Jump to content

villeray-saint-michel-parc-extension 495, ave. Beaumont - 5 étages


dcarrier
 Share

Recommended Posts

Pinned posts
Quote

Emplacement: 495 Beaumont, îlot nord entre Durocher et Querbes, site Homemade Bakery
Hauteur en étages: 5
Hauteur en mètres:
Coût du projet: 
Promoteur: Montoni
Architectes: Sid Lee, BC2
Entrepreneur général: 
Début de construction: 
Fin de construction: 
Site internet:
Lien webcam: 
Autres images: 
Vidéo promotionnelle: 
Autres informations: Logements locatifs, 20% de logements 5 1/2+, avec commerces sur Beaumont au rez-de-chaussée

 

IMG_20190717_183212367_BURST000_COVER_TOP.jpg

Il y avait une recontre "portes ouvertes" organisée par Montoni pour les résidents du secteur ce soir. Ça a été houleux étant donné qu'il y avait une trentaine de manifestants et les policiers étaient présents.

On m'a parlé d'environ 100 unités et environ 60 places de stationnement auto intérieures.

IMG_20190717_183311633.jpg

IMG_20190717_183212367_BURST000_COVER_TOP.jpg

IMG_20190717_183125750.jpg

IMG_20190717_183028724.jpg

IMG_20190717_182922923.jpg

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Le projet de Montoni est intéressant, semble bien ficelé, chapeau au jardin intérieur en continuité avec la ruelle. Dommage que le groupe soit attaqué ainsi de par l’inaction de l’administration municipale précédente :/ 

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 48 minutes, Rocco a dit :

Ce trac pourrait être résumé en 2 mots: Restons pauvres!

Les quartiers peuvent rester "pauvres" ou s'embourgeoiser/devenir riches.  Mais il n'en est pas de même pour les individus.  Toutes sortes de circonstances (niveau d'éducation, santé déficiente, etc.) limitent sévèrement leurs perspectives d'enrichissement personnel.  Certes, un quartier dynamisé offrira à ces personnes plus d'opportunités d'emplois dans le secteur des services (assez peu rémunérés), mais les bons emplois bien payés iront à d'autres. En contrepartie le coût de l'habitation s'envolera tôt ou tard et deviendra prohibitif pour les personnes à bas revenus.

Personnellement (si je puis dire, parce que c'est hautement subjectif et peut-être insuffisamment informé de la réalité sur le terrain), j'ai une préférence pour des politiques publiques donnant priorité à des mesures d'enrichissement des plus démunis (y compris des paiements de transfert et  des compléments aux bas salaires gagnés sur le marché privé), plutôt que des restrictions au développement (le quartier reste alors pauvre) ou la construction de logements "sociaux"  i.e. subventionnés, parce que leur nombre toujours insuffisant fait en sorte qu'on a seulement quelques gagnants et un nombre beaucoup plus grand de "laissés- pour-compte" i.e. ceux qui sont éternellement sur la liste d'attente.

Mais il y a un problème:  les grands instruments de "politique sociale" relèvent des gouvernements (surtout provincial), et pas des administrations municipales.  Celles-ci en sont donc réduites à adopter des mini mesures globalement inefficaces.  La seule chose à laquelle elles peuvent prétendre, c'est qu'elles ont fait des efforts -- mesurés notamment en termes de nouveaux logements sociaux mis à la disposition d'un certain nombre de citoyens dans le besoin. 

En fait, la problématique de l'embourgeoisement des quartiers anciennement "modestes" est beaucoup plus profonde.  Tant que les yeux resteront fixés sur l'unique "remède" que seraient des logements sociaux/subventionnés, on ne réussira pas à concilier des impératifs apparemment contradictoires.  On aura toujours des gagnants et des perdants.  Entre les revendications des uns et les promesses des autres, l'écart ne sera pas comblé.  La frustration s'amplifiera,  et peut-être aussi un sentiment d'impuissance, de la part de ceux qui croyaient sincèrement que tout était possible à condition de vouloir.  On aurait intérêt à mieux comprendre.  Pour l'instant, ça ressemble plutôt à un champ de bataille.

  • Like 8
Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Parc-Extension: l’arrondissement refuse de s’opposer à un projet immobilier controversé

image.png

Des résidents du quartier Parc-Extension sont allés au front mardi soir pour s’opposer à la destruction prochaine d’un immeuble vétuste destiné à être remplacé par un projet immobilier controversé. L’arrondissement a toutefois refusé d’approuver leur demande.

Depuis des mois, le Comité d’action de Parc-Extension milite activement pour empêcher le Groupe Montoni de réaliser un projet immobilier de 4 étages sur le terrain du 495, avenue Beaumont. Le promoteur prévoit d’y aménager 104 unités d’habitation, dont 41 logements de deux chambres et 19 comportant trois chambres.

Par courriel, l’entreprise indique à Métro que ce projet de plus de 22 M$ «est prévu pour 2020».

Logements sociaux

Le promoteur n’a pas encore déterminé à combien s’élèveront les loyers des logements prévus sur ce site. Il assure toutefois que ceux-ci «seront accessibles pour une mixité d’occupants».

