Jump to content

Système de santé du Québec


Recommended Posts

Rapport Savoie

Vers une autre réforme des structures en santé

Sept ans après la réforme Barrette, une autre révision des structures dans le réseau de la santé se prépare. Le temps est venu de faire une décentralisation vers les établissements, de recentrer la mission du ministère sur la définition des objectifs et des orientations stratégiques, et de créer une toute nouvelle entité pour assurer une meilleure coordination, recommande la sous-ministre Dominique Savoie. 

TOMMY CHOUINARD LA PRESSE

Québec a rendu public mercredi son rapport intitulé Une gouvernance renouvelée du réseau de la santé et des services sociaux (RSSS). Le ministre Christian Dubé lui avait confié le mandat de poser un diagnostic sur l’organisation et la gouvernance du système. 

« Au cours des dernières années et particulièrement dans le cadre de la lutte contre la COVID-19, la configuration actuelle du RSSS a révélé certaines lacunes, écrit la sous-ministre Dominique Savoie. Bien avant la pandémie, le RSSS présentait déjà des difficultés, notamment en matière d’accès aux soins de santé et de pénurie de main-d’œuvre dans un contexte de vieillissement de la population, d’accroissement des besoins, d’une vétusté des systèmes d’information et d’accès difficile aux données. De nombreux rapports produits par les experts en ont d’ailleurs fait la démonstration au fil des ans. » Et d’ailleurs, le rapport Clair de 2001 est pour la sous-ministre une source d’inspiration. 

Des « changements » sont « nécessaires » notamment parce que « la lourdeur sur le plan de la gouvernance et des structures administratives a nui à une réponse rapide sur le terrain » au cours de la pandémie. « Cette lourdeur s’est accompagnée dans certains cas d’une confusion quant aux missions des différentes instances, rendant floue la ligne entre les orientations et les opérations. » 

Elle note que « bien que la réforme de 2015 ait permis certaines avancées, elle a également généré des difficultés », notamment avec « l’abolition des gestionnaires de proximité ». C’est pourquoi elle préconise une décentralisation – une orientation qu’énonçait déjà le premier ministre François Legault dans son discours d’ouverture de la nouvelle session parlementaire l’automne dernier. 

Selon Dominique Savoie, « les autorités centrales demeurent trop engagées dans la gestion courante des opérations » et « les gestionnaires sur le terrain n’ont pas assez d’autonomie et d’imputabilité ». 

« La présence aléatoire d’un gestionnaire imputable, selon les établissements et les installations, limite la gestion de proximité et éloigne la prise de décision du terrain », ajoute-t-elle. « L’absence de leviers ou de marge de manœuvre suffisante nuit à la réponse aux besoins spécifiques des populations », alors que « la lourdeur sur le plan de la gouvernance ne favorise pas une réponse rapide sur le terrain ». 

« L’absence de mécanisme formel de régulation des services des régions urbaines amène de la compétition entre les établissements ou une rupture de soins interétablissement » et « les établissements non fusionnés contribuent à l’offre de services de façon inégale ». 

Avec la décentralisation, il faut « recentrer la mission du MSSS sur la définition des objectifs et des orientations stratégiques, l’évaluation de la performance et le suivi des résultats », recommande-t-elle. Son rapport vise d’ailleurs à clarifier les rôles et les responsabilités des différents paliers. Le ministère doit s’éloigner des opérations pour se concentrer sur son rôle de gestionnaire, selon elle. 

La sous-ministre recommande également de « créer une instance formelle de coordination et de supervision pour optimiser l’accès aux soins de santé et aux services sociaux et en améliorer la fluidité ». L’objectif serait entre autres de « prévoir une coordination spécifique pour la grande région de Montréal (514-450) afin de favoriser la fluidité et la continuité des soins et services aux usagers ». 

De plus, écrit-elle, « il nous apparaît incontournable que le gouvernement réfléchisse à une révision de plus grande envergure des paliers de gestion actuels par la création d’une nouvelle entité vers laquelle certaines responsabilités du MSSS et du RSSS seraient transférées, ce qui permettrait une coordination optimale ». C’est ce que recommandait la commission Clair en 2001. 

« La création d’une entité neutre, pleinement imputable, très opérationnelle, orientée vers les résultats et la satisfaction des usagers et ayant pour mandat d’assurer le suivi, la coordination et l’intégration des dossiers prioritaires pourrait s’avérer aujourd’hui pertinente afin de combler les lacunes qui subsistent et alléger la tâche des établissements et des dirigeants, tout en dégageant le MSSS des actions courantes et opérationnelles du RSSS », explique Mme Savoie. 

Selon elle, « il faudrait absolument éviter de déstabiliser les structures comme en 2015 ». « Une attention particulière devra être portée à l’accompagnement des acteurs concernés dans cette gestion du changement et, surtout, à l’introduction d’une transition en douceur auprès d’un RSSS fortement fragilisé au cours des réformes précédentes, mais également par la situation pandémique et sa gestion soutenue au cours des deux dernières années », souligne-t-elle.

https://www.lapresse.ca/actualites/sante/2022-06-15/rapport-savoie/vers-une-autre-reforme-des-structures-en-sante.php

738babe092ec3716a29437f39c723f73.jpg

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value