Jump to content

Le Québec, nouvelle puissance économique


Recommended Posts

https://www.ledevoir.com/societe/556254/baisse-de-0-3-du-taux-de-chomage-en-mai-au-canada-a-5-4

Le taux de chômage à un creux historique au Canada

Photo: iStock L’augmentation du nombre d’emplois était entièrement attribuable à la création d’emplois à temps plein, les gains d’ensemble étant dus à une augmentation de 61 500 du nombre de travailleurs autonomes.

Craig Wong - La Presse canadienne à Ottawa

8 juin 2019

Société

L’économie canadienne a créé 27 700 emplois en mai et le taux de chômage est tombé à son plus bas niveau depuis que des données comparables ont commencé à être colligées, en 1976, a indiqué vendredi Statistique Canada.

Le taux de chômage a reculé à 5,4 % en mai, après avoir été de 5,7 % en avril, alors que le nombre de personnes à la recherche d’un emploi a fortement chuté, a précisé l’agence fédérale.

L’augmentation du nombre d’emplois, supérieure aux attentes, faisait suite à la création d’un nombre record de 106 500 emplois en avril. Les économistes s’attendaient en moyenne à observer un ajout net de 8000 emplois le mois dernier et un taux de chômage de 5,7 %, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters Eikon.

La croissance moyenne annuelle des salaires horaires de tous les employés, un des indicateurs clés surveillés par la Banque du Canada avant ses prises de décision en matière de taux d’intérêt, s’est établie à 2,8 % en mai, contre 2,5 % en avril.

5%

Le taux de chômage établi au Québec en mai

L’augmentation du nombre d’emplois était entièrement attribuable à la création d’emplois à temps plein, le nombre d’emplois à temps partiel n’ayant pas changé. Les gains d’ensemble étaient dus à une augmentation de 61 500 du nombre de travailleurs autonomes, tandis que le nombre d’employés a diminué de 33 800. Cela comprenait une baisse de 13 100 employés dans le secteur public et une autre de 20 700 employés dans le secteur privé. Le secteur de la production de biens a créé 4900 emplois, tandis que celui des services a ajouté 22 800 emplois.

Depuis mai 2018, l’économie canadienne a créé 453 100 emplois, dont 299 000 postes à temps plein et 154 100 emplois à temps partiel.

Meilleur début depuis 2002

Jusqu’à présent en 2019, l’emploi au Canada a bondi de 250 000 postes, ce qui représente le meilleur début d’année depuis 2002, 77 % des emplois étant des postes à temps plein et 76 % ayant été créés dans le secteur privé », écrit Matthieu Arseneau, économiste à la Banque Nationale. L’Ontario a contribué le plus à cette performance remarquable, avec 56 % de la totalité de la progression nationale, alors que la province représente 39 % du marché du travail. « La croissance du PIB a traversé une phase de faiblesse dernièrement, mais les chiffres d’aujourd’hui [vendredi] indiquent que tel n’était pas le cas pour le marché du travail. Si on peut se fier au nombre d’heures travaillées, on a de bonnes raisons de croire que la faiblesse économique des deux derniers trimestres a pris fin. »

L’économiste indique que le nombre d’heures travaillées a augmenté de 2,6 % en rythme annualisé au cours du trimestre d’après les données de deux mois, soit le rythme le plus rapide en sept trimestres. « Alors que les tensions internationales restent préoccupantes pour la croissance future, un faible taux de chômage record et l’accélération des salaires ne donnent pas à croire qu’une baisse des taux d’intérêt soit nécessaire pour l’instant. »

Hausse du taux au Québec

Au Québec, le taux de chômage s’est établi à 5 % en mai, comparativement à un record de 4,9 % en avril, et le nombre d’emplois a reculé de 11 600, après une forte poussée de 37 900 en avril. Par rapport à mai 2018, l’emploi a progressé de 1,4 %. En Ontario, le nombre d’emplois a progressé de 21 000 en mai et le taux de chômage a diminué de 0,8 point de pourcentage, à 5,2 %, en raison du moins grand nombre de personnes à la recherche d’un travail.

