Jump to content

Économie mondiale


Normand Hamel

Recommended Posts

Pour se faire une "idée" (opinion)  minimalement éclairée de l'état de l'économie mondiale,  il est nécessaire d'étendre "l'enquête" bien au-delà des agissements de la FED.  Ce qui est rapporté (et interprété) concernant ces agissements n'est qu'un reflet des conditions financières qui prévalent aux USA (et indirectement, j'y viendrai, dans le reste du monde).  

Mais avant de suivre la filière financière, je préférerais rassembler des données et des analyses de tendances dans l'économie "réelle" des principaux autres acteurs économiques sur la planète.  Ce serait un travail colossal, approprié pour des équipes d'experts chevronnés, pas pour un simple individu.  Dans ce dernier cas, il  lui faut s'en remettre à des données trop globales et à des sommaires d'analyses, qui ont par contre le défaut de comporter potentiellement un biais causé par les intérêts défendus par les auteurs-- les analyses franchement "objectives" sont rarissimes. 

Dans la montagne de données disponibles, je retiens d'abord l'évolution observée (et assez prévisible) des mouvements de capitaux à partir des principaux pays qui ont enregistré pendant longtemps d'importants surplus de leur balance des comptes courants -- balance commerciale des biens et des services + balance des transferts courants + balance des revenus (dividendes, intérêts, salaires).  Ces surplus ont pû être  transférés dans les pays qui enregistraient un déficit de leur compte courant  --ce qui inclut les USA.  Or je prévois (et ce serait déjà commencé) que les surplus du premier groupe de pays iront en diminuant, et pourront même se transformer, à terme, en déficit. Pourquoi? Une réponse courte (et incomplète) ferait référence 1) au vieillissement de la population,  2) aux embuches qui se multiplient à l'encontre du commerce international; et 3) pour les pays exportateurs de pétrole en particulier, l'effet combiné des demandes internes accrues et de la baisse (au moins relative) du prix du pétrole.  (Pour les deux premiers points, je pourrai élaborer dans un message ultérieur).

Bénéficiant encore d'une trajectoire démographique positive (et bien meilleure que celle de ses principaux concurrents), les USA devraient "normalement" profiter d'une croissance économique respectable pour un bon bout de temps.  Les interventions de la FED visent à maintenir les conditions favorables des dernières années. Mais son travail est de plus en plus compliqué, parce que l'économie s'est habituée à des taux d'intérêt très bas,  parce que les niveaux d'endettement sont extrêmement élevés (infiniment plus qu'à l'époque où Paul Voelker sous Ronald Reagan avait décidé d'une hausse brusque des taux), et parce que l'environnement mondial est truffé de courants et de contre-courants difficiles à prévoir (quant à leurs effets globaux) et encore moins à "maîtriser".  Ce que je ne parviens pas encore à déceler, c'est l'importance qu'accorde la FED à la pérennité du système, par opposition à l'atteinte d'objectifs visibles comme le plein emploi et la stabilité des prix.  

Link to comment
Share on other sites

Le modèle néo-libéral idéologique qui continue de s'égrener. Les grands bonzes n'ont rien compris du warning de 2008. Et les É-U qui se creusent un déficit monstrueux (et inutile car gaspillé en cadeaux pour une minorité d'ultra-riches et non en filet social protecteur) qui les privera de toute marge de manoeuvre quand ça tombera.

Ça va être dur.....

  • Like 3
Link to comment
Share on other sites

  • Administrator

Voici une séries de facteurs/réponses. 
 

Follow the money
Why the repo market went awry…

…and how the Fed should fix it

Finance and economicsNov 2nd 2019 edition

Nov 2nd 2019

NEW YORK

On september 17th, for the first time in a decade, the Federal Reserve intervened in the overnight repurchase, or “repo” market, where banks and hedge funds get short-term funding by swapping $1trn-2trn of Treasuries for cash each day. After the repo rate rose to 10%, the federal-funds rate, at which banks can borrow from each other, climbed above the Fed’s target (see chart). The Fed swooped in, offering $75bn-worth of overnight funding, and both rates came back down. But it has had to keep lending to stop them rising again. During October it said it would lend for longer periods, increased its limit on overnight repo operations to at least $120bn and started buying short-dated Treasuries directly, at a pace of $60bn per month.

The turmoil indicated an unexpected shortage of liquidity in the financial system. Before the financial crisis the Fed had controlled the federal-funds rate using a “corridor”, with a ceiling and floor. Banks could borrow at the ceiling rate, but the floor rate was zero, meaning cash held at the Fed earned nothing. To keep interest rates on-target the Fed used “open-market” operations, swapping Treasuries and cash.

