Jump to content

verdun Reconstruction des viaducs du boulevard de l'Ile-des-Soeurs / Parc West Vancouver


KOOL

Recommended Posts

Pinned posts

Ponts Darwin - Reconstruction des viaducs du boulevard de l'Ile-des-Soeurs / Parc West Vancouver

image.png.58c3a82ef92b3450e46662f615efbd83.png

Site du projet : http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=7097,143426950&_dad=portal&_schema=PORTAL

Citation

Autres images

 

89518810.thumb.jpg.c84c6f1090c1a884ded38909eb250514.jpg

89518809.thumb.jpg.20a5b6b2e37a77d0f6f2d4bb432388c0.jpg

 

image.png.6ac259225adf11be4579017efca7001a.png

Détail du contrat au point 20.06 de l'ordre du jour conseil municipal du 23 mars 2020
https://ville.montreal.qc.ca/documents/Adi_Public/CM/CM_ODJ_LPP_ORDI_2020-03-23_13h00_FR.pdf

APPROCHE DE MISE EN LUMIÈRE
CONCEPT
Toujours dans la continuité de l’approche conceptuelle naturaliste, la mise en lumière des structures vise à créer une expérience agréable et ludique en toute saison, tel un écosystème lumineux, évoquant des lucioles, un soir d’été.

Cela se traduit, entre autres, par les gestes suivants:

  • Mise en valeur du parcours et de l’expérience de passer au travers des Ponts et non pas de révéler l’ensemble de la forme des Ponts.
  • Variation de la perception des structures blanches entre le contraste avec la verdure l’été et l’harmonisation avec la neige l’hiver. À l’intérieur des arches, fini lisse du béton pour favoriser la réflexion de la lumière.
  • Système électrique non encastré et intégré à l’aménagement, avec une sélection d’appareils issus des standards de la Ville.
  • Éclairage à échelle humaine, de type bollard, évitant l’éblouissement pour les passants et le voisinage, ainsi que la pollution lumineuse. Gestion des appareils et des heures d’éclairage pour assurer la sécurité la nuit, mais générer l’effet recherché en soirée

image.png.4aacb747fda4ebe55973bf2f35762e76.png

Panorama du Pont Est, perspective vers le boulevard et le quartier résidentiel, depuis le parc de West Vancouver.
image.png.073d9ff3016cfc8c1f343116ffb68bf6.png

Vue vers le nord des glissières Pont Ouest depuis le trottoir du boulevard.
Untitled.thumb.png.be1b18ac165bb889351109ca4981c908.png

 

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

05:00 8 septembre 2020 | mise à jour le: 7 septembre 2020 à 18:19

Par: François CarabinMétro

https://journalmetro.com/actualites/montreal/2510789/ile-des-soeurs-des-ponts-fait-avec-des-bouteilles-dalcool/

Île des Sœurs: des ponts faits avec des bouteilles d’alcool recyclées

Photo: Gracieuseté/Ville de MontréalRendu 3D des deux ponts d'étagement

La Ville de Montréal œuvre à compléter la mise sur pied de deux ponts partiellement faits de poudre de verre, une première mondiale. Ce projet pilote, qui récupérera l’équivalent de 70 000 bouteilles de vin, pourrait servir d’exemple pour de futures constructions d’envergure.

Ce sont les ponts Darwin, deux installations vieilles de plus de cinquante ans, que la Ville a sélectionnés pour l’occasion. Situés à l’Île des Sœurs, ils devaient tous deux faire l’objet d’une réfection cet été.

 

Chaque structure intégrera une quantité de 10% de poudre de verre. Ce matériau prend origine dans les bouteilles d’alcool qu’on trouve à la SAQ, mais aussi dans les bocaux utilisés pour contenir des aliments comme des cornichons ou de la confiture.

Réduits à une très fine poudre, ces contenants deviennent ensuite un substitut pour le ciment utilisé dans la plupart des constructions qu’on connaît. Indiscernable à l’œil nu, le matériau a d’énormes avantages environnementaux, selon le concepteur principal du projet, Étienne Cantin Bellemare.

«La poudre de verre, c’est autant ce que les gens vont mettre dans leur bac de recyclage, mais aussi des bouteilles avec des défauts qui iraient se faire broyer de toute façon. Bref, on valorise le verre au lieu qu’il soit envoyé dans des sites d’enfouissement», constate-t-il

À terme, l’utilisation de verre recyclé doit «engendrer une économie de 40 000 kg de ciment» dans les ponts Darwin. «Le ciment est très énergivore et polluant à fabriquer. Ça représente beaucoup de tonnes de CO2 à l’échelle de la planète», ajoute M. Cantin Bellemare.

Des avantages de «durabilité»

Une fois intégré à une structure, la poudre de verre recyclé devient particulièrement résistant aux éléments, selon William Wilson, assistant professeur à l’Université de Sherbrooke et partenaire de la Chaire SAQ de valorisation du verre dans les matériaux.

«Non seulement on remplace du ciment, mais aussi, on obtient un béton qui a des meilleures performances de durabilité. À long terme, surtout dans les conditions climatiques québécoises, c’est très avantageux», signale l’expert.

La Ville de Montréal fait déjà appel à la poudre de verre depuis 2011. Certains segments de trottoir l’incluent d’ailleurs, illustre le conseiller de ville Sylvain Ouellet, responsable des infrastructures au Comité exécutif.

«Les résultats sont probants», lance-t-il.

Mais jamais le matériau n’a-t-il servi à une structure aussi importante qu’un pont, fait remarquer M. Wilson. «Ça serait la première infrastructure au monde qui inclurait la poudre de verre», analyse l’expert.

Assez de verre?

La SAQ, partenaire du projet, évalue que les ponts Darwin utiliseront l’équivalent en verre des ventes annuelles de «trois à quatre SAQ Sélection», ses plus grandes succursales.

C’est très peu, selon Étienne Cantin Bellemare, qui voit dans le verre une occasion en or pour la métropole.

«La ressource est quasiment illimitée. À l’échelle où on produit du verre, on n’en manquera jamais», affirme-t-il.

En 2018, 78 000 tonnes de verre ont atterri dans des sites d’enfouissement, selon Recyc-Québec. «C’est un très bon potentiel de valorisation», convient M. Wilson.

Au total, le projet coûtera 11 M$ à la Ville. À peine retardé par la pandémie, son échéancier doit s’étirer jusqu’à novembre 2021. Le premier de deux ponts doit d’ailleurs aboutir dès cet automne.

Link to comment
Share on other sites

dans La Presse

https://www.lapresse.ca/actualites/environnement/2020-09-08/planete-bleue-idees-vertes-de-la-bouteille-au-beton.php

Planète bleue, idées vertes: de la bouteille au béton

8d66b54e-f189-11ea-b8ad-02fe89184577.jpg
PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE
Utilisé depuis une dizaine d’années dans la fabrication des dalles de trottoir, le béton contenant de la poudre de verre broyé sera bientôt employé pour la première fois dans la construction d’un pont, à Montréal.

L’idée n’est pas nouvelle, mais son usage vient de franchir une nouvelle étape : utilisé depuis une dizaine d’années dans la fabrication des dalles de trottoir, le béton contenant de la poudre de verre broyé sera bientôt employé pour la première fois dans la construction d’un pont. Et c’est à Montréal qu’il sera érigé.

Publié le 8 septembre 2020 à 6h00
JUDITH LACHAPELLE
LA PRESSE

Avec son béton moulé en lignes courbes, le nouveau pont que construira bientôt l’équipe de l’ingénieur Étienne Cantin Bellemarre sera non seulement beau, mais aussi vert. Ou plutôt, il sera « verre ».

Le chargé de projet à la Ville de Montréal n’est pas peu fier du chantier qui l’occupe en ce moment. D’ici la fin de l’automne, le premier tronçon des ponts Darwin, qui permettent au boulevard de L’Île-des-Sœurs d’enjamber une piste cyclable, sera terminé. Les utilisateurs n’y remarqueront pas énormément de différences, mais les spécialistes du béton ne manqueront pas d’aller le voir de plus près. Car ce pont est le premier au monde à tester une recette de béton auquel a été ajoutée de la poudre de verre broyé.

« Le verre mixte est celui qu’on récupère au centre de tri, et qui est brisé en morceaux trop petits pour qu’on puisse le séparer par couleurs », explique William Wilson, professeur en génie civil à l’Université de Sherbrooke et collaborateur à la Chaire SAQ de valorisation du verre. Pour pouvoir produire du nouveau verre en fonderie à partir du verre récupéré, celui-ci doit être exempt de contaminants et trié par couleurs. En raison de l’incapacité des centres de tri à fournir de la matière de bonne qualité aux fonderies, la majorité du verre récupéré est actuellement envoyé à l’enfouissement.