«Le promoteur reste assez évasif. Nous croyons que [ces logements] ne seront pas accessibles à la majorité de la population de Parc-Extension», réplique l’organisatrice communautaire au Comité d’action de Parc-Extension (CAPE), Amy Darwish.

Cette dernière craint que ce projet contribue à «la gentrification» de ce quartier pauvre de Montréal.Celui-ci est déjà grandement affecté par le gonflement du prix des loyers et du nombre d’expulsions de locataires.

«Nous ne croyons pas que nous avons besoin de plus de commerces ou de logements de luxe dans le quartier. Nous avons besoin de logements sociaux.» -Amy Darwish, organisatrice communautaire au Comité d’action de Parc-Extension

Refus

En 2016, la Ville a tenté d’acquérir ce terrain pour en faire 125 logements sociaux. Cela n’a toutefois pas été possible, car son offre de 4,25 M$ était inférieure à elle du Groupe Montoni. Ce dernier a donc pris possession du terrain.

Le comité de démolition de l’arrondissement a depuis émis, en septembre, un avis favorable à la démolition du bâtiment et à son remplacement par le projet du Groupe Montoni.

Le CAPE a toutefois décidé de porter en appel la décision du comité. Mardi soir, Amy Darwish a justifié la position de l’organisme communautaire en séance du conseil d’arrondissement. Selon elle, il ne serait pas trop tard pour que l’arrondissement «corrige le tir» et décide de dédier cet ancien bâtiment résidentiel à un projet de logements sociaux.

Les élus de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension ont toutefois décidé mardi soir d’approuver la démolition de cet immeuble.

«Ce projet contribue favorablement à l’ajout dans un secteur en forte demande […] Il devrait permettre de revitaliser ce secteur», a affirmé en séance du conseil d’arrondissement la conseillère du district de Parc-Extension, Mary Deros.

La mairesse de l’arrondissement, Giuliana Fumagalli, a quant à elle fait part de ses «inquiétudes» à l’égard de ce projet immobilier. Cette dernière aurait souhaité que des logements sociaux voient le jour sur ce site.

«L’ajout de logements locatifs ne permettra pas de réduire la pression sur le marché locatif. [Ce projet] contribuera plutôt à hausser les loyers dans le secteur», a-t-elle affirmé. L’élue s’est toutefois résignée à approuver ce projet, puisqu’il est de «plein droit».

Règlement d’inclusion

Le projet du Groupe Montoni n’aura par ailleurs pas à respecter le nouveau règlement d’inclusion de la Ville, qui fait actuellement l’objet d’une consultation publique. Celui-ci visera à inciter les promoteurs à inclure environ 20% de logements sociaux, 20% de logements abordables et 20% de logements familiaux dans leurs projets immobiliers.

«C’est certain qu’on aurait aimé que le Règlement pour une métropole mixte s’applique pour ce projet. Mais le processus fait en sorte qu’il sera en vigueur en 2021», a souligné mardi à Métro l’attachée de presse du comité exécutif, Laurence-Houde Roy.

https://journalmetro.com/actualites/montreal/2395099/mobilisation-citoyenne-pour-empecher-un-projet-immobilier-dans-parc-extension/

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

https://mtltimes.ca/Montreal/montreal/parc-extension-protest-no-to-condos/

Parc-Extension Protest – ‘NO’ to condos

ON DECEMBER 19, 2019

IN MONTREAL , NEWS

Parc-Extension Protest – Nearly 50 people rallied recently outside the Park Extension Borough council meeting to oppose the demolition of a building located at 495 Beaumont Avenue. The rally capped a month-long campaign opposing demolition with about 60 letters sent to borough officials. The Comité d’action de Parc-Extension or CAPE is calling for an immediate halt to the proposed demolition.

“We only want social housing at 495 Beaumont,”  CAPE spokesperson Amy Darwish said. She believes that the group’s opposition to the project will show developer Groupe Montoni and other real estate developers that these types of “landlord projects” are not welcome at Park-Extension.  

In September, the Park Extension Borough’s demolition committee authorized the demolition of the Beaumont building to make way for an urban revitalization project by Groupe Montoni that would provide rental units for a diverse range of occupants. The Beaumont mixed use project includes rental housing for residents and local businesses, as well as a community workshop. It features an interior courtyard with an open green space with a garden and collaborative art installations.  

CAPE maintains that the site has long been slated for the construction of social housing by the City of Montreal. In November, the borough’s elected officials voted unanimously to reject CAPE’s appeal to revoke the committee’s decision and approved the demolition at 495 Beaumont. 

“For our part, we believe that additional rental units won’t in any way benefit the neighborhood if they are too expensive for the vast majority of its residents,” Darwish said. “On the contrary, they will only drive up rents and contribute to the gentrification of the neighborhood.” 

Acknowledging that CAPE members are disappointed with the decision, she said the group will continue mobilizing to keep current tenants in the neighborhood. She said this type of project “goes hand-in-hand with repossessions, renovations, rent increases and harassment” as tenants are pressured to relocate outside the neighbourhood. 

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
  • 7 months later...

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value