Sign in to follow this  
acpnc

Des camions-aspirateurs électriques nettoieront les trottoirs de Montréal

Recommended Posts

3 juin 2019Par : Zacharie GoudreaultMétro

Des camions-aspirateurs électriques nettoieront les trottoirs de Montréal

https://journalmetro.com/actualites/montreal/2330676/camions-aspirateurs-electriques-montreal/

 

Photo: Courtoisie, Ville de MontréalLa Ville de Montréal entend remplacer l'ensemble de ses 78 camions-aspirateurs responsables du nettoyage des trottoirs de la métropole par leur équivalent électrique.

Alors que la Ville de Montréal procède à l’acquisition de véhicules entièrement électriques afin d’assurer le nettoyage de ses trottoirs de façon plus écologique et moins bruyante, une entreprise québécoise l’invite à faire de même avec ses camions à ordures.

Au terme d’un contrat d’environ 2M$ conclu l’an dernier avec l’entreprise québécoise Exprolink-Madvac, la Ville fera à l’acquisition de 18 petits camions-aspirateurs d’ici 2020 pour remplacer ses véhicules au diesel chargés de retirer les déchets présents sur les trottoirs et le côté de la chaussée dans les 19 arrondissements de la métropole.

«On répond vraiment à une demande concrète des citoyens», a expliqué à Métro la conseillère associée à l’urbanisme et à la mobilité au sein du comité exécutif de la Ville de Montréal, Sophie Mauzerolle.

Ces véhicules, en plus de ne produire aucun gaz à effet de serre et d’assurer des économies en énergie, sont également moins bruyants lorsqu’ils aspirent des détritus et se déplacent.

«On reçoit beaucoup de plaintes dans les différents arrondissements concernant le bruit que génèrent les différents camions-aspirateurs, donc on vient régler ce problème-là», a souligné Mme Mauzerolle.

La mise en service de ces véhicules d’entretien, dont un modèle a été présenté lundi à Montréal dans le cadre d’un forum international sur la gestion des parcs de véhicules, se fera progressivement dès la mi-juin. D’abord testés dans les arrondissements de Ville-Marie et du Plateau-Mont-Royal, quelques camions-aspirateurs feront ensuite leur apparition dans l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve au cours de l’été, a indiqué la Ville à Métro.

Sur les 18 camions-aspirateurs dont fera l’acquisition la Ville d’ici 2020, 13 seront reçus cette année, tandis que les 5 autres seront acquis l’été prochain. Trois de ces véhicules seront par ailleurs prêtés à la Ville de New York cet été dans le cadre d’un partenariat entre les deux métropoles.

Même si le coût unitaire de ce véhicule s’élève à 98 000$, soit 20 000$ de plus que l’équivalent fonctionnant au diesel, la Ville y voit un bon investissement à long terme, notamment en raison de la baisse des dépenses en énergie envisagée.

«C’est sûr que pour l’instant, ça peut être des investissements plus importants, mais à terme, ça vaut la peine», a soutenu Mme Mauzerolle, qui a par ailleurs souligné que la Ville entend remplacer progressivement l’ensemble des 78 camions-aspirateurs au diesel répartis aux quatre coins de la métropole par leur équivalent électrique.

15

Selon des données fournies par la Ville, chaque véhicule conventionnel responsable d’aspirer les déchets sur les trottoirs de la métropole consomme environ 4800 litres de diesel par année, ce qui équivaut à la production de 15 tonnes de gaz à effet de serre.

Électrifier la collecte des ordures

La Ville pourrait toutefois aller encore plus loin pour réduire son empreinte environnementale, estime le président de la compagnie québécoise Électrique Lion, Marc Bédard, qui compte commercialiser dès l’an prochain le premier camion à benne entièrement électrique dans le monde.

«Un camion de collecte [d’ordures], c’est un très grand émetteur de gaz à effet de serre. Chaque camion consomme environ 1000 litres [de carburant] par semaine. C’est 50 000 litres par année, donc c’est beaucoup de pollution», a-t-il souligné en entrevue à Métro.

Bien que ce camion électrique soit «deux à trois fois plus cher» à l’achat que l’équivalent traditionnel assurant la collecte des ordures ou des matières recyclables, M. Bédard estime que plusieurs grandes villes en Amérique du Nord pourraient réaliser de «grosses économies» en optant pour ce véhicule lourd électrique, qui nécessitera moins de dépenses en entretien et en énergie.

Ce camion, qui dispose, selon l’entreprise, d’une autonomie suffisante pour s’arrêter devant plus de 1200 portes sur une distance de 400 kilomètres avec une seule charge, est également «silencieux», contribuant ainsi à réduire la pollution sonore, a par ailleurs noté Marc Bédard.

«On aimerait que la Ville de Montréal emboîte le pas en demandant à ses opérateurs [responsables de la collecte des matières résiduelles] de s’équiper de ce type de camion-là» –Marc Bédard, président d’Électrique Lion

Sophie Mauzerolle n’a pas fermé la porte à ce que des camions électriques s’occupent un jour de la collecte des matières résiduelles à Montréal.

«C’est extrêmement intéressant pour nous des initiatives comme celle de [l’entreprise Électrique] Lion parce que ça montre que la technologie est au rendez-vous», a commenté l’élue de Projet Montréal, qui a ajouté que la Ville «suit de très près l’évolution des différentes technologies» qui pourraient l’aider à électrifier davantage sa flotte de véhicules.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this