Fortier

ville-marie 2105-2135 Rue de Bleury - 9 étages

Recommended Posts

Pinned posts

2105-2135 Rue de Bleury

bleurymachin.png

Quote

Emplacement: 2105-2135 de Bleury
Hauteur en étages: 9
Hauteur en mètres: 
Coût du projet: 
Promoteur:
Canvar
Architecte: 
Entrepreneur général: 
Début de construction: 
Fin de construction: 
Site internet: 
Lien webcam: 
Autres images: 
Vidéo promotionnelle: 
Rumeurs: 
Autres informations: 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 10 minutes, acpnc a dit :

Tu as tout à fait raison, mais tant qu'on n'aura pas une véritable politique architecturale et urbanistique acceptée et reconnue par l'ensemble du milieu, y compris les promoteurs. On ne changera malheureusement pas cette mentalité dépassée et rétrograde qui prévaut actuellement à Montréal, comme au Québec en général. C'est Québec qui a le pouvoir d'améliorer les choses, en accordant plus de pouvoir d'intervention aux villes et particulièrement à la métropole où le problème est à mon avis le plus criant.

Je crois que la ville de Montréal a une grosse responsabilité à porter. La politique d'architecture ne réglera rien si on ne change pas la culture qui prévaut dans l'appareil bureaucratique de la ville, qui est une culture du "beige" mur à mur et où les gens qui prennent des décisions ne sont pas les meilleurs pour les prendre. 

La politique d'architecture, de toute façon, a ses limites : si on se base sur les exemples internationaux, elle ne s'applique pas à des projets plus petits qu'une certaine superficie, en fonction de certains usages aussi. Ça voudrait dire qu'on sauverait les meubles pour les gros projets, mais que ça ne voudrait rien dire pour les plus petits. 

Et pourtant, sans politique d'architecture, on est capable d'avoir des CCU dans d'autres arrondissements qui permettent des projets vraiment visionnaires et qui refusent des horreurs, et on est capable d'avoir des projets portés par certains ministères qui sont capable de miser sur la qualité avant la quantité. Pourquoi est-ce que Ville-Marie est autant en retard alors? Même sans politique d'architecture en provenance de Québec, rien n'empêche la ville d'avoir des critères différents, et de faire appel à des gens différents, de revoir la coercition de ses mécanismes d'approbation. Rien n'empêche la ville de redéfinir cette structure du CCU, et de suggérer la retraite à ceux qui pensent que l'architecture en est encore à 1985/1990. 


La réalité est que Ville-Marie a des hauts fonctionnaires dépassés, et que l'arrondissement est mou, et n'ose pas imposer de balises et de limites, et est littéralement lâche face aux promoteurs, par peur maladive de s'attirer les critiques des promoteurs et des clients; par peur que ceux-ci crient "LA VILLE BLOQUE LE DÉVELOPPEMENT". C'est ça, la réalité. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, vanylapep a dit :

C'est qui qui a le dernier mot sur un projet, le CCU de Ville-Marie? Si c'est eux je passerai les glisser un mot.

Non, je crois que ce sont les fonctionnaires. D'ailleurs, ils déforment les projets avant même qu'ils arrivent au CCU. Ce sont également eux qui délivrent les permis. 

Le CCU est "consultatif", d'où son nom. À mon avis il n'a pas assez de pouvoir. Mais en même temps, sa composition est mal fondée - pour le CCU de Ville-Marie, seuls des habitants de Ville-Marie peuvent en faire partie. Je peux comprendre ça pour le CCU de RDP-PAT ou Ahuntsic - c'est bien d'avoir des gens locaux qui connaissent les enjeux locaux. Mais dans le cas de Ville-Marie, le coeur de la ville, l'arrondissement le plus important pour ce qui est de la visibilité de la ville, je crois que les critères de sélection des membres du CCU devraient être différents. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je comprends vos arguments et la situation ne désole également. La question que je me pose est pourquoi on entend pas parler sur ce sujet ceux qui ont une tribune pour se faire entendre? C'est ça qui me dépasse, en fait... L'impression qu'en dehors de Mtlurb, tout le monde s'en fout...

Le partenariat du QdS ne pourrait-il pas dénoncer les horreurs qui poussent sur son territoire et nuisent à l'attrait des lieux ?

Tourisme Montréal ?

L'Ordre des Architectes du Québec?

Les facultés d'architecture de nos universités montréalaises?

Montréal international ?

Les partis d'opposition à Québec et à Montréal?