The crisis changed everything. The Fed added investment funds and securities dealers to the list of approved borrowers in the repo market and, using quantitative easing (qe), bought vast quantities of long-dated Treasury bonds. Its balance-sheet ballooned to $4.5trn. Holders of Treasuries, mostly banks, ended up with cash mountains. To keep market interest rates on target, the Fed raised the floor rate. The ceiling became redundant, as did repo-market operations. Regulations intended to avoid another bail-out forced banks to hold more cash and safe liquid assets, such as Treasuries. 

Under the old system, if commercial banks were short of cash the quantity they sought on the repo market would rise. When cash became superabundant the Fed lost any insight into banks’ thinking about how much cash they needed to hold. Now the repo-market turmoil has given an answer—and it is far higher than the Fed expected. Collectively, America’s commercial banks now hold $1.3trn of cash.

Even that does not seem to be enough. Demand for cash grows with the economy. And demand from the government is growing particularly fast because of the fiscal deficit, which will reach $1trn next year, 4.7% of gdp. The Treasury is therefore issuing lots more bills and bonds, which financial firms and investors purchase with cash. But buyers are becoming scarcer, especially foreign ones. High policy rates in America have pushed up hedging costs, deterring European and Japanese pension funds from buying Treasuries. Since 2017 the share of Treasuries held by foreigners has fallen from 40% to 35%. 

That has left more for American buyers to mop up. “Primary dealers”—banks authorised to deal Treasuries directly with the government—bear the brunt of these market forces. Their holdings of Treasuries have ballooned. In 2017 they held $200bn-worth of Treasuries outright, and financed positions worth an additional $1.5trn in the repo market. By September this year these figures had risen to $250bn and $2trn respectively. When repo rates spiked in September it was because primary dealers could not borrow enough cash to cover their positions. Commercial banks will usually lend as much cash as primary dealers need, but as their cash piles dwindled they grew more reluctant to do so.

Three ways to avert another repo-market meltdown are being discussed. Post-crisis regulations concerning banks’ cash holdings could be tweaked. The Fed could commit to continuing repo operations. Or it could buy short-dated Treasuries outright. All are politically contentious.

Some bankers say they hold more cash than legally required because they fear that miscalculating and having to borrow from the Fed would damage their reputations. Steven Mnuchin, the treasury secretary, has said it might be possible to change the rules in such a way as to increase liquidity without increasing risk. But any change would draw heavy political crossfire. On October 18th Elizabeth Warren, a leading contender for the 2020 Democratic presidential nomination, wrote to Mr Mnuchin urging him not to relax the rules.

Before the crisis, large-scale lending by the Fed in the repo market caused little concern. But now that more lightly regulated institutions, such as investment funds, can borrow too, repo-market operations are bound to attract more scrutiny. For this reason, among others, the Fed wants them to be the exception, not the rule. It has already accepted that it will have to start increasing its balance-sheet again, by buying $60bn-worth of short-dated Treasuries per month. Critics (wrongly) claim this is qe by stealth. But the Fed had hoped to see the balance-sheet shrink further, to give it room for manoeuvre in any future crisis.

The repo market’s wobbles have revealed not only banks’ huge appetite for cash, but the unforeseen consequences of post-crisis prudential regulation. Those wobbles, and the Fed’s reaction, do not necessarily indicate that America’s financial system is imperilled. That the Fed was blindsided is far more worrying. ■

 

https://www.economist.com/finance-and-economics/2019/11/02/why-the-repo-market-went-awry

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, mtlurb a dit :

When repo rates spiked in September it was because primary dealers could not borrow enough cash to cover their positions.

C'est ce qui s'est produit en 2008...

Il y a 3 heures, mtlurb a dit :

Those wobbles, and the Fed’s reaction, do not necessarily indicate that America’s financial system is imperilled.

Mais non, il n'y a pas de quoi s'inquiéter. Tout va bien Madame la Marquise. Tout va très bien...

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Too big to fail ? Je pense que la FED fera juste n'importe quoi pour éviter un deuxième 2008. Selon moi, le système est maintenu en vie artificiellement (et on le voit avec les rendements qui sont quasi égaux à l'inflation sur les marchés, il n'y a que la valeurs refuges qui semblent intéressantes en ce moment). Les banques centrales n'ont plus de marge de manoeuvre sur les taux d'intérêts et le gouvernement a laissé les ménages s'endetté jusque par dessus la tête. Yet, c'est cet endettement à outrance qui finance la croissance économique du pays qui est si chère à Trump et tous les politiciens en général.

