Jump to content

saint-laurent TOD Bois-Franc (Projet global)


Recommended Posts

Pinned posts

image.png

Le TOD Bois-Franc : une ville dans la ville

Mis à jour le 9 juin 2020

Appelé à connaître une véritable renaissance au cours des 20 prochaines années, ce quartier situé aux limites des arrondissements de Saint-Laurent et d’Ahuntsic-Cartierville deviendra un important pôle d’habitation et de transport intermodal pour le secteur nord-ouest de Montréal.

Les arrondissements de Saint-Laurent et d’Ahuntsic-Cartierville ont franchi une étape importante dans la planification détaillée de l’aire TOD Bois-Franc avec le dépôt en juin 2020 du rapport final préparé à cet effet par la firme Provencher Roy. 

La démarche de planification, fruit d’une collaboration entre les deux arrondissements, a été réalisée avec l’aide financière de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM). Cet exercice de planification a fait l’objet d’une consultation publique au printemps 2019, qui fut suivie par une charrette d’idéation à laquelle ont pris part des représentants du milieu communautaire, des partenaires publics et privés, ainsi que des étudiants et des professionnels. 

Qu’est-ce que le TOD Bois-Franc?

D’abord, un TOD  (transit-oriented development) est un développement immobilier de moyenne à haute densité, structuré autour d’une station de transport en commun à haute capacité, comme une gare de train, une station de métro, une station de train léger ou un arrêt d’autobus. Situé à distance de marche d’un point d’accès important du réseau de transport en commun, le TOD est un quartier qui conjugue notamment les déplacements actifs, la mixité sociale et le design urbain.

L’aire TOD Bois-Franc se déploie dans un rayon d’un kilomètre (1 km) à partir de la gare Bois-Franc. La gare, qui fait actuellement partie de la ligne de train Exo de Deux-Montagnes, sera remplacée d’ici 2023 par la station Bois-Franc du Réseau express métropolitain (REM), ce qui amènera des changements majeurs dans ce quartier situé aux frontières des arrondissements de Saint-Laurent et d’Ahuntsic-Cartierville.

Faits saillants pour le TOD Bois Franc

Les processus de revitalisation et de requalification projetés pour ce secteur s’échelonnent sur un horizon de plus de 20 ans. À terme, le concept d’aménagement révèle le potentiel de développement suivant :

  • 7 700 nouvelles unités de logement (potentiel de 15 000 nouveaux résidents)
  • 39 600 m² d'espaces à bureaux
  • 37 700 m² de superficie commerciale
  • 23 300 m² de superficie dédiée aux fonctions institutionnelles
  • 104 350 m² de parcs, places publiques et espaces verts (±), qui avec les espaces verts à mettre en valeur et les parcs existants compteraient à terme pour près de 17% de l'aire TOD.

hzppfrdemx8x2d1d7utf.jpg

jqaqunuia2i0hw7fsmc2.jpg

nasbmctfebi8ebrd7a9i.jpg

dwwequifev5zafsm6m5r.jpg

n6owdyhobncv7th1amlj.jpg

« Le rapport de planification détaillé est l’outil de référence par excellence pour la prise de décisions éclairées, alignées sur une vision partagée pour ce nouveau pôle d’habitation et de transport. On ne peut ignorer, dans ce contexte de densification soutenue, l’importance du prolongement de la ligne orange du métro jusqu’à la gare Bois-Franc du REM. »

Alan DeSousa - Maire de Saint-Laurent

« La planification détaillée vise à permettre aux deux arrondissements de tirer le plein potentiel de l’arrivée de la gare du REM pour en faire un milieu de vie complet qui misera sur la mobilité durable et le développement durable. Les habitudes de mobilité dans ce secteur de Bordeaux-Cartierville seront transformées. »

Émilie Thuillier - Mairesse d'Ahuntsic-Cartierville

https://montreal.ca/articles/le-tod-bois-franc-une-ville-dans-la-ville

------

Rapport final de la firme Provencher Roy : http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/1/89519164.PDF

Link to post
Share on other sites
  • 5 months later...
  • Fortier changed the title to TOD Bois-Franc (Projet global)

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By victoire29
      Article intéressant!
      https://renx.ca/rivals-to-friends-partners-rosefellow-plan-first-development/
       
      Ex rivals now partners: RoseFellow plans its first development
       Development 
       Real Estate Companies 
      Danny Kucharsky 
      Commercial  
      Residential  
      May. 22, 2020 
      Mike Jager and Sam Tsoumas are the co-founders of RoseFellow in Montreal. (Courtesy RoseFellow)
      Two former rivals at Montreal developers Montoni and Broccolini have founded their own real estate company, closed on their first development property and are kicking off a $90-million luxury multiresidential project in the borough of Saint-Laurent. 
      Competitors turned friends Mike Jager and Sam Tsoumas have launched RoseFellow and will build the 11-storey, 270-unit Le 111 at 111 Alexis-Nihon Blvd. near Côte de Liesse Road and Highway 40. Having just closed on the purchase of the property, they say construction could begin in the fall, barring another coronavirus-related construction shutdown.
      RoseFellow also plans to announce two new industrial builds in Montreal this summer, one in the West Island and one in the eastern sector. One will be devoted to e-commerce, while the other will be more of a traditional multi-tenant development.
      The RoseFellow co-founders and co-presidents butted heads for more than a decade as competitors. Jager was the director and principal director of business development at Montoni while Tsoumas was the director, real estate development and leasing at Broccolini.
      “There was always one competitor that stood out for me whenever we went to bid on any project,” says Jager. “It was all Broccolini and specifically Sam. Many people in the industry called it Team Blue against Team Red.”
      Tsoumas recalls he’d walk into a pitch while Jager was walking out, or vice versa. 
      “We wanted to see each other fail. We were competitors.” 
      Development rivals become friends
      However,  over time and seeing each other at real estate and cocktail events, the two went from being competitors to respected rivals. When they realized they had wives and kids with similar ages and similar work experiences, the friendship began.
      Jager recalls the two joked over a meal that it would be great to join forces instead of being against each other on every big file in the city. “At that point, we didn’t think of going off on our own: It was either Sam joining Montoni or me joining Broccolini.”
      And so, in February 2018 Tsoumas joined Jager at Montoni as director of business development. 
      “We soon realized we had the right intent, which was to work together, but it wasn’t for someone else. From a young age, I always wanted to be an entrepreneur,” Jager says. 
      “It came to a point where I wanted to do something for myself and I think Sam had the same vision as well. 
      “We realized it was better that we take the risk and the leap of faith and try opening up our own company.” 
      Leaving to form RoseFellow
      Montoni founder and president Dario Montoni was “a complete gentleman” over news of the duo’s departure, Tsoumas says. “He basically said ‘Guys, I don’t blame you. Go do exactly what I did. You’re going to do great.’ ”
      Upon leaving Montoni last September, the two posted on LinkedIn that they planned to start their own company. Within the first week, phones started to ring and meetings with potential investors followed. 
      “They believed what we said was genuine. It wasn’t smoke and mirrors,” Jager says. “That reassured us there’s still a huge demand for investment” in the sectors in which the company plans to focus – industrial, multiresidential and mixed-use (multires with a bit of retail).
      The RoseFellow name comes from a desire to have a company moniker that would stand the test of time and not be based on their last names. A rose is beautiful and fellow (short for fellowships) is based on the word relationships.
      The RoseFellow partners found their first opportunity in Saint-Laurent, where Jager grew up and knows the market well. 
      The Le 111 apartment development
      111 Alexis-Nihon Blvd., in Montreal will be the site of RoseFellow’s first multifamily development, Le 111. (Courtesy RoseFellow)
      Le 111 is “a great opportunity for us” because the rental vacancy rate is below two per cent in Saint-Laurent with limited new inventory, Jager says. 
      RoseFellow acquired the vacant, 115,000-square-foot site for $11 million. It includes a 38,000-square-foot forested area that will be exclusive for residents. 
      A small LP has been assembled for the project. Jager and Tsoumas declined to name the investors, who so far are locals. 
      The building, across the highway from Carbonleo’s new Royalmount project, will have a gross buildable area of 430,000 square feet and include two levels of indoor parking. Construction should take about 18 months.
      Units range from studios to one-, two- and three-bedroom apartments to luxury penthouses. Rents have not been finalized but could be in the $2.15- to $2.30-per-square-foot range. 
      Features will include a dog park, rooftop pool, 24-hour security, year-round atrium open to the elements with heated floors and Amazon delivery lockers. 
      Condos do not appeal to Jager and Tsoumas. 
      “We’re looking at something we could retain long-term,” Tsoumas says of multiresidential. “We look at this as branding RoseFellow.” 
      Future industrial for RoseFellow
      The RoseFellow partners are also proponents of building industrial on spec: “We’ve always seen the market as able to absorb it, regardless of the vacancy rate,” Tsoumas says. 
      Jager, a big proponent of Montreal, has always had the city to heart – and to arm: His right arm has tattoos of Montreal landmarks, like the Jacques Cartier Bridge to St. Joseph’s Oratory and Olympic Stadium.
      Tired of hearing Montreal described as having “flat-lined” at real estate conferences in Toronto, Jager decided years ago to become a major booster for the city. He produced and showed off slick videos at the forums, extolling the city’s virtues. 
      “It kind of bothered me,” Jager says. “Ever since then, I’ve been an advocate for the city. That’s all I want to do, is promote this city.”

