Jump to content

Économie de Montréal


Normand Hamel

Recommended Posts

Laval a probablement donné le terrain à Moderna pour des peanuts. Choix facile pour la multinationale. En plus, j'imagine que le taux de taxation est beaucoup plus bas. Bref, une décision d'affaire.

Link to comment
Share on other sites

il y a 10 minutes, Rocco a dit :

Laval a probablement donné le terrain à Moderna pour des peanuts.

Je cite l'article du Devoir partagé à la page précédente:

Le terrain du parc de biotechnologie de Laval où souhaite s’installer Moderna lui a été cédé par l’Institut national de la recherche scientifique (INRS).

Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, ToxiK a dit :

Je ne crois pas que Moderna se serait installé dans l'est de Montréal même s'il y avait eu un terrain de disponible maintenant, le site de Laval est un bien meilleur "fit" à tous les niveaux.

Je partage entièrement ton avis.

Il y a 6 heures, Rocco a dit :

Voilà tout s'explique. Easy choice quand on te donne kek chose gratis.

Pas vraiment.  L'offre d'un terrain gratuit à Chibougamau par exemple n'aurait eu aucun effet.   Quant à l'Est de Montréal, même quand il disposera d'une bonne quantité de terrains décontaminés et prêts à construire, il ne sera jamais attractif pour des activités prestigieuses associées notamment à la santé.  Ça tient à l'environnement général, ainsi qu'au bassin de main-d'oeuvre à proximité.  A chacun sa grappe.  L'Est de Montréal a la sienne, fondée sur la proximité du port et des industries connexes: c'est déjà beaucoup.  

Supposons un instant qu'un terrain décontaminé avait été immédiatement disponible dans l'Est de Montréal, et que  Québec avait indiqué à Moderna que c'était l'unique option permettant l'octroi d'une aide publique, je crois que Moderna aurait décliné l'offre et se serait plutôt établi dans la région de Toronto. 

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Immobilier industriel

La montréalaise Brasswater acquiert un portefeuille de 100 millions

La société Brasswater, en partenariat avec Vista Properties, a acquis d’une société privée un portefeuille industriel de 23 bâtiments, à Montréal.

Les bâtiments totalisent 55 000 m2 (588 000 pieds carrés) de surface locative et sont loués à 99 % à 166 locataires.

 Après la vente d’actifs industriels de Cominar à Blackstone en mars dernier, cette transaction, d’une valeur de 100 millions de dollars, est l’une des plus importantes de l’année dans le marché industriel de Montréal, tant en termes de surface locative brute que de prix d’achat total, soutiennent les acquéreurs dans un communiqué.
Dix-sept des propriétés sont situées dans l’arrondissement de Saint-Laurent, regroupées le long des rues Bégin, Guénette et Thimens. Le reste du portefeuille est situé à LaSalle, rues Lapierre et Clément. 

Le vendeur est la société DHP, dirigée par Denis Paquin.

Les bâtiments datent d’une cinquantaine d’années avec des plafonds à environ 6 mètres (20 pieds), ce qui est plutôt bas par rapport aux normes actuelles. Ils offrent des locaux d’un minimum de 2500 pieds carrés, ce qui est idéal pour de jeunes et de petites entreprises.

Il n’est pas question de démolir les vieux bâtiments pour en construire des nouveaux d’un volume plus imposant, comme on voit à l’occasion, a assuré Ian Quint, président de Brasswater.

Ce sont des actifs irremplaçables. Les emplacements sont inégalés, et les propriétés de petite taille de cette nature ont un coût de construction prohibitif, surtout dans un quartier comme Saint-Laurent. Presque toutes les nouvelles constructions industrielles à Montréal proposent une superficie de 9200 mètres carrés (100 000 pieds carrés) et plus. - Ian Quin, président de Brasswater

Il entend plutôt rénover la façade de certains d’entre eux et d’augmenter les budgets alloués à l’entretien d’actifs.

Le contexte est favorable aux hausses de loyer dans le secteur industriel. En raison de la rareté de l’offre, le taux de disponibilité des locaux est au plancher et les loyers sont à la hausse. De nouveaux propriétaires actifs au Québec sont particulièrement incisifs dans les hausses de loyer auprès des PME, comme le rapportait La Presse vendredi. Opportuniste, Brasswater ne se gênera pas pour leur emboîter le pas.

Comme la plupart des baux en vigueur dans le portefeuille nouvellement acquis exigent un taux de loyer en bas du loyer marchand, le but de Brasswater est de signer au fur et à mesure des baux ou des renouvellements au prix courant. Il demande 15 $ du pied carré, plus les frais et les taxes pour un bail d’une durée de 5 ans, a-t-il expliqué dans un entretien téléphonique. Les nouveaux baux contiennent des clauses d’augmentation automatique des loyers une fois l’an de l’ordre d’environ 3 à 4 % par an.

