Jump to content

Le taux de chômage au Québec


Normand Hamel

Recommended Posts

Il y a 2 heures, Rocco a dit :

Bas taux de chômage = inflation encore plus élevée = taux directeur tru the roof. Bonne chance!

La première relation (bas taux de chômage = inflation plus élevée) correspond  essentiellement (mais sans les nuances) à la traditionnelle Courbe de Phillips.  La seconde (inflation plus élevée = taux directeur tru the roof) fait référence à un instrument de la politique monétaire visant à moduler le taux d'inflation).  Aux USA en particulier, le mandat de la banque centrale est double: promouvoir/assurer le plein emploi et la stabilité des prix.

Selon moi (et je ne dois pas être le seul à le penser), les causes de la forte inflation actuelle ne se limitent pas aux tensions sur le marché du travail associées à un taux de chômage (très) bas.  J'ai déjà traité du sujet et je n'y reviens pas.

Tu dis "Bonne chance!".  Merci 😃 au nom de tous, mais tu veux probablement dire que la suite des événements ne sera pas plaisante. 😬 En effet, mais reste à voir si l'atterrissage se fera en douceur, ou bien si la douleur se prolongera longtemps.  Je pense que la hausse du taux directeur est un "mal nécessaire"; mais en fait, il est encore historiquement très bas, et même inférieur au taux d'inflation, autrement dit le taux réel demeure négatif.  La grande différence avec des épisodes antérieurs d'inflation, c'est le niveau d'endettement très élevé, faisant en sorte que la moindre hausse du taux (exprimé en valeur absolue) met en péril un grand nombre de débiteurs.  

p.s.  Il faudrait une meilleure compréhension des causes du taux de chômage présentement très bas.  J'en parlerai peut-être une autre fois.  

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Né entre les rapides a dit :

La grande différence avec des épisodes antérieurs d'inflation, c'est le niveau d'endettement très élevé, faisant en sorte que la moindre hausse du taux (exprimé en valeur absolue) met en péril un grand nombre de débiteurs.  

Pouvant profiter de bas taux d'intérêts les gouvernements partout à travers le monde se sont endettés afin de protéger l'économie pendant la pandémie. De leur côté les entreprises se sont également endettées pour faire face à la crise sanitaire. Les particuliers quant à eux ont vu dans certains cas leurs revenus augmenter grâce à l'aide gouvernementale. D'autres par contre se sont endettés en achetant des maisons qui ont maintenant perdu de leur valeur et avec des taux d'intérêts plus élevés sur leurs emprunts.

Bref, c'est l'ensemble des différents acteurs de l'économie qui se retrouvent quelque peu coincée par l'augmentation des taux. D'ailleurs on assiste présentement à un ralentissement du marché immobilier qui sera potentiellement suivi d'un ralentissement du marché de l'emploi si l'économie se contracte comme cela semble être présentement le cas aux États-Unis notamment.

Ce qui fait que pour les années qui viennent j'anticipe un tremblement de terre, suivi d'une éruption volcanique qui pourrait elle-même engendrer un tsunami. 😜

1062039.jpeg

Link to comment
Share on other sites

il y a 48 minutes, Normand Hamel a dit :

Pouvant profiter de bas taux d'intérêts les gouvernements partout à travers le monde se sont endettés afin de protéger l'économie pendant la pandémie. De leur côté les entreprises se sont également endettées pour faire face à la crise sanitaire. Les particuliers quant à eux ont vu dans certains cas leurs revenus augmenter grâce à l'aide gouvernementale. D'autres par contre se sont endettés en achetant des maisons qui ont maintenant perdu de leur valeur et avec des taux d'intérêts plus élevés sur leurs emprunts.

Bref, c'est l'ensemble des différents acteurs de l'économie qui se retrouvent quelque peu coincée par l'augmentation des taux. D'ailleurs on assiste présentement à un ralentissement du marché immobilier qui sera potentiellement suivi d'un ralentissement du marché de l'emploi si l'économie se contracte comme cela semble être présentement le cas aux États-Unis notamment.

Ce qui fait que pour les années qui viennent j'anticipe un tremblement de terre, suivi d'une éruption volcanique qui pourrait elle-même engendrer un tsunami. 😜

1062039.jpeg

Certainement des ralentissements, voire même des contractions importantes  du marché immobilier et de l'emploi, ainsi que des faillites.  A petite dose, ces contractions seraient salutaires, même si elles ne sont jamais agréables.  Je trouvais malsaine la trajectoire de l'économie artificiellement stimulée par des taux d'intérêts très bas et des déficits publics énormes: les deux pieds (monétaire et fiscal) sur l'accélérateur allaient inévitablement conduire à un accident. 

Je suis pessimiste, mais pas alarmiste au point d'imaginer un tsunami.  Premièrement les taux d'intérêts nominaux sont encore historiquement bas, et demeurent négatifs en termes réels.  Deuxièmement, certaines des causes de la poussée inflationniste devraient se dissiper graduellement; si on prend le cas (très visible et sensible) du prix du pétrole, il faut se rappeler que l'accélération observée s'est produite à partir d'un niveau qui avait considérablement baissé dans les premiers moments de l'apparition de la covid; si on prenait comme référence les prix de 2019, les hausses en 2021-22 apparaissent moins spectaculaires.  Puisque que le taux d'inflation annuel est calculé en comparant le niveau actuel à celui qui prévalait il y a 12 mois, les données des prochains mois pourraient  montrer des hausses plus faibles, parce que la référence (12 mois auparavant) était déjà haute; autrement dit, même si les prix continuent de monter, ils le feront à un rythme moins élevé, ce qu'on verra comme un ralentissement de l'inflation: une perspective encourageante, qui affaiblira la volonté de hausser encore plus les taux d'intérêt.  On verra poindre la perspective d'une stabilisation.  Il y aura eu beaucoup de perdants*, et quelques gagnants aussi, mais le retour de la confiance en l'avenir galvanisera les principaux acteurs économiques.  Ça sera une (assez longue) période de rémission, avec l'espoir d'un rétablissement  -- sur des bases différentes.     

* Dont les pertes seront permanentes.  Mais ça ne changera rien ou si peu au potentiel de l'économie réelle.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...