Jump to content

Recommended Posts

  • Administrator

Le brasseur américain Anheuser-Busch a porté plainte contre son rival InBev, qui a lancé le mois dernier une offre non sollicitée de 46 G$ à son encontre, afin de l'empêcher de s'adresser directement ses actionnaires.

 

Pour en lire plus...

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Similar Content

    • By Né entre les rapides
      On entend et on lit que le taux d'inoccupation des logements locatifs est extrêmement bas,  que de nombreux ménages sont contraints de consacrer une part excessive de leurs revenus au logement, que d'autres ne parviennent pas à se trouver un toit, etc.  Tout cela est bien réel, et je n'ai nulle intention de le mettre en doute. Mon propos est autre, et porte sur un point qu'on prend pour acquis, soit le prix moyen observé (ou médian, c'est différent, mais ça ne va pas davantage au coeur de la question).  Deux catégories d'information supplémentaire seraient très utiles:
      1) Isoler (considérer séparément) les prix des logements qui sont disponibles sur le marché.  Actuellement, on fait une agrégation (on rassemble des éléments) des loyers payés par des locataires qui occupent des logements depuis longtemps, avec les loyers demandés aux nouveaux-venus (sans égard à leur origine/provenance, ce n'est pas la question).  Par exemple, des jeunes qui habitaient chez leurs parents et qui recherchent leur premier logement sont des "nouveaux-venus" sur le marché.  Or, on sait que les loyers des logements occupés de longue date sont "contrôlés", et qu'ils sont (presque) toujours moins chers que les nouveaux logements (ou les anciens logements remis sur le marché suite au départ des précédents locataires).  Nos nouveaux-venus n'ont pas accès, par définition, à ces logements dont le loyer est contrôlé.  Les données qui sont pertinentes pour eux concernent exclusivement les logements présentement disponibles.  Il est à peu près certain que leur prix moyen/médian est sensiblement supérieur: quel est-il? --C'est ce que j'aimerais savoir.
      2) Ni la moyenne ni la médiane ne peuvent pleinement rendre compte de la gamme des prix demandés.  Au minimum, j'aimerais voir voir la distribution en déciles.  
      Dans une ville ou une région stagnante, il y a de fortes chances que le loyer moyen/médian observé soit assez proche du loyer demandé pour les logements disponibles.  Le contraire est intuitivement vrai pour une ville ou une région dynamique.  Dans ce cas, le problème des logements trop chers pour les nouveaux-venus serait plus grave qu'il n'y paraît.  L'attention des autorités gouvernementales (et des médias) porte presque exclusivement sur les difficultés vécues par les personnes à faible revenu: d'accord que c'est la priorité. 
      Mais il faut aussi s'intéresser au cas des personnes (surtout les nouveaux-venus) disposant d'un revenu moyen mais qui ne trouvent pas à se loger en fonction de leurs attentes "moyennes"  -- un phénomène très visible dans Silicon Valley, et qu'on voit aussi à Vancouver et Toronto; à Montréal, la situation est comparativement  bénigne  --ce qui en fait un facteur attractif -- et il faut s'assurer que cet avantage demeure.  Pour moi, ça ne veut pas dire contrôler les loyers;  de préférence, il s'agirait plutôt d'éviter les erreurs qui ont conduit à une explosion des prix ailleurs  --spécifiquement des freins (zonage, frais excessifs) à l'expansion de l'offre.  
       