Lire la suite ici:

https://www.lapresse.ca/affaires/marche-immobilier/2022-08-13/immobilier-industriel/la-montrealaise-brasswater-acquiert-un-portefeuille-de-100-millions.php

07ae85a9fe473b12afb6f041203264cd.png

Link to comment
Share on other sites

il y a 44 minutes, Normand Hamel a dit :

Immobilier industriel

La montréalaise Brasswater acquiert un portefeuille de 100 millions

La société Brasswater, en partenariat avec Vista Properties, a acquis d’une société privée un portefeuille industriel de 23 bâtiments, à Montréal.

Les bâtiments totalisent 55 000 m2 (588 000 pieds carrés) de surface locative et sont loués à 99 % à 166 locataires.

 Après la vente d’actifs industriels de Cominar à Blackstone en mars dernier, cette transaction, d’une valeur de 100 millions de dollars, est l’une des plus importantes de l’année dans le marché industriel de Montréal, tant en termes de surface locative brute que de prix d’achat total, soutiennent les acquéreurs dans un communiqué.
Dix-sept des propriétés sont situées dans l’arrondissement de Saint-Laurent, regroupées le long des rues Bégin, Guénette et Thimens. Le reste du portefeuille est situé à LaSalle, rues Lapierre et Clément. 

Le vendeur est la société DHP, dirigée par Denis Paquin.

Les bâtiments datent d’une cinquantaine d’années avec des plafonds à environ 6 mètres (20 pieds), ce qui est plutôt bas par rapport aux normes actuelles. Ils offrent des locaux d’un minimum de 2500 pieds carrés, ce qui est idéal pour de jeunes et de petites entreprises.

Il n’est pas question de démolir les vieux bâtiments pour en construire des nouveaux d’un volume plus imposant, comme on voit à l’occasion, a assuré Ian Quint, président de Brasswater.

Ce sont des actifs irremplaçables. Les emplacements sont inégalés, et les propriétés de petite taille de cette nature ont un coût de construction prohibitif, surtout dans un quartier comme Saint-Laurent. Presque toutes les nouvelles constructions industrielles à Montréal proposent une superficie de 9200 mètres carrés (100 000 pieds carrés) et plus. - Ian Quin, président de Brasswater

Il entend plutôt rénover la façade de certains d’entre eux et d’augmenter les budgets alloués à l’entretien d’actifs.

Le contexte est favorable aux hausses de loyer dans le secteur industriel. En raison de la rareté de l’offre, le taux de disponibilité des locaux est au plancher et les loyers sont à la hausse. De nouveaux propriétaires actifs au Québec sont particulièrement incisifs dans les hausses de loyer auprès des PME, comme le rapportait La Presse vendredi. Opportuniste, Brasswater ne se gênera pas pour leur emboîter le pas.

Comme la plupart des baux en vigueur dans le portefeuille nouvellement acquis exigent un taux de loyer en bas du loyer marchand, le but de Brasswater est de signer au fur et à mesure des baux ou des renouvellements au prix courant. Il demande 15 $ du pied carré, plus les frais et les taxes pour un bail d’une durée de 5 ans, a-t-il expliqué dans un entretien téléphonique. Les nouveaux baux contiennent des clauses d’augmentation automatique des loyers une fois l’an de l’ordre d’environ 3 à 4 % par an.

Lire la suite ici:

https://www.lapresse.ca/affaires/marche-immobilier/2022-08-13/immobilier-industriel/la-montrealaise-brasswater-acquiert-un-portefeuille-de-100-millions.php

07ae85a9fe473b12afb6f041203264cd.png

La hausse de prix me semble plus élevée que dans le secteur résidentiel.  Causes possibles selon moi:

- absence de contrôle des loyers;  

- rareré plus grande que pour l'habitation, en raison d'une pénurie de terrains constructibles dans les parcs industriels  -- les municipalités ayant préféré zoner ou rezoner en faveur du résidentiel;

- bond de la demande pour des locaux industriels (y compris l'entreposage).

Link to comment
Share on other sites

à l’instant, Né entre les rapides a dit :

La hausse de prix me semble plus élevée que dans le secteur résidentiel.  Causes possibles selon moi:

- absence de contrôle des loyers;  

- rareré plus grande que pour l'habitation, en raison d'une pénurie de terrains constructibles dans les parcs industriels  -- les municipalités ayant préféré zoner ou rezoner en faveur du résidentiel;

- bond de la demande pour des locaux industriels (y compris l'entreposage).

La raison semble-t-il serait que les Américains sont entrés dans la marché montréalais récemment et auraient relevé les prix des loyers.

Link to comment
Share on other sites

18 hours ago, Normand Hamel said:

La raison semble-t-il serait que les Américains sont entrés dans la marché montréalais récemment et auraient relevé les prix des loyers.

Cominar a un building sur cote de liesse et 32 ieme avenue a moitié vide depuis des années. 

Question transport le secteur industriel vraiment dans une poussée est vaudreuil - coteau du lac. Beaucoup de compagnie de transport s'établisse là. 

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...