Plus d'engouement de la part des chroniqueurs des grands journaux?

Le Centre Canadien d'Architecture?

Héritage Montréal?

Etc.

 

Bref, il me semble qu'on devrait entendre plus de gens en parler et on devrait les entendre parler beaucoup plus fort.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Notre association professionnelle organise une conférence avec Dinu Bumbaru cette semaine. Je vais tenter de lui poser une question sur le sujet. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est brun, c'est très brun....

Et vous savez quoi?

Ça ne fera aucun remous dans aucun site de nouvelles pcq ce n'est pas haut. À Mtl, la laideur et la beigitude brune moche, personne n'en parle (sauf nous, bibittes bizarres), tant que ça dépasse pas trop.

Pauvre architecture, pauvre design, pauvre Mtl.

Y'a une culture à changer, pis on n'est pas rendu......

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Marc90 a dit :

Non, je crois que ce sont les fonctionnaires. D'ailleurs, ils déforment les projets avant même qu'ils arrivent au CCU. Ce sont également eux qui délivrent les permis. 

Le CCU est "consultatif", d'où son nom. À mon avis il n'a pas assez de pouvoir. Mais en même temps, sa composition est mal fondée - pour le CCU de Ville-Marie, seuls des habitants de Ville-Marie peuvent en faire partie. Je peux comprendre ça pour le CCU de RDP-PAT ou Ahuntsic - c'est bien d'avoir des gens locaux qui connaissent les enjeux locaux. Mais dans le cas de Ville-Marie, le coeur de la ville, l'arrondissement le plus important pour ce qui est de la visibilité de la ville, je crois que les critères de sélection des membres du CCU devraient être différents. 

Tu soulèves de bon points, mais je m'inquiète qu'on se perde dans les méandres de la bureaucratie et de la gouvernance de la Ville, où les pouvoirs sont partagés avec les arrondissements. Ce qui peut conduire à autant de politiques différentes selon les équipes en place.

il y a 40 minutes, RLCBBR a dit :

Je comprends vos arguments et la situation ne désole également. La question que je me pose est pourquoi on entend pas parler sur ce sujet ceux qui ont une tribune pour se faire entendre? C'est ça qui me dépasse, en fait... L'impression qu'en dehors de Mtlurb, tout le monde s'en fout...

Le partenariat du QdS ne pourrait-il pas dénoncer les horreurs qui poussent sur son territoire et nuisent à l'attrait des lieux ?

Tourisme Montréal ?

L'Ordre des Architectes du Québec?

Les facultés d'architecture de nos universités montréalaises?

Montréal international ?

Les partis d'opposition à Québec et à Montréal?

Plus d'engouement de la part des chroniqueurs des grands journaux?

Le Centre Canadien d'Architecture?

Héritage Montréal?

Etc.

 

Bref, il me semble qu'on devrait entendre plus de gens en parler et on devrait les entendre parler beaucoup plus fort.

 

Oui un comité d'experts pourrait conduire à un changement de mentalité plus profond et donner de la substance à une réglementation plus sévère en matière de qualité architecturale. Autrement si chacun dénonce de son côté, qu'il soit journaliste, architecte ou autre, il prêchera dans le désert.

Comme d'autres dont Dinu Bumbaru, Jean-Claude Marsan https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Claude_Marsan a tenté ponctuellement d'éveiller les esprits par des interventions ciblées, mais malheureusement sans vraiment trouver davantage d'écho dans le milieu. 

Donc ce n'est pas le travail d'un homme (ou d'une femme) mais un travail d'équipe concerté qu'il faut organiser (un conseil de sages). Ce comité pluridisciplinaire qui aurait toutes les compétences pour agir, pourra briser l'inertie actuelle et insuffler une volonté réelle de changement en matière d'urbanisme et d'architecture.

Parce qu'on ne peut plus appliquer arbitrairement des décisions hors d'un cadre professionnel pour une ville comme Montréal, qui doit absolument soigner son image si elle veut se distinguer avantageusement de la concurrence mondiale.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je peux pas croire que ce projet a été approuvé au CCU de Ville-Marie, c'est complètement ridicule. Il faut à tout prit renvoyer les concepteurs à la table à dessin. Geiger Huot devrait avoir honte de pondre un projet aussi horrible et la ville aussi d'autoriser un contre-exemple pareil. Le pire dans tous ça est qu'on sait très bien comment ce projet va se réaliser, non seulement il est conceptuellement pourrit à l'étape de la table à dessin, mais il sera tout aussi horrible dans son exécution et sa qualité de construction. Et le façadisme en plus...

Ça me dégoute. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, acpnc a dit :

Tu soulèves de bon points, mais je m'inquiète qu'on se perde dans les méandres de la bureaucratie et de la gouvernance de la Ville, où les pouvoirs sont partagés avec les arrondissements. Ce qui peut conduire à autant de politiques différentes selon les équipes en place.

Oui un comité d'experts pourrait conduire à un changement de mentalité plus profond et donner de la substance à une réglementation plus sévère en matière de qualité architecturale. Autrement si chacun dénonce de son côté, qu'il soit journaliste, architecte ou autre, il prêchera dans le désert.

Comme d'autres dont Dinu Bumbaru, Jean-Claude Marsan https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Claude_Marsan a tenté ponctuellement d'éveiller les esprits par des interventions ciblées, mais malheureusement sans vraiment trouver davantage d'écho dans le milieu. 

Donc ce n'est pas le travail d'un homme (ou d'une femme) mais un travail d'équipe concerté qu'il faut organiser (un conseil de sages). Ce comité pluridisciplinaire qui aurait toutes les compétences pour agir, pourra briser l'inertie actuelle et insuffler une volonté réelle de changement en matière d'urbanisme et d'architecture.

Parce qu'on ne peut plus appliquer arbitrairement des décisions hors d'un cadre professionnel pour une ville comme Montréal, qui doit absolument soigner son image si elle veut se distinguer avantageusement de la concurrence mondiale.

 

Est-ce qu'une pétition (qui mènera à une consultation publique) servirait à quelque chose?

Share this post


Link to post
Share on other sites
On 2019-12-06 at 5:41 PM, vincethewipet said:

bleurybldg.png

bleurybldg1.png

bleurybldg3.png

Mon Dieu une autre horreur. Si au moins la couleur de la brique était différente de ce brun lavasse. Zéro originalité, typiquement Canvar.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By Chuck-A
      Début d’importants travaux à la station McGill qui deviendra universellement accessible
      Nouvelle >  20 janvier 2020
      La Société de transport de Montréal (STM) procédera à d’importants travaux à la station McGill à compter de la mi-février jusqu’au printemps 2022.
      Les travaux
      Au coût de plus de 60 M$, ces travaux comprendront :
      la réfection de la membrane d’étanchéité du toit de la station situé sous le niveau de la rue; la construction d’un nouvel édicule qui accueillera un nouvel ascenseur afin de rendre la station universellement accessible; l’ajout d’un second ascenseur; la réfection de trois édicules : édicule 811 de Maisonneuve, édicule de Maisonneuve et édicule de la Cathédrale; des interventions mineures à trois autres édicules. Les entraves
      Les entraves se feront surtout sentir au niveau de la surface, alors qu’à compter de mars 2020, le boul. De Maisonneuve Ouest sera fermé entre la rue McGill College et la rue Union pour les travaux de membrane d’étanchéité. Cette fermeture sera effective jusqu’en décembre 2020. Les travaux extérieurs reprendront sur le boul. De Maisonneuve Ouest en mars 2021 jusqu’en décembre 2021 entre le boul. Robert-Bourassa et la rue Aylmer.
      De plus, certains édicules seront également fermés pour différentes périodes de temps durant les travaux, mais quatre accès à la station demeureront ouverts en tout temps.
      Par ailleurs, à partir de mars 2020, certains arrêts de bus qui desservent la station McGill devront être relocalisés à proximité de la station.
      Pour plus de détails sur les entraves et le projet : www.stm.info/mcgill

      Emplacement du nouvel édicule à la station McGill

      Entrée rue Union à la station McGill

      Emplacement d'un nouvel ascenseur niveau Mezzanine côté Angrignon

      Emplacement d'un nouvel ascenseur au niveau du quai Honoré-Beaugrand
      La station McGill en bref
      Au moment de la construction du réseau initial, elle est considérée comme une station de prestige, car elle possède l’œuvre d’art La vie à Montréal au XIXe siècle de Nicolas Sollogoub. La station de métro accueille 11,5 millions d’entrants par année, ce qui en fait la 2e station la plus achalandée du réseau, après Berri-UQAM. Elle compte six édicules.  Elle est desservie par 4 lignes de bus (excluant les lignes de nuit). http://www.stm.info/fr/presse/nouvelles/2020/debut-d-importants-travaux-a-la-station-mcgill-qui-deviendra-universellement-accessible
    • By UrbMtl
      Maison Fides
      (rénovation + nouvelle construction)

