Jump to content

Réseau structurant de transport collectif - Est de l'île


Recommended Posts

8 hours ago, Né entre les rapides said:

QS peut bien s'opposer à un métro aérien, mais il ne peut pas promettre qu'il n'y en aura pas.  Il est possible que cette position lui fasse gagner des votes, et peut-être même les circonscriptions électorales concernées, mais ses députés seraient impuissants si le gouvernement élu en décidait autrement. 

Or la confrontation pourrait avoir une conséquence inattendue.  Le gouvernement élu pourrait choisir de laisser les résidents des secteurs concernés se disputer aussi longtemps qu'un consensus échoue à émerger, autrement dit ne pas s'engager dans un projet pour l'instant.   Le gouvernement rejetterait la responsabilité de l'échec sur l'absence de consensus.  Je ne sous-estime pas cette éventualité, parce que je ne crois pas que la volonté du gouvernement d'aller de l'avant avec un projet soit à toute épreuve.  Alternativement, je doute que le gouvernement serait disposé à satisfaire toutes les exigences des opposants à un métro aérien; s'il le faisait quand même, il compromettrait (dans une certaine mesure) sa capacité financière à réaliser d'autres projets de transport dans d'autres secteurs et régions qui lui sont plus favorables.

Dès le début (l'annonce du projet maintenant annulé), je me suis montré très défavorable envers l'idée d'un métro aérien en plein centre du boulevard René-Lévesque.  Mais ça ne veut pas dire que ce type d'infrastructure soit invariablement inapproprié ou indésirable: ça dépend du caractère des secteurs parcourus.  Maintenant, avec l'abandon du segment conduisant directement au centre-ville, le reste (la plus grande partie) du parcours (approximatif) vers l'est et le nord-est n'a pas les mêmes exigences.  

Du tirage de couverte? J'ai plus l'impression que ce que le gouvernement va proposer va être à prendre où à laisser. Le problème de l'Est¸de Montréal, c'est qu'il existe plusieurs projets qui sont en compétition et qui vont vouloir avoir le financement du gouvernement. Je pense entre autre au REM Taschereau, au Réseau structurant à Lachine, une ligne non-défini ( REM? ) vers Laval, le projet de SLR vers Aylmer, le remplacement du Rapidbus Gatineau par un SLR se connectant au réseau d'Ottawa, des prolongements du tramway de Québec... Si l'Est de Montréal est trop gourmand, ils vont se retrouver très loin dans la liste de priorité face à une très longue liste de projet qui va continuer de s'alonger. D'autres villes comme Sherbrooke et Drummondville grossissent rapidement et risquent de vouloir leur part du gâteau avant longtemps.

  • Like 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 9 minutes, Enalung a dit :

Le problème de l'Est¸de Montréal, c'est qu'il existe plusieurs projets qui sont en compétition et qui vont vouloir avoir le financement du gouvernement. Je pense entre autre au REM Taschereau, au Réseau structurant à Lachine, une ligne non-défini ( REM? ) vers Laval, le projet de SLR vers Aylmer, le remplacement du Rapidbus Gatineau par un SLR se connectant au réseau d'Ottawa, des prolongements du tramway de Québec... Si l'Est de Montréal est trop gourmand, ils vont se retrouver très loin dans la liste de priorité face à une très longue liste de projet qui va continuer de s'alonger. D'autres villes comme Sherbrooke et Drummondville grossissent rapidement et risquent de vouloir leur part du gâteau avant longtemps.

Si je résume ton propos, j'obtiens: le problème de l'Est de Montréal, c'est d'être trop gourmand.

Je voudrais être plus charitable, et souhaiter plus de réalisme de la part des tenants d'un système de TEC rapide pour l'Est de Montréal.  

Link to comment
Share on other sites

1 hour ago, Né entre les rapides said:

Si je résume ton propos, j'obtiens: le problème de l'Est de Montréal, c'est d'être trop gourmand.