1,4%

La progression de l’emploi par rapport à mai 2018 au Québec

« La diminution du nombre d’emplois au Québec en mai n’est pas surprenante. Il n’est pas rare de voir un recul du nombre de postes le mois qui suit une forte appréciation comme celle observée en avril », commente Joëlle Noreau, économiste principale au Mouvement Desjardins. La diminution est principalement attribuable au temps partiel. Depuis un an, l’emploi à temps plein a crû de 1,8 % et celui à temps partiel a diminué de 0,2 %, note l’économiste.

Difficultés aux États-Unis

Aux États-Unis, les créations d’emplois ont été très inférieures aux attentes en mai dans un contexte d’incertitudes sur l’impact de la guerre commerciale et face aux difficultés à trouver de la main-d’oeuvre. La première économie du monde n’a créé que 75 000 emplois en mai là où les analystes en attendaient au moins 180 000. Le ralentissement s’est ressenti en particulier dans la santé, dans l’éducation et dans la construction.

Qui plus est, pour mars et avril, le ministère du Travail a enregistré 75 000 créations d’emplois de moins que ce qu’il avait initialement estimé. En revanche, le taux de chômage est resté inchangé à 3,6 %, comme en avril, à son plus bas depuis fin 1969.

« Bienvenue dans le monde réel », note l’économiste Joel Naroff, qui estime que « toutes ces entreprises qui disaient ne pas parvenir à trouver des travailleurs qualifiés semblaient avoir dit la vérité et pas faire de l’infox ». Pour lui, ces chiffres confirment ceux publiés plus tôt cette semaine par la firme de gestion des fiches de paie ADP. Elle montrait que, le mois dernier, la majorité des destructions d’emplois étaient survenues parmi les entreprises de moins de 20 salariés, qui n’ont pas la latitude des grandes sociétés pour rendre leurs offres d’emplois plus attractives.

M. Naroff souligne par ailleurs que « l’économie américaine […] ralentit ». Mais pas pour Kevin Hassett, conseiller économique de M. Trump, pour qui la croissance reste sur une tendance de 3 % aux États-Unis grâce à la croissance des revenus, qui dope « la consommation », moteur traditionnel de l’économie américaine, a-t-il expliqué sur CBNC.

La rémunération horaire moyenne a augmenté de 0,2 % sur un mois et de 3,1 % sur un an, bien plus rapidement que l’inflation même si c’est moins que ce que prévoyaient les analystes au regard d’une économie où les entreprises doivent faire preuve d’imagination pour attirer les employés.

L’économie américaine a démarré 2019 sur les chapeaux de roues (+3,1 % en rythme annuel au premier trimestre), mais l’intensification de la guerre commerciale menée par Donald Trump et une inflation toujours au ralenti malgré le plein-emploi inquiètent.

Link to post
Share on other sites
  • Replies 77
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

La pire faute du mouvement souverainiste est de ne pas avoir fait... l'indépendance! Qui sait où serait le Québec aujourd'hui si l'indépendance avait été faite dès 1962 par le gouvernement de Les

C'est facile de blâmer tous les problèmes du monde sur le mouvement souverainiste. J'ai des doutes sur les impacts négatifs du mouvement souverainiste surtout lorsqu'on connait tous les coups bas donn

Ton jupon souverainiste dépasse, et il est évident que l'incertitude politique a été une chappe de plomb sur l'économie du Québec depuis 50 ans. Et comme par magie, Montréal et le Québec recommencent

Posted Images

il y a une heure, YMQ a dit :

It's unbelievable what you can accomplish when you put sovereignty and other nonsense items behind you. We've had good governance and generally pro-business governments, and it has yielded an impressive turn around.

We still have a ton of catching up to do, it's only in the last 3 years that our REAL GDP has grown by 2% - we could use another 5+ years.