    • By CFurtado
      Les entrepreneurs Kurt D. Lynn et Mohamed Hage proposent une petite révolution dans l'industrie montréalaise des légumes. Avec l'aide de Google Earth, ils ont répertorié les plus grands toits plats des bâtiments industriels de Montréal et proposent d'y faire pousser des produits potagers à longueur d'année. À commencer par le toit de cette bâtisse sans nom en périphérie du Marché central qui nourrira 2000 personnes.
       
      Ils sont de ces êtres qu'on appelle des entrepreneurs en série. Mohamed Hage et Kurt D. Lynn se sont d'ailleurs rencontrés il y a quatre ans, alors que le plus âgé aidait le plus jeune à mettre une entreprise sur pied. Ce sont des férus de technologies.
       
      Ils transposent aujourd'hui leur passion des gadgets au potager avec leur nouveau projet: les Fermes Lufa. L'inspiration? «En fait, on tripe tous les deux sur la nourriture», dit simplement le Montréalais à temps partiel, M. Lynn, qui vit l'autre moitié du temps à Toronto. À force d'en discuter ensemble, ils ont voulu changer leur façon de se nourrir en créant leur propre ferme sans pesticides ni OGM. Mais pas question de faire ça en dehors de la ville. «Plus la nourriture s'éloigne d'où elle a été cultivée, plus elle perd sa saveur et sa valeur nutritive. Et plus elle pollue en raison du transport.» Ça, on l'a dit souvent, d'où la tendance au locavorisme, une alimentation qui s'en tient aux produits locaux.
       
      Mais les terres cultivables sont rares sur l'île... Les deux gourmets se sont donc tournés vers les toits des immeubles commerciaux pour élever la première serre commerciale sur un toit d'envergure au Québec, présentement en construction dans le quartier Ahuntsic. «On a fait des recherches et on pense être la première au monde, si on exclut les petits jardins sur des toits qui fournissent des herbes ou certains légumes à quelques restaurants aux États-Unis», dit Kurt D. Lynn. Il y a toutefois déjà quelques jardins collectifs sur les toitures et balcons du Québec et le premier toit vert remonterait aux années 1970 à Montréal, selon le Centre d'écologie urbaine.
       
