AMTFan1

montréal Mesures pour alléger la ligne orange: une nouvelle ligne express sur Papineau

Recommended Posts

2 hours ago, Mtloulou said:

L'article laisse sous entendre que l'ajout de cette voie réservée a créé un problème de circulation sur une rue qui était autrement fluide. Or, pour en avoir déjà fait l'expérience, ça fait des années que la congestion est plus qu'infernal sur l'heure de pointe du matin entre Rosemont et Sherbrooke. Ma mère a elle même fini par s'acheter une voiture et abandonner la 45 Papineau parce le bus restait pris dans le trafic pendant +30 min alors qu'avec une voie dédiée, il aurait pu franchir la même distance en 5-10 minutes.

Dans les faits, la ville n'a même pas besoins de mettre des barrières à l'usage de l'auto sur le boulevard, les automobilistes solo qui l'emprunt sont déjà l'artisan de leur propre malheur. Cela dit, cette voie était plus que nécessaire pour assurer la pérennité du service sur les lignes 45 et 445.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 35 minutes, vincethewipet a dit :

C'est un article de Quebecor. Ils ont pris la peine de demander l'avis des automobilistes, mais ils ont ignoré les 15 000 personnes qui ont maintenant un service en site propre. C'est un biais éditorial fort. Même la citation de l'expert est mise en contexte de façon à faire croire que la voie réservée à comme but de réduire la fluidité routière, plutôt que d'être une mesure de bonification du transport en commun dans cet axe.

Il y a une raison pourquoi Quebecor n'est pas dans le Conseil de Presse, et poursuit même celui-ci dans l'espoir de ne plus être critiqué devant leurs nombreux manquements journalistiques.

Cette voie réservée bouge 15 000 personnes hors de la congestion, sera bonifiée, et est un gain net de mobilité. Si l'automobiliste qui se rend au centre-ville est jaloux des autobus qui lui passe dans la face pendant 25 minutes sans obstacle, il sait quoi faire. Beaucoup ont le choix, et si ceux-ci en profitait, ça roulerait mieux pour tout le monde.

Éliminer cette voie reviendrait à faire un doigt d'honneur à 15 000 personnes qui vont l'effort du transport en commun. C'est un exemple concret d'une voie réservée pertinente. Et franchement, si une voie réservée est pertinente dans un axe donné, les chances sont que celui-ci est déjà achalandé. On veut des voies réservées utilisées, et bien c'est ça, ça prend de la place là où les gens bougent.

T'inquiètes! J'avais totalement compris le texte tendancieux.. Uniquement par le titre.. Mais c'est pour ça que j'ai souligné quelques passages qui me semblaient importants de partager!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By mtlurb
      Prolongement de la ligne bleue vers l'est

      Prolongement de la ligne bleue vers l'est. La mise en chantier est prévue en 2022, pour une livraison en 2026. Connexion avec le SRB Pie-IX, stationnement de 1200 places aux Galeries d'Anjou. Coût évalué à 3.9 milliards de dollars.
      Le projet en chiffres 
      5 nouvelles stations de métro accessibles, pour une longueur de tunnel de 5,8 km 2 terminus d’autobus et 1 stationnement incitatif de 1 200 places 1 tunnel piétonnier souterrain assurant le lien avec le futur SRB Pie-IX Plusieurs infrastructures opérationnelles : 6 structures auxiliaires renfermant des équipements nécessaires à l’exploitation, 1 poste de district, 1 garage de métro, 1 centre d’attachement hébergeant des véhicules d’entretien des voies et 1 centre de service pour l’entretien des infrastructures Budget estimé de 3,9 G$ Échéancier préliminaire
      Début 2019 : début de la conception des plans et devis.  Printemps 2019 : approbation du mode de réalisation, du plan budgétaire et de l’envergure du projet. Fin 2019 : début de travaux préparatoires sur certains sites. Début 2020 : démarrage des processus de changement de zonage et de consultations publiques.   2021 : dépôt du dossier d’affaires, lancement de la construction des nouvelles infrastructures. 2026 : inauguration du nouveau tronçon. Information : http://www.stm.info/fr/a-propos/grands-projets/grands-projets-metro/prolongement-ligne-bleue
      Consultations publiques : http://www.stm.info/fr/consultations/prolongement-de-la-ligne-bleue
        
       
    • By SkahHigh
      Fil de discussion sur les travaux du tunnel Mont-Royal dans le cadre du REM.

