Jump to content

COVID-19: L'effet sur l'économie et sur l'immobilier à Montréal


Recommended Posts

Pinned posts
  • IluvMTL changed the title to COVID-19: L'effet économique et sur l'immobilier à Montréal
  • 1 month later...
  • Replies 1.2k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Ton point de vue est celui de quelqu'un qui travaille dans le système de santé. Le mien est différent. Je ne suis pas obligé d'accepter ton point de vue comme celui qui doit prévaloir quand il s'agit 

Mais quelles stupidités suis-je en train de lire??  Primo, La Grande Depression a frappé tout le monde et n'est certainement pas la cause du "déclin" de Mtl. Beaucoup d'autres facteurs étaient en

Maintenant au moins, on le sait, Rocco ne travaille pas à l'affichage pour YUL... https://twitter.com/yulaeroport/status/1242530625401348097  

Posted Images

Plusieurs commerces pourront rouvrir dès le 4 mai

(Québec) Les détaillants ayant un accès direct à l’extérieur et situés en dehors de la communauté métropolitaine de Montréal (CMM) pourront rouvrir leurs portes au public le 4 mai prochain, a annoncé le gouvernement Legault mardi. Ceux de la CMM devront attendre la semaine suivante, à compter du 11 mai.

Publié le 28 avril 2020 à 13h29 Mis à jour à 13h33

https://www.lapresse.ca/covid-19/202004/28/01-5271237-plusieurs-commerces-pourront-rouvrir-des-le-4-mai.php

Ariane Krol
La Presse

Le secteur manufacturier, lui, redémarrera en deux temps à partir du 11 mai. L’ensemble de l’industrie de la construction pourra quant à elle reprendre ses activités le 11 mai.

« L’idée, c’est de rouvrir graduellement et de faire un suivi », a expliqué le premier ministre François Legault lors de son point de presse quotidien mardi.

Les centres commerciaux devront donc rester fermés pour l’instant, afin d’éviter les risques de rassemblement, a souligné le premier ministre

Le secteur de la restauration, ainsi que les salons de coiffure, d’esthétique et d’autres soins personnels demeurent aussi en pause. Le secteur culturel, incluant les lieux de diffusion, et le secteur touristique devront également patienter.

Le déconfinement des entreprises manufacturières, lui, commencera dans toutes les régions de la province à compter du 11 mai, mais la réintégration des employés se fera graduellement.

 

Québec a présenté les grandes lignes de son plan de déconfinement économique alors que la province a enregistré 83 nouveaux décès dans les 24 dernières heures, pour un total de 1682 décès, indiquent les données publiées mardi. Le nombre d’hospitalisations s’élève à 1625, soit 84 de plus que la veille. Le nombre personnes hospitalisées aux soins intensifs a atteint 217, soit sept de plus. Le nombre de cas de COVID-19 confirmés à ce jour atteint 25 757.

Link to post
Share on other sites

https://www.lapresse.ca/affaires/entreprises/202005/01/01-5271713-centres-commerciaux-lacces-par-la-porte-arriere-des-commerces-autorise.php

Centres commerciaux: l'accès par la porte arrière des commerces autorisé

32aac262-8bc4-11ea-b33c-02fe89184577.jpg
PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE
Le centre commercial Carré Décarie.

Bonne nouvelle pour certains magasins « enclavés dans un centre commercial ». Ceux ayant une porte arrière pour recevoir de la marchandise pourront l’utiliser pour accueillir des clients. Québec leur a donné le feu vert, a appris La Presse.

Publié le 1 mai 2020 à 11h58
MARIE-EVE FOURNIER
LA PRESSE

« Ça va permettre à quelques détaillants de plus d’ouvrir », se réjouit le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) qui est à l’origine de cette demande faite à Québec.

L’association souhaitait ainsi « favoriser la reprise économique des détaillants ayant un accès direct vers l’extérieur », explique le porte-parole du CCCD, Jean-François Belleau.

Le ministère de l’Économie et de l’Innovation a donné son autorisation verbalement, mais une confirmation écrite est attendue.

Rappelons que tous les magasins ayant une porte menant au grand air pourront ouvrir 11 mai dans la grande région de Montréal et le 4 mai ailleurs dans la province.

La date d’ouverture des centres commerciaux avec galeries marchandes n’a pas encore été communiquée par Québec.

