SupremeMTL

Montreal's focus for the 2020's

Montreal's focus for the 2020's  

85 members have voted

  1. 1. What do you think should be the city of Montreal's primary focus in the coming decade?

    • Traffic Reduction
      2
    • Public Transit Expansion
      60
    • Highway Expansion / Construction
      1
    • Finding a solution for unused projects/ buildings (Olympic Stadium, Mirabel Airport, Hippodrome, Silo #5)
      9
    • Adding more parks / green spaces
      6
    • Building more bridges / tunnels between Montreal - Laval - North Shore - South Shore
      4
    • Helping the homeless / Reducing Homelessness
      0
    • Something else not mentioned here
      2
    • I don't care
      1


Recommended Posts

Il y a 2 heures, vanylapep a dit :

Edit : Je pense que tout le monde ici veut la même chose non? Plus de TC moins de voitures.

C'est l’œuf ou la poule.  La meilleure solution pour réduire le traffic est d'augmenter l'offre de TEC et donner des options aux personnes pour se déplacer.  Le problème est qu'il y a plus de voitures que de place pour qu'elles passent.  On peut toujours améliorer la fluidité avec des systèmes de feux de circulations intelligents par exemple, ou en s'attaquant à des goulots d'étranglement spécifiques, mais au final il faut augmenter l'offre de TEC et le faire correctement (pas seulement de façon cosmétique ou en nuisant aux automobilistes en espérant que ceux-ci utilisent des TEC inadéquats).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Interdire les voitures ayant qu'un seul passager sur les principaux de Montréal durant les heures de pointe serait- elle une solution viable pour réduire le traffic et al pollution? Par exemple sur Samuel de Champlain, Jacques-Cartier et le tunnel on interdit les autos ayant qu'un seul passager mais on les laisse sur Victoria et Mercier, et ce de 6h00 à 9h00 et de 16h00 à 19h00.  Ca ferait pas mal de pas contents mais c'est fâchant d'être dans le traffic sur Champlain et voir plus de la moitié des voitures ayant qu'un passager 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, mtlurb a dit :

Le provincial devrait mettre une règle, une voie réservée devrait garantir un niveau de service aux 5 minutes au plus. Quelque soit la ligne. Ça forcerais les agences de transports à rehausser leur service ou bien seulement réduire les plages horaire des voies réservées ou simplement les abolir. 

Une règle de ce genre (i.e. pas nécessairement exactement dans ces termes) mérite d'être prise en considération.  Toutefois, je ne vois pas pourquoi il faudrait s'en remettre à Dieu-le-Père-le-gouvernement provincial pour l'instaurer.

Il y a 3 heures, vanylapep a dit :

Edit : Je pense que tout le monde ici veut la même chose non? Plus de TC moins de voitures.

Ce que je souhaite, ce sont des déplacements plus rapides, plus agréables, moins polluants et plus respectueux des quartiers traversés.   Les remarques suivantes s'imposent, pour guider le choix des prochains investissements.

- On n'a pas besoins d'inciter "les gens" à prendre le TEC:  ils sont déjà tellement nombreux à le faire que la capacité est dépassée (les sardines).  Il faut absolument augmenter l'offre si on veut que la fréquentation puisse s'accroître.

- En ce qui a trait aux déplacements en voiture personnelle, des distinctions s'imposent. 1)  Des déplacements pendulaires (matin et soir) entre la périphérie et le centre devraient de préférence être effectués par TEC.  2) Des déplacements nombreux au cours d'une même journée (par exemple pour certains prestataires de services) vers des destinations diverses et souvent éloignées les unes des autres sont malaisées en TEC à moins que le maillage du réseau soit tissé très serré, ce qui est impossible dans des secteurs peu denses.  3) Des déplacements même pendulaires à partir de points d'origine peu denses vers des destinations elles aussi dispersées sont difficiles (et coûteux) à assurer par TEC avec une fréquence adéquate.  