Québec's economy has been improving for a relatively long time now. Here is an excerpt from an article by Pierre Fortin in L'actualité:

<< Depuis 30 ans, le Québec a gagné du terrain. Son désavantage sur l’Ontario s’était bel et bien accru à la suite des tribulations des années 1970 à 1985. Il atteignait 13 % dans la seconde moitié des années 1980. Mais il s’est atténué par la suite, jusqu’à ne plus représenter que 3,5 % en 2017. >>

https://lactualite.com/lactualite-affaires/50-ans-de-performance-economique-au-quebec/

During the Great Recession Québec's economy contracted somewhat but still outperformed the ROC by a wide margin. Here is another excerpt from Les Affaires:

À l'échelle du pays, le PIB réel a diminué de 2,9 pour cent en 2009, après avoir augmenté de 0,6 pour cent en 2008.

Trois des plus importantes économies provinciales _ soit celles de l'Ontario (-3,1 pour cent), de l'Alberta (-5,1 pour cent) et de la Colombie-Britannique (-2,3 pour cent) _ ont connu des reculs plus prononcés qu'à l'échelle nationale. Le PIB du Québec a quant à lui fléchi d'un modeste 1 pour cent.

https://www.lesaffaires.com/bourse/nouvelles-economiques/le-pib-du-quebec-a-recule-de-1-en-2009/513849

1970-2010.png

Link to post
Share on other sites
il y a 55 minutes, andre md a dit :

Lately i've seen many indian peoples moving from toronto to montreal.

Cela ne me surprend pas et je l'attribue au fait que les Indiens sont très forts en programmation en général et en intelligence artificielle en particulier.

Un bel exemple est MALUUBA une jeune pousse en IA qui est partie de Waterloo en décembre 2016 (rachetée par Microsoft en janvier 2017) pour venir s'établir à Montréal parce qu'il y avait ici davantage de chercheurs en IA.

La photo nous montre les fondateurs alors qu'ils étaient encore à Waterloo tandis que le rendu nous montre le bâtiment actuellement en construction/rénovation qu'ils habiteront bientôt juste à côté du complex O Mile-Ex.

Working space in Waterloo.jpg

Microsoft.jpg

Link to post
Share on other sites
1 hour ago, YMQ said:

It's unbelievable what you can accomplish when you put sovereignty and other nonsense items behind you. We've had good governance and generally pro-business governments, and it has yielded an impressive turn around.

We still have a ton of catching up to do, it's only in the last 3 years that our REAL GDP has grown by 2% - we could use another 5+ years.

While I agree we need another 10 years of current progress to accumulate real wealth (and visible too).... small countries are the best managed and richest in the world. I would vote yes today without even hesitating. 

Link to post
Share on other sites
1 hour ago, andre md said:

Lately i've seen many indian peoples moving from toronto to montreal. I'm curious to see the next  interprovincial migration numbers in the futur. 

Je sais pas si c est moi mais je vois beaucoup plus de siks qu avant.Pour les migrations internes le solde negatif se retrecit d annee en annee.

Link to post
Share on other sites
Il y a 19 heures, raphi a dit :

Je sais pas si c est moi mais je vois beaucoup plus de siks qu avant.Pour les migrations internes le solde negatif se retrecit d annee en annee.

Tu a une bonne observation. Avec mon travail je fréquente beaucoup de sikhs. Eux meme m'ont confirner que plusieurs de leur communautés démenage au Quebec. Raison principale le cout des maisons au Québec. Beaucoup s'installe a Rigaud , Vaudreuil, Laval . Même si on payent plus de taxes si on calcul les frais de garderies , electricités etc... c'est moins cher vivre ici. Je ne serai pas surpris si le solde migratoire entre l'Ontario et le Québec tombe en faveur du Québec.

I spoke with some of indians and sikh from Toronto now living in Montreal and they are all very pleased to live here. And for sure they will spread the good news to their relatives and friends,

We are now in a virtuous circle. No deficit , more revenu , more confidence.  People from outside having a better opinion  about Quebec. This is all good. 

Esperons que Legault investissent les surplus de la provinces pour la francisation. 

Link to post
Share on other sites
Le 2019-06-08 à 11:02, YMQ a dit :

It's unbelievable what you can accomplish when you put sovereignty and other nonsense items behind you. We've had good governance and generally pro-business governments, and it has yielded an impressive turn around.

We still have a ton of catching up to do, it's only in the last 3 years that our REAL GDP has grown by 2% - we could use another 5+ years.