Je voudrais être plus charitable, et souhaiter plus de réalisme de la part des tenants d'un système de TEC rapide pour l'Est de Montréal.  

Il y a également une question de choix dans ce que je dis. La communauté peut choisir un projet jugé moins idéal mais constructible dans la prochaine décennie. L'alternative, c'est un projet jugé plus socialement acceptable, mais plus complexe et plus couteux, donc plus bas dans la liste de priorités du gouvernement.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, Enalung a dit :

Il y a également une question de choix dans ce que je dis. La communauté peut choisir un projet jugé moins idéal mais constructible dans la prochaine décennie. L'alternative, c'est un projet jugé plus socialement acceptable, mais plus complexe et plus couteux, donc plus bas dans la liste de priorités du gouvernement.

Poursuivant dans cette veine, à propos du "choix de la communauté": 

1) Ce serait plutôt l'expression d'une préférence, car la communauté n'a pas vraiment le pouvoir d'imposer son choix.

2) La cohésion au sein de ladite communauté risque d'être mise à l'épreuve, car les intérêts et les préoccupations de certaines composantes (secteurs géographiques) ne sont pas identiques.  Je suppose que les secteurs situés relativement proches des infrastructures de TEC existantes (stations de métro des lignes verte et bleue et SRB Pie IX) sont moins anxieux/désireux d'obtenir un outil supplémentaire que d'autres, plus éloignés et mal desservis présentement.  Or il appert que le rejet de l'option aérienne (ou l'insistance pour le souterrain) est plus vif parmi les premiers --ceux qui en ont le moins besoin.  Le problème, si on peut dire, c'est que les lignes doivent impérativement passer par les premiers pour rejoindre les seconds.   

Link to comment
Share on other sites

9 hours ago, Enalung said:

Il y a également une question de choix dans ce que je dis. La communauté peut choisir un projet jugé moins idéal mais constructible dans la prochaine décennie. L'alternative, c'est un projet jugé plus socialement acceptable, mais plus complexe et plus couteux, donc plus bas dans la liste de priorités du gouvernement.

C'est un peu l'argumentaire que je présente pour supporter le TGF de VIA à la place de continuer à se battre pour un TGV. Chaque projet à une fenêtre d'opportunité, si tu dépasse ta fenêtre ben ton projet retourne dans les archives. Malheureusement la majorité des acteurs dans le communautaire et les citoyens ne semblent pas comprendre que les options sont pas Projet A et Projet B. Souvent c'est projet A ou rien. 

  • Thanks 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Spiter_01 a dit :

C'est un peu l'argumentaire que je présente pour supporter le TGF de VIA à la place de continuer à se battre pour un TGV. Chaque projet à une fenêtre d'opportunité, si tu dépasse ta fenêtre ben ton projet retourne dans les archives. Malheureusement la majorité des acteurs dans le communautaire et les citoyens ne semblent pas comprendre que les options sont pas Projet A et Projet B. Souvent c'est projet A ou rien. 

Et ils ont choisi d',avoir rien quand ils ont rejeté le projet de la Caisse

  • Like 1
  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

49 minutes ago, Corbeau said:

Et ils ont choisi d',avoir rien quand ils ont rejeté le projet de la Caisse

La grosse différence, c'est que personnellement, je vois le HFR comme étant le Train de l'Est v2. Le Train de l'Est s'est fait coupé l'accès à la gare centrale. Le HFR, il s'est fait coupé l'accès au tunnel pour se rendre à Québec. Le nombre d'usager du Train de l'Est est assez médiocre. Le REM de l'Est, aurait gros minimum, offert un service rapide et efficace. Quand j'évalue cet argument, je considère que ce qui est proposé doit rencontrer certains objectifs minimum en terme de fréquence et de vitesse d'opération. Le HFR ne passe pas ce test. L'avion sera encore très clairement le meilleur des deux choix et la voiture demeure compétitive. Le seul véritable avantage compétitif du HFR proposé par VIA, c'est que le voyage se fait de centre-ville à centre-ville. Donc, construite quelque chose, oui, mais pas n'importe quoi. Il ne faut pas construire pour construire. Ce type de projet fini par coûter beaucoup plus cher parce qu'il faut retourner corriger les problèmes plus tard. Il serait préférable d'éviter ce genre de situation à Montréal, surtout quand on considère que nôtre capacité d'investissement est limité.