- Quand on observe les problèmes de congestion routière à Montréal et sa région, on voit (ou on découvre!!!) qu'ils ne se limitent pas au centre-ville et aux quartiers centraux.  Ces problèmes sont aussi cause de pollution de de gaspillage de ressources: ils doivent être résolus, sans que "la solution" n'empire les problèmes du centre, i.e. ils ne doivent pas "faciliter" l'accès au centre en voiture particulière.

Prescriptions générales:

- Accroître la capacité de TEC sur les axes conduisant au centre-ville (et plus généralement les autres destinations majeures dans la ville).  Dans plusieurs cas, ça veut dire du TEC "lourd" (métro, REM).

- Accroître le coût du stationnement au centre-ville.  Conserver cette option pour ceux qui en ont absolument besoin, ou pour qui le coût supplémentaire est marginal (mais qui seront disposés à payer davantage pour ce qui est véritablement un privilège).  Pas question par ailleurs d'accroître la capacité routière au centre.  Celle-ci pourra même être diminuée quand et si le flux de véhicules se trouve réduit suite à l'application des mesures précédentes et suivantes.

- Améliorer le maillage du réseau routier en périphérie  --diminuer la dépendance excessive sur quelques liens autoroutiers qui avaient originellement une fonction de desserte interrégionale/interprovinciale mais qui ont été "transformés" de facto en artères urbaines principales.

- Favoriser (notamment par des amendements au zonage et  par des plans d'aménagement de quartiers) un rapprochement physique entre les lieux de résidence et les destinations fréquentes (travail, études, santé, loisirs).  Moins de besoins de déplacements motorisés doit faire partie de la solution.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By felixinx
      À compter du 25 mars 2019, l'horaire des trains exo5 et exo6 sera modifié pour permettre la construction du REM dans le tunnel du Mont-Royal. La voie sera alors simple de la jonction de l'est jusque dans le tunnel (j'imagine à la Gare Centrale car je ne pense pas qu'il y a d'autres aiguillages dans le tunnel).
      Plus de détails : https://exo.quebec/fr/service-clientele/avis#36294469 - https://rem.info/fr/actualites/ligne-deux-montagnes-hiver-2019
      exo5 - Modification 6 départs exo6 - Modification de presque tous les départs exo6 - Annulation d'un départ direction Montréal en PM exo6 - Vendredi - Annulation d'un départ supplémentaire direction Montréal en PM, annulation d'un départ en PM vers Deux-Montagnes. exo6 - Changement des numéros des trains
      Les gares Mont-Royal et Canora deviendront une seule gare, entre les deux! Les trains rouleront aussi sur la voie qui était enfouie, du côte ouest, pour permettre la construction du côté est.
      Les mesures d'atténuations de janvier 2020 seront annoncés bientôt.
    • By nephersir7
      Il semble que depuis la fin 2014, Montréal est en train d'explorer la possibilité de recouvrir l'autoroute Décarie dans le secteur Namur/De la Savane. Il y aurait au moins 2 hypothèses à l'étude. L'étendue de ce potentiel recouvrement n'est pas mentionnée.
       
       
      http://www.seao.ca/OpportunityPublication/ConsulterAvis/DuJour?ItemId=1a3f81aa-ccb1-4046-9821-9ffa7f0254e2
    • By greenlobster
      The reason of this  new subect is in english is that it concerns a company not from France . One of the top 10 ten Europen IT companies will build a new IT megacenter for North America in, notre belle ville de Montréal, annonce debut 2019. 1600 empois sur 5 ans .Ils construrions une centre de donnéesNord Americain de plus de 400 millions , oui dans lz region de Montréal. 
    • By monctezuma
      Voie réservée sur PIE-IX


       
       
       
       
       
       
       
    • By ScarletCoral
      Article dans la Gazette concernant l'achalandage dans les autobus
      Voir l'article pour l'achalandage par ligne de 2012 à 2018
      https://montrealgazette.com/news/local-news/despite-problems-bus-ridership-in-montreal-up-slightly-in-2018
      Despite problems, bus ridership in Montreal up slightly in 2018
      Passenger numbers are still far short of those from 2012 as complaints soar and punctuality hits its lowest mark since 2001.
      JASON MAGDER, MONTREAL GAZETTE 
      Updated: September 30, 2019
       