    • By ScarletCoral
      Discussion générale sur l'illumination des édifices et infrastructures de Montréal 
      En passant, Montréal n'a pas de plan lumière à l'exception du Quartier des spectacles et du Vieux-Montréal

      Voir ici un reportage au Téléjournal 18h  de Nabi-Alexandre Chartier (Ça fait toujours drôle de voir à Radio-Canada depuis ses débuts à Musique Plus!!)
       
       
    • By ScarletCoral
      Valérie Mahaut et son équipe de l'Université de Montréal ont recensé tous les anciens cours d'eau et plans d 'eau de l'île de Montréal. 
      On peut consulter les cartes ici : https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/16311 

      Très intéressant pour expliquer pourquoi les fondations de certains projets prennent du temps à construire.
    • By IluvMTL
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1136958/parc-automobile-agglomeration-voitures-vehicules?fbclid=IwAR1o1mYJdYbsfGoomVM14xorfEMiTzviEr1O11iNk3Oa5hTX4A43c05_w98
      En route vers le million de véhicules immatriculés sur l'île de Montréal
      Publié aujourd'hui à 11 h 53Mis à jour à 12 h 24 Congestion routière sur le pont Jacques-Cartier, à l'heure de pointe matinale à Montréal. Photo : Radio-Canada/Simon-Marc Charron
        L'île de Montréal comptera bientôt plus d'un million de voitures, à en croire les plus récentes statistiques de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ).
      Un texte de Jérôme Labbé
      Les chiffres relayés lundi par le bulletin Montréal en statistiques indiquent que le parc automobile de la métropole continue de croître, et non l'inverse.
      Ainsi, l'île de Montréal comptait 968 466 véhicules immatriculés en 2017, en hausse de 1,64 % par rapport à 2016. C'est la plus forte augmentation enregistrée depuis 2004, alors que le même territoire comptait 115 000 véhicules en moins.
      Depuis 13 ans, près de 9000 véhicules s'ajoutent au parc automobile montréalais chaque année, calcule la SAAQ.
      Cette hausse provient surtout des véhicules de promenade. Car si le nombre d'automobiles décroît un peu chaque année depuis le début des années 2010, celui des camions légers – une catégorie qui englobe notamment les véhicules utilitaires sport (VUS) – a plus que doublé depuis 2004.
      En fait, il y a maintenant un camion léger pour deux automobiles à Montréal.
      Quant aux véhicules institutionnels, professionnels ou commerciaux, ils connaissent sensiblement le même phénomène – réduction des automobiles et augmentation des camions légers – avec comme résultat un nombre total relativement stable, autour de 150 000.
      À noter que le nombre de taxis, lui, a légèrement diminué au fil des ans, passant de 3489 en 2004 à 3190 l'an dernier.
      La faute à la croissance
      La SAAQ remarque que la fluctuation du prix de l'essence influence généralement le nombre de véhicules immatriculés à Montréal : plus les prix à la pompe augmentent, plus la croissance du parc automobile ralentit.
      « Par contre, après 2016, la conjoncture économique favorable à Montréal fait en sorte que même avec une hausse des prix de l'essence, peu d'impacts sont ressentis sur l'achat de véhicules », observe-t-elle.
      Et la croissance démographique n'explique pas à elle seule la croissance du parc automobile, puisque le nombre de véhicules de promenade par habitant a augmenté, passant de 0,365 à 0,392 entre 2004 et 2017.
      Enfin, la Société affirme que 5323 véhicules électriques étaient enregistrés sur l'île de Montréal en septembre dernier, alors qu'elle n'en comptait que 652 en août 2004.
      Ces nouvelles données sont publiées alors que le conseil municipal de Montréal, à l'instar de la Communauté métropolitaine, a adopté lundi une « déclaration citoyenne universelle d'urgence climatique » sur la nécessité de réduire rapidement les émissions de gaz à effet de serre.
      Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine