Normand Hamel

Un surplus budgétaire plus élevé que prévu à Québec

Recommended Posts

Un surplus budgétaire plus élevé que prévu à Québec

Julien Arsenault - La Presse Canadienne

Six semaines après le dépôt de son budget, le ministre des Finances, Éric Girard, doit revoir la taille du surplus de l'année financière terminée le 31 mars, qui devrait gonfler à 3,6 milliards - après le versement effectué au Fonds des générations.

Cet écart de 1,1 milliard par rapport à la dernière prévision s'explique par une hausse des rentrées fiscales qui ont dépassé les attentes, signale le rapport mensuel des opérations financières au 28 février, publié vendredi après la fermeture des marchés. 

L'excédent prévu de 3,6 milliards se situe dans la fourchette d'une étude publiée en février dernier par l'Institut du Québec, qui anticipait un surplus oscillant entre 3,4 milliards et 4,6 milliards. Le gouvernement Legault avait tempéré les conclusions de cette enquête. 

Québec a pu empocher 961 millions de plus grâce à des revenus fiscaux plus élevés, une économie du côté du service de la dette attribuable à des taux d'intérêt moins élevés et d'autres baisses de dépenses. Le froid hivernal mordant a fait grimper la facture de chauffage des Québécois, ce qui a permis à Hydro-Québec d'envoyer 100 millions de plus à son actionnaire.

« Ce ne sont pas nos prévisions économiques qui ne sont pas justes, a expliqué M. Girard au cours d'un entretien téléphonique. Ce sont des rentrées fiscales imprévues non récurrentes. On apprécie néanmoins cela. » 

N'empêche, à la fin du mois de février, les finances publiques affichaient un excédent de 9,1 milliards, une somme qui ne tient toutefois pas compte du 2,83 milliards envoyé au Fonds des générations. M. Girard estime que l'on confirmera que les quelque 2,7 milliards de dépenses qui étaient prévues en mars ont été effectuées. 

Le gouvernement Legault précise toutefois qu'il reste « plusieurs analyses » à réaliser avant de pouvoir confirmer avec certitude l'excédent ainsi que les autres données budgétaires, ce qui sera fait en juin, comme à l'habitude. 

En vertu de la mise à jour qui vient d'être effectuée, on devrait s'attendre à des variations moins importantes de la taille de l'excédent, a indiqué M. Girard. 

Pour la dette

Toutefois, les contribuables qui s'attendent à ce que le gouvernement Legault retourne le 1,1 milliard qui s'ajoute au surplus budgétaire initialement prévu resteront sur leur faim. 

« Nous sommes au mois de mai, je n'ai aucune capacité à dépenser de l'argent (pour l'exercice qui s'est terminé le 31 mars), a dit le ministre des Finances. Cette somme (supplémentaire) va réduire la dette du Québec. » 

Pour la période de 11 mois terminée le 28 février dernier, les revenus autonomes - qui excluent les recettes générées par les sociétés d'État comme Hydro-Québec, Loto-Québec et la Société des alcools du Québec - atteignaient près de 59 milliards, en hausse de 8,2 %, ou 4,5 milliards. 

Plus précisément, l'impôt prélevé sur le revenu des particuliers a permis à Québec d'empocher 1,8 milliard de plus, alors que pour celui des entreprises, c'est 1,1 milliard supplémentaire qui a été récolté. Les taxes à la consommation ont aussi généré 697 millions de plus. 

De leur côté, les dépenses de programmes étaient de 67,2 milliards, en hausse de 5,3 %, ce qui est inférieur à la cible de croissance de 6,1 % du budget déposé en mars dernier par M. Girard. 

Quelque 19 milliards en transferts fédéraux avaient été reçus par l'État québécois à la fin du mois de février, en hausse de 4 %. Selon le budget Girard, cette somme devrait être de 21 milliards

Les sociétés d'État ont également été plus performantes, puisqu'en date du 28 février, elles avaient permis au gouvernement Legault d'empocher 4,4 milliards, soit 8,9 % de plus comparativement à la période correspondante de l'exercice précédent. 

Pas de changement

Même si les chiffres sont meilleurs que prévu, M. Girard n'a pas modifié sa prévision pour l'exercice en cours, où l'on devrait atteindre l'équilibre budgétaire, sans toutefois dégager un surplus. 