       
    • By IluvMTL
      http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=7317,79803639&_dad=portal&_schema=PORTAL
      Autorisations et dérogations
      Procédures d'urbanisme
      Selon les caractéristiques particulières ou la nature de votre projet, il peut être nécessaire de recourir à des mesures d’exception d’urbanisme ou de se conformer à certaines dispositions règlementaires, pour que votre projet puisse voir le jour. Voici ci-dessous les conditions et les procédures qui se rapportent aux différents outils règlementaires en place (description de la procédure, délais de traitement, critères d’évaluation, étapes d’analyse du projet, etc.). Notez que celles-ci s’ajoutent aux conditions et procédures également prévues dans le cadre des demandes régulières de permis et d’autorisations.
      Article 89
      La procédure en vertu de l’article 89 de la Charte de la Ville de Montréal vise la réalisation d’un projet d’envergure ou de nature exceptionnelle (équipement collectif ou institutionnel, grandes infrastructures, immeuble patrimonial classé ou cité,…), même s’il déroge à la règlementation d’urbanisme de l’arrondissement.
      Charte de la Ville de Montréal – article 89.1
      Fiche sur l’article 89
      Formulaire de demande d'approbation d'un projet
      Google Chrome, Mozilla Firefox et Apple Safari peuvent afficher les fichiers PDF incorrectement. Pour passer du lecteur PDF intégré à un autre lecteur PDF, suivez les instructions »
      Avis de recevabilité pour une démolition
      La procédure des avis de recevabilité d’une démolition permet d’obtenir l’avis de la Division de l’urbanisme et du développement économique concernant la recevabilité de la démolition d’un immeuble. Cet avis permettra par la suite d’orienter le demandeur à savoir s’il est judicieux de déposer une demande formelle de démolition d’un immeuble.
      Fiche sur l’avis de recevabilité pour une démolition
      Formulaire de demande d'un avis de recevabilité
      Google Chrome, Mozilla Firefox et Apple Safari peuvent afficher les fichiers PDF incorrectement. Pour passer du lecteur PDF intégré à un autre lecteur PDF, suivez les instructions »
      Règlement sur la démolition d’immeubles
      Avis préliminaire
      La procédure d’avis préliminaire permet d’évaluer la recevabilité d’un projet qui déroge à la réglementation d’urbanisme de l’arrondissement ou d'un projet soumis à la procédure de Titre VIII du Règlement d'urbanisme. L’avis préliminaire permet également d’obtenir un avis du comité consultatif d’urbanisme (CCU).
      Fiche sur l’avis préliminaire
      Formulaire de demande d’avis préliminaire
      Google Chrome, Mozilla Firefox et Apple Safari peuvent afficher les fichiers PDF incorrectement. Pour passer du lecteur PDF intégré à un autre lecteur PDF, suivez les instructions »
      Autorisation du ministère de la Culture et des Communications (MCC)
      L'arrondissement de Ville-Marie agit à titre de guichet unique pour toute demande d'autorisation du ministère de la Culture et des Communications (MCC) sur son territoire. Ainsi, toute demande doit obligatoirement transiger par l'arrondissement.
      Formulaire de demande d’autorisation du MCC
      Google Chrome, Mozilla Firefox et Apple Safari peuvent afficher les fichiers PDF incorrectement. Pour passer du lecteur PDF intégré à un autre lecteur PDF, suivez les instructions »
       Loi sur le patrimoine culturel (chapitre P-9.002)
      Conversion en copropriété divise
      Dans l'objectif de protéger le parc de logements locatifs dans l'arrondissement de Ville-Marie, il est interdit de convertir un immeuble de logements en copropriété divise. Toutefois, une procédure permet, à certaines conditions, de déroger à cette interdiction.
      Fiche sur la conversion en copropriété divise
      Formulaire de demande d'autorisation de conversion en copropriété divise
      Google Chrome, Mozilla Firefox et Apple Safari peuvent afficher les fichiers PDF incorrectement. Pour passer du lecteur PDF intégré à un autre lecteur PDF, suivez les instructions »
      Règlement sur la conversion des immeubles en copropriété divise (C-11) 
      Démolition d'immeubles
      La procédure de démolition vise à protéger les immeubles pouvant présenter un intérêt patrimonial et à encadrer la réutilisation du sol dégagé tout en permettant au Comité d'étude des demandes de démolition (CEDD) d'imposer toute condition à cet effet (délai de réalisation des travaux, garantie monétaire, etc).
      Fiche sur la démolition d'immeubles
      Formulaire de certificat d'autorisation de démolition
      Google Chrome, Mozilla Firefox et Apple Safari peuvent afficher les fichiers PDF incorrectement. Pour passer du lecteur PDF intégré à un autre lecteur PDF, suivez les instructions »
      Règlement sur la démolition d'immeubles (CA-24-215)
      Dérogation mineure