Le chien court après sa queue.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, monctezuma a dit :

Yet, c'est cet endettement à outrance qui finance la croissance économique du pays qui est si chère à Trump et tous les politiciens en général.

Lorsque l'on parle de croissance économique on parle d'abord et avant tout de croissance de la dette, qu'elle soit des particuliers, des entreprises ou des gouvernements. C'est que tout le système capitaliste est basé sur l'endettement, car sans endettement il n'y a tout simplement pas de croissance.

Le problème c'est que les niveaux d'endettement actuels, que ce soit celle des ménages, des entreprises, ou des divers paliers de gouvernement, ont atteint des sommets sans précédent dans l'histoire et cela menace l'économie car la moindre hausse des taux d'intérêt risque de nous faire basculer dans une récession majeure.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrator

Un autre angle qu’il ne faut pas négliger est que le marché boursier américain explose puisqu’en parti les investisseurs des autres pays du monde préfèrent la sécurité (relative) du marché américain. Même au Canada je voyais une statistique que les épargnants investissements des montants records aux usa. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 44 minutes, mtlurb a dit :

Un autre angle qu’il ne faut pas négliger est que le marché boursier américain explose puisqu’en parti les investisseurs des autres pays du monde préfèrent la sécurité (relative) du marché américain.

Ils ne viennent pas pour la sécurité autant que pour le rendement car les taux d'intérêt, en Europe en particulier, sont négatifs. Cela force les assureurs et les gestionnaires de fonds de pension à prendre de plus en plus de risques car les obligations, qui sont beaucoup plus sécuritaires, n'offrent pas des rendements  suffisants. Le risque est que cela pourrait créer une bulle spéculative.

Si la crise de 2008 venait des subprimes la prochaine pourrait donc venir des taux d'intérêts négatifs. Ce qui est paradoxal car ce que nous redoutons le plus présentement c'est une hausse des taux qui pourrait engendrer un effondrement de l'économie. C'est que les taux bas actuels, voire négatifs dans certains pays, ont créé un grand nombre de sociétés zombies car des taux d'intérêts bas leur permet de rester en vie alors qu'elles auraient normalement dû disparaître.

Si on ajoute à cela l'écart grandissant entre l'économie réelle et l'économie spéculative, cette dernière étant infiniment plus importante que la première, on a tous les ingrédients de la tempête parfaite: bulle spéculative sur les marchés, sociétés zombies maintenues en vie artificiellement et l'immense casino que sont devenus les fonds d'investissement. On peut également ajouter à cela la finance de l'ombre (shadow banking) où on ne sait pas trop trop ce qui se passe. Lorsqu'il y a autant d'ingrédients volatils dans l'air il s'agit d'avoir la bonne concentration et une petite étincelle pour que tout explose.  

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, mtlurb a dit :

Un autre angle qu’il ne faut pas négliger est que le marché boursier américain explose puisqu’en parti les investisseurs des autres pays du monde préfèrent la sécurité (relative) du marché américain. Même au Canada je voyais une statistique que les épargnants investissements des montants records aux usa. 

80% de mon portefeuille est en fonds boursiers americain.  Avant c'était le contraire majoritairement canadien. 

Le point fort du marché americain c'est qu'il est tres varié.

La bourse canadienne est concentré sur les banques et les ressources. 

Aussi l'avantage que les USA ont est que meme si ils ont une dette collosale leur monnaie ne se dêvalue pas car le $ us c'est la monnaie de réference. 

Si la monnaie de reference était l'euro ou le renmibi (yuan) ca serait différent. Le Dollar americain serait une monnaie dévalué alors on verrait  une inflation galopante + hausse des taux d interets. On peut le voir par exemple avec l'argentine. 

Autre chose la dette est interieur ou exterieur? 

Le japon a une grosse dette mais elle est intérieur. Pas la meme chose pour la grece ou l argentine. 

Visualpolitik explique bien ca. 

 

 

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • Administrator
Il y a 1 heure, Normand Hamel a dit :

Ils ne viennent pas pour la sécurité autant que pour le rendement car les taux d'intérêt, en Europe en particulier, sont négatifs. Cela force les assureurs et les gestionnaires de fonds de pension à prendre de plus en plus de risques car les obligations, qui sont beaucoup plus sécuritaires, n'offrent pas des rendements  suffisants. Le risque est que cela pourrait créer une bulle spéculative.

Ce n’est pas seulement une question de taux obligataire. L’Europe en entier a rien de pareille aux google, Apple, Amazon, et autres titans purement américains qui ont générées des trillions en nouvelle richesse. 

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...