Normand Hamel

Économie de Montréal

Recommended Posts

Il y a 3 heures, Wave Arts a dit :

Est-ce que c'est réellement un bon indicateur de la volonté des entreprises de s'établir le % de personnes travaillant dans le domaine?

Excellente question sur laquelle je me suis déjà penché quand il s'agissait d'un autre secteur/domaine.  

Dans tous les cas, je pense que le pourcentage est un indicateur fallacieux.  A un nombre (quantité) donné pour un secteur, il suffit que l'ensemble des autres secteurs soit comparativement faible pour hausser le pourcentage attribué au secteur qu'on met en exergue (met en évidence).  A l'inverse, une ville à l'économie très diversifiée aura en contrepartie, par définition, un pourcentage relativement réduit attribuable à un secteur spécifique.

Les Soviétiques (donc du temps de l'URSS) étaient très friands de l'usage de statistiques trompeuses.  Par exemple, dans une de leurs publications destinées au public international (donc multilingue, dont le français), on pouvait lire que la Biélorussie (Belarus), une petite république dans l'Union, )produisait plus de machines-outils per capita que les USA.  Une autre "technique" consistait à souligner la progression (en pourcentage)  de la production d'un bien quelconque au fil des ans, en omettant de spécifier que le niveau à l'année de base était particulièrement faible. 

Les nombres absolus donnent une image plus fidèle de la situation.  Cela n'empêche pas de faire mention des pourcentages, mais seulement en complément d'information.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, Né entre les rapides a dit :

Excellente question sur laquelle je me suis déjà penché quand il s'agissait d'un autre secteur/domaine.  

Dans tous les cas, je pense que le pourcentage est un indicateur fallacieux.  A un nombre (quantité) donné pour un secteur, il suffit que l'ensemble des autres secteurs soit comparativement faible pour hausser le pourcentage attribué au secteur qu'on met en exergue (met en évidence).  A l'inverse, une ville à l'économie très diversifiée aura en contrepartie, par définition, un pourcentage relativement réduit attribuable à un secteur spécifique.

Les Soviétiques (donc du temps de l'URSS) étaient très friands de l'usage de statistiques trompeuses.  Par exemple, dans une de leurs publications destinées au public international (donc multilingue, dont le français), on pouvait lire que la Biélorussie (Belarus), une petite république dans l'Union, )produisait plus de machines-outils per capita que les USA.  Une autre "technique" consistait à souligner la progression (en pourcentage)  de la production d'un bien quelconque au fil des ans, en omettant de spécifier que le niveau à l'année de base était particulièrement faible. 

Les nombres absolus donnent une image plus fidèle de la situation.  Cela n'empêche pas de faire mention des pourcentages, mais seulement en complément d'information.

Donc, l'article dit dla sauce?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2020-07-30 à 22:43, Né entre les rapides a dit :

Si les grandes banques (et d'autres établissements afférents) sont capables de tenir le coup (maintenir leurs principales activités) aussi longtemps, avec une majorité d'employés actifs en télé-travail, je ne vois guère pourquoi un retour intégral au centre-ville en juillet 2021 ou après serait pertinent.  Il est inévitable que les commerces qui dépendent principalement de cette clientèle (travailleurs au centre-ville) seront gravement affectés, très possiblement d'une façon durable. 

Pour ceux qui s'intéressent spécialement à l'allure du centre-ville dans l'après: il sera encore très "vivant", fort probablement avec moins d'employés, et moins de commerces qui s'adressent à eux, mais plus de résidents et plus d'activités qui leur sont destinées en premier lieu.  L'espace dans les tours à bureau sera  utilisé moins intensivement/densément, de telle sorte que la diminution du nombre d'employés n'entraînera pas nécessairement un surplus d'espace.  Si certains édifices abritant des bureaux se prêtent mal à un réaménagement,  des usages alternatifs pourraient être trouvés.  On peut concevoir un scénario semblable pour les espaces commerciaux.  Dans tous les cas, le fardeau des taxes foncières devrait être diminué  pour refléter la baisse prévisible des valeurs foncières: il faudrait que les villes réagissent rapidement, pour éviter un exode pur et simple causé par des taxes devenues irréalistes.   

Il y aura très certainement un retour du balancier par rapport au télé-travail. C'est super bien la flexibilité que ça offre, mais il y a des limites, et beaucoup de gens qui aiment aller au bureau. Il va toujours rester des grands bureaux au centre-ville. Pensons juste aux grandes banques, aux firmes comptables, aux cabinets d'avocats, etc. L'impact risque d'être qu'ils vont réduire leur footprint quand ils renégocieront leur baux. 

L'impact de ça au pire sera une augmentation de l'offre et une réduction des prix au pied carré... Les règles de l'économie nous disent que généralement ça s'équilibre, et on se retrouvera juste avec plus d'entreprises dans ces tours à bureaux... N'oublions pas que le centre-ville est le pôle d'emploi le plus accessible dans le Grand Montréal, et qu'il dispose de plusieurs atouts de taille pour attirer des entreprises. 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now