      La procédure de dérogation mineure vise à permettre la réalisation de travaux projetés qui dérogent de façon mineure à des dispositions précises de la réglementation d'urbanisme de l'arrondissement en raison de contraintes particulières propres à la propriété visée. La procédure de dérogation mineure est donc une mesure d'exception.
      Fiche sur la dérogation mineure
      Formulaire de demande d'autorisation d'une dérogation mineure
      Règlement sur les dérogations mineures (CA-24-008)
      Projet particulier de construction, de modification ou d’occupation d’un immeuble (PPCMOI)
      Surhauteur
      La procédure de surhauteur vise à permettre la construction d’une tour dépassant la hauteur maximale prescrite, située en retrait du plan de façade principal. Celle-ci est évaluée de façon à assurer son intégration dans la silhouette distinctive du centre-ville et pour atténuer certains impacts, notamment l’ensoleillement, les vents, les vues depuis et vers le mont Royal ainsi que la circulation véhiculaire.
      Fiche sur la surhauteur
      Formulaire de demande d’autorisation d’une surhauteur
      Google Chrome, Mozilla Firefox et Apple Safari peuvent afficher les fichiers PDF incorrectement. Pour passer du lecteur PDF intégré à un autre lecteur PDF, suivez les instructions »
      Règlement d’urbanisme de Ville-Marie (articles 34 à 42)
      Révision de projet 
      La procédure de révision de projet vise à assurer une architecture et des aménagements de qualité qui s’intègrent adéquatement à leur milieu d’insertion. Cette approche plus souple d’évaluation qualitative, plutôt que normative des projets, favorise la recherche de solutions novatrices dans un échange ouvert entre l’arrondissement et le demandeur.
      Fiche sur la révision du projet
      Règlement d’urbanisme de Ville-Marie (articles 99 à 127.24 et 710 à 716)
      Usage conditionnel
      La procédure d’usage conditionnel introduit une souplesse dans la réglementation permettant d’implanter, à la suite d’une procédure d’évaluation, des usages compatibles avec le milieu (résidentiels, commerciaux, industriels ou communautaires) sans qu’il soit nécessaire de modifier la réglementation à chaque fois.
      Fiche sur l’usage conditionnel
      Formulaire de demande d’autorisation d’un usage conditionnel
      Google Chrome, Mozilla Firefox et Apple Safari peuvent afficher les fichiers PDF incorrectement. Pour passer du lecteur PDF intégré à un autre lecteur PDF, suivez les instructions »
      Règlement d’urbanisme de Ville-Marie (articles 308 à 329 et 135-136)
      Tarifs
      Règlement sur les tarifs - exercice financier 2019
    • By IluvMTL
      Gare Viger Est SENC
      Mandat :
      Période couverte par le mandat : du 2019-08-05 au 2019-12-31
      Contrepartie reçue ou à recevoir : de 10 000 $ à 50 000 $
      Objet des activités : Proposition législative ou réglementaire, résolution, orientation, programme ou plan d'action
      Renseignements utiles :
      Le mandat consiste à assister le client dans ses propos adressés à l’arrondissement Ville-Marie dans le cadre du processus d’élaboration du programme particulier d’urbanisme des Faubourgs. En plus de l’accompagnement dans le cadre des consultations publics, il s’agit de formuler des commentaires destinés à l’arrondissement suite à la publication du rapport de l’Office de consultation public de Montréal(OCPM). Le rapport de l'OCPM dit ceci: "Le projet annoncé à l’est de la rue Saint-Hubert, voisin de la gare Viger, n’est pas inscrit au plan. Ses composantes devront faire partie de toutes études établissant les besoins du secteur en équipement collectif et sur le plan de développement commercial à établir pour tout le secteur." Le propriétaire souhaite rappeler à l'arrondissement que l'îlot voisin du site dont il est question est présentement en redéveloppement et accueillera des commerces de proximité qui devraient être considérés dans le cadre d'une étude établissant les besoins du secteur. Cette démarche auprès de l'arrondissement vise l'adoption d'orientation à inscrire au programme particulier d'urbanisme des Faubours (en cours de rédaction) afin que les usages résidentiels et commerciaux (sans obligation d'établir des commerces à l'ensemble du rez-de-chaussée) présentement autorisé pour le lot 2 888 905 soient maintenu.
      Le client souhaite redévelopper le lot 2 888 905 coin des rues St-Antoine et St-Hubert avec un projet résidentiel de type condo, mais souhaite aussi avoir la possibilité d'intégrer des commerces et services de proximités au rez-de-chaussée si un tel besoin est démontré au moment de la planification et de la mise en oeuvre du projet. Le redéveloppement est à l'étape d'intention, les détails sur le nombre d'étage et le nombre de logements n'a pas encore fait l'objet d'étude ou de plan. Pour l'instant, les démarches ne visent pas un modification réglementaire.
       

