IluvMTL

Projet de règlement sur l'offre de logement social, abordable et familial

Recommended Posts

Il y a 5 heures, acpnc a dit :

«J’aime toujours rappeler que la notion d’abordabilité et le fait que Montréal demeure accessible à toutes sortes de ménages sont vraiment un avantage pour notre métropole», a ajouté la mairesse, qui a fait part de sa «grande tristesse» quant au fait que de nombreuses grandes villes dans le monde «ne sont malheureusement plus abordables». 

Afin de «garder le cap» dans la réalisation de sa promesse électorale d’aménager 6000 logements sociaux et 6000 logements abordables d’ici 2021, la mairesse fait par ailleurs appel à Québec afin que le programme AccèsLogis soit bonifié.

(ci-dessus un extrait d'une citation par acpnc d'un article paru dans journal metro)

L'objectif est louable, mais n'est-ce pas quand même curieux qu'une promesse faite par une candidate à la mairie de Montréal dépende, pour sa réalisation, de décisions devant être prises par des élus provinciaux et/ou fédéraux?  --Je pense qu'il aurait été plus honnête de promettre de se battre auprès de Québec et d'Ottawa pour obtenir les fonds nécessaires.    Un peu comme le parent qui promet une bicyclette à son enfant, mais qui en réalité n'en a pas les moyens et compte sur le Père Noël  (ou un autre membre de la famille). 

Tant et aussi longtemps que les fonds demeurent à Québec/Ottawa, c'est aux candidats aux élections à ces niveaux qu'il revient de faire des promesses concrètes.  La mairesse d'une ville devrait se contenter de promettre d'exercer des pressions auprès des précédents.  

Dans le cas qui nous occupe ici, qu'arrivera-t-il si les logements ¨promis¨ ne sont pas réalisés?  Dira-t-on  que Valérie Plante n'a pas tenu sa promesse? (en dépit du fait qu'elle fait tout ce qu'elle peut pour y parvenir).  Et si les logements  "promis" sont effectivement réalisés, qui s'en attribuera les mérites?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, Né entre les rapides a dit :

(ci-dessus un extrait d'une citation par acpnc d'un article paru dans journal metro)

L'objectif est louable, mais n'est-ce pas quand même curieux qu'une promesse faite par une candidate à la mairie de Montréal dépende, pour sa réalisation, de décisions devant être prises par des élus provinciaux et/ou fédéraux?  --Je pense qu'il aurait été plus honnête de promettre de se battre auprès de Québec et d'Ottawa pour obtenir les fonds nécessaires.    Un peu comme le parent qui promet une bicyclette à son enfant, mais qui en réalité n'en a pas les moyens et compte sur le Père Noël  (ou un autre membre de la famille). 

Tant et aussi longtemps que les fonds demeurent à Québec/Ottawa, c'est aux candidats aux élections à ces niveaux qu'il revient de faire des promesses concrètes.  La mairesse d'une ville devrait se contenter de promettre d'exercer des pressions auprès des précédents.  

Dans le cas qui nous occupe ici, qu'arrivera-t-il si les logements ¨promis¨ ne sont pas réalisés?  Dira-t-on  que Valérie Plante n'a pas tenu sa promesse? (en dépit du fait qu'elle fait tout ce qu'elle peut pour y parvenir).  Et si les logements  "promis" sont effectivement réalisés, qui s'en attribuera les mérites?

Sans relancer le débat, c'est comme pour la ligne Rose. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, Né entre les rapides a dit :

(ci-dessus un extrait d'une citation par acpnc d'un article paru dans journal metro)

L'objectif est louable, mais n'est-ce pas quand même curieux qu'une promesse faite par une candidate à la mairie de Montréal dépende, pour sa réalisation, de décisions devant être prises par des élus provinciaux et/ou fédéraux?  --Je pense qu'il aurait été plus honnête de promettre de se battre auprès de Québec et d'Ottawa pour obtenir les fonds nécessaires.    Un peu comme le parent qui promet une bicyclette à son enfant, mais qui en réalité n'en a pas les moyens et compte sur le Père Noël  (ou un autre membre de la famille). 

Tant et aussi longtemps que les fonds demeurent à Québec/Ottawa, c'est aux candidats aux élections à ces niveaux qu'il revient de faire des promesses concrètes.  La mairesse d'une ville devrait se contenter de promettre d'exercer des pressions auprès des précédents.  

Dans le cas qui nous occupe ici, qu'arrivera-t-il si les logements ¨promis¨ ne sont pas réalisés?  Dira-t-on  que Valérie Plante n'a pas tenu sa promesse? (en dépit du fait qu'elle fait tout ce qu'elle peut pour y parvenir).  Et si les logements  "promis" sont effectivement réalisés, qui s'en attribuera les mérites?

Ce n'est pas pour rien que l'administration veut profiter des pouvoirs qui ont été demandés par Coderre dans le statut de métropole pour adopter le projet de règlement sur lequel porte justement ce fil de discussion.