Les ponts Darwin

c2e258a2-f189-11ea-b8ad-02fe89184577.jpg

c8572bc7-f189-11ea-b8ad-02fe89184577.jpg

cd29a4fa-f189-11ea-b8ad-02fe89184577.jpg

 

C’est justement pour trouver un débouché à tout ce verre mixte que les chercheurs de Sherbrooke ont élaboré des recettes pour l’intégrer à la fabrication du béton. Celui-ci est essentiellement composé de quatre ingrédients : de l’eau, du sable, du gravier et du ciment. La poudre de verre dans la recette concoctée à l’Université de Sherbrooke vise à remplacer une partie du ciment. « En utilisant le verre au lieu du ciment, dit M. Wilson, on diminue la production de gaz à effet de serre associée à la production du ciment. »

Depuis 2011, des dizaines de kilomètres de trottoirs en béton contenant de la poudre de verre ont été déroulés à Montréal. « Les dosages varient entre 5 % et 25 % », dit Étienne Cantin Bellemarre. Après près de 10 ans d’observation, les résultats sont épatants : le béton avec poudre de verre est plus résistant parce que moins perméable aux ions chlorures (les fameux sels de déglaçage utilisés en hiver qui causent la corrosion des armatures de métal).

Et tout ça, pour le même coût que le béton traditionnel.

« Des fois, la vie fait bien les choses. Il y a seulement des avantages à utiliser la poudre de verre. On valorise un matériau pour rendre le béton plus durable, plus résistant. » — L’ingénieur Étienne Cantin Bellemarre

Voir plus haut

En avril dernier, le remplacement de ciment par de la poudre de verre broyé dans la production de béton a finalement été reconnu par les normes américaines, qui servent souvent de norme internationale.

Le temps est donc venu de tester le nouveau béton dans un ouvrage plus complexe. Quand les ingénieurs montréalais ont commencé à planifier le remplacement des ponts Darwin, construits dans les années 1960, ils ont évalué qu’il s’agissait du projet idéal pour tester ce dont le nouveau béton était capable dans des structures armées.

b078f760-f189-11ea-b8ad-02fe89184577.jpg
PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE
D’ici la fin de l’automne, le premier tronçon des ponts Darwin, qui permettent au boulevard de L’Île-des-Sœurs d’enjamber une piste cyclable, sera terminé.

Dans ce cas-ci, 10 % du ciment a été remplacé par de la poudre de verre, une économie estimée à 40 000 kg de ciment. Au final, le béton des deux ponts contiendra une quantité de verre équivalant à 70 000 bouteilles de vin. Soit… environ 0,04 % du nombre de bouteilles vendues chaque année par la SAQ. C’est peu ? « Pas du tout », rétorque William Wilson. Les ponts Darwin, « c’est une structure relativement petite. Et des structures, on en fait des dizaines, des centaines comme ça au Québec chaque année. Sans parler des trottoirs ! »

Peut-on s’attendre à ce que la poudre de verre soit désormais intégrée dans tout le béton ? « Ça demeure un projet pilote, rappelle Étienne Cantin Bellemarre. Si on se rend compte que ça ne répond pas à nos exigences, on va cesser de l’utiliser. Mais tout porte à croire que ça réagit très bien. On a l’expérience des trottoirs, qui sont les éléments qui reçoivent le plus de sels dans nos infrastructures, alors on est très confiants qu’il n’y aura pas de problèmes. »

Le problème du sable

La poudre de verre dans la recette concoctée à l’Université de Sherbrooke vise à remplacer une partie du ciment, dont la production est très polluante – la Cimenterie McInnis, en Gaspésie, est présentée comme le plus grand émetteur de gaz à effet de serre au Québec. Mais ce nouveau béton n’offre pas encore une solution de rechange à l’utilisation du sable dans la fabrication du béton, qui pose elle aussi un problème environnemental. Après l’air et l’eau, le sable est au troisième rang des ressources naturelles les plus exploitées dans le monde, et la plupart de ce sable est utilisé dans la fabrication de béton. Dans certains pays, l’extraction de sable a engendré le saccage de lits de rivières et de plages. Le sable n’étant pas une ressource renouvelable, plusieurs experts prédisent qu’une pénurie de sable pourrait survenir.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...