       
       

    • By ScarletCoral
      la Chine veut y installer son consulat
      https://www.journaldemontreal.com/2019/12/18/la-chine-achete-lex-hopital-shriners
      La Chine achète l’ex-hôpital Shriners
      Pékin paye 17,5 M$ pour s’établir à flanc de montagne

      Le gouvernement chinois a payé 17,5 M$ pour l’ancien hôpital Shriners (qu’on voit en arrière-plan), soit 8,5 M$ de moins que l’évaluation municipale.
       
      HUGO JONCAS
      Mercredi, 18 décembre 2019 21:13
      MISE À JOUR Mercredi, 18 décembre 2019 21:13
      Le gouvernement chinois met la main sur l’ancien hôpital Shriners pour son nouveau consulat montréalais, en plein site historique du Mont-Royal. 
      Pékin n’a pas encore arrêté ses plans, mais il pourrait décider de démolir la propriété, acquise pour 17,5 M$, pour se construire un nouvel immeuble. 
      Une autre option serait de modifier les anciennes installations du Shriners, spécialisé dans les soins orthopédiques pour enfants, aujourd’hui installé sur le nouveau site du Centre universitaire de santé McGill. 

      Chose certaine, la transaction fait grincer des dents aux Amis de la montagne. L’organisme souhaitait plutôt que l’immeuble et les terrains soient intégrés au domaine public et au parc du Mont-Royal. 
      « Ce qu’on préconise, c’est de conserver la vocation publique de l’immeuble et du terrain, qu’ils soient accessibles à la population, dit Hélène Panaïoti, directrice générale des Amis de la montagne. Le site est enclavé dans une forêt magnifique et il y a possibilité de créer de nouveaux liens avec le centre-ville. » 
      Le consulat chinois est conscient qu’il s’installe sur le site patrimonial du Mont-Royal. Pékin dit vouloir prendre toutes les précautions nécessaires pour réaménager la propriété, qui offre une vue spectaculaire sur le centre-ville, le fleuve Saint-Laurent et les collines montérégiennes. 
      « Pour les prochaines étapes, nous devrons obtenir l’avis des autorités locales, consulter la municipalité, dit Wenzhang Wang, responsable des communications au consulat de Montréal. Les travaux devront être en cohérence avec l’écologie de la montagne. » 
      Discussions à venir 
      Le gouvernement chinois compte d’ailleurs contacter Les Amis de la montagne. Il étudie déjà la possibilité de démolir la route d’accès actuelle pour la remplacer par un nouveau chemin moins imposant et céder une partie du terrain au parc du Mont-Royal. 
      Chose certaine, le nouveau consulat ne sera pas prêt avant « plusieurs années », compte tenu des travaux à effectuer, dit le responsable des communications au consulat général de Chine à Montréal, Wang Wenzhang. 
      « On va démontrer notre volonté de respecter l’environnement, avec des matériaux et un design écologiques », assure le porte-parole. 
      Devenir proprio 
      Le consulat chinois se tourne vers le Mont-Royal après huit ans de recherches pour un emplacement permanent.  
      Installé depuis 2011 dans des locaux loués de la rue Sainte-Catherine Ouest, le gouvernement chinois voulait régulariser sa situation immobilière dans la métropole. « D’après les conventions, on devrait être propriétaires de nos installations diplomatiques », dit Wenzhang Wang. 
      Peu de joueurs sur le marché semblaient intéressés par l’immeuble, qui était en vente depuis 2017. Pékin l’acquiert pour 8,5 M$ de moins que son évaluation municipale.