bxlmontreal

737 max suites des écrasements

Recommended Posts

I can tell you based on my recent experience the last few days with flights to SFO and LAX that AC is trying very hard to make this all work.  I commend them for an incredible job.  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Boeing visé par des recours judiciaires pour l'écrasement de deux de ses 737 MAX

Radio-Canada

Une firme d'avocats de Washington poursuit l'avionneur américain pour son rôle dans l'écrasement d'un appareil de la compagnie Lion Air au large de l'Indonésie en octobre 2018 et prépare un deuxième recours en lien avec l'écrasement d'un avion d'Ethiopian Airlines, survenu il y a une dizaine de jours.

La première poursuite a été déposée par la firme américaine spécialisée Herrmann Law Group au nom des familles de 23 victimes devant un tribunal de l'État de Washington.

La plainte allègue que l'équipement de Boeing est tombé en panne et que l'avionneur n'a pas bien informé les pilotes de la présence et des dangers d'un nouveau système automatisé installé à bord de l'avion, qui s'est abîmé en mer il y a cinq mois.

Aucune des 189 personnes à son bord n'a survécu.

La firme d'avocats a dans ses cartons une deuxième poursuite, cette fois en lien avec l'écrasement récent d'un avion d'Ethiopian Airline, qui a fait 157 victimes.

Elle souligne l'existence de similitudes entre les deux catastrophes aériennes.

D'autres cabinets d'avocats ont eux aussi entamé des procédures judiciaires.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1159556/boeing-poursuites-judiciaires-ecrasement-737-max-lion-air-ethopian-airlines

RC.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

FBI joining criminal investigation into certification of Boeing 737 MAX

Steve Miletich - The Seattle Times

The FBI has joined the criminal investigation into the certification of the Boeing 737 MAX, lending its considerable resources to an inquiry already being conducted by U.S. Department of Transportation agents, according to people familiar with the matter.

The federal grand jury investigation, based in Washington, D.C., is looking into the certification process that approved the safety of the new Boeing plane, two of which have crashed since October.

The FBI’s Seattle field office lies in proximity to Boeing’s 737 manufacturing plant in Renton, as well as nearby offices of Boeing and Federal Aviation Administration (FAA) officials involved in the certification of the plane.

The investigation, which is being overseen by the U.S. Justice Department’s criminal division and carried out by the Transportation Department’s Inspector General, began in response to information obtained after a Lion Air 737 MAX 8 crashed shortly after takeoff from Jakarta on Oct. 29, killing 189 people, Bloomberg reported earlier this week, citing an unnamed source.

It has widened since then, The Associated Press reported this week, with the grand jury issuing a subpoena on March 11 for information from someone involved in the plane’s development, one day after the crash of an Ethiopian Airlines 737 MAX 8 near Addis Ababa that killed 157 people.

The FBI’s support role was described by people on condition of anonymity because of the confidential nature of the investigation.

Representatives of the Justice Department, the FBI and Transportation Department declined to comment, saying they could neither confirm nor deny an investigation. Boeing declined to comment.

A Seattle Times story on Sunday detailed how FAA managers pushed its engineers to delegate more of the certification process to Boeing itself. The Times story also detailed flaws in an original safety analysis that Boeing delivered to the FAA.

Two days later, Transportation Secretary Elaine Chao took the unusual step of asking the department’s inspector general to conduct a formal audit of the certification process for the MAX. The audit is an administrative action, separate from the criminal investigation.

Criminal investigations into the U.S. aviation industry, including federal oversight of airplane manufacturing and airline operations, are rare — in part because of the longstanding belief that a civil-enforcement system better promotes candid reporting of concerns without fear of criminal repercussions.

Those criminal cases that have occurred have focused on false entries and misrepresentations.

In 1998, Transportation Department and FBI agents, acting on a whistleblower’s allegations, served a criminal search warrant on Alaska Airlines, seeking evidence of maintenance irregularities.

The investigation expanded to include the January 2000 crash of Alaska Flight 261 that killed 88 people, which the National Transportation Safety Board later blamed on the airline’s faulty maintenance practices and poor FAA oversight.