Tout comme Coderre avait probablement l'intention de le faire, Montréal a maintenant le pouvoir de transformer sa "Stratégie" en "Politique". Son levier pour financer ou construire du logement abordable sera accru et elle dépendra moins des autres paliers.  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 5 heures, Né entre les rapides a dit :

(ci-dessus un extrait d'une citation par acpnc d'un article paru dans journal metro)

L'objectif est louable, mais n'est-ce pas quand même curieux qu'une promesse faite par une candidate à la mairie de Montréal dépende, pour sa réalisation, de décisions devant être prises par des élus provinciaux et/ou fédéraux?  --Je pense qu'il aurait été plus honnête de promettre de se battre auprès de Québec et d'Ottawa pour obtenir les fonds nécessaires.    Un peu comme le parent qui promet une bicyclette à son enfant, mais qui en réalité n'en a pas les moyens et compte sur le Père Noël  (ou un autre membre de la famille). 

Tant et aussi longtemps que les fonds demeurent à Québec/Ottawa, c'est aux candidats aux élections à ces niveaux qu'il revient de faire des promesses concrètes.  La mairesse d'une ville devrait se contenter de promettre d'exercer des pressions auprès des précédents.  

Dans le cas qui nous occupe ici, qu'arrivera-t-il si les logements ¨promis¨ ne sont pas réalisés?  Dira-t-on  que Valérie Plante n'a pas tenu sa promesse? (en dépit du fait qu'elle fait tout ce qu'elle peut pour y parvenir).  Et si les logements  "promis" sont effectivement réalisés, qui s'en attribuera les mérites?

Labeaume fait de même pour le 3ème lien et le tramway. Un comportement qui est tout  fait normal en politique municipale, où tout le monde comprend que très souvent les projets naissent dans la tête des maires et sont ensuite dirigés vers les gouvernements supérieurs pour en partager les coûts.

On s'entend que les administrations municipales sont des gouvernements de proximités qui connaissent bien les besoins en matière de logements et d'infrastructures, les attentes de la population locale et bien sûr leur territoire mieux que personne. C'est donc leur travail de suggérer et aux niveaux supérieurs de disposer, puisque c'est là où on trouve les principales enveloppes budgétaires.

Drapeau a d'ailleurs excellé à ce jeu et n'a pas ménagé ses efforts pour obtenir son métro, son Expo, son stade et ses Jeux, pour ne nommer que ses plus importants projets. Alors le mot promesse est ici plutôt une sorte d'euphémisme qui a pour objectif de forcer la main de ceux qui détiennent les cordons de la bourse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Urb_Montreal 

@acpnc

J'apprécie bien vos argumentaires.  Ils contribuent à souligner la subtilité de l'exercice du pouvoir dans le cadre constitutionnel actuel, qui ne reconnait de compétences (pouvoirs) qu'aux gouvernements fédéral (article 91) et provinciaux (article 92), alors même qu'un grand nombre d'enjeux de société se posent d'abord au niveau des villes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 13 heures, Né entre les rapides a dit :

@Urb_Montreal 

@acpnc

J'apprécie bien vos argumentaires.  Ils contribuent à souligner la subtilité de l'exercice du pouvoir dans le cadre constitutionnel actuel, qui ne reconnait de compétences (pouvoirs) qu'aux gouvernements fédéral (article 91) et provinciaux (article 92), alors même qu'un grand nombre d'enjeux de société se posent d'abord au niveau des villes.

C'est un excellent commentaire qui résume bien la réalité politique sur le terrain.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Contenu similaire

    • Par IluvMTL
      Quartier des Faubourgs
      En lire plus: http://www.lelezard.com/communique-17221032.html
      Avis aux médias - Ville-Marie donne le coup d'envoi d'un travail de planification collectif pour l'avenir de l'est du centre-ville
      MONTRÉAL, le 8 juin 2018 /CNW Telbec/ - En présence de la mairesse de Montréal, Madame Valérie Plante, l'arrondissement de Ville-Marie vous convie au lancement de la démarche de planification urbaine pour l'aménagement de l'est du centre-ville.
      Une visite du secteur, d'une durée d'une heure, sera ensuite proposée par l'Écomusée du fier monde et permettra de mieux comprendre l'histoire du quartier en lien avec les enjeux d'aménagement. Inscription à la visite :
      https://visitequartier.eventbrite.fr  
      DATE : Le lundi 11 juin 2018 HEURE : 10 h 30 h  
      LIEU : Station de métro Papineau (au coin de la rue Cartier et du boulevard De Maisonneuve Est)                            
      SOURCE Ville de Montréal - Arrondissement de Ville-Marie Communiqué envoyé le 8 juin 2018 à 10:24 et diffusé par : 
      En lire plus: http://www.lelezard.com/communique-17221032.html
    • Par ScarletCoral
      OCPM – PPU Secteur Lachine-Est

      http://ocpm.qc.ca/fr/lachine-est
       La Ville souhaite impliquer les citoyens dans la transformation de cette friche industrielle de plus de 50 hectares. Le secteur, situé en bordure du canal de Lachine et desservi par une nouvelle gare de train de banlieue, pourrait accueillir un quartier mixte d’environ 4000 logements avec commerces et services.
       