Link to comment
Share on other sites

Malgré le brûlot de l'ARTM et la fronde médiatique douteuse contre CDPQ et le REM de l'Est, l'appui au projet, maintenant annulé, s'est maintenu.

Citation

 

Les deux tiers des habitants de l’est de Montréal favorables au REM, selon un sondage

Le REM de l’Est permettra «de combler des lacunes importantes dans l’offre actuelle de transport en commun» dans l’œil de 72% des répondants.1656×1060 240 KB


Paul Chiasson, La Presse canadienne | Le REM de l’Est permettra «de combler des lacunes importantes dans l’offre actuelle de transport en commun» dans l’œil de 72% des répondants.

Le Devoir | Société | 27 mai 2022 | Jean-Louis Bordeleau

Le REM de l’Est s’attire la grâce d’une majorité de Montréalais de l’est de l’île, selon un sondage de la firme Léger dévoilé vendredi.

Près de 67 % de la population de l’est de Montréal se dit favorable au projet, indique le coup de sonde réalisée auprès de 1000 résidents de quartiers à l’Est du boulevard St-Laurent.

Le REM de l’Est permettra « de combler des lacunes importantes dans l’offre actuelle de transport en commun » dans l’œil de 72 % des répondants.

Voilà la preuve aux yeux du PDG de la Chambre de commerce de l’est de Montréal, Jean-Denis Charest, que l’Est a soif pour un nouveau moyen de transport en commun. « C’est un levier de revitalisation puissant. […] Lorsqu’on regarde la croissance de la région métropolitaine, ça va se passer de facto dans l’Est », souligne-t-il.

Ce sondage met en lumière la proportion de la population qui compte utiliser le REM. Seulement 40 % des sondés estiment qu’ils emprunteront ce futur moyen de transport pour se déplacer que soit au centre-ville ou ailleurs.

Le sondage stipule aussi que la caractéristique la plus importante d’un projet de transport en commun constitue « l’intégration du projet au réseau de transport en commun existant ». Un signe, selon M. Charest, qu’il faut déployer le REM « dans une logique d’interconnexion ».

Parmi les autres faits saillants du sondage, les résidents de l’est montréalais affirment que le REM de l’Est dynamisera l’est de Montréal (69 %) améliorera la qualité de vie des quartiers desservis (59 %) et facilitera la construction de logements aux abords des stations (54 %).

Le sondage a cependant été réalisé avant le transfert du projet de CDPQ-Infra à l’ARTM.

Jean-Denis Charest convient que ce changement de direction annoncée par l’ARTM pourrait fausser quelque peu les résultats du sondage. « La perte d’un lien direct avec le centre-ville sera vue un peu négativement », croit-il, bien que pour l’ensemble, « l’adhésion est là ».

« On ne doit pas remettre en question tous les fondements. Il faut s’assurer qu’on ne va pas perdre 3 ans de travail de CDPQ-Infra. Si on ne fait pas ça, ça va être très difficile. »

https://www.ledevoir.com/societe/716034/les-deux-tiers-des-habitants-de-l-est-de-montreal-favorables-au-rem-selon-un-sondage

 

 

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, mk.ndrsn a dit :

Malgré le brûlot de l'ARTM et la fronde médiatique douteuse contre CDPQ et le REM de l'Est, l'appui au projet, maintenant annulé, s'est maintenu.

 

Trop tard. Les chialeux ont gagné.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...