      Le iPod de l'agriculture
       
      Avec une équipe d'architectes, d'ingénieurs, de scientifiques et d'agents immobiliers, les deux hommes d'affaires ont prévu tous les détails de cette première serre de 31 000 pieds carrés qui offrira ses récoltes, dès le mois de mars, par la vente de paniers. L'équipe a déjà établi que l'eau de la pluie sera recueillie pour arroser les plants, que les coccinelles remplaceront les pesticides et que la distribution, locale, se fera à partir de points de chute pour éviter des trajets en camions. «C'est ça qu'on veut éviter!» dit M. Lynn en pointant un camion qui sort d'un entrepôt, chargé de légumes, qu'un autre camion est venu y déposer... Au total, la serre d'Ahuntsic pourra nourrir 2000 personnes toute l'année.
       
      Mohamed Hage, en bon amateur de technologies, compare les Fermes Lufa au iPod. «Apple a été le premier à mettre ensemble autant de fonctions dans un même objet d'une façon efficace.» Idem pour sa ferme de la rue Antonin-Barbeau, qui réunira la serre, le toit vert, le concept de panier santé et une façon écologique de cultiver. «Ce n'est rien de nouveau, c'est juste une nouvelle combinaison», selon Kurt D. Lynn. Et ce n'est qu'un début: d'autres projets, dont un autre cinq fois plus grand à Montréal, sont prévus dans la province et en Ontario.
       
      L'invitation est lancée à tous les Home Dépôt et Costco de ce monde qui voudraient louer cet espace perdu. Une bonne façon pour ces monstres de béton de faire leur part pour la communauté, croient les deux hommes. «Les gens les détestent lorsqu'ils sont construits. Mais si au moins leurs toits pouvaient nourrir 12 000 personnes...» dit Mohamed Hage. Ces bâtisses sont idéales parce que leurs toits sont plats et solides. Car si la culture hydroponique, donc sans terre, en fait une ferme assez légère, tous les toits ne sont tout de même pas admissibles au royaume des légumes en altitude. Les immeubles coiffés d'une ferme gagnent en échange une isolation totale du côté du toit, puisque la serre permet d'éviter toute perte de chaleur.
       
      10 % des toits de Montréal?
       
      Les deux entrepreneurs de la pousse écolo ont fait appel à une équipe scientifique multidisciplinaire de l'Université McGill pour choisir les produits qui pousseront sur ce toit d'un immeuble sans nom en périphérie du Marché central. Ils recherchent les variétés les plus nutritives et les plus savoureuses. «Ce n'est pas un projet commun: généralement, c'est le fermier qui décide ce que les gens mangent, selon ce qui se conserve le plus longtemps, dit la phytologue Danielle Donnelly, qui étudie en ce moment les concombres et les tomates. Avec ces deux gars, ce sont les nutritionnistes qui décident!»
       
      Le fondateur de Green Roofs for Healthy Cities, une association basée à Toronto qui regroupe l'industrie des toits verts de l'Amérique du Nord, estime qu'environ 10 % des toits des villes canadiennes peuvent accueillir un potager. «À Toronto, ça représente 500 millions de pieds carrés, dit Steven Peck. Ça donne une idée des opportunités. Ce sont des idées encore très nouvelles, émergentes, mais une serre comme ça aura beaucoup de bénéfices sociaux et économiques.»
       
      Le président du Centre d'écologie urbaine de Montréal, Owen Rose, se réjouit qu'une entreprise s'installe ainsi sur un toit. «Le privé aussi a son rôle à jouer pour l'environnement. Et c'est un bon moyen de valoriser l'agriculture urbaine.»
       
      http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/310328/une-ferme-sur-le-toit-sans-pesticides-ni-ogm
    • By mtlurb
      Fil de discussion sur la station Montpellier du REM.

      Devisubox : https://bit.ly/REMMontpellier
    • By mtlurb
      Fil de discussion sur la station Technoparc du REM.

      Devisubox : http://bit.ly/REM_Technoparc
       
    • By sim
      Terrain Cavendish-Thimens

       
×
×
  • Create New...