le resteront. «Cela causera quelques problèmes de circulation, c'est sûr», admet M. Paquette.
       
       
      L'autoroute Bonaventure aussi
       
       
      Les conducteurs devront donc s'armer de patience. D'autant plus que l'autoroute Bonaventure, qui relie L'Île-des-Soeurs au centre-ville, fait elle aussi l'objet de réparations. Aux abords du pont Clément, une voie est en effet retranchée dans les deux directions.
       
      Curieusement, Transports Québec n'a pas tenu compte de cette donnée. «L'autoroute Bonaventure relève de la Ville de Montréal. En décidant de fermer des voies de l'autoroute Ville-Marie, on n'a pas considéré ce critère. On a décidé d'agir par mesure préventive. Malgré les inconvénients, on doit finaliser nos investigations et fermer des voies», dit M. Paquette.
×
×
  • Create New...