Jump to content

Inflation mondiale


Rocco
 Share

Recommended Posts

Il y a 9 heures, Rocco a dit :

Inflation galopante aux États-Unis.. pire qu'anticipée.. préparez-vous à des hausses de taux draconniennes.

(je ne reproduis pas la longue citation accompagnant ton commentaire)

Mais pas seulement des hausses de taux d'intérêt.  Ce n'est pas l'unique instrument de politique économique servant à juguler l'inflation.  D'ailleurs cette fois-ci je ne crois pas que ce serait suffisant.  Ça prendra un ensemble de mesures monétaires et fiscales pour contenir/diminuer la demande globale, en même temps que d'autres mesures visant à accroître l'offre globale, en commençant par les composantes (par exemple le prix de l'énergie) qui sont en partie responsables de l'accélération de l'inflation.

Politique fiscale: réduire substantiellement les déficits publics, notamment en coupant dans les transferts aux personnes ainsi que dans les investissements non essentiels.  Une hausse des impôts et taxes est aussi possible, mais ses effets négatifs pourraient être contreproductifs.   Il faudra beaucoup de doigté pour minimiser les drames personnels et répartir le fardeau d'une façon juste et équitable.  Pas mal plus difficile que de jouer au Père Noël.  

Politique monétaire: c'est bien plus que la fixation des taux d'intérêts.  Les banques centrales doivent cesser d'acheter massivement des obligations publiques et privées (le mouvement est déjà amorcé, timidement).

Mesures visant à accroître l'offre:  commencer par supprimer les obstacles (barrières tarifaires et non-tarifaires), et simplifier/raccourcir les processus d'approbation des projets porteurs. 

Le resserrement drastique des politiques monétaires et fiscales fera mal.  C'est inévitable.  Pas "d'atterrissage en douceur" cette fois. L'issue reste incertaine, notamment parce que la masse monétaire a atteint une taille monstrueuse.  Je serai très attentif (je ne peux pas dire que j'ai hâte) de voir le comportement de ceux qui disposent de liquidités considérables tout en étant relativement peu endettés. 

Aussi, il ne faut pas penser qu'une éventuelle victoire sur l'inflation ramènera nécessairement le niveau des prix au niveau où il était "avant".  Ça pourrait tout autant vouloir dire que les prix auront "simplement" cessé d'augmenter.  Plus que leurs futurs niveaux absolus. ce sont leurs niveaux relatifs qui importeront, autrement dit il y aura des gagnants et des perdants.

Notez que dans l'ensemble de ce message, je considère que les salaires sont aussi des prix.  

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Ne demandez pas aux banques centrales de supporter tout le fardeau de la lutte à l'inflation.  Des hausses des taux d'intérêt n'y arriveront pas seules, et si elles sont trop drastiques, elles provoqueront un cataclysme.  Il est tout autant important que 1) la politique fiscale fasse sa part (réduction des déficits= diminution des dépenses et hausses des impôts) et que 2) des obstacles à la croissance de l'offre soient éliminés.  Ces responsabilités reviennent aux gouvernements.  Je n'ai pas encore vu de signaux de ce côté.

Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, Né entre les rapides a dit :

Ne demandez pas aux banques centrales de supporter tout le fardeau de la lutte à l'inflation.  Des hausses des taux d'intérêt n'y arriveront pas seules, et si elles sont trop drastiques, elles provoqueront un cataclysme.  Il est tout autant important que 1) la politique fiscale fasse sa part (réduction des déficits= diminution des dépenses et hausses des impôts) et que 2) des obstacles à la croissance de l'offre soient éliminés.  Ces responsabilités reviennent aux gouvernements.  Je n'ai pas encore vu de signaux de ce côté.