C'est facile de blâmer tous les problèmes du monde sur le mouvement souverainiste. J'ai des doutes sur les impacts négatifs du mouvement souverainiste surtout lorsqu'on connait tous les coups bas donnés par le fédéral comme la Brinks afin de manipuler l'opinion public. Cette perception négative du mouvement souverainiste sur l'économie semble plus être une opinion que de véritables faits. 

Edited by anjou
Link to post
Share on other sites
9 minutes ago, anjou said:

C'est facile de blâmer tous les problèmes du monde sur le mouvement souverainiste. J'ai des doutes sur les impacts négatifs du mouvement souverainiste surtout lorsqu'on connait tous les coups bas donnés par le fédéral comme la Brinks afin de manipuler l'opinion public. Cette perception négative du mouvement souverainiste sur l'économie semble plus être une opinion que de véritables faits. 

Ton jupon souverainiste dépasse, et il est évident que l'incertitude politique a été une chappe de plomb sur l'économie du Québec depuis 50 ans. Et comme par magie, Montréal et le Québec recommencent à naître économiquement depuis la 'mort' du mouvement et du PQ il y a déjà quelques années, confirmé par la récente élection provinciale de 2018. Arrêtez de vous mettre la tête dans le sable. 

Link to post
Share on other sites
il y a 41 minutes, Rocco a dit :

Ton jupon souverainiste dépasse, et il est évident que l'incertitude politique a été une chappe de plomb sur l'économie du Québec depuis 50 ans. Et comme par magie, Montréal et le Québec recommencent à naître économiquement depuis la 'mort' du mouvement et du PQ il y a déjà quelques années, confirmé par la récente élection provinciale de 2018. Arrêtez de vous mettre la tête dans le sable. 

Juste a se promener dans le quartier Mile-End , Casgrain , De Gaspé St-Viateur  on y croise du monde de partout venu travailler dans les bâtiments utilisé´auparavant par l'industrie textile.

Montreal a la drive. Une ville abordable ou il fait bon vivre. Toronto attire aussi mais perd de son attrait avec son cout de la vie élevé.

Et tu a raison que de mettre la souveraineté de coté ne nuit pas. 

Je pourrai prendre en exemple Barcelona qui a perdu des plumes au profit de Madrid justement a cause des revendications independentrice des catalans. 

 

Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, andre md a dit :

We are now in a virtuous circle. No deficit , more revenu , more confidence.  People from outside having a better opinion  about Quebec. This is all good.

Nous sommes effectivement entrés dans un cercle vertueux depuis un certain temps. Par contre le contraire se produit en Ontario qui elle est entrée dans un cercle vicieux qui peut mener à une contraction importante de l'économie ontarienne.

Comme la population de l'Ontario est endettée elle consacre moins d'argent pour faire rouler l'économie;  en même temps la province elle-même est surendettée et doit diminuer ses dépenses au même moment où ses revenus diminuent parce que la croissance du PIB diminue (en conséquence d'une diminution des dépenses globales de la province - le privé et le gouvernement).

Mais l'Ontario est déjà en déficit big time depuis maintenant dix ans. En effet le budget de l'Ontario est déficitaire année après année depuis la Grande Récession de 2009. Cela nécessite donc un contrôle accru des dépenses qui engendre lui-même une réduction additionnelle du PIB. Et en plus Doug Ford veut réduire le fardeau fiscal des Ontariens; ce qui veut dire encore une diminution des recettes fiscales. C'est ce que j'appelle une spirale descendante (cercle vicieux).

Nous avons connu ça ici aussi dans un passé encore récent mais heureusement nous avons pris les mesures qui s'imposaient et sommes maintenant complètement sortis du tunnel avec une nouvelle génération de Québécois qui n'a pas froid aux yeux

Et pour ajouter à ce que tu dis à propos du nombre croissant d'Indiens qui migrent vers le Québec j'imagine qu'un certain nombre d'entre eux a été influencé, consciemment ou inconsciemment, par le parcours de Sugar Sammy qui montre aux Canadiens qu'il est possible pour un Indien de bien vivre et de s'épanouir en français au Québec.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



×
×
  • Create New...