But no criminal charges were filed, although the FAA, in a separate administrative review, ultimately found that Alaska and three of its managers had violated safety regulations, fining the carrier $44,000, revoking the mechanic licenses of two of the managers and suspending the license of the third.

Federal criminal charges were brought over the May 11, 1996, ValuJet Flight 592 crash that took off from Miami International Airport and plunged into the Everglades minutes later, killing 110 people.

Federal prosecutors in Florida filed a 24-count indictment against SabreTech, an airline maintenance contractor, and its workers over alleged violations in the handling of oxygen containers blamed for the crash. SabreTech was found guilty on nine counts but was acquitted on conspiracy charges, according to news reports. An appeals court later overturned all but one of the counts, the improper training of employees.

One issue that has arisen in criminal investigations of safety matters is whether they deter people from cooperating in other government investigations and civil proceedings.

In 2000, the National Transportation Safety Board warned that its findings on the cause of the 1999 deadly pipeline explosion in Bellingham could be indefinitely delayed because of a separate criminal investigation that had silenced key witnesses.

Then-NTSB Chairman Jim Hall said his agency had yet to question eight computer-room operators at Olympic Pipe Line who invoked their Fifth Amendment right against self-incrimination shortly after the June 10 blast that killed two boys and led to the death of a young man.

Eric Weiss, an NTSB spokesman, said he couldn’t comment on whether any individuals have declined to provide information on the Boeing 737 MAX crashes in light of the criminal investigation.

https://www.seattletimes.com/business/boeing-aerospace/fbi-joining-criminal-investigation-into-certification-of-boeing-737-max/

FBI.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Air Canada avait acheté des options de sécurité sur ses 737 MAX

Air Canada affirme que ses Boeing 737 MAX, actuellement cloués au sol, sont équipés de deux dispositifs de sécurité optionnels qui auraient été absents des appareils qui se sont écrasés en Éthiopie et en Indonésie.

Le New York Times rapporte jeudi que les avions d'Ethiopian Airlines et de Lion Air victimes d'écrasements mortels n'auraient pas été équipés d'indicateurs d'incidence et de « voyants désaccord », qui sont utilisés par le système logiciel de l'avion pendant le vol pour éviter les décrochages. 

Selon l'article du quotidien new-yorkais, ces dispositifs de sécurité ne sont pas automatiquement inclus dans les avions et sont proposés par Boeing en tant qu'options supplémentaires. 

La porte-parole d'Air Canada, Isabelle Arthur, a indiqué que la compagnie aérienne avait acheté ces dispositifs pour sa flotte de 24 avions MAX 8. 

Les causes de l'écrasement du vol d'Ethiopian Airlines, le 10 mars, et d'un appareil semblable de Lion Air, cinq mois plus tôt, font l'objet d'une enquête. Les deux avions se sont écrasés peu de temps après leur décollage. Les enquêteurs cherchent à savoir si un nouveau système logiciel ajouté pour éviter les décrochages avait pu être un facteur. 

Air Canada a cloué au sol ses Boeing 737 MAX 8 au moins jusqu'au 1er juillet, afin de rassurer les voyageurs qui souhaiteraient réserver des vols dans les prochains mois.

https://www.lapresse.ca/affaires/economie/transports/201903/21/01-5219120-air-canada-avait-achete-des-options-de-securite-sur-ses-737-max.php

Air Canada.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1159874/indonesie-garuda-annulation-commande-boeing-737-max

Garuda Indonesia annule une commande de 49 Boeing 737 MAX 

Reuters

Garuda Indonesia a envoyé une lettre à Boeing pour demander l'annulation de sa commande de 49 avions 737 MAX, a déclaré vendredi le directeur financier de la compagnie aérienne nationale indonésienne.

Fuad Rizal a précisé à Reuters que la compagnie pourrait commander à la place d'autres modèles de Boeing.

Il s'agit de la première demande d'annulation de commande faite publiquement à Boeing depuis l'accident d'un 737 MAX de la compagnie Ethiopian Airlines qui a tué 157 personnes la semaine dernière, le deuxième accident en cinq mois d'un avion de ce modèle.