Si tu n'as pas vu de signaux du côté des gouvernements, ça veut probablement dire qu'on est plus proche du cataclysme qu'on le pense. Depuis 30 ans tout repose sur la sacro-sainte FED. La remontée des taux avec un endettement record contrairement à 1981 où l'endettement était au plus bas, va provoquer le cataclysme. Attachez votre tuque, vous n'avez encore rien vu. Le CPI de juin sera une catastrophe encore pire que celle de mai, confirmant que l'inflation est incrustée dans l'économie et que la FED et les gouvernements n'ont rien vu. Le demain de veille assuré. Les années 2010 auront été des années d'insouciance extrême et un encouragement des banques centrales à un endettement pharaonique. 

Screenshot_20220613-223501_StockSpy.jpg

Link to comment
Share on other sites

Je suis sans doute autant préoccupé que toi, mais j'aspire à faire mieux que de seulement annoncer un cataclysme et d'attacher ma tuque.  Je garde en tête aussi  que MTLURB est d'abord un forum sur le développement immobilier du Grand Montréal.  D'autres forums sont plus indiqués pour discuter à fond de 1) macroéconomie, et 2) de prescriptions s'adressant aux personnes qui veulent préserver le plus possible la valeur de leurs avoirs.  Par conséquent, dans ce commentaire et d'autres qui pourront suivre, je chercherai à me concentrer sur les impacts sur le développement immobilier à Montréal, et par extension, mais modérément, sur l'économie montréalaise globalement.

Point de départ: inflation généralisée et hausses importantes des taux d'intérêts en vue. 

Commençons par les taux d'intérêts.  Impacts sur 1) les propriétaires existants, 2) les investissements privés (nouveaux projets); et 3) les investissements publics.  

- Propriétaires existants: Ceux qui sont libres d'hypothèques ne sont pas directement touchés; c'est seulement lors d'une mise en vente qu'ils devront accepter des offres inférieures à leurs attentes.  Par contre, ceux qui supportent une dette hypothécaire importante pourraient ne plus être capables de rencontrer leurs obligations, et se voir contraints de vendre, parfois à perte, ou de déclarer faillite.  Les acheteurs potentiels réviseront les prix qu'ils sont prêts à payer.

- Nouveaux projets d'immeubles à revenus (résidentiels et  commerciaux): des coûts de financement plus élevés devront être justifiés par des revenus de location plus élevés; la question qui se posera, c'est la capacité du marché à les absorber.  Si elle est mitigée, les investissements se feront plus rares.  

- Investissements publics: en deux mots, une capacité réduite, donc un ralentissement, peut-être même une forte diminution /reports à plus tard de tout ce qui est discrétionnaire.

Allons voir du côté de l'inflation des coûts de construction.  Une réduction des investissements privés et publics doit logiquement faire diminuer la pression sur les coûts.  La question est: jusqu'à quel point et quand? -- On suppose qu'il n'y aura plus de surchauffe, et qu'on obtiendra des prix concurrentiels; ces prix devront toutefois être suffisants pour susciter l'offre, concernant les salaires, ils auront cesser d'augmenter plus vite que l'IPC, mais il y aura une résistance à accepter une baisse en termes réels.  Pour les matériaux, même raisonnement, mais à l'échelle continentale.  En pratique, ça peut impliquer que les coûts de construction s'ajusteront avec un délai, i.e. après le choc de la diminution de la demande.

Au Canada y compris à Montréal, les investissements privés et publics sous forme de construction neuve (par opposition à l'achat d'équipements) représentent une part relativement élevée du produit intérieur brut.  Je m'attends à ce que cette part diminue, malgré la croissance importante de la population qui justifie normalement une part plus élevée que dans des pays  dont la population est stationnaire ou déclinante. Paradoxalement, la croissance démographique exerce une pression ascendante sur les prix, alors même que la hausse des taux d'intérêts contraindra l'offre.  Une recette parfaite pour accentuer la pénurie.  Des instruments autres que financiers/fiscaux devront être introduits pour susciter une offre à prix abordable  -- par exemple une relaxation de certaines réglementations contraignantes et coûteuses.  Des subventions aux acheteurs seraient contre-indiquées, malgré leur popularité.    

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...