Le CCCD ignore combien de magasins pourront profiter de cette autorisation. Mais « il y a plein de petits centres commerciaux en région qui n’ont pas de couloir à l’intérieur pour le transport des marchandises », souligne M. Belleau.

Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, ScarletCoral a dit :

https://www.lapresse.ca/affaires/entreprises/202005/01/01-5271713-centres-commerciaux-lacces-par-la-porte-arriere-des-commerces-autorise.php

Centres commerciaux: l'accès par la porte arrière des commerces autorisé

32aac262-8bc4-11ea-b33c-02fe89184577.jpg
PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE
Le centre commercial Carré Décarie.

Bonne nouvelle pour certains magasins « enclavés dans un centre commercial ». Ceux ayant une porte arrière pour recevoir de la marchandise pourront l’utiliser pour accueillir des clients. Québec leur a donné le feu vert, a appris La Presse.

Publié le 1 mai 2020 à 11h58
MARIE-EVE FOURNIER
LA PRESSE

« Ça va permettre à quelques détaillants de plus d’ouvrir », se réjouit le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) qui est à l’origine de cette demande faite à Québec.

L’association souhaitait ainsi « favoriser la reprise économique des détaillants ayant un accès direct vers l’extérieur », explique le porte-parole du CCCD, Jean-François Belleau.

Le ministère de l’Économie et de l’Innovation a donné son autorisation verbalement, mais une confirmation écrite est attendue.

Rappelons que tous les magasins ayant une porte menant au grand air pourront ouvrir 11 mai dans la grande région de Montréal et le 4 mai ailleurs dans la province.

La date d’ouverture des centres commerciaux avec galeries marchandes n’a pas encore été communiquée par Québec.

Le CCCD ignore combien de magasins pourront profiter de cette autorisation. Mais « il y a plein de petits centres commerciaux en région qui n’ont pas de couloir à l’intérieur pour le transport des marchandises », souligne M. Belleau.

Une mesure de gros bon sens en faveur de certains détaillants. Bravo !

J'attends maintenant un miracle pour le secteur de la restauration. Il faut que Québec et Ottawa sauvent ce secteur ! Il y a trop d'emplois en jeu. Et de grâce, n'attendez pas au mois d'août ! Il sera trop tard.

Link to post
Share on other sites

Il ne s'agit pas d'être jovialiste. Mais on ne parle pas ici d'une crise systémique.

Oui, il y aura de la casse ! Oui, l'économie a été mise en pause pendant deux mois. Mais les fondamentaux étaient bon avant la crise.

Ce qui m'inquiète au Québec, ce sont les secteurs de la restauration, de l'hôtellerie, du tourisme, et les très petites entreprises. Il faut les sauver.

L'économie va retrouver des couleurs après quelques mois, une fois la pandémie derrière nous, j'en suis convaincu !

 

Link to post
Share on other sites

Faire de Montréal une immense terrasse

La pandémie bouscule les villes et les force à se réimaginer. L’équipe éditoriale vous propose une série épisodique qui vise à repenser Montréal en pleine crise sanitaire. Voici le premier texte.

Publié le 2 mai 2020 à 5h00

https://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/202005/01/01-5271801-faire-de-montreal-une-immense-terrasse.php

François Cardinal
La Presse

La ville ne pourra être la même cet été.

Pensez-y. Les trottoirs sont bien trop étroits pour les nombreux piétons et les files d’attente des commerces essentiels.

Les pistes cyclables sont insuffisantes pour accueillir tous ceux qui resteront en ville et voudront dépoussiérer leur vieille bécane.

Et les terrasses des bars et des restos sont trop petites pour respecter un semblant de distanciation physique.

Il faut donc repenser Montréal, et vite, pour que les citadins confinés en ville ne deviennent pas fous entre quatre murs cet été, pour qu’ils puissent sortir autant qu’ils le souhaitent pour faire tout ce qu’ils souhaitent… tout en respectant les fameux deux mètres !

Il faut, autrement dit, saisir l’occasion unique qui se présente à nous pour faire de la métropole un milieu de vie convivial qui nous aide collectivement à passer à travers un été qui s’annonce hors de l’ordinaire, c’est peu dire.

***

Déjà, un peu partout dans le monde, les villes se transforment pour s’ajuster à la pandémie.

De Paris à Vancouver en passant par Milan, Oakland et tant d’autres métropoles, on a choisi d’ouvrir les rues aux piétons et aux cyclistes.

