Jump to content

Tours Hermitage à Paris


Normand Hamel
 Share

Recommended Posts

A la Défense, le projet de tours jumelles s’enlise

Le maire de Courbevoie a refusé de prolonger le permis de démolir les bâtiments existants à l’emplacement du projet des tours Hermitage. 

Par Isabelle Rey-Lefebvre

Les deux tours Hermitage, à la Défense, ne seront peut-être jamais édifiées, au grand dam de leur promoteur, l’homme d’affaires russe Emin Iskenderov. Jacques Kossowski, maire de Courbevoie (Hauts-de-Seine), pourtant soutien de la première heure, a, le 27 février, refusé une énième prolongation du permis de démolir de deux des bâtiments existants à cet emplacement.

Ce refus signe l’arrêt d’un projet pharaonique de 3 milliards d’euros, lancé en 2008 : deux tours culminant à 323 mètres et dépassant tous les autres bâtiments alentour – mais respectant la primauté de la tour Eiffel (324 mètres, antennes comprises) – comprenant des bureaux, un hôtel, des appartements de luxe, le tout dessiné par l’architecte britannique Norman Foster… Toutefois, son initiateur espère encore livrer une des deux tours à l’été 2024, lors des Jeux olympiques, et l’autre un an plus tard. « Nous avons toutes les autorisations nécessaires, purgées de tout recours, soutient M. Iskenderov, et n’avions demandé le prolongement de ce permis de démolir que par précaution. Les premiers travaux étaient bien entamés avant la date de péremption du permis, ce qui le prolonge de facto. »

Une affirmation que récuse Karim Larnaout, conseiller municipal écologiste de Courbevoie : « La période de grâce est terminée, ce projet perd son dernier soutien avec le refus de Jacques Kossowski », estime cet opposant au projet. Pour les tours Hermitage, c’est un coup dur, d’autant plus dur que l’Etablissement public Paris-La Défense, aménageur des lieux, prend aussi ses distances : « Le protocole d’accord avec le promoteur est éteint », confirme cet organisme, en précisant que M. Iskenderov « n’a jamais versé le moindre centime » pour acheter les droits à construire et qu’il lui est désormais réclamé 30 millions d’euros à titre de compensation pour l’immobilisation des terrains pendant plus de dix ans. « L’accord signé avec l’aménageur est valable jusqu’en juin 2020, rétorque Emin Iskenderov. J’ai adressé, le 19 février, une mise en demeure à tous les administrateurs de l’Etablissement public et je leur réclame, en cas de rupture unilatérale, des dommages et intérêts de 1,031 milliard d’euros. »

Lire la suite derrière le paywall:

https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/03/03/a-la-defense-le-projet-de-tours-jumelles-s-enlise_6031647_3224.html

1- dffc41c8beb7adbd18062ccadca87096.jpg

2- 07.jpg

3- hermitage_plaza_dans_le_ciel_admin.jpg

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 6 months later...

Il y a eu confirmation le 18 septembre dernier de l'expulsion de tous les résidents

L'immeuble est donc vide et la démolition a débuté

Reste le financement à confirmer par Iskenderov. Désormais, la balle est dans son camps, à lui de transformer l'essai.

 

 

hermitage-plaza.jpg

Link to comment
Share on other sites

Tu as des images de l'immeuble qui sera démoli ?  

Mais si ce sont des tours à bureaux je doute que ça soit viable à court terme à cause du contexte actuel. 

Link to comment
Share on other sites

Les unités sont essentiellement des appartements de luxe exactement comme on en propose souvent à Toronto et Montreal (genre VSLP). C'est une première en France car le pays n'est pas habitué à ce genre d'investissement en condomiums hauts de gamme et encore moins destinés à une clientèle étrangère. Ici selon toute vraisemblance la cible sera l'oligarchie Russe / d'Europe de l'Est... ceci explique sans doute pourquoi ce dossier est si périlleux/délicat... Les Fançais ne sont pas prêts comme les Vancouverites à prendre le risque de se retrouver avec des tours à plus de 40% vide en période de cycle économique défavorable... cela enclencherait une révolution... mais l'avénement de l'ère AirBnb semble avoir changé les choses... encore que ça aussi c'est assez mal perçu niveau fiscalité vs ceux des hoteliers

Pour ce qui est de la démolition, elle a débuté par l'annexe Bretagne des bâtiments des Damiers
La dernière résidente récalcitrante était une roumaine qui a refusé plus de 10 propositions de relogement et qui au 18 sep a du accepter une des 3 dernières propositions restantes. A présent, elle quitte la dernière annexe occupée, i.e. celle d'Anjou. Bretagne a été complètement démolie. Le désamiantage d'Anjou peut donc commencer

 

 

h01.JPG

h22.JPG

h0.JPG

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
  • 1 month later...

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value