    • Par IluvMTL
      http://ocpm.qc.ca/fr/consultation-publique/voies-dacces-au-parc-mont-royal
      L'Office de consultation publique de Montréal a été mandaté par le comité exécutif pour assurer la tenue d'une consultation publique visant à évaluer le projet pilote de retrait de la circulation de transit pour les véhicules particuliers sur les voies Camillien-Houde et Remembrance et à imaginer le futur pour ces chemins d’accès au parc du Mont-Royal.
      Au cours des prochains mois, l’Office mettra en place une démarche participative visant à réfléchir l’avenir et l’aménagement des chemins d’accès au parc du Mont-Royal et évaluer le projet pilote de retrait de la circulation de transit automobile sur les voies Camillien-Houde et Remembrance. Cette démarche proposera des activités variées, en personne et en ligne, et culminera par des séances d’audition des opinions au mois de novembre après la fin du projet pilote.
      Le sujet vous intéresse ?
       Inscrivez-vous à notre infolettre pour ne rien manquer de nos nouvelles.
    • Par IluvMTL
      http://ocpm.qc.ca/fr/parcjeandrapeau
      Consultation publique pour réfléchir à l’avenir du Parc Jean-Drapeau, situé sur le Fleuve Saint-Laurent, au sud de Montréal et qui englobe les îles Sainte-Hélène et Notre-Dame.
      Ce sera l’occasion de discuter de la vision, des valeurs et des orientations stratégiques qui devront guider l’aménagement et le développement du parc sur un horizon de 10 ans. Cette démarche permettra de recueillir l’opinion des Montréalais et Montréalaises ainsi que des autres utilisateurs du parc.
    • Par IluvMTL
      Une collaboration avait été formé avec acpnc et moi-méme, puis une 3e personne et nous avons soumis ce projet, un ascenseur écolo pour le pont Jacques-Cartier, dans le cadre du Concours d’idées en aménagement Moroh.o.polis.
      Le thème de l’édition 2016 était :
      ***
      Reconvertir Montréal
      Les équipes devront produire une proposition de reconversion d’un ensemble existant Montréalais sous forme de projet, système, stratégie constructive ou d’aménagement du territoire.
      Trouvez des solutions innovantes, repensez la façon dont on peut convertir les bâtiments existants, les infrastructures et le paysage. Et aussi réfléchir à des systèmes techniques et esthétiques qui font un usage responsable des énergies renouvelables.
       ***
      Voici le texte de notre manifeste et les croquis de notre proposition
       Manifeste
       Reconvertir le pont Jacques-Cartier
      Contexte
      • Construction débutée en 1925 pour relier la Rive-Sud à Montréal
      • Alimentation par les artères majeures telles que Papineau, De Lorimier et Notre-Dame
      • 35,8 millions de véhicules empruntent le pont chaque année
      • Icône et porte d’entrée importante de Montréal
       
      Problématique
      • Circulation véhiculaire bruyante, souvent congestionnée, engendrant beaucoup d’émanations de gaz carbonique
      • Îlots de chaleur nombreux à proximité
      • Intersections autour du pont sont peu sécuritaires et peu invitantes pour les piétons et cyclistes
      • L’accès actuel de la piste multifonctionnelle (piétonne et cycliste) est périlleux et du métro Papineau il faut se diriger vers le nord sur la rue Dorion, puis revenir vers le sud sur le pont (total de 1 km)
      • Barrière physique et psychologique, allant jusqu’à nuire à l’essor économique du secteur
       
      Solution
      Un ascenseur avec un observatoire adjacent au pont
      Une infrastructure au service des citoyens et adaptée à son milieu urbain
      • Ascenseur autoportant relié au pont, donnant un accès universel sécuritaire
      • Observatoire avec vue sur le centre-ville
      • Escalier avec une vue panoramique de 360 degrés à son sommet
      • Café-terrasse et toilettes publiques au pied de l'escalier
      • Panneaux solaires intégrés aux sommets des tourelles
      • Mur végétalisé sur l’observatoire
      • Parc linéaire aménagé avec plantations sous le pont
      • Écran interactif pour des annonces (nombre de véhicules sur le pont en temps réel avec équivalent en gaz carbonique…)
      • Pôle de loisirs : sportifs et culturels
       
      Avantages
      • Permettrait un accès direct, universel et attrayant au tronçon de la piste multifonctionnelle
      • Ajouterait une sortie supplémentaire en cas d’urgence
      • Encouragerait plus de gens à traverser le fleuve par la piste multifonctionnelle comme moyen de transport écologique et aiderait conséquemment à diminuer le nombre de véhicules
      • Favoriserait de meilleures habitudes de santé
      • Permettrait une plus grande fréquentation du parc Jean-Drapeau
      • Serait un attrait récréotouristique et un catalyseur de développement pour le quartier
      Image clée