    • By mtlurb
      Le projet en construction au coin de William et Saint-Martin est un projet de l'OSBL Le Portage dont la mission est la réinsertion de toxicomanes http://www.portage.ca/accueil
       
      Il comptera 30 logements répartis sur 6 étages incluant des 2 salles communautaires et des locaux de services
       
      Avec l'annulation/report du projet URB, le projet a quelque peu changé depuis la rédaction de ce document de la Ville : http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/PAGE/ARROND_SOU_FR/MEDIA/DOCUMENTS/1705_WILLIAM_21-06-12_DOC_INFO.PDF
       
      L'appel d'offres a été lancé en janvier 2015 : https://www.seao.ca/OpportunityPublication/ConsulterAvis/Categorie?ItemId=e444b8c9-3fff-4830-88a4-478607950c1c&SubCategoryCode=C01&callingPage=4
       
       
    • By MontréalMartin
      Une nouvelle porte dans la série des portes de Québec : 
      http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/la-capitale/201709/28/01-5137755-une-porte-pour-traverser-dune-rive-a-lautre.php 
      EXCLUSIF
      Publié le 28 septembre 2017 à 22h14 | Mis à jour le 29 septembre 2017 à 08h13
      Une porte pour traverser d'une rive à l'autre. 
      Le directeur du Musée naval de Québec, André Kirouac, a présenté en primeur les portes virtuelles qui seront installées de chaque côté du fleuve.
      NORMAND PROVENCHER
      Le Soleil
      (Québec) Après la Porte sainte de la cathédrale de Québec et la petite porte rouge du Quartier Petit-Champlain qui fait courir les touristes sud-coréens, la région compte maintenant deux... portes virtuelles capables de «transporter» son utilisateur de l'autre côté du fleuve, à Lévis.
      Cet «outil culturel et touristique tout à fait unique», présenté en primeur jeudi au Soleil par le directeur du Musée naval de Québec, André Kirouac, permet à deux personnes d'entrer en contact à partir d'un immense écran haute résolution, après avoir vu défiler des informations sur un personnage historique.
      Installées au Musée des Plaines d'Abraham et à la gare fluviale de Lévis, les deux portes permettent aux visiteurs de découvrir la vie d'Abraham Martin, le premier pilote du Saint-Laurent, et de Joseph-Elzéar Bernier, célèbre explorateur des mers natif de L'Islet-sur-Mer.
      Après avoir ouvert la porte, le visiteur déclenche l'animation et voit apparaître un «tourbillon temporel». Ce n'est qu'une fois les informations sur les deux personnages déclinées sur l'écran (en français ou en anglais) qu'il verra apparaître, en temps réel, l'inconnu installé devant l'autre porte, à Lévis. «Ça prend nécessairement quelqu'un en même temps, sinon ça demeure un écran tactile», explique M. Kirouac, curieux de connaître la teneur des premiers échanges.
      Financés par la Marine royale canadienne, ces deux prototypes permettront de lancer l'an prochain un réseau d'installations similaires un peu partout en ville. «On peut penser à une porte Wilfrid Laurier au Château Laurier, une porte Churchill au Château Frontenac [en souvenir de la Conférence de Québec de 1943], une porte Champlain, près de la traverse, où celui-ci a mis le pied à Québec pour la première fois», énumère M. Kirouac, qui souhaite un total de huit portes virtuelles, installées ça et là sur des sites achalandés.

      Idée venue de France
      L'idée est l'adaptation d'une campagne publicitaire de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) baptisée «L'Europe, la porte d'à côté». Cinq portes virtuelles installées à Paris permettaient aux passants d'interagir avec des comédiens à Milan, Stuttgart ou Bruxelles. 
      «À notre connaissance, nous sommes les premiers à adapter ce concept, confirme Dominique St-Pierre, président de la firme Simbioz. Il s'agit d'un écran 4K de 84 pouces en format portrait. C'est de la très haute résolution pour du multimédia interactif.»
      Les portes virtuelles seront accessibles gratuitement au public de vendredi à dimanche, à l'occasion des Journées de la culture. Un historien sera présent aux deux endroits pour guider le visiteur dans cette expérience virtuelle. Une fois la saison froide venue, la porte de Québec sera déménagée au Musée naval, à la Pointe-à-Carcy.

       
       
       
       
      Y'a tu un anniversaire à fêter à Québec bientôt ? J'aurais une idée de cadeau qui pourrait leur faire plaisir. 