      Punctuality plunged, a record number of vehicles were parked for repairs and complaints soared to record levels — and yet, Montreal’s transit authority saw a slight increase in bus ridership last year.
      There were 637,908 more trips taken on city buses in 2018 compared with the year before — an increase of 0.28 per cent.
      It was the first time since 2013 that bus ridership grew.
      The figures, obtained through an access-to-information request, show 142 of 220 bus lines saw an increase in passengers.
      And yet, 2018 was a trying one for the Société de transport de Montréal.
      Because of a labour crisis in the maintenance department, an average of 1,341 buses out of a fleet of 1,807 were available for morning and afternoon peak periods.
      That represents the lowest number in a decade, and far less than the 1,424 required to deliver full service.
      The number of complaints soared by 32 per cent, and the on-time rate of buses was a meagre 79.5 per cent — the lowest since 2001, according to statistics from the STM’s website.
      The year was also marked by buses running out of fuel in record numbers while on the road.
      Despite the uptick in ridership, the numbers fall short of those from 2012. Since that time, 33.9 million fewer annual trips were recorded, accounting for a 13-per-cent overall decline.
      The increase in ridership for 2018 was surprising to Nick Chaloux, a transportation planner and former researcher at TRAM — Transportation Research at McGill.
      “The fact there is a slight growth is positive,” said Chaloux, who published a paper last year that highlighted concerns about the decline in the STM’s bus service.
      “The STM was operating with 100 fewer buses on average, with all the side effects that come with that. When you take that into consideration and you see that ridership was stagnant overall, that’s kind of impressive.”
      Sarah V. Doyon, the director of the transit lobby Trajectoire Québec, said her group was not surprised.
      “We’re finding that people are making more sustainable choices, both for the environment and because congestion is so heavy that public transit is seen as an efficient mode of transportation,” she said.
      It helps that the STM has been working to add more reserved bus lanes throughout its network, Doyon added.
      As for the record number of complaints and high number of late buses, Doyon speculated congestion played a role as buses get stuck in traffic just like cars.
      STM spokesperson Philippe Déry concurred, saying the agency is happy more Montrealers chose to take the bus during a trying year marked by major roadwork and traffic congestion.
      Déry said several measures were put in place to improve performance, including creating two new bus lines to serve the Rivière-des-Prairies and Griffintown sectors, and the merging of bus lines No. 19 with and 53 in the Ahuntsic-Cartierville borough.
      Altogether, the STM offered 68.9 million hours of service in 2018 — a 0.5 per cent increase from the year before, Déry said.
      Last spring, STM chairperson Philippe Schnobb admitted 2018 had been a difficult year and said the bus network was plagued by a deliberate slowdown by unionized employees during a labour conflict.
      In February, during a hearing of Quebec’s workplace tribunal, the STM blamed the union for a record number of buses parked in the garage for repairs.

      Breaking down the STM data by bus line, nine out of the 10 most-travelled routes continued to see ridership declines in 2018.
      Only the 51 Édouard-Montpetit line saw a 1.98 per cent increase in its ridership. That increase was enough to make it the only route in the top 10 to gain riders in the period covered by the data, from 2012 to 2018.
      Over that time, five of the 10 most-travelled buses saw declines of 20 per cent or more: the 69 Gouin, 139 Pie-IX, 121 Sauvé/Côte-Vertu, 165 Côte-des-Neiges and 67 Saint-Michel.
      The most-travelled bus is the 141 Jean-Talon Est, with 8.2 million trips recorded in 2018.
      The 51 Édouard-Montpetit was the second-most travelled bus with 7.7 million trips.
      The 161 Van Horne, the 18 Beaubien and the 24 Sherbrooke round out the top 10, and all saw declines of between one and 13 per cent.