Rizal a refusé de dire la raison pour laquelle Garuda ne voulait plus de 737 MAX, dont elle ne dispose actuellement que d'une seule unité dans sa flotte.

Selon des sources du secteur, les livraisons de 737 MAX par Boeing sont bloquées de facto, bien que la production se poursuive, après que les États-Unis se sont ralliés en milieu de semaine dernière à la plupart des autres pays du monde en interdisant de vol ce modèle d'avion pour raisons de sécurité.

Le PDG de Boeing tente de limiter les dégâts

Dans une lettre publiée vendredi dans les journaux, le PDG de Boeing, Dennis Muilenburg, a exprimé une fois de plus ses condoléances aux proches des passagers et des équipages du vol 302 d’Ethiopian Airlines et du vol 610 de Lion Air qui se sont écrasés plus tôt cette année en raison de problèmes suspectés dans le système de pilotage de Boeing 737 MAX 8 et 9.

« La perte tragique du vol 302 d’Ethiopian Airlines et du vol 610 de Lion Air nous touche tous, unissant peuples et nations partageant la douleur de tous ceux qui sont en deuil », écrit Dennis Muilenburg.

Assurant que la sécurité à bord des appareils est un objectif poursuivi par tous les acteurs de l’industrie aéronautique, le PDG de Boeing a ajouté que sa compagnie participe activement aux enquêtes pour déterminer la cause exacte de ces écrasements.

« Nous sommes unis avec nos lignes aériennes clientes, les législateurs internationaux et les autorités gouvernementales dans nos efforts pour soutenir la plus récente enquête, pour comprendre ce qui est arrivé et aider à prévenir d’autres tragédies. »

Dennis Muilenburg ajoute que Boieng lancera sous peu une mise à jour des systèmes informatiques à bord des 737 MAX ainsi qu’une mise à jour de la formation des pilotes « qui répondra aux préoccupations soulevées à la suite de l’accident du vol 610 de Lion Air », écrit le PDG de Boeing.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les enquêteurs veulent savoir si Boeing a trompé les régulateurs américains

Agence France-Presse

Les enquêteurs américains cherchent à savoir si Boeing a fourni des informations « incomplètes ou trompeuses » aux régulateurs à propos du 737 MAX, selon le Wall Street Journal vendredi.

Cela vient préciser un des points sur lesquels se concentrent les enquêteurs dans le cadre de leurs investigations sur la façon dont l'avion a été développé et certifié par les régulateurs.  

L'accident du vol d'Ethiopian Airlines qui a fait 157 morts le 10 mars était le second en moins de cinq mois pour le Boeing 737 MAX 8, après celui d'un appareil de Lion Air en octobre qui s'est abîmé au large de l'Indonésie faisant 189 morts. 

L'enquête criminelle, qui implique notamment le FBI, avait été ouverte après le premier crash, rappelle le WSJ. 

Ces deux accidents qui présentent des similitudes troublantes ont poussé la plupart des régulateurs de l'aviation internationale à clouer au sol ces appareils en attendant d'en savoir plus sur leurs causes. Les interrogations se concentrent précisément sur le système anti-décrochage MCAS de ces avions. 

Ils ont aussi soulevé aux États-Unis des doutes sur la certification du 737 MAX. 

Confrontée à des coupes budgétaires et en manque de personnels compétents face aux nouvelles technologies embarquées dans le 737 MAX, la FAA a confié une grande partie de la certification de l'avion aux employés de Boeing suivant une nouvelle procédure mise en place il y a plus d'une dizaine d'années. 

Elle a toutefois assuré, comme Boeing, que la certification de l'avion s'était déroulée dans les règles. 

Le ministère américain des Transports a commandé un audit sur cette procédure de certification. 

La compagnie indonésienne Garuda vient d'annoncer qu'elle renonçait à une commande de 49 Boeing 737 MAX 8.

https://www.lapresse.ca/affaires/economie/transports/201903/22/01-5219326-les-enqueteurs-veulent-savoir-si-boeing-a-trompe-les-regulateurs-americains.php

737.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.