« La Banque du Canada a abaissé à 1,2 % sa prévision de croissance du produit intérieur brut, a-t-il rappelé. Il y a des facteurs qui peuvent améliorer la situation budgétaire, mais d'autres peuvent l'influencer négativement. » 

Néanmoins, dans un contexte où les taux d'intérêt ne semblent pas sur le point de repartir à la hausse, cela procure une marge de manoeuvre d'environ 200 millions au ministre étant donné que la facture du service de la dette est moins salée.

https://www.lapresse.ca/affaires/economie/201905/03/01-5224613-un-surplus-budgetaire-plus-eleve-que-prevu-a-quebec.php

1637022-ministre-finances-lors-presentation-budget.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, budgebandit a dit :

TIME TO LOWER OUR TAXES!

Or, alternatively, time to lower our national debt. Which is exactly what our government is doing. And because of that we are now in a better financial position than the Government of Ontario should a recession be forthcoming. Follows an article from the Fraser Institute about Ontario's debt versus Québec's.

https://www.fraserinstitute.org/article/ontario-surpasses-quebec-in-debt-race-to-the-bottom

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis pour la réduction des taxes pour être compétitifs avec nos voisin immédiats. Ça serait beaucoup plus payant à long terme et sur la perception négative qu’on soit beaucoup plus taxés que eux. 

En réalité, nous payons déjà la dette. ... Le fond des générations sert à ça. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Par contre, bémol, je crois que certains de ces milliards de trop ne sont pas récurrents. Donc faut limiter la baisse d’impôts à ce qui est récurrent. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Malek a dit :

En réalité, nous payons déjà la dette. ... Le fond des générations sert à ça.

C'est vrai, mais seulement depuis que la CAQ est au pouvoir. Car le gouvernement précédent ne faisait qu'accumuler les surplus dans le FDG sans diminuer la dette, se contentant de laisser baisser le ratio dette-PIB. Pour ce qui est de la baisse des impôts cela viendra en temps et lieu. En attendant ceux qui ont des enfants au Québec sont largement favorisés par rapport aux autres pays de l'OCDE. C'est comme s'ils payaient beaucoup moins d'impôt sans que ce soit vraiment le cas; les bénéfices venant de divers programmes gouvernementaux, comme par exemple les garderies subventionnées.

En attendant la gouvernement cherche à réduire le plus possible la dette car plusieurs économistes prévoient une récession à court ou moyen terme, et la réduction de la dette augmenterait la marge de manoeuvre du Québec en cas de récession. Personnellement je m'opposais à cette pratique car l'argent dans le FDG était alors à des taux d'intérêt beaucoup plus élevés que la dette. Or j'avais tort car les marchés ont baissé l'année dernière et la Caisse a fait un rendement de 4% seulement (un des meilleurs rendements au Canada en passant) alors que la service de la dette était à 3% environ. L'écart s'est donc considérablement réduit entre les deux. Et comme le montant de la dette diminue le gouvernement disposera de surplus additionnelles qui autrement iraient au service de la dette.

Pour revenir aux impôts, il est probable que le gouvernement attendra à la fin de son mandat pour les baisser car cela serait plus payant politiquement. D'ici là la dette devrait avoir diminuée sensiblement. Surtout que le ratio dette-PIB sera en bas de 40% dès l'année prochaine alors que l'on s'attendait d'en arriver là seulement en 2026. Autrement dit l'économie progresse beaucoup plus rapidement que prévu. Donc on peut s'attendre à avoir des diminutions d'impôt d'ici deux ou trois ans. À moins bien sûr qu'il y ait une récession majeure d'ici là.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, Normand Hamel a dit :

C'est vrai, mais seulement depuis que la CAQ est au pouvoir. Car le gouvernement précédent ne faisait qu'accumuler les surplus dans le FDG sans diminuer la dette, se contentant de laisser baisser le ratio dette-PIB. Pour ce qui est de la baisse des impôts cela viendra en temps et lieu. En attendant ceux qui ont des enfants au Québec sont largement favorisés par rapport aux autres pays de l'OCDE. C'est comme s'ils payaient beaucoup moins d'impôt sans que ce soit vraiment le cas; les bénéfices venant de divers programmes gouvernementaux, comme par exemple les garderies subventionnées.

En attendant la gouvernement cherche à réduire le plus possible la dette car plusieurs économistes prévoient une récession à court ou moyen terme, et la réduction de la dette augmenterait la marge de manoeuvre du Québec en cas de récession. Personnellement je m'opposais à cette pratique car l'argent dans le FDG était alors à des taux d'intérêt beaucoup plus élevés que la dette. Or j'avais tort car les marchés ont baissé l'année dernière et la Caisse a fait un rendement de 4% seulement (un des meilleurs rendements au Canada en passant) alors que la service de la dette était à 3% environ. L'écart s'est donc considérablement réduit entre les deux. Et comme le montant de la dette diminue le gouvernement disposera de surplus additionnelles qui autrement iraient au service de la dette.