Paris s’apprête à dévoiler un vaste plan de transport actif qui comprendra notamment la transformation de la prestigieuse rue de Rivoli en axe réservé aux piétons, aux vélos et aux autres modes de déplacement doux.

Vancouver a notamment fermé l’accès de Stanley Park, l’équivalent de notre mont Royal, aux voitures.

Milan a choisi de consacrer 35 km de voies routières au transport actif.

Et Oakland a transféré pas moins de 10 % de son réseau routier à ceux qui marchent et pédalent !

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

« C’est l’occasion de repenser la ville pour l’été… et, qui sait, peut-être pour la suite des choses », écrit François Cardinal.

À Montréal, où 36 rues ont déjà été adaptées pour accueillir plus de piétons à l’aide de corridors sanitaires, on travaille sur un plan qui vise aussi à ouvrir les rues de la ville aux marcheurs.

L’objectif est de déployer à partir de la mi-mai des corridors piétonniers : entre autres des rues partagées, des zones de rencontres et un réseau urbain reliant le mont Royal, le parc La Fontaine et le parc Maisonneuve.

***

Prometteur, tout ça !

Et si on allait plus loin encore à Montréal ? Et si on poussait plus loin les idées de Vancouver, de Milan et d’Oakland ?

Pourquoi ne pas profiter de la pandémie non seulement pour ouvrir les rues aux piétons… mais aussi aux commerçants, aux propriétaires de restaurants et aux tenanciers de bars ?

Pourquoi ne pas faire de Montréal une immense terrasse capable d’accueillir les citadins tout l’été pour se divertir, se nourrir, boire et s’amuser… tout en respectant la distanciation physique ?

Ça semble peut-être fou, dit comme ça. Mais pensez à ceci : il y aura cet été moins de voitures que jamais, car le déconfinement ne sera pas complet. Il y aura plus de piétons et de citadins à la recherche de lieux où consommer. Et il y aura des commerçants avides de profiter de cette manne en l’absence de touristes.

Ce serait une occasion unique de piétonniser les plus grandes artères de la ville et permettre aux terrasses d’envahir l’espace jusque dans la rue, un peu comme on le fait chaque année pour la foire commerciale de l’avenue du Mont-Royal. Si les commerces sont alors déconfinés, ils auront le choix d’accueillir les clients à l’intérieur ou à l’extérieur. Sinon, le service pourrait se faire dehors ou pour emporter.

On pourrait ainsi aménager Saint-Denis, Mont-Royal, Wellington, Sainte-Catherine Est et Sainte-Catherine Ouest, notamment, comme de vastes espaces publics apaisés que les voitures devront contourner. À la limite, on pourrait laisser passer les autobus où c’est essentiel.

On accorderait ainsi aux bars et aux restos les superficies nécessaires pour accueillir un grand nombre de clients. On compenserait la baisse du nombre de voitures qui circulent. Et on aménagerait ainsi des lieux invitants pour tous les Montréalais coincés dans la métropole cet été.

***

Cette voie, la capitale de la Lituanie, Vilnius, a justement choisi de la tester cet été.

Et pourquoi pas ? La pandémie est l’occasion ou jamais d’expérimenter une ville à échelle humaine, où la marche et le vélo permettent une communion entre les personnes qui partagent l’espace public*.

À Vilnius, on a ainsi entamé le déconfinement ces derniers jours en transformant le vieux quartier en une immense terrasse à ciel ouvert : les propriétaires de bars et de restos ont le droit d’installer leurs terrasses un peu partout, et ce, sans frais.

Mieux encore, la Ville a donné aux « anges gardiens » locaux, les employés du réseau de la santé, des coupons pour en profiter tout l’été.

L’objectif est simple : ramener la vie en ville en toute sécurité malgré la crise en cours. Une nouvelle normalité à inventer, autrement dit !

C’est l’occasion de profiter d’une baisse forcée de la motorisation ainsi que de la disparition des trajets pendulaires et des heures de pointe. C’est l’occasion d’aider les commerçants qui en arrachent ainsi que les citadins en manque d’activités.

Bref, c’est l’occasion de repenser la ville pour l’été… et, qui sait, peut-être pour la suite des choses.

* Si vous avez du temps ce week-end, l’excellent documentaire The Human Scale, que l’on trouve notamment sur iTunes et YouTube, montre les bienfaits d’une approche urbaine plus humaine.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



×
×
  • Create New...