Jump to content

Centre de données à Saint-Bruno


Recommended Posts

Centre de traitement de données

Projet milliardaire à Saint-Bruno

QScale. Le nom ne vous dit rien. Ça va changer.

André Dubuc et Julien Arsenault - La Presse

Le promoteur Martin Bouchard, fondateur du moteur de recherche Copernic puis des centres de données 4Degrés, veut bâtir à terme au moins trois complexes de traitement de données à haute intensité avec valorisation des rejets thermiques auxquels se grefferait un pôle d’innovation appliquée en intelligence artificielle. La facture totale estimée va avoisiner les 5 milliards. 

Compliquée, la recette ? Mettez les mots intelligence artificielle, innovation, économie circulaire, serveurs de calculs de haute capacité, énergie propre, production serricole, autonomie alimentaire ; remuez calmement et vous obtiendrez le projet d’envergure « baiejamésienne » sur lequel planchent depuis trois ans M. Bouchard et ses associés Vincent Thibault et Dany Perron. 

Le gouvernement du Québec est réceptif au projet, a appris La Presse. Hydro-Québec aurait déjà dit oui, assure M. Bouchard. L’imprimatur du monopole de la distribution d’électricité est essentiel puisque pareil centre de données voué à l’intelligence artificielle consomme deux fois plus de courant dans une année qu’une ville de la taille de Drummondville. 

La construction a commencé au premier campus situé à Lévis. La livraison est prévue en novembre 2022. Le quotidien Le Soleil en a décrit les grandes lignes récemment. QScale prévoit une deuxième antenne dans l’Écoparc de Saint-Bruno-de-Montarville, sur la Rive-Sud de Montréal, tout juste derrière la gare de train de banlieue.

« Saint-Bruno serait la moitié de la taille de celui de Lévis, notre vaisseau amiral. À terme, notre vision est d’être présent dans les régions principales du Québec. » - Martin Bouchard

Le dévoilement des partenaires financiers et stratégiques se fera bientôt. « On aimerait faire une annonce dans les prochains mois, sinon les prochaines semaines. On va annoncer notre plan qui consiste à devenir un top 3 mondial du Québec dans le calcul. Il faut avoir notre autonomie alimentaire, mais aussi notre autonomie de calcul », souligne M. Bouchard. 

L’entrepreneur en série, en compagnie d’investisseurs privés, a investi 30 millions pour le démarrage du projet. Le reste du montage financier sera dévoilé au moment de l’annonce officielle. « On travaille très fort pour que la propriété de l’entreprise reste québécoise en entier. » 

On parle de gros sous : de 2 à 3 milliards pour le complexe de Lévis, 1 milliard pour celui de Saint-Bruno. 

De quoi s’agit-il ? 

QScale se veut un campus de traitement de données à haute densité de calculs. Les campus cherchent à répondre aux besoins de l’apprentissage machine dont la demande est en croissance avec l’arrivée de l’intelligence artificielle dans les entreprises. Pensons aux calculs de données requis pour faire avancer de façon sécuritaire les véhicules autonomes. M. Bouchard cite comme clients potentiels les Tesla, Volkswagen, Pfizer et Goldman Sachs. 

« Par rapport à ce qu’on trouve dans un centre de données conventionnel, nos cabinets de serveurs de la taille d’un frigo auront cinq fois plus de capacité de traitement. Ça va chauffer encore plus », fait remarquer l’entrepreneur de 48 ans. Le Québec a l’avantage d’avoir une énergie propre et bon marché. 

Ce type d’infrastructures commence à peine à voir le jour dans le monde.

« Il n’existe pas encore de leader dans le domaine du traitement haute densité. Les Américains comme Colovore, à Santa Clara, et ScaleMatrix, à San Diego, sont alimentés aux énergies fossiles, sans récupération de chaleur, et avec des coûts d’électricité élevés. Nous serons au moins 10 fois plus gros qu’eux uniquement avec Lévis. » - Martin Bouchard

Le plan d’affaires prévoit la récupération de la chaleur dégagée par les serveurs pour chauffer des serres agricoles. 

« Nous voulons contribuer à l’autonomie alimentaire de la province avec un potentiel de 400 hectares de serres uniquement pour le premier campus », insiste-t-il. Or, l’ensemble de la production de légumes en serre se cultive pour le moment sur 123 hectares. « Pour ce volet, on est en discussion avec plusieurs joueurs », précise M. Bouchard. Consultant pour Savoura, André Michaud confie n’avoir jamais été contacté par QScale. Il s’est dit perplexe quand il a pris connaissance des grandes lignes du projet. 

« Nous avons un projet de robotisation des serres via l’intelligence artificielle pour éventuellement automatiser les emplois exigeants physiquement, rétorque M. Bouchard. À Lévis, nous avons les terrains agricoles adjacents qui correspondent à l’équivalent de 80 terrains de football, soit suffisamment pour produire 2880 tonnes de framboises et 83 200 tonnes de tomates. » 

Ce n’est pas tout. M. Bouchard veut greffer à ces complexes une zone d’innovation spécialisée en intelligence artificielle. « La Zone d’IA est le chaînon manquant entre la recherche fondamentale en IA et l’application de celle-ci dans les entreprises manufacturières. » 

IQ analyse le dossier

Le projet pharaonique est apparu sur l’écran radar du gouvernement Legault. « On en a entendu parler, a expliqué une source gouvernementale qui n’était pas autorisée à s’exprimer. C’est un dossier intéressant qui est regardé. » 

C’est chez Investissement Québec (IQ) que l’analyse du dossier se fait. Le bras financier de l’État figurait sur la liste des organisations que QScale souhaitait solliciter, d’après son inscription au Registre des lobbyistes du Québec. 

Pour ce qui est de l’électricité, « on a déjà des ententes avec Hydro-Québec. Tout est en règle. Ils sont très heureux. Je ne peux rien divulguer, ça va être annoncé. C’est de très grande envergure », avance M. Bouchard.

C’est le principe de l’utilisateur-payeur qui s’applique lorsque le promoteur d’un projet veut avoir accès au réseau d’Hydro-Québec. Les terrains de QScale sont avantageusement situés à proximité des sous-stations de haute puissance. 

Pour les centres de données, les tarifs hydroélectriques débutent généralement à 4,04 cents le kilowattheure (kWh) lorsque le tarif de développement économique s’applique. Le cas échéant, le prix est de 5,05 ¢/kWh.

https://www.lapresse.ca/affaires/2021-06-03/centre-de-traitement-de-donnees/projet-milliardaire-a-saint-bruno.php

4bf9b2d013dd374485aa422f4b36de2a.png

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value