    • By mtlurb
      Un paddock rénové à Montréal
       
      Charles Rooke
      Journal de Montréal
      13/02/2008 10h29
      Le paddock du circuit Gilles- Villeneuve ne devrait plus être la risée du circuit de la formule 1 car, selon ce qu'a appris le Journal de Montréal, une subvention de 1,25 million de dollars du gouver nement fédéral serait accordée afin qu'on procède à sa réfection.
       
       
      L'an der nier, Ber nie Ecclestone, le grand manitou du cirque de la formule 1, avait critiqué les installations du Grand Prix de Montréal.
       
      Durant la semaine du Grand Prix, des employés de l'écurie Honda avaient été jusqu'à affirmer que les installations montréalaises étaient «une honte».
       
      Les écuries avaient même dû faire la vaisselle avec l'eau provenant du bassin olympique.
       
      Les organisateurs du Grand Prix ont donc fait une demande de subvention de deux millions de dollars au gouver nement fédéral en novembre afin de remédier à la situation.
       
      La somme de 1,25 million serait débloquée prochainement, et l'annonce de l'octroi de la subvention pourrait être faite au cours des prochaines semaines.
       
      Quelques détails à régler
       
      L'entente ne serait pas encore finalisée, mais il resterait quelques détails à fignoler afin d'officialiser le tout.
       
      Le ministre des Travaux publics, Michael Fortier, aurait fait une priorité de ce dossier. On n'a toutefois pas voulu confirmer la nouvelle du côté de son bureau.
       
      Il a été impossible de joindre un membre de l'organisation du Grand Prix hier.
       
      Cette nouvelle tombe sans doute à point pour le Grand Prix de Montréal car, la semaine dernière, Bernie Ecclestone, un Britannique, a menacé de retirer le Grand Prix d'Angleterre en raison de la désuétude des installations.
       
      Le Grand Prix des États-Unis a, quant à lui, déjà été rayé du calendrier de la formule 1 en 2008.
       
      Le gouvernement provincial pourrait également annoncer sa participation à ce projet.
       
      Cette année, le Grand Prix du Canada aura lieu du 6 au 8 juin.
      http://www2.canoe.com/sports/nouvelles/archives/2008/02/20080213-102902.html
    • By walker
      Dans le journal de montreal sous la signature de Martin Smith, on pouvait lire le 22 avril:
       
      Le stade Saputo prefere au BMO field pour le match retour entre le Canada et Saint-vincent-et-les-Grenadines.
       
      Le stade Saputo n'a pas encore ete inaugure qu'il se permet deja un joli pied de nez au BMO field de Toronto pompeusement surnomme " stade national du soccer au Canada "
       
      En effet l'Association canadienne de soccer annoncera aujourd'hui.......
       
      Et l'article se termine ainsi " le grand patron Joe Saputo a donc pu decider d'eriger un stade concu specifiquement pour le soccer avec un terrain de gazon naturel, surface preferee par la tres vaste majorite des joueurs.
       
      Pour une fois le comite executif de l'Association canadienne a pris une decision en tenant doublement compte des souhaits exprimes par les joueurs plutot que sur le niveau des revenus escomptes.
       
      Le choix de Montreal et du stade Saputo devant Edmonton et son immense stade du Commonwealth, par exemple, s'explique par un autre souhait des joueurs, majoritairement bases en Europe, ils tiennent a jouer autant que possible dans l'est du Canada afin d'eviter d'avoir a combattre les effets d'un trop grand decalage horaire.
       
      Le choix du stade Saputo pour la rencontre du 20 juin fournira une occasion supplementaire aux Montrealais de faire rager leurs ennemis jures de Toronto.
       
      En effet, si les Quebecois assurent un succes populaire au match contre Saint-vincent-et-les-Grenadines ainsi qu'aux eventuelles rencontres contre le Honduras et le Mexique, il ne faudrait pas s'etonner que le stade Saputo devienne le veritable stade de predilection de l'equipe du Canada ".
       
      En effet la nouvelle devait se confirmer plus tard .
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value