Pour revenir aux impôts, il est probable que le gouvernement attendra à la fin de son mandat pour les baisser car cela serait plus payant politiquement. D'ici là la dette devrait avoir diminuée sensiblement. Surtout que le ratio dette-PIB sera en bas de 40% dès l'année prochaine alors que l'on s'attendait d'en arriver là seulement en 2026. Autrement dit l'économie progresse beaucoup plus rapidement que prévu. Donc on peut s'attendre à avoir des diminutions d'impôt d'ici deux ou trois ans. À moins bien sûr qu'il y ait une récession majeure d'ici là.

En diminuant la dette on gagne sur 2 cotés. On a moins a rembourser et on economise aussi sur les interets au service de la dette. Mieux q une baisse d impot Selon moi. Apres on pourra songer a baisser les impots. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il est simplement farfelu de croire que la dette au complet sera payé. Ce n’est pas comme une hypothèque ou un prêt personnel. J’espère que la dette du Québec ne vous empêche pas de dormir.

Aujourd’hui le Québec est la juridiction la plus taxée en Amérique du Nord, et parmi celle qui est la moins productive, certainement pas la plus endettée. 

Le niveau de taxation, et la productivité de sa main d’œuvre sont fortement corrélé, la réduction du niveau de dette n’aidera pas autant pour la productivité de la m-o.

C’est la ou le gouvernement doit porter attention, les professionnels et les jeunes qu’on veut attirer, c’est ce qu’ils regardent en premier, pas notre niveau d’endettement. 

Encore une fois, il est plus judicieux de garnir les coffres des fonds des générations que de payer directement la dette. Malgré, le petit soubresaut en 2018, la croissance des marchés atteins les +15% depuis le début de l’année. Beaucoup plus rentable que le paiement d’une dette qui tourne à 3%. 

il y a une heure, andre md a dit :

En diminuant la dette on gagne sur 2 cotés. On a moins a rembourser et on economise aussi sur les interets au service de la dette. Mieux q une baisse d impot Selon moi. Apres on pourra songer a baisser les impots. 

J’espère que si vous avez 1000$ de surplus mensuel au niveau personnel, vous la mettez pas au paiement de votre hypothèque. C’est comme jeter de l’argent par la fenêtre, quand le marché fait beaucoup beaucoup mieux. (Exemple personnel de mon portefeuille, et je suis pas un pro en placement). 

DAE05389-4C30-45DB-A806-529C80395972.png

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 12 minutes, mtlurb a dit :

Il est simplement farfelu de croire que la dette au complet sera payé. Ce n’est pas comme une hypothèque ou un prêt personnel. J’espère que la dette du Québec ne vous empêche pas de dormir.

Aujourd’hui le Québec est la juridiction la plus taxée en Amérique du Nord, et parmi celle qui est la moins productive, certainement pas la plus endettée. 

Le niveau de taxation, et la productivité de sa main d’œuvre sont fortement corrélé, la réduction du niveau de dette n’aidera pas autant pour la productivité de la m-o.

C’est la ou le gouvernement doit porter attention, les professionnels et les jeunes qu’on veut attirer, c’est ce qu’ils regardent en premier, pas notre niveau d’endettement. 

Encore une fois, il est plus judicieux de garnir les coffres des fonds des générations que de payer directement la dette. Malgré, le petit soubresaut en 2018, la croissance des marchés atteins les +15% depuis le début de l’année. Beaucoup plus rentable que le paiement d’une dette qui tourne à 3%. 

J’espère que si vous avez 1000$ de surplus mensuel au niveau personnel, vous la mettez pas au paiement de votre hypothèque. C’est comme jeter de l’argent par la fenêtre, quand le marché fait beaucoup beaucoup mieux. (Exemple personnel de mon portefeuille, et je suis pas un pro en placement). 

DAE05389-4C30-45DB-A806-529C80395972.png

Mon duplex est libre d hypotheque depuis longtemps. Je me rappelle avoir su un taux de 12.5 % pour mon hypotheque.  Plus avantageux pour les emprunteur de nos jours

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 9 minutes, andre md a dit :

Mon duplex est libre d hypotheque depuis longtemps. Je me rappelle avoir su un taux de 12.5 % pour mon hypotheque.  Plus avantageux pour les emprunteur de nos jours

Oui ça a déjà existé, mais aujourd’hui ce n’est pas le cas. Le butin dans le fonds des générations croît plus vite que les économies supposés d’